Navigation – Plan du site

Nicolas Duvoux et Jacques Rodriguez (dir.), « Pauvretés », Communications, n° 98, 2016

Joan Cortinas Muñoz
Pauvretés
Nicolas Duvoux, Jacques Rodriguez (dir.), « Pauvretés », Communications, n° 98, 2016, 200 p., Paris, Seuil, ISBN : 9782021295658.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce numéro de la revue Communications, Nicolas Duvoux et Jacques Rodriguez réunissent un ensemble d’articles visant à illustrer « la diversité des facettes de la pauvreté pour ensuite remonter, depuis ces différentes facettes, jusqu'aux processus sociaux et politiques qui les produisent » (p. 16). Ce double objectif répond à la volonté des coordonnateurs du numéro d’échapper aux deux écueils qui caractérisent souvent les travaux scientifiques sur la pauvreté. Le premier, dérivé d’une conception simmelienne de la pauvreté, consiste à se focaliser sur les institutions qui la prennent en charge en laissant de côté les mécanismes sociaux et économiques qui la génèrent. Cette approche par les institutions amène qui plus est à ne considérer dans la catégorie de « pauvre » que les individus accueillis par ces institutions, de sorte que ceux et celles qui n’y sont pas présents ne sont pas étudiés. Le deuxième écueil, lié aux conditions concrètes dans lesquelles se déroule la production scientifique sur la pauvreté de nos jours, est de remplacer dans la compréhension du phénomène « la construction réfléchie des catégories d’analyse » par des définitions offertes par l’action publique. Pour dépasser ces deux écueils, les coordonnateurs ont sélectionné plusieurs travaux sur la pauvreté avec comme critère principal la diversité des approches, d’un point de vue géographique, temporel et méthodologique, distinguant notamment des approches par le haut – mécanismes structurels producteurs d’inégalité – et des approches par le bas – ethnographie des situations de pauvreté et de leur traitement.

2L’introduction au numéro expose les difficultés attachées à la notion de pauvreté d’un point de vue sociologique. Tout d’abord, c’est une notion qui exige l’établissement de critères dont la sélection est forcément discutable : la pauvreté apparaît comme privation, mais privation de quoi, au juste ? Et à partir de quel niveau de privation considère-t-on que quelqu’un est pauvre ? Le fait de définir des critères pour appréhender une réalité avant de l’avoir étudiée est un paradoxe épistémologique qui ne va pas sans poser de problèmes. Ensuite, reprendre l’acception simmelienne et ne considérer comme pauvres que ceux qui sont définis comme tels par les pouvoirs publics revient à laisser le champ de l’action publique délimiter les objets du champ scientifique. Conscients de ces différents obstacles, les auteurs proposent d’explorer la multiplicité des réalités recouvertes par cette notion floue de pauvreté, sans renoncer à comprendre les processus agissant dans la production de ces réalités.

3L’article de Nicolas Roinsard aborde la pauvreté dans les DOM-TOM. Plus concrètement, il élabore une lecture synchronique de la « pauvreté vécue » – c’est-à-dire le sens donné par la population locale au fait d’être « assisté » – tout en mettant en relation les évolutions de ce vécu avec l’ordre colonial et postcolonial qui a structuré ou structure encore ces sociétés. Roinsard, identifie trois rapports différents à la pauvreté dans les DOM-TOM – trois idéaux types. Le premier correspond à ce qu’il appelle la « pauvreté intégrée », propre aux sociétés de plantation où « [l'inégalité] est moins vécue comme une tare sociologique, comme une agression, que comme le fondement d'un courant descendant où le défavorisé espère du puissant l'octroi d'un bienfait » (p. 25). Le deuxième type de rapport, que l’auteur nomme « pauvreté assistée », est concomitant à l’arrivée du RMI dans ces territoires postcoloniaux. Le RMI est vécu par la population locale comme un dû de l’ancienne colonie vis-à-vis des autochtones. Le dernier type de rapport à la pauvreté, la « pauvreté contestée », est caractérisé par un refus de l’ordre postcolonial dominé par les Blancs. Ce type de rapport est très présent parmi les jeunes diplômés, qui subissent de plein fouet la précarité et le chômage. Les jeunes générations ont été socialisées selon un modèle de promotion et de progrès inspiré des sociétés occidentales. Pour les moins qualifiés, cette contestation de l’ordre passe par des conduites déviantes (essentiellement la petite délinquance).

4Claire Sophie Roi déplace la focale vers les territoires ruraux métropolitains. Elle s’attache à exposer les difficultés propres aux habitants d’un petit canton picard. Ceux-ci possèdent de faibles niveaux de qualification, aucune ressource utile dans la quête d’un emploi – permis de conduire, etc. – et vivent dans des territoires dont les « guichets sociaux » se font rares. Ce dernier élément permet d’expliquer, selon l’auteur, l’importance des dispositifs d’assistance tels que l’aide alimentaire fournie par des associations caritatives. Au sein de ces institutions, l’auteure observe le développement de relations d’assistance basées sur la distinction entre les notions de pauvres « méritants » et « non-méritants » ainsi que sur un contrôle social important.

5Nicolas Duvoux s’intéresse également à la question du sens donné à l’action philanthropique par ceux qui la mettent en œuvre ainsi qu’à la réception de cette action par les bénéficiaires. Il sort du cadre français pour étudier un quartier populaire de Boston dans un contexte caractérisé par la privatisation du Welfare (État social) et la régulation pénale des populations minoritaires et pauvres. De nouvelles formes d’action émergent à travers des associations gérées comme des entreprises dont l’action est basée sur l’idée de l’empowerment des populations locales. Dans ce nouveau contexte, les femmes se voient attribuer un rôle prépondérant au détriment des hommes. Ce choix genré permet à ces nouvelles associations, fraîchement implantées dans les quartiers populaires, de mieux contrôler leur action et de se faire une place dans le paysage local. Au sein de la communauté, donner un rôle important à des femmes qui ne l’avaient pas auparavant permet de placer de nouvelles figures dans l’espace associatif local portant la voix et les méthodes de ces nouvelles organisations. Les hommes, centraux dans l’espace local avant l’arrivée de ces nouvelles organisations, sont ainsi contournés.

  • 1 Stack Carol, All Our Kin: strategies for survival in a Black Community, New York, Basic Books, 1974

6L’article de Matthew Desmond se focalise sur les logiques d’action des classes populaires en situation de grande précarité : « Comment survivent les pauvres de nos villes ? » (p. 67) Pour répondre à cette question, il s’éloigne de la thèse selon laquelle les réseaux familiaux et de proximité permettraient cette survie1 ou de la thèse de l’importance des liens faibles (Granovetter 1973), pour défendre l’idée que c’est en développant des liens « jetables » – intenses, éphémères et basés sur le seul intérêt matériel (obtenir de l’argent, obtenir un toit pour quelques jours…) – avec des inconnus que les pauvres essaient de survivre. Ces liens jetables mélangent les caractéristiques de deux types de liens sociaux habituellement analysés dans la littérature sociologique : des liens forts et des liens faibles. Les liens jetables sont, selon Desmond, « forts mais faibles, cruciaux mais instables, récents mais exigeants » (p. 77), intimes et superficiels, proches et lointains.

7Dans une toute autre perspective, Bruno Cousin s’intéresse aux justifications que les habitants des quartiers reformés – anciens quartiers ouvriers habités désormais par des classes supérieures – donnent à la ségrégation socio-spatiale et à l’entre-soi existant dans ces espaces urbains. Cet article s’inscrit dans une sociologie pragmatique de la critique pour saisir les justifications de la ségrégation socio-spatiale ainsi que la structure discursive par laquelle elles s’expriment dans le discours des acteurs.  . Ces justifications se situent entre des arguments liés à des rationalisations amorales – ce n’est pas parce que j’ai décidé d’habiter ici que je produis de la ségrégation – et des arguments basés sur des principes moraux de justice – égalité, mérite ou autonomie. La teneur de ces différentes rationalisations est nuancée par les positions et les trajectoires sociales des acteurs.

8L‘article d’Axelle Brodiez-Dolino et celui de Rodriguez et Wachsberger constituent deux nouveaux points de vue dans ce dossier. Tous deux apportent un éclairage historique sur les pauvretés : Brodiez-Dolino aborde la période de la troisième République (1871-1931) tandis que Rodriguez et Wachsberger embrassent une longue période qui va de la fin du XVIIIe jusqu’à nos jours. Les trois auteurs s’efforcent de restituer les ressorts qui structurent le traitement de la pauvreté à chaque période. Brodiez-Dolino met en lumière la double dimension sanitaire et sociale qui légitime l’accès à l’assistance publique sous la troisième République. Rodriguez et Wachsberger mettent en évidence les liens entre savoir et pouvoir afin d’expliquer le caractère profondément apolitique sur lequel se sont construits la plupart des savoirs sur la pauvreté. Cette relation entre pouvoir et savoir, loin d’être révolue, semble s’accentuer de nos jours avec le resserrement des liens entre recherche et pouvoir politique.

9Présentant une enquête transnationale, Serge Paugam se situe dans un registre explicatif afin de rendre compte des différents statuts et perceptions de la pauvreté. Sa thèse est que ces différences peuvent, en partie, s’expliquer par la nature des liens sociaux qui structurent une société. Cette approche par le type de liens est conceptualisée au travers de ce que Paugam nomme « la théorie de l’attachement ». Selon l’auteur, il y aurait trois perceptions dominantes sur la « pauvreté » : naturalisation, culpabilisation et victimisation. La première est basée sur l’idée que la pauvreté est naturelle et immuable. Ce type de représentation dominerait dans les sociétés dont le lien structurant est la filiation. La représentation de la pauvreté comme étant de la responsabilité des pauvres – culpabilisation – est propre aux sociétés dont le lien structurant est basé sur le principe que rien ne doit entraver la liberté d’association, guidée par des choix affinitaires –lien de participation élective. Enfin, la victimisation des pauvres est favorisée dans des sociétés dont le lien structurant est la participation organique. Autrement dit, l’attachement d’un individu à la société s’opère par sa participation à des corps intermédiaires, complémentaires les uns des autres, dans une organisation basée sur l’interdépendance entre ces corps. Cette représentation est aussi dominante au sein des sociétés structurées à partir du lien de citoyenneté. Dans ce cadre, les intérêts catégoriels sont dépassés par l’intérêt général, basé à son tour sur le principe d’égalité entre citoyens.

10Hélène Perivier aborde la question des mécanismes de production et de reproduction des situations de pauvreté à partir d’une perspective de genre. Elle tente de reconstituer les mécanismes sociaux qui ont conduit et conduisent encore à une féminisation de la pauvreté en France. Elle pointe le rôle des politiques publiques familistes, les inégalités professionnelles entre hommes et femmes et la persistance d’une division sexuée du travail domestique comme autant d’éléments qui placent les femmes dans des situations de vulnérabilité accrue par rapport aux hommes.

11Finalement, le numéro présente deux textes centrés sur les liens entre question sociale et processus de racialisation – remplacement des explications à caractère social par des explications basées sur des variables physiologiques ou culturelles (imaginées) pour rendre compte d’une réalité sociale. Le premier est un entretien avec Didier Fassin autour de son parcours de recherche sur la question des inégalités et sur ce qu’il nomme le « gouvernement de la précarité ». Le deuxième est un article de Michel Agier traitant des processus de racialisation des populations dominées qui a cours dans le monde occidental. Agier défend l’idée que les politiques sécuritaires et de lutte contre l’immigration dépendent profondément du passé colonial des sociétés occidentales et des cadres de pensée bâtis durant cette période ; elles sont alors réactualisées au sein d’un capitalisme globalisé et impérial. Dans le même sens, Fassin rappelle, à la différence d’une approche culturaliste, que les processus de racialisation qui traversent la société française sont étroitement liés à une transformation des modes de gouvernement des classes populaires.

12Dans le contexte actuel où la question sociale est souvent suplantée par le retour des récits identitaires, sécuritaires et civiques – les fraudeurs contre les gens honnêtes –, et où la recherche sur la pauvreté est souvent liée aux demandes politiques – évaluation des politiques sociales –, ce recueil d’articles met à distance aussi bien les récits du sens commun que le travail « d’experts » ; il nous rappelle que ce qui peut être identifié comme une situation de pauvreté/précarité est le résultat de rapports sociaux divers, en premier lieu les rapports de classe, de race et de sexe. Les auteurs montrent également que ces rapports ne peuvent se comprendre sans analyser les transformations contemporaines de l’État.

Haut de page

Notes

1 Stack Carol, All Our Kin: strategies for survival in a Black Community, New York, Basic Books, 1974.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joan Cortinas Muñoz, « Nicolas Duvoux et Jacques Rodriguez (dir.), « Pauvretés », Communications, n° 98, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 21 octobre 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/21545

Haut de page

Rédacteur

Joan Cortinas Muñoz

Chercheur postdoctoral, UMI IGlobes (CNRS) et Univeristy of Arizona.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page