Navigation – Plan du site

Erwin Panofsky, Galilée critique d’art

Samuel Coavoux
Galilée, critique d'art
Erwin Panofsky, Galilée, critique d'art, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, coll. « Réflexions faites », 2016, 112 p., Préface et traduction : Nathalie Heinich, ISBN : 978-2-87449-417-8.
Haut de page

Texte intégral

1En 1609, dans son Astronomie nouvelle, Johannes Kepler avance que les planètes suivent une trajectoire elliptique dont le soleil constitue l’un des foyers. Cette trajectoire ne décrit donc pas un cercle, ce cas particulier d’ellipse dont les deux foyers sont confondus, comme l’affirmait Copernic. Dès sa publication, cette thèse est largement admise par les astronomes. Cependant, l’un des plus illustres contemporains de Kepler, Galilée, n’en fait jamais mention. On sait qu’il ne peut avoir ignoré le travail de Kepler. Il a correspondu avec lui, et ils furent les principaux soutiens du système de Copernic. Les correspondants de Galilée, par ailleurs, discutent des thèses de Kepler dans leurs lettres. Galilée, pourtant, n’a laissé aucune trace d’éventuelles lectures, pas même dans ses ouvrages de synthèse sur l’astronomie.

2Ce paradoxe a été souvent discuté par les historiens des sciences comme par les praticiens de la physique. Certains ont cherché une explication psychologique. « Que le pas décisif accompli par Kepler n’ait laissé aucune trace dans toute l’œuvre de Galilée, constitue une illustration caricaturale du fait que les individus créateurs manquent souvent de réceptivité », disait ainsi Albert Einstein (cité p. 63). D’autres ont affirmé que, Galilée écrivant pour un public large, il aurait simplifié les aspects les plus complexes de la théorie astronomique, comme le caractère elliptique de l’orbite des planètes. Cette explication n’est guère convaincante : Galilée n’hésite pas à décrire des phénomènes bien plus complexes que l’orbite elliptique des planètes. Il ne s’agit certes pas du seul cas d’« erreur » manifeste dans l’histoire des sciences. Mais cette erreur étonne d’autant plus que Galilée, en rupture avec la pensée religieuse, est perçu comme un savant davantage progressiste que Kepler, et il aurait dû de ce fait être disposé à accepter cette thèse nouvelle.

  • 1 La traduction présente, signée par Nathalie Heinich, est une réédition de Erwin Panofsky, « Galilée (...)

3Galilée, critique d’art est un court texte de l’historien de l’art Erwin Panofsky, datant de 1954 et ayant déjà connu plusieurs éditions en français1. Panofsky propose une perspective nouvelle sur le problème : paradoxalement, les prises de position esthétiques de Galilée en faveur des mouvements artistiques les plus novateurs de l'époque – le classicisme en tant qu'il s'oppose au maniérisme – l’auraient tant attaché au modèle du cercle qu’il ne pouvait concevoir que l’ellipse décrivît l’orbite des planètes.

4Reprenons les différentes étapes de l’argumentation de Panofsky. Galilée, d’abord, était un amateur d’art : fils de musicien, connaisseur de poésie et de peinture, il entreprend des études de dessin avant de se consacrer à l’astronomie. En 1612, il écrit à son ami, le peintre Ludovico Cigoli, alors à Rome, une lettre défendant la supériorité de la peinture sur la sculpture. Le débat porte sur l’imitation de la réalité ; alors que les défenseurs de la sculpture affirment que celle-ci est plus proche de la nature, Galilée avance que « plus éloignés des choses à imiter seront les moyens par lesquels on imite, plus admirable sera l’imitation » (cité p. 32). De la même manière, il prend parti pour la musique instrumentale et contre le chant : la capacité à faire naître des émotions est moins innée pour un instrument que pour la voix, et la performance a d’autant plus de valeur.

5Panofsky examine ainsi une série de prises de positions esthétiques de Galilée. Celui-ci défend la peinture de la Renaissance contre le maniérisme qui lui succède, maniérisme qui préfère à l’harmonie la complexité des compositions et l’enchevêtrement des postures ; il critique les anamorphoses, ces motifs cachés dans une œuvre picturale qui se révèlent seulement lorsque le spectateur adopte un angle de vision particulier, comme le fameux crâne au premier plan des Ambassadeurs de Hans Holbein (1533) ; et il a pour le Tasse, auteur du poème allégorique Jérusalem libérée (1580), des mots particulièrement durs, alors qu’il est fort généreux d’éloges envers l’Arioste.

6On voit ici à l’œuvre, pour Panofsky, différentes manifestations d’une même disposition, qu’il appelle un « purisme critique ». Galilée veut séparer « la science de la religion ». Ce n’est pas à la nature de s’accorder à l’esprit, mais à l’esprit de comprendre la nature. Aussi, les maniéristes, qui déforment la nature, ne valent pas les peintres classiques, qui l’imitent. Cette disposition se manifeste aussi dans le domaine de la pratique scientifique. Galilée, critiqué pour sa découverte des quatre satellites de Jupiter au motif que « Dieu n’aurait jamais permis que les éléments du système planétaire excédassent le nombre sacré de Sept » (p. 35), réplique ainsi que « ce n’est pas à la nature de s’accommoder des arrangements et des dispositions qui peuvent nous sembler les meilleurs, c’est à nous d’adapter notre esprit à ce qu’elle a produit » (cité p. 36).

7C’est à ce purisme critique que Panofsky attribue l’« erreur » de Galilée. Kepler, de ce point de vue, est moins moderne : il mobilise une « interprétation encore animiste de la nature », une « cosmologie […] mystique » (p. 74), attribuant par exemple une âme au soleil. Certes, Galilée et Kepler partagent un grand nombre de conceptions. Tous deux, en particulier, sont convaincus de « la suprématie idéale du cercle et de la sphère » (p. 70). Mais pour Galilée, les lois idéales de la physique et leur manifestation empirique ne sauraient différer : la nature est la nature, en droit comme en fait ; alors que Kepler accepte, en néo-platonicien, que les idées se manifestent dans la nature sous un aspect imparfait.

8L’audace de la thèse de Panofsky est bien soulignée par les commentateurs de l’ouvrage, au premier rang desquels Alexandre Koyré, dont la recension de la première version est reproduite en guise de postface. Alors que les biographes de Galilée font traditionnellement dériver ses prises de position esthétiques de son engagement scientifique, Panofsky ne suggère rien moins que d’inverser la relation de causalité : peut-être faut-il au contraire penser que son attitude esthétique a informé son attitude scientifique. Koyré n’hésite pas à faire cette interprétation, proposant un nouveau sous-titre que Panofsky reprendra partiellement dans la seconde édition anglaise de l’ouvrage : « Attitude esthétique et pensée scientifique chez Galilée ». Sans nécessairement se prononcer sur la possibilité d’une relation de causalité, on peut voir dans l’ouvrage de Panofsky la démonstration d’une relation d’homologie entre esthétique et attitude scientifique. Comme dans Architecture gothique et pensée scolastique), qui analysait les correspondances entre les sommes théologiques et l’architecture des cathédrales gothiques pour les rapporter à l’éducation et aux fréquentations des architectes, Panofsky décloisonne les objets historiques – art, science, religion – pour proposer une histoire sociale sensible aux liens entre ces sphères d’activités. L’édition est d’ailleurs augmentée d’une préface de Nathalie Heinich, version remaniée de celle qui précédait la première traduction du texte parue dans les Actes de la recherche en sciences sociales, qui insiste sur cet apport.

9La brièveté de l’ouvrage laisse parfois le lecteur, du moins celui qui n’est pas au fait de ces questions d’histoire de l’art et d’histoire des sciences, perplexe. La conception du cercle chez les astronomes du tournant du XVIIe siècle, en particulier, n’est pas aisée à présenter en quelques pages. Panofsky parvient cependant en peu de mots à produire une démonstration particulièrement convaincante. Comme à son habitude, l’écriture est précise, et l’argumentation particulièrement rigoureuse. L’érudition qu’il convoque, enfin, n’est jamais vaine : il puise toujours avec une grande pertinence à la fois dans l’histoire de l’art, celle de la littérature et celle des sciences.

Haut de page

Notes

1 La traduction présente, signée par Nathalie Heinich, est une réédition de Erwin Panofsky, « Galilée critique d'art », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 66, 1987, p 2-24, http ://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1987_num_66_1_2357.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Erwin Panofsky, Galilée critique d’art », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 27 octobre 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/21590

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Docteur en sociologie, Centre Max Weber. Membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page