Navigation – Plan du site

John T. Hamilton, Security. Politics, Humanity, and the Philology of Care

Pirathees Sivarajah
Security
John T. Hamilton, Security. Politics, Humanity, and the Philology of Care, Princeton and Oxford, Princeton University Press, coll. « Translation », 2016, 336 p., 1re éd. 2013, ISBN : 9780691171227.
Haut de page

Texte intégral

1La sécurité, terme polymorphe et malléable, se trouve aujourd’hui déclinée à l’envi dans les travaux universitaires, les lois, les textes administratifs, les articles de presse et le langage quotidien. À l’échelle des institutions et des pays, on parle de « sécurité nationale », de « sécurité juridique », de « sécurité énergétique », de « sécurité alimentaire », de « sécurité sanitaire » ou de « cybersécurité » ; à l’échelle des individus, il est question de « sécurité économique », de « sécurité physique » ou encore de « sécurité émotionnelle, affective ». Le terme de « sécurité », du latin securitas (se cura), renvoie à une situation où tout problème a été éradiqué, ou tout risque a été éliminé. Or, cette définition se heurte à une double difficulté. La première est que si la sécurité désigne la sûreté, la tranquillité comme privation d’anxiété, elle désigne aussi implicitement une forme d’insouciance, voire de négligence. La seconde difficulté est la tension entre l’intention sécuritaire et ses effets. Ainsi, je peux souhaiter garantir et accroître ma sécurité au mépris de la sécurité des autres et de la sécurité générale : c’est le fameux paradoxe sécuritaire de la théorie des relations internationales. Dans son ouvrage philosophique et philologique, John T. Hamilton tente de cerner cette notion incertaine de sécurité. En redonnant place à la philologie qui, parmi d’autres sciences, pose la question du pourquoi, la démarche d’Hamilton se positionne différemment des approches politiques de la sécurité, qui aboutissent à des positions intransigeantes, soit réalistes, soit libérales. L’ouvrage est divisé en trois parties. Hamilton revient d’abord sur la compréhension politique et intellectuelle de la notion de sécurité. Il procède ensuite à une étude philologique de la sécurité, à travers ses étymologies et ses figures littéraires. Enfin, l’auteur invite à suivre les évolutions historiques de la sécurité, puis à explorer son vocabulaire politique et ses images en empruntant une approche kaléidoscopique.

2En théorie des relations internationales, deux principales approches de la sécurité se confrontent : l’approche réaliste, héritée de Thomas Hobbes, qui se centre sur la protection de l’État par le biais de l’analyse des risques potentiels, et l’approche libérale, qui vise à la préservation des libertés humaines et droits fondamentaux. Plus récente, la théorie critique de la sécurité a introduit une troisième approche, défendue par Michael Dillon et James Der Derian, qui met en porte à faux les approches réalistes et libérales. Insistant sur une compréhension de l’être humain comme produit des mesures coercitives de la société et, par définition, comme étant en construction perpétuelle, cette dernière approche rejette en bloc les mesures de sécurité qui sont inadaptées à la résolution des problèmes, toujours évolutifs, de sécurité. De plus, elle critique cette obsession humaine à vouloir tout sécuriser. Face aux dangers et incertitudes de la vie, l’instinct de peur nous conduit à rationaliser et à domestiquer notre existence. Les théoriciens critiques de la sécurité expliquent donc que la sécurité est fondamentalement inhibitive. Le remède serait alors à la source même du mal : plutôt que de nous retirer devant la peur de l’inconnu et de l’incertain, nous devrions l’accepter, la célébrer – d’une certaine façon, nous devrions nous ouvrir à la différence, et reconnaître la valeur de l’insécurité. C’est ici qu’intervient la philologie. Capable de retracer les idées et images changeantes de sécurité, d’enquêter sur ses origines sémantiques, et d’inspecter les présupposés politiques et psychologiques de la notion de sécurité, la philologie joue un rôle politique et intellectuel actif. Pour reprendre les termes d’Hamilton, la philologie va au cœur de la notion de sécurité et « brise les murs de la théorie des relations internationales et des sciences politiques qui l’enferment derrière leurs remparts » (p. 22).

3Comment comprendre cette obsession humaine pour la sécurité dans la volonté de tout sécuriser ? Hamilton en avance une interprétation pascalienne, comme une tentative de nous divertir, de nous détourner de notre finitude humaine et de nous préserver de notre mortalité. On pourrait avancer l’image du sarcophage qui illustre le mythe sécuritaire : la sécurité nous promet l’immortalité, la sûreté face aux incertitudes de la vie mais, en tant que sarcophage, elle nous soustrait également à notre vie mortelle. Le mythe sécuritaire gouverne le fonctionnement de la société lorsque les accidents, les risques sont, par exemple, convertis en « surplus de profit capitalistes » par les assurances et les banques. Une seconde interprétation de cette manie humaine pour la sécurité réside dans la dimension morale de la notion de sécurité. En effet, la sécurité étant chargée de valeurs et étant elle-même une valeur, d’un point de vue institutionnel, les mesures de sécurité en diplomatie sont basées sur un ensemble de valeurs normatives, soit sincères, soit simples prétextes pour exercer pouvoir et contrôle. D’un point de vue individuel, nous voulons sécuriser ce que nous avons peur de perdre, ce qui a de la valeur pour nous. Nous désignons nous-mêmes l’objet d’une menace potentielle et nous nous investissons dans l’objet de la menace. En ce sens, le terrorisme n’a d’efficacité que lorsqu’il vise ce que nous estimons dignes de valeur -des vies humaines.

4L’obsession sécuritaire s’est retournée contre elle-même. L’emphase donnée à la sécurité a paradoxalement mené dès le XXe siècle à une peur de la sécurité elle-même, à une critique de l’hyper-sécurité comme domination excessive de l’État. Un autre problème est la priorité donnée à la défense territoriale et civile – miroir des insécurités collectives en société – contre les menaces extérieures, alors même que les dangers intérieurs (paupérisation, illettrisme, violence domestique, etc.) sont ignorés, d’où l’expression de « folie sécuritaire » d’Hamilton. Comme l’a pointé Jacques Derrida, cité par Hamilton, se pose encore le problème politique de « l’auto-immunité », à savoir comment les démocraties sacrifient leurs propres valeurs pour assurer leur existence. Il apparaît en fait qu’elles choisissent de copier leurs ennemis, de se corrompre elles-mêmes dans le but de se protéger des menaces de leurs ennemis, comme l’illustre le cas de Guantanamo.

5Dans la seconde partie, Hamilton se centre sur les étymologies et les figures littéraires de la sécurité. C’est à Cicéron que l’on doit le mot de sécurité (securitas) dans son De officiis. Le mot renvoie alors au « calme mental », évacuant tout souci, toute passion de l’esprit, se situant entre l’ataraxia épicurienne et l’apatheia stoïcienne. Chez Sénèque, la securitas désigne un accomplissement de l’esprit humain qui se situe au-delà de toute contingence, comme un achèvement de la réalisation de soi et une maîtrise des émotions. Chez les deux philosophes romains, cette attentive réalisation de soi se fait au sein de la communauté politique ; elle est destinée à l’action et à la vie politique. Sous le règne d’Auguste, la distinction entre securitas et salus (sûreté du corps politique romain) s’estompe : la sécurité du souverain est celle du peuple, et réciproquement. L’aspect public de la sécurité privée est très clair dans le De officiis de Cicéron. Les hommes politiques doivent acquérir cette maîtrise de soi, cette indifférence aux affaires humaines car c’est à eux qu’incombent les vraies responsabilités ; mais leur engagement dans les affaires politiques les rend vulnérables aux émotions. C’est à cette époque que s’acquiert aussi cette nouvelle dimension de la securitas comme indifférence, insouciance à la vie. Les poèmes d’Horace, par exemple, font écho à la tension entre l’insouciance de la vie privée, la tranquillité de la sécurité individuelle et l’anxiété de l’ambition publique, de ses troubles.

6Dans la culture gréco-romaine, l’opposition entre la sécurité et l’insécurité s’illustre dans la dichotomie entre la terre et la mer, cette dernière étant source de dangers, d’angoisse et de peur. L’Odyssée d’Homère et les poèmes de Pindare décrivent bien la nature trompeuse de la mer. Le rivage devient lui-même métaphoriquement une frontière entre la stabilité et l’instabilité, la solidité et la fluidité, la sûreté et le danger, le certain et l’incertain, le familier et l’étrange – bref, un monde et un autre. Le rivage peut être regardé depuis la terre ou depuis la mer. Depuis la terre, la mer invite Achille à la contemplation, à la rêverie et à la nostalgie, tandis qu’elle pousse Ulysse à l’aventure, pleurant Ithaque sur l’île de Calypso. Depuis la mer, la terre est fréquemment un signe de refuge, l’annonce du calme et du repos.

7Délaissant les figures littéraires de l’Antiquité, la dernière partie de l’ouvrage d’Hamilton explore par une approche kaléidoscopique les différentes conceptions de la notion de sécurité et leurs représentations, de la peinture à la photographie, en passant par la philosophie politique et l’histoire. Deux exemples retiennent l’attention. Le premier est un triptyque daté de 1339 du peintre italien Lorenzetti, représentant le bon et le mauvais gouvernement. Le tableau de gauche personnifie la Sécurité comme un ange ailé se déployant au-dessus de de la ville de Sienne. La cité vit en harmonie, laquelle est mise en scène par la procession d’un mariage et une ronde de jeunes filles. Le tableau de droite représente la cité ravagée par la guerre, la discorde et les crimes. La scène est dominée par le personnage de la Tyrannie, assis sur un trône sombre, tandis que la Justice est ligotée à ses pieds. Le tableau central est une allégorie du bon gouvernement, où le souverain, assis sur son trône, est entouré des personnages incarnant la Justice, la Souveraineté ainsi que les vertus cardinales et théologales. Lorenzetti nous montre que la concordance des idéaux moraux et juridiques constitue le socle de la sécurité. Le second exemple est tiré des Discours de Machiavel au début du XVIe siècle. Rejetant une conception de la sécurité établie sur l’autorité supranationale et religieuse du pape, Machiavel choisit de donner une dimension séculaire, contingente à la sécurité. Convaincu que la gouvernance, et donc la sécurité, ne peuvent reposer sur des bases morales, universelles et intemporelles, Machiavel présente la politique de sécurité du prince comme s’appuyant désormais sur l’utilité, l’efficacité et le pragmatisme. De plus, face à la sécurité qui est associée à l’inactivité, l’oisiveté et la paresse, Machiavel rappelle que : « les causes de la désunion des républiques sont le plus souvent l’oisiveté et la paix [alors que] les causes de l’union sont la peur et la guerre » (cité p. 178). Abandonnant la sécurité du rivage pour la confrontation avec les dangers et la prise de risques, Machiavel, dans sa compréhension de la virtù, fait ainsi appel à la notion de virtuosité, capable de répondre aux imprévus de la fortuna.

8Croisant la philologie et la philosophie, John T. Hamilton prend donc le parti d’explorer cette notion vague et incertaine de sécurité au travers d’approches intellectuelles, politiques ou artistiques complémentaires. Loin des politiques de sécurité, de leurs institutions et de leurs règles, il nous invite à lire la sécurité comme la mélancolie d’une perte future.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pirathees Sivarajah, « John T. Hamilton, Security. Politics, Humanity, and the Philology of Care », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 octobre 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/21529

Haut de page

Rédacteur

Pirathees Sivarajah

Ancien élève de l’ENS de Lyon en histoire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page