Navigation – Plan du site

Jack Goody, Capitalisme et modernité. Le grand débat

Morgane Perennou
Capitalisme et modernité
Jack Goody, Capitalisme et modernité. Le grand débat, Bagnolet, Calisto, 2016, 258 p., 1re édition 2004, traduit de l'anglais par Pierre Verdrager, ISBN : 979-10-94562-01-7.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis le XIXe siècle, l’Occident dépasse en termes de croissance économique le reste du monde. Ce postulat, accepté dans toutes les disciplines des sciences sociales, fait cependant l’objet de ce que Jack Goody nomme « le grand débat » : les causes mais également la périodisation de cet avantage divisent historiens, sociologues, anthropologues et économistes. Certains chercheurs considèrent que cette avance remonte à l’an mil, d’autres qu’elle est contemporaine des progrès technologiques en agriculture au Moyen Âge. Marx et Weber la font remonter à la Renaissance et à l’expansion européenne, Habermas et Giddens aux Lumières. Selon les disciplines, diverses causes sont avancées pour expliquer cet avantage : la religion chrétienne, l’individualisme, la colonisation, l’essor de l’imprimerie... Ce débat autour de l’avance historique de l’Europe se superpose avec celui de l’émergence du capitalisme et de la modernité, dont l’apogée se situerait, selon la majorité des historiens et des économistes, à la période de la révolution industrielle amorcée en 1780.

2Jack Goody propose donc d’étudier les diverses explications de l’avantage de l’Occident sur l’Orient. Ce travail est mené sur la base d’une conséquente revue de la littérature en histoire de l’économie, de la sociologie et de l’anthropologie, et cherche à rendre compte de l’état actuel du débat en sciences sociales. Ayant particulièrement travaillé sur « des sources secondaires indiennes et chinoises », l’auteur revendique un point de vue anthropologique. Selon lui, une grande partie des travaux est empreinte d’eurocentrisme et constitue une « réécriture de l’histoire du monde » autour de l’appropriation par l’Occident des concepts de capitalisme et de modernité. Ainsi, dans un premier temps, son ouvrage recense les approches qui voient en Europe l’unique terrain propice à l’industrialisation, en les amendant linéairement de contre-exemples et de critiques liminaires qui obscurcissent parfois la logique globale de l’argumentation. Il développe ensuite les premières attaques systémiques envers ces analyses eurocentriques et se penche plus spécifiquement sur les lectures qui ont pu être faites de l’Orient. Il se focalise notamment sur les travaux historiques des spécialistes de la Chine. Enfin, il rend compte dans un dernier chapitre de l’inflexion que prend le débat sur l’essor de la modernité en Occident, en se plaçant dans une perspective anthropologique comparative de long terme entre Occident et Orient. L’ouvrage cherche donc non seulement à rendre compte du tournant que prend le débat sur les origines de l’avantage européen, initialement centré sur l’Occident, mais aussi à contribuer à ce débat. Ce double objectif conduit à une redéfinition permanente des contours du capitalisme et de la modernité, « termes du grand débat », ce qui nuit parfois au suivi du fil conducteur de l’argumentation.

  • 1 Pacey Arnold, Technology in World Civilization, Oxford & Cambridge (Mass.), Blackwell-MIT Press, 19 (...)
  • 2 White Lynn, Machina Ex Deo. Essays in the Dynamism of Western Culture, Cambridge (Mass.), MIT Press (...)
  • 3 Mokyr Joel, The Lever of Riches. Technological Creativity and Economic Progress, Oxford, Oxford Uni (...)
  • 4 Il développe de pareils échanges en termes de génie hydraulique ou de mesure du temps et souligne d (...)

3Selon l’auteur, les analyses historiques de la fin du XXe siècle sur la culture et l’économie de l’Europe ancienne se focalisent sur des arguments culturels et techniques et d’autre part excluent les « dialogues technologiques » 1 entre l’Orient et l’Occident. L’historien Lynn White affirme ainsi que « tant la science moderne que la technologie moderne sont spécifiquement occidentales »2. Pareillement, selon Joel Mokyr, la technologie occidentale puise « dans trois sources : l’Antiquité classique, les sociétés islamique et asiatique et sa propre créativité originaire »3. À l’encontre de ces approches, Goody développe notamment l’exemple de découvertes et d’innovations techniques qui ont été importées d’Orient : la maîtrise de l’énergie éolienne, l’ajout d’un mât de misaine et d’artimon aux navires ainsi que la poudre à canon proviennent en effet du monde islamique, et le gouvernail tout comme la boussole sont originaires de Chine. Ce sont ces techniques qui ont rendu possible le développement de la navigation européenne et les conquêtes maritimes qui sont suivies4. Selon Goody, le progrès technologique est davantage imputable à un « échange inventif » entre les civilisations qu’à une quelconque créativité singulièrement européenne.

  • 5 Lis Catharina, Soly Hugo, Poverty and Capitalism in Pre-Industrial Europe, Hassocks, Harvester Pres (...)
  • 6 Wallerstein Immanuel, Le Système du Monde. 1, Capitalisme et Économie-monde, 1450-1640, Paris, Flam (...)
  • 7 Lis Catharina, Soly Hugo, op. cit. ; Cipolla Caro M., Guns and Sails in the Early Phase of European (...)
  • 8 Frank Andre Gunter, ReOrient: Global Economy in the Asian Age, Berkeley (Calif.) & Londres, Univers (...)

4D’autres auteurs ont attribué la supériorité européenne à l’existence de grands bouleversements qui se seraient tenus au XVIe siècle en Europe, « là et nulle part ailleurs »5. Au niveau global, des sociologues comme Karl Marx ou Immanuel Wallerstein6 considèrent que c’est l’Europe qui est à la base du « système-monde » et qui a créé une « économie monde capitaliste », qui perdure depuis le XVIe. Selon eux, l’expansion et les conquêtes de l’Europe auraient favorisé l’échange marchand en Occident et le développement du commerce maritime7, et permis l’acquisition de métaux précieux. Souhaitant « réOrienter » le débat, Goody rétorque avec l’économiste Andre Gunder Frank que l’Orient a été le centre d’un système-monde bien avant celui censé s’être développé avec l’Europe, sur la base d’exportations de textile, de porcelaine et d’épices que l’Europe ne pouvait concurrencer8.

  • 9 Weber Max, L’Éthique Protestante et l’Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2003 [1905].
  • 10 Michio Morishima, Capitalisme et confucianisme : l’éthique japonaise et la technologie occidentale, (...)
  • 11 Ikegami Eiko, The Taming of The Samurai: Honorific Individualism and the Making of the Modern Japan(...)

5Prolongeant cette lecture du XVIe siècle, le sociologue classique Max Weber estime que la Réforme a accéléré « l’esprit du capitalisme », la religion protestante valorisant l’ascèse et l’éthique de la besogne, selon laquelle seul le travail permet le salut de l’âme9. Cependant, Goody relève la présence d’éléments éthiques semblables chez les confucéens en Chine10 ou les samouraïs au Japon11 : il récuse donc l’idée de « l’émergence d’une nouvelle culture économique » qui serait spécifiquement européenne.

  • 12 Hajnal John, « Two Kinds of preindustrial household formation system », Population and Development (...)
  • 13 Lee James Z., Wang Feng, La Population chinoise. Mythes et réalités, Montréal, Presses de l’Univers (...)

6Goody réfute également la validité des références constantes aux théories malthusiennes de la part d’auteurs de la fin du XXe siècle, qui imputent la modernisation européenne à la limitation des naissances et à la diminution de la taille de la parenté : la transition démographique mènerait ainsi à la montée d’un individualisme qui valorise l’esprit d’initiative au fondement du capitalisme. Car, entre l’Europe et l’Asie, les structures familiales et donc les évolutions démographiques sont similaires12. En effet, très tôt en Eurasie, les groupes de parenté ont mis en place des « stratégies successorales » au niveau élémentaire de l’« unité de reproduction», individualisant le contrôle des naissances. La planification de l’infanticide et l’organisation du mariage des descendants en Orient se font pareillement sur une base essentiellement individuelle13. C’est pourquoi l’auteur rejette l’idée selon laquelle l’individualisme familial et moral ou encore religieux, ne serait consubstantiel que du seul Occident.

  • 14 Bray Francesca, Technology in Ming China (1368-1644), Washington DC, American Historical Associatio (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 Clunas Craig, Superfluous Things: Material Culture and Social Status in Early Modern China, Cambrid (...)

7Ce sont les travaux des historiens de la Chine qui constituent selon Goody « la critique la plus efficace contre l’histoire eurocentrique ». L’avance de la Chine, ou tout du moins son égalité par rapport à l’Europe de la Renaissance, est relativement admise par les adeptes de l’histoire comparée, affirme l’auteur, sans fournir de références précises. Certains historiens comme Francesca Bray14 voient même cette avance perdurer tout au long de la dynastie Ming (1368-1644). Selon elle, la voie chinoise est particulière : c’est au niveau domestique que se développe solidement l’économie commerciale et manufacturière, dans le domaine de la production des céramiques, du bronze et du coton. Au cours de la période Ming, la Chine passe alors d’une économie de subsistance à « la plus grande économie d’exportation de biens manufacturés, de céramique, de soie et de coton, aussi bien que de thé et de sucre »15 . Les travaux en histoire de l’économie et de l’art pointent en parallèle le développement d’une bourgeoisie commerciale et manufacturière, dont les comportements de consommation entraînent l’émergence d’une « culture de la distinction et de l’ostentation »16, stimulant elle-même l’industrie du luxe et de l’art. Goody conclut alors que la Chine s’est engagée dans une voie propre aux économies commerciales et manufacturières qui se dirigent vers le capitalisme, ce qui permettrait d’expliquer son rattrapage actuel, mais surtout le succès économique des « dragons asiatiques » dans la deuxième moitié du XXe.

  • 17 L’historien Kenneth Pomeranz isole par exemple le delta du Yangzi en Chine, la plaine de Kanto au J (...)

8Plus largement, la supériorité de l’Orient ou de l’Occident au XVIe ne peut être tranchée en ces termes. L’auteur déplace alors le débat : il défend ainsi l’idée que la comparaison doit se faire entre « régions-centres » puisque, jusqu’en 1800, le monde était polycentrique et les économies de ces régions étaient pour l’essentiel comparables17. Les approches eurocentriques oublient, selon Goody, que la « grande divergence » entre l’Orient et l’Occident n’est que le résultat d’un « accident géographique » qui a donné au second l’accès aux gisements de fer et de charbon, à même de fournir l’énergie et les matériaux pour la construction des machines requises par la révolution industrielle.

  • 18 Le terme « marchand » est employé dans un sens large « en lien avec les cultures urbaines fondées s (...)
  • 19 Goody développe longuement l’historique de la production industrielle du papier et de sa diffusion, (...)
  • 20 Blaut James Morris, The Colonizer’s Model of the World: Geographical diffusionism and Eurocentric H (...)
  • 21 McDermott Joe, « Chinese Lenses and Chinese Art », Kaikodo Journal, n° XIX, 2001, p. 9-29.

9Dans un dernier chapitre, Goody plaide pour une approche anthropologique de l’émergence du capitalisme et de la modernité sur la longue durée « en termes d’essor et d’échanges des cultures marchandes entre Orient et Occident »18. Il conclut à l’existence d’un point de départ et d’un développement similaires entre ces régions à partir de l’âge du bronze et de la révolution urbaine qui s’en est suivie. Il affirme que les mouvements technologiques sont allés « de la Chine et l’Inde vers l’Occident, en passant par la Perse »19, grâce au développement des réseaux de communication entre les villes. Les phénomènes de « diffusion en chassé-croisé »20 s’observent tant dans le domaine de la production (soie et techniques de tissage chinois, coton indien) que dans celui des modes de consommation, les échanges croissants entre cultures conduisant à « l’essor puis à la domination de la bourgeoisie marchande ». Goody conclut donc que le débat entre modernisation et capitalisme ne doit plus se lire en termes de périodisations entrecoupées de révolutions ou d’évènements marquants eurocentriques. Il doit être réorienté et analysé comme « un processus continu de changements et d’échanges comportant […] une multitude de partenaires »21.

Haut de page

Notes

1 Pacey Arnold, Technology in World Civilization, Oxford & Cambridge (Mass.), Blackwell-MIT Press, 1990.

2 White Lynn, Machina Ex Deo. Essays in the Dynamism of Western Culture, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1968.

3 Mokyr Joel, The Lever of Riches. Technological Creativity and Economic Progress, Oxford, Oxford University Press, 1990.

4 Il développe de pareils échanges en termes de génie hydraulique ou de mesure du temps et souligne des évolutions technologiques parallèles dans des régions différentes (rouets, machines à bobiner à Bagdad en 1237, en Chine en 1270, en Europe en 1280).

5 Lis Catharina, Soly Hugo, Poverty and Capitalism in Pre-Industrial Europe, Hassocks, Harvester Press, 1979.

6 Wallerstein Immanuel, Le Système du Monde. 1, Capitalisme et Économie-monde, 1450-1640, Paris, Flammarion, 1974.

7 Lis Catharina, Soly Hugo, op. cit. ; Cipolla Caro M., Guns and Sails in the Early Phase of European Expansion, 1400-1700, Londres, Collins, 1965.

8 Frank Andre Gunter, ReOrient: Global Economy in the Asian Age, Berkeley (Calif.) & Londres, University of California Press, 1998.

9 Weber Max, L’Éthique Protestante et l’Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2003 [1905].

10 Michio Morishima, Capitalisme et confucianisme : l’éthique japonaise et la technologie occidentale, Paris, Flammarion, 1987.

11 Ikegami Eiko, The Taming of The Samurai: Honorific Individualism and the Making of the Modern Japan, Londres, Harvard University Press, 1995.

12 Hajnal John, « Two Kinds of preindustrial household formation system », Population and Development Review, vol. 8, n° 3, 1982, p. 449-494.

13 Lee James Z., Wang Feng, La Population chinoise. Mythes et réalités, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1999.

14 Bray Francesca, Technology in Ming China (1368-1644), Washington DC, American Historical Association, 2000.

15 Ibid.

16 Clunas Craig, Superfluous Things: Material Culture and Social Status in Early Modern China, Cambridge, Polity, 1991.

17 L’historien Kenneth Pomeranz isole par exemple le delta du Yangzi en Chine, la plaine de Kanto au Japon, le Gujarat en Inde, l’Angleterre, les Pays-Bas... Ces « régions-centres » sont, selon ses travaux, semblables sur les plans démographiques, technologiques et économiques (Pomeranz Kenneth, Une Grande Divergence. La Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale, Paris, Albin Michel, Maison des Sciences Sociales de l’Homme, 2000).

18 Le terme « marchand » est employé dans un sens large « en lien avec les cultures urbaines fondées sur l’échange de biens et de services, les habitants des villes, ainsi que le processus d’échanges, tant sur de longues que de courtes distances ».

19 Goody développe longuement l’historique de la production industrielle du papier et de sa diffusion, dès le XIe siècle, depuis la Chine jusqu’à l’Occident.

20 Blaut James Morris, The Colonizer’s Model of the World: Geographical diffusionism and Eurocentric History, New York, The Guilford Press, 1993.

21 McDermott Joe, « Chinese Lenses and Chinese Art », Kaikodo Journal, n° XIX, 2001, p. 9-29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgane Perennou, « Jack Goody, Capitalisme et modernité. Le grand débat », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 octobre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/21533

Haut de page

Rédacteur

Morgane Perennou

Professeur agrégée de sciences économiques et sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page