Navigation – Plan du site

Denis Bocquet, Pascale Laborier, Sociologie de Berlin

Julie Vaslin
Sociologie de Berlin
Denis Bocquet, Pascale Laborier, Sociologie de Berlin, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2016, 128 p., ISBN : 9782707176899.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Authier Jean-Yves, Grafmeyer Yves, Mallon Isabelle, Vogel Marie, Sociologie de Lyon, La Découverte, (...)
  • 2 Masson Philippe, Cartier Marie, Le Saout Rémy, Retière Jean-Noël, Suteau Marc, Sociologie de Nantes(...)
  • 3 Pinçon-Charlot Monique, Pinçon Michel, Sociologie de Paris, Paris, La Découverte, 2014 ; compte ren (...)
  • 4 Peraldi Michel, Sociologie de Marseille, La Découverte, Paris, 2015 ; compte rendu de Lionel Franco (...)

1Après la Sociologie de Lyon1la Sociologie de Nantes2, la Sociologie de Paris3 et encore la Sociologie de Marseille4, la collection « Repères » des éditions La Découverte s’enrichit d’un nouvel opus écrit par Pascale Laborier et Denis Bocquet : Sociologie de Berlin. Cet ouvrage synthétique est indispensable pour tout historien, politiste, géographe, urbaniste, sociologue ou plus simplement pour tout voyageur curieux de découvrir la capitale allemande.

2Si Berlin est souvent présentée comme « n’étant pas l’Allemagne », la ville est ici largement replacée dans le contexte allemand pour étudier avec finesse les différences mais aussi les similitudes que la capitale entretient avec son environnement. À la fois une commune et un Land (ville-Land), Berlin est notamment saisie dans les contextes brandebourgeois, ex-Est-Allemand et fédéral qui l’entourent. Souvent comparée avec les capitales européennes, elle est ici aussi mise en regard avec l’évolution des villes allemandes. C’est donc Berlin dans son contexte, mais aussi Berlin comme contexte qui est explorée dans cet ouvrage. À la vision spatialisée des phénomènes sociologiques et politiques observés s’ajoute une mise en perspective historique permanente. L’attention portée tout au long du livre à la compréhension des différents quartiers permet de saisir les spécificités de Neukölln, Marzahn ou Spandau à travers les sept chapitres thématiques de l’ouvrage.

3Dans le premier chapitre, les auteurs font un retour synthétique sur l’histoire de la ville depuis le XVIIIe siècle. Ville marchande, ville princière, ville industrielle puis capitale de la jeune Allemagne unifiée de la fin du XIXe siècle, Berlin est au cœur de l’histoire mouvementée du pays tout au long du XXe siècle. D’emblée, c’est la question de l’unité de cette ville qui est posée. Mutations morphologiques, agrandissements de la ville évolutions de ses frontières, destructions de son bâti, Berlin est prise dans une histoire démesurée à travers laquelle son territoire, ses quartiers, son administration sont façonnés. En filigrane, ce premier chapitre construit l’objet du livre : il s’agit ici de saisir la sociologie d’une ville unifiée malgré le caractère fracturé de son histoire et de sa géographie.

4Comment Berlin a-t-elle réussi à s’imposer comme la capitale de l’Allemagne du XXIe siècle après avoir été rayonnante dans les années 1920, détruite dans les années 1930 et 1940, puis divisée par un mur de 1961 à 1989 ? Les mutations institutionnelles de cette ville, qui a été la capitale de multiples régimes politiques, sont retracées dans le deuxième chapitre. Les auteurs y développent une lecture géographique de l’évolution des lieux du pouvoir à Berlin mais aussi en Allemagne. Ils abordent une sociologie politique du travail de réunification, soulignant notamment les enjeux administratifs et techniques auxquels se sont confrontés les acteurs des institutions policières ou culturelles de la capitale.

5Après ces cadrages historiques et politiques de rigueur, on entre avec le troisième chapitre dans le cœur du sujet : les Berlinois. Si Berlin n’a jamais retrouvé une population de plus de quatre millions d’habitants qu’elle comptait avant la Seconde Guerre mondiale, sa croissance démographique a repris depuis la réunification. Les facteurs de cette reprise, mais aussi la répartition spatiale des Berlinois dans la ville-Land sont finement analysés. Les évolutions démographiques sont mises en perspective avec l’histoire économique d’une ville qui a su échapper au déclin économique, entre l’effondrement des industries planifiée à l’Est et subventionnée à l’Ouest suite à la réunification, et le progressif essor du secteur tertiaire dans les années 2000. Le thème plus contemporain du développement du tourisme et de l’économie de la création fait enfin l’objet d’un questionnement critique. Ces activités ont contribué à la diminution du chômage dans certains arrondissements, mais elles ne suffisent pas à enrayer le développement de la précarité et la persistance d’inégalités économiques entre les Berlinois.

6Qui sont les Berlinois ? Le quatrième chapitre répond à cette question en répertoriant les nationalités des habitants étrangers de Berlin. D’où viennent-ils ? Depuis quand vivent-ils à Berlin ? Et où habitent-ils dans la ville ? Cette sociologie historique de la mixité berlinoise permet aux auteurs d’interroger la réputation Multikulti de la ville. De l’histoire des migrations venues de l’Est de l’Europe à celle des étudiants Erasmus contemporains, en passant évidemment par une sociologie des Turcs à Berlin, ce quatrième chapitre dresse le tableau d’une ville façonnée par les migrations mais dont quelques acteurs restent parfois idéologiquement réticents ou politiquement impuissants en matière d’accueil de nouveaux arrivants.

7C’est d’ailleurs de politique dont il est question dans le cinquième chapitre. Aujourd’hui ville plutôt de gauche dans un pays gouverné par la droite, la capitale allemande est connue pour ne pas avoir toujours reflété les orientations politiques de l’Allemagne. L’histoire politique de Berlin est d’abord envisagée sous l’angle du mythe : ville « rouge » depuis le début du XXsiècle, elle est le théâtre de la naissance du communisme allemand, qui reste majoritaire dans les élections locales jusqu’en 1933 où il est réprimé par les autorités nazies. Ville de résistances pendant la Seconde Guerre mondiale et ville de guérilla urbaine dans les années 1970, Berlin est aussi une ville dans laquelle la culture, les pratiques culturelles et les mobilisations incarnent des engagements politiques protéiformes, faisant de la capitale allemande un véritable « laboratoire politique ». La sociologie électorale de Berlin à laquelle se livrent ensuite les auteurs rend compte en nuances de la prééminence historique du parti socialiste (SPD) à la tête de la capitale. Bousculé par la CDU (union chrétienne démocrate) dans les années 1980, le SPD gouverne aujourd’hui avec l’extrême gauche, les Verts et plus récemment le parti Pirate, forces politiques particulièrement développées à Berlin, bien que les arrondissements les plus à l’Ouest de la ville restent davantage marqués par un vote conservateur.

8Si la géographie de Berlin est omniprésente dans ce livre le sixième chapitre est l’occasion d’une plongée plus approfondie dans la morphologie des espaces. L’architecture berlinoise est d’abord l’incarnation de l’histoire de la ville. Dépassant les seules considérations esthétiques, les auteurs étudient l’histoire de l’urbanisme sous l’angle de la recherche des conditions d’émergence de la politique de la ville. Des premières politiques de logement social tant à l’Est qu’à l’Ouest de la ville divisée, aux politiques de rénovation urbaine depuis les années 1990, la politique de la ville est d’abord présentée comme un espace inédit de participation citoyenne. Mais les auteurs s’interrogent également sur le rôle paradoxal qu’aurait pu jouer la politique sociale de rénovation urbaine dans l’embourgeoisement récent de certains quartiers du centre-ville, que l’envolée des prix des loyers a contribué à vider des catégories sociales les plus populaires.

9Enfin, le livre s’ouvre dans un dernier chapitre aux questionnements sur les perceptions contemporaines de Berlin, dont l’image de ville créative et touristique à succès se diffuse largement. Données statistiques sur le tourisme berlinois à l’appui, les auteurs soulignent le paradoxe de plus en plus saillant entre la normalisation de l’économie du tourisme à Berlin et son fondement lui-même, à savoir la mise en scène d’un passé pourtant alternatif et opposé à toute forme de normalisation. Ils nous renseignent sur les opportunités d’emploi qu’offre actuellement une économie de la création, encore relativement peu développée dans un espace marqué par de nombreuses inégalités. À travers l’histoire des succès et des échecs de l’économie touristique berlinoise, les auteurs font le tri entre une image de marque jeune, créative et attractive de la ville, que la notoriété d’un club comme le « Berghain » incarne en partie, et une réalité économique plus nuancée à travers par exemple l’histoire du projet avorté d’aéroport Berlin-Brandeburg.

10C’est donc au terme d’un voyage à travers une synthèse des recherches contemporaines en sciences sociales sur Berlin que se referme cet ouvrage essentiel, dont on peut toutefois regretter qu’il ne présente pas davantage de points de repères visuels des espaces étudiés (cartes de situation, photographies). Notons enfin la présence de très nombreux tableaux et encadrés qui nous emmènent plus loin dans la compréhension de la ville en approfondissant certaines questions. Ces nombreuses illustrations, bien qu’apparemment annexes, font toute la richesse du livre et proposent un portrait passionnant de la ville de Berlin en 2016.

Haut de page

Notes

1 Authier Jean-Yves, Grafmeyer Yves, Mallon Isabelle, Vogel Marie, Sociologie de Lyon, La Découverte, Paris, 2010.

2 Masson Philippe, Cartier Marie, Le Saout Rémy, Retière Jean-Noël, Suteau Marc, Sociologie de Nantes, La Découverte, Paris, 2013.

3 Pinçon-Charlot Monique, Pinçon Michel, Sociologie de Paris, Paris, La Découverte, 2014 ; compte rendu de Marion Blatgé pour Lectures : https://lectures.revues.org/678.

4 Peraldi Michel, Sociologie de Marseille, La Découverte, Paris, 2015 ; compte rendu de Lionel Francou pour Lectures : https://lectures.revues.org/17939.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Vaslin, « Denis Bocquet, Pascale Laborier, Sociologie de Berlin », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 18 octobre 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21523

Haut de page

Rédacteur

Julie Vaslin

Doctorante en science politique, Triangle UMR 5206, Sciencespo Lyon. Rédige une thèse de sociologie de l’action publique portant sur la mise en administration du graffiti à Paris et Berlin.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page