Navigation – Plan du site

Éric Charmes, Marie-Hélène Bacqué (dir.), Mixité sociale, et après ?

Marion Lang
Mixité sociale, et après ?
Eric Charmes, Marie-Hélène Bacqué (dir.), Mixité sociale, et après ?, Paris, PUF, coll. « La vie des idées », 2016, 106 p., ISBN : 978-2-13-073133-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Donzelot Jacques, « La nouvelle question urbaine », Esprit, vol. 11, n° 258, 1999, p. 87‑114.

1La mixité sociale est aujourd’hui un impératif des politiques publiques, en France mais aussi dans les pays anglo-saxons. Face au constat d’une montée de la ségrégation urbaine et face à l’idée selon laquelle les quartiers populaires seraient devenus des « lieux de relégation »1, la mixité sociale a pour vocation de mélanger des populations socialement diverses dans un territoire donné, l’objectif affiché étant de « tirer vers le haut » les populations les plus défavorisées et de rétablir « l’intégration républicaine » dans des quartiers perçus comme des foyers de communautarisme, d’extrémisme et autres radicalisations. L’ouvrage collectif coordonné par Marie-Hélène Bacqué et Eric Charmes questionne cette injonction à la mixité sociale à la fois en déconstruisant le mythe de la diversité au sein des quartiers et en questionnant les conséquences de ces politiques publiques. À travers cinq contributions originales, l’ouvrage permet de saisir la complexité des enjeux liés à cette notion. Si la critique de la mixité sociale n’est pas nouvelle, ce livre permet de croiser une synthèse des travaux existants avec diverses approches – disciplinaires, méthodologiques, thématiques – sur cette question.

2Dans sa vision dominante, l’idée de mixité sociale présente dès le départ des zones floues et des partis pris. D’abord, celui de ne s’adresser qu’aux quartiers populaires et non aux quartiers accueillant des populations plus favorisées, qui ne sont pas davantage mixtes socialement. Les zones de flou entretenues autour de la notion permettent de « cibler [certains] enjeux en prétendant en aborder d’autres » (p. 12), notamment sur la question des critères de diversité : la mixité sociale doit-elle se fonder sur la diversité de revenus des habitants ou bien sur la diversité ethno-raciale ? De plus, quelle est l’échelle pertinente pour la mettre en œuvre : celle du quartier ou de la ville ? Ces questions incitent les auteurs à préférer parler de « mixités sociales » au pluriel, dont il s’agit de saisir tous les enjeux. L’expression de « mixité sociale » au singulier se réfère aux politiques publiques existantes alors au pluriel elle renvoie à une vision idéale de ce concept.

3Dans une étude sur l’organisation de la vie urbaine dans les villes américaines, à partir du cas de Chicago, Robert Samspon interroge l’impact de l’environnement social sur les trajectoires individuelles. Mise en œuvre par les politiques publiques à l’échelle privilégiée du quartier, La mixité sociale peut aussi bien produire des mécanismes d’émancipation qu’être perçue comme une contrainte pour les habitants. Ainsi, les quartiers populaires sont souvent vus comme des lieux qui cumulent les handicaps, d’où la volonté politique d’y injecter une certaine diversité, via l’attraction de populations de classes sociales supérieures. Cette idée, Robert Sampson la réfute et propose une méthodologie permettant de remettre en contexte ce qu’il appelle des « effets de quartier ». Sa méthode repose sur une analyse à plusieurs niveaux, au sein du quartier mais aussi de la ville, et sur une étude des interactions entre individus qui se démarque des théories individualistes. L’auteur avance l’idée que le quartier doit être pris en compte dans la compréhension des situations sociales mais ne peut être l’unique explication puisqu’il est « en même temps une conséquence et une cause, un produit et un producteur » (p. 35). Il propose une théorie de l’efficacité collective, c’est-à-dire de la « capacité d’un quartier à réguler les usages et les comportements des individus » (p. 32). Selon lui, l’environnement social pèse sur les choix et actions des individus. Dans les quartiers populaires, les conditions permettant de parler d’efficacité collective sont plus difficiles à réunir, mais il convient de s’intéresser aux ressources que ces quartiers offrent à leurs habitants.

  • 2 Fraser Nancy, Qu’est-ce que la justice sociale ?Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découve (...)

4Pour Marie-Hélène Bacqué, les habitants des quartiers populaires forment une communauté qu’il convient de valoriser. En France, la notion de communauté souffre d’une image négative, traduisant une forme de repli sur soi. L’auteure remet cette notion en perspective sur le temps long et rappelle qu’il existe plusieurs sortes de communautés, qu’elles soient géographiques, de pratiques, de travail, morales ou religieuses. La peur de la communauté s’explique en France par la conception philosophique de l’universalisme républicain, qui postule que les citoyens s’unissent dans la Nation et non dans des corps intermédiaires, contrairement aux approches nord-américaines selon lesquelles ces corps intermédiaires sont essentiels dans la vie sociale et politique. La communauté serait donc l’antithèse de l’intégration républicaine. Pourtant, pour Marie-Hélène Bacqué, les quartiers populaires compris comme des communautés peuvent se transformer en ressources pour les habitants, qui peuvent constituer des espaces de résistance face aux injustices qu’ils vivent. L’enjeu, pour les auteurs de l’ouvrage, réside dans la reconnaissance de ces communautés en tant qu’acteurs politiques capables de jouer un rôle dans les espaces démocratiques2.

  • 3 Christophe Guilluy, La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires, Paris, Fl (...)

5Le périurbain subit également cette vision négative de territoire de sécession. C’est face à l’idée réductrice d’un périurbain synonyme de repli sur soi, émise par plusieurs chercheurs3, que les auteurs du dernier chapitre se positionnent. À partir d’une enquête sur les pratiques urbaines d’habitants d’une petite commune périurbaine des Yvelines et d’habitants du IXe arrondissement de Paris, les auteurs remettent en cause l’idée que « la concentration urbaine influencerait le rapport au monde » (p. 85). Tout comme il n’existe pas un mais des quartiers populaires, divers dans leur origine, leur bâti, leur composition sociale, les territoires périurbains se singularisent par des réalités sociales très variées. Les habitants de ces espaces entretiennent des rapports à la ville et au politique différents, du fait de leur lieu d’habitation mais aussi d’autres facteurs sociaux. Les auteurs partent d’un premier constat, celui qu’« on ne peut pas comprendre ce que la ville fait aux citadins en se contentant d’observer leur quartier de résidence » (p. 82). Comme le postule Robert Sampson, il convient de s’intéresser aux interactions entre individus, aux mobilités dans la ville et à la composition sociale des quartiers étudiés. Les auteurs montrent bien que le vote Front national, par exemple, n’est pas l’apanage de tous les quartiers périurbains mais surtout de ceux regroupant des populations issues des classes sociales défavorisées. De plus, malgré le caractère résidentiel des zones périurbaines, le fait d’y habiter ne traduit pas forcément une absence de relations sociales, ni un repli sur soi plus important que celui des habitants des centres-villes, bien au contraire.

6Si la mobilisation de la mixité sociale comme catégorie d’action publique correspond à un parti pris politique concernant la gestion des quartiers populaires, elle a également des conséquences importantes pour les habitants déjà présents dans les quartiers qu’elle vise. Ainsi, Matthieu Giroud analyse finement les ambiguïtés liées aux discours sur la mixité sociale, qu’il qualifie d’hypocrites. D’une part, il rappelle que plusieurs travaux ont déjà montré que les gentrifieurs ne constituent pas un groupe social homogène et qu’ils produisent donc des dispositions diverses à l’égard de la mixité sociale, que l’on retrouve dans leurs pratiques au quotidien. De plus, l’auteur se positionne dans la lignée des travaux qui insistent sur un cloisonnement entre anciens et nouveaux habitants des quartiers gentrifiés. L’expérience des gentrifieurs serait alors contradictoire, entre un idéal de mixité et des actions et modes de vie renfermées sur le groupe de pairs. Si les habitants des quartiers populaires subissent les politiques de mixité sociale, notamment du fait de l’augmentation des prix de l’immobilier, ils peuvent être amenés à des formes de résistance qui restent empreintes de rapports de domination. Matthieu Giroud en propose une analyse, mais celle-ci peine à montrer la portée de ces formes de résistance.

  • 4 Isaac Joseph, Le passant considérable. Essai sur la dispersion de l’espace public, Paris, Librairie (...)

7Les espaces publics sont également au cœur des politiques de mixité sociale puisqu’ils sont censés être le lieu privilégié des interactions entre les habitants, favorisant le vivre-ensemble. Stéphane Vonnelat analyse le potentiel démocratique des espaces publics, dans la lignée d’autres travaux d’Isaac Joseph4. En s’appuyant sur de nombreux travaux sur les espaces publics et des extraits d’enquêtes dans les transports collectifs comme le métro de New York ou le RER de la région parisienne, il montre que les espaces publics sont loin d’être des espaces de démocratie et des vecteurs de relations sociales. Ils sont davantage des espaces d’apprentissage de compétences en public, qui évoluent au gré des contextes urbains. Les codes sociaux des espaces publics en font des espaces où les individus doivent s’adapter en fonction du contexte. Prenant l’exemple du métro new yorkais, il montre comment les habitants d’un quartier populaire changent d’attitude et de façon de parler dès lors qu’ils approchent de la bouche de métro, passant d’un langage familier à un langage plus distancié qui symboliserait l’entrée dans l’anonymat de l’espace urbain.

  • 5 Harvey David, Le capitalisme contre le droit à la ville. Néolibéralisme, urbanisation, résistances, (...)

8À la lecture de cet ouvrage, la mixité sociale apparaît comme une réalité complexe, et les politiques publiques actuelles qui s’en réclament comme une possibilité parmi d’autres. Les différentes contributions de l’ouvrage permettent à la fois de comprendre les enjeux d’échelle de la mixité et de critiquer le choix du quartier comme échelle de référence de l’action publique. Elles montrent également les conséquences que ces politiques ont sur les habitants des quartiers populaires à travers le processus de gentrification. L’ouvrage permet au lecteur de sortir de la vision dominante qui fait de certains territoires, comme les quartiers populaires ou le périurbain, des espaces homogènes, alors qu’ils recouvrent des réalités bien diverses. Cependant, il faut noter que les contributions sont davantage une synthèse des travaux existants qu’un apport véritablement novateur sur cette question. À la lecture de ces différents apports, on comprend que la mixité sociale fait partie de l’imposition d’un modèle urbain dominant néolibéral dans des quartiers populaires vus comme des « problèmes ». L’ouvrage semble expliquer des pistes pour questionner ces politiques néolibérales à travers les théories du droit à la ville5. Au lieu d’imposer aux habitants défavorisés des politiques publiques qui génèrent pour eux plus de contraintes que de ressources, le droit à la ville propose de penser des politiques urbaines visant au bien-être de tous les habitants et non à la seule attractivité économique.

Haut de page

Notes

1 Donzelot Jacques, « La nouvelle question urbaine », Esprit, vol. 11, n° 258, 1999, p. 87‑114.

2 Fraser Nancy, Qu’est-ce que la justice sociale ?Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte, 2005.

3 Christophe Guilluy, La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires, Paris, Flammarion, 2015.

4 Isaac Joseph, Le passant considérable. Essai sur la dispersion de l’espace public, Paris, Librairie des Méridiens, 1984.

5 Harvey David, Le capitalisme contre le droit à la ville. Néolibéralisme, urbanisation, résistances, Paris, Éd. Amsterdam, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Lang, « Éric Charmes, Marie-Hélène Bacqué (dir.), Mixité sociale, et après ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 octobre 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/21530

Haut de page

Rédacteur

Marion Lang

Doctorante en science politique à l’Université de Saint-Étienne, membre du laboratoire Triangle (CNRS).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page