Navigation – Plan du site

Philippe Aldrin, Lucie Bargel, Nicolas Bué et Chirstina Pina, Politiques de l’alternance. Sociologie des changements (de) politiques

Igor Martinache
Politiques de l’alternance
Philippe Aldrin, Lucie Bargel, Nicolas Bué, Christine Pina (dir.), Politiques de l’alternance. Sociologie des changements (de) politiques, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, coll. « Sociopo », 2016, 412 p., ISBN : 9782365120784.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Qui englobent les « entourages » politiques (think tanks, clubs), et les autres catégories d’agents (...)
  • 2 Voir notamment Philippe Zittoun, La fabrique politique des politiques publiques, Paris, Presses de (...)

1La survenue d’une alternance au pouvoir est considérée de nos jours comme l’un des principaux marqueurs du caractère démocratique d’un régime politique. Véritable sens commun du commentaire politique, une telle association est pourtant loin d’aller de soi en réalité dès lors que l’on prend un peu de recul historique ou géographique. Comme le rappelle ainsi justement Brigitte Gaïti dans son avant-propos, « il est peu probable que les troisième et quatrième républiques françaises ou que la première république italienne aient été des dictatures ou des régimes autoritaires, et pourtant les règles du jeu politique officielles ou officieuses qui y prévalaient, les configurations partisanes, les systèmes d’alliances qui s’y formaient n’autorisaient guère l’alternance, ou plutôt l’invisibilisaient derrière des pratiques de transformisme parlementaire ou de conjonction des centres : les majorités restaient faiblement identifiées, les groupes qui les composaient variaient, s’ajustant aux cours de la délibération, aux enjeux parlementaires du moment » (p. 8). Plus profondément, c’est la signification même de ce qu’une alternance représente qui demeure bien souvent confuse : ce terme dont l’étymologie latine, alternus signifie « un sur deux » ou « l’un après l’autre » ainsi que le précise Marie-Ange Grégory (p. 72) présuppose en effet un découpage binaire du monde politique, mais il peut aussi renvoyer tout aussi bien aux détenteurs du pouvoir qu’au contenu des politiques publiques qu’ils mettent en œuvre, voire au régime lui-même. Autre biais problématique véhiculé par le sens commun, celui qui a trait à la temporalité de cette alternance. Ainsi que le résumait le slogan du candidat Hollande lors de la dernière campagne présidentielle, lorsqu’une élection amène un changement de majorité, nous sommes prompts à croire que « le changement, c’est maintenant ». Ce à quoi succède généralement la déception de ne pas voir cette promesse de transformation radicale réalisée, semblant apporter une énième confirmation à la fameuse maxime de Tancredi dans le Guépard de Lampedusa, « il faut que tout change pour que rien ne change ». Pour saisir une alternance, à l’instar de nombreux phénomènes de transformations sociales, il faut en réalité l’envisager comme un processus plutôt qu’une discontinuité radicale. Et pour repérer les ruptures et continuités sous-jacentes – qui ne sont souvent pas là où on le croit-, il importe d’en examiner de près et simultanément les acteurs – en incluant, au-delà du seul champ politique, ce que Michel Offerlé appelle les « champs adventices »1- et les contenus, tant symboliques que pragmatiques, si tant est qu’il soit pertinent de distinguer actions et discours en matière d’action publique2.

2Tels sont quelques-uns des enseignements livrés par la vingtaine de contributeurs de cet ouvrage collectif qui résulte d’un programme de rencontres scientifiques (séminaire et colloque) initié par le laboratoire ERMES de l’Université de Nice en 2010. Les 13 contributions sont regroupées en trois grandes parties, dont la cohérence générale est livrée par les quatre directeurs de l’ouvrage dans leur introduction générale qui permet de déconstruire la notion d’alternance telle qu’elle s’est cristallisée dans le sens commun - y compris scientifique -, en naturalisant ainsi toute une série de fausses évidences. Ils montrent également l’intérêt de la reconstruire en objet à même d’éclairer de nombreux paradoxes majeurs des rapports entre le recrutement des majorités politiques et les politiques qu’ils mettent alors en œuvre, autrement dit, dans le langage des politistes, de l’articulation entre politics et policy, mais aussi plus profondément aux relations entre changement politique et changement social.

3Intitulée « De l’alternance électorale au changement politique », la première partie s’intéresse plus particulièrement aux conditions institutionnelles des changements de majorité et/ou de politiques. Qu’il s’agisse de Marie-Ange Grégory qui se penche sur les éléments qui ont rendu possible l’adoption de la loi de décentralisation départementale du 10 août 1871, Thomas Marty qui montre comment l’évolution des modes de scrutin a induit les formes d’alternance, toujours à cette période de transition entre Second Empire et Troisième République, Valentin Behr et Sébastien Michon qui proposent une prosopographie des ministres français entre 1986 et 2012, ou enfin Toru Yoshida qui analyse comment au Japon le Parti Libéral Démocrate (PLD) a pour la première fois perdu réellement la majorité en 2009, tous insistent sur la nécessité d’accorder une attention particulière aux facteurs institutionnels et au temps long afin de saisir ce qui se joue réellement lors des différents épisodes d’« alternance » considérés.

  • 3 Comme le rappellent plusieurs contributeurs, il importe de distinguer à la suite d’Alexandre Siné ((...)

4La deuxième partie, intitulée « Anticipations, opportunités et conditionnalités de l’alternance de 1981 en France » se concentre, comme son titre l’indique, sur cette « alternance paradigmatique » qu’a représentée l’élection à la présidence de la République française du candidat socialiste, François Mitterrand, le 10 mai 1981 rompant avec la domination ininterrompue des formations de droite sous la Cinquième République. Là encore, les différents contributeurs montrent l’importance de restituer cette dernière dans un temps plus long, mais aussi de faire varier les échelles, comme Rémi Lefebvre qui met en évidence la recomposition du socialisme municipal en laboratoire de politiques nationales dans les années qui ont précédé 1981, ou Renaud Gay qui s’intéresse pour sa part à un secteur particulier, la santé et même plus précisément l’hôpital, pour mettre en évidence le rôle des concurrences au sein même de la majorité pour expliquer le « détournement » de la réforme initialement portée par les experts de l’association « Santé et socialisme » fondée en 1974. De même, Marine de Lassale montre comment la politique de la lecture publique, l’un des emblèmes3 de la nouvelle majorité a divergé des intentions initialement affichées en raison des rapports de pouvoir au sein de l’administration et du parti en la matière. Enfin Karel Yon met en évidence les luttes de cadrage symbolique qui se jouent autour de l’alternance à partir de la manière dont la confédération syndicale Force Ouvrière, par la voix notamment de son secrétaire général d’alors, André Bergeron, s’est alignée sans le reconnaître sur la nouvelle majorité tout en minimisant l’importance du changement de majorité et en affichant la continuité de sa ligne « apolitique » et « responsable ». Enfin Nicolas Kaciaf propose pour sa part d’inverser la relation entre champs médiatique et politique en montrant non pas les effets du premier sur le second, mais au contraire comment l’alternance de 1981 a pesé à la fois sur les pratiques journalistiques, mais aussi sur les positions au sein du champ médiatique, tant entre les rédactions qu’en leur sein.

  • 4 Proposant entre 3 et 5 sièges par circonscription, celui-ci mettait de fait en concurrence les cand (...)
  • 5 Au sens de Michel Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de Sciences-po, 1986.

5La troisième partie, « L’alternance ailleurs », propose enfin de continuer à décentrer l’analyse du cas français, à la suite de l’article de Toru Yoshida présentant le système quelque peu déconcertant de la « démocratie sans alternance » japonaise avec son système du singe non-transferable vote en vigueur jusqu’au milieu des années 19904. Eric Cheynis se penche ainsi sur l’alternance de mars 1998 qui vit une coalition de gauche emmenée par l’Union socialiste des forces populaires (USFP) accéder à la tête du gouvernement pour montrer comment celle-ci s’est largement décidée au Palais royal (le makhzen), véritable Etat dans l’Etat, qui pouvait ainsi faire l’économie d’un changement de régime. En écho au texte de Nicolas Kaciaf, Nicolas Hubé montre pour sa part comment la conquête du gouvernement allemand par une coalition « rouge-verte » emmenée par Gerhard Schröder au tournant des années 2000 en Allemagne y a reconfiguré les relations entre les champs politique et médiatique dans une conjoncture particulièrement « fluide »5 du fait du déménagement de la capitale de Bonn vers Berlin. À partir d’un cas certes français mais relativement exotique, Alice Mazeaud met pour sa part en évidence la manière dont la conquête par la socialiste Ségolène Royal de la région Poitou-Charentes a été l’occasion pour cette dernière de mettre en scène son volontarisme en matière d’irrigation, via notamment l’ouverture de la décision à des porteurs de cause écologistes distincts des lobbies agricoles. Enfin, revenant sur les alternances récentes au Tunisie et en Égypte, Michel Camau montre à son tour toute la part de jeu et de réversibilité que recèlent de tels processus, où il s’agit notamment de se montrer attentif aux concurrences entre fractions des élites et la manière dont elles interfèrent avec des mouvements populaires, ainsi qu’aux erreurs de calculs que les uns et les autres peuvent opérer.

6Bel exemple de déconstruction-reconstruction d’un objet saturé de passions et de représentations du sens commun, cet ensemble de réflexions et analyses empiriques constitue également une utile démonstration de ce que la sociologie politique peut apporter à la compréhension du fonctionnement et des transformations des régimes politiques passés ou présents, utile antidote aux commentateurs pressés et impatients.

Haut de page

Notes

1 Qui englobent les « entourages » politiques (think tanks, clubs), et les autres catégories d’agents qui interviennent dans la mise en œuvre des politiques publiques (hauts fonctionnaires, experts, lobbys, porteurs de causes), journalistes, intellectuels, etc. (Michel Offerlé, Sociologique de la vie politique, Paris, La Découverte, p. 42 et suiv., cité ici p. 23).

2 Voir notamment Philippe Zittoun, La fabrique politique des politiques publiques, Paris, Presses de Sciences-po, 2013, dont Eric Keslassy a rendu compte pour Lectures.

3 Comme le rappellent plusieurs contributeurs, il importe de distinguer à la suite d’Alexandre Siné (L’ordre budgétaire, Paris, Economica, 2006) les politiques symboliques et emblématiques, les secondes accompagnant un accent rhétorique par des mesures concrètes à la différence des premières.

4 Proposant entre 3 et 5 sièges par circonscription, celui-ci mettait de fait en concurrence les candidat-e-s d’un même parti (voir son exposé p. 144).

5 Au sens de Michel Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de Sciences-po, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Philippe Aldrin, Lucie Bargel, Nicolas Bué et Chirstina Pina, Politiques de l’alternance. Sociologie des changements (de) politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/21605

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page