Navigation – Plan du site
La naissance de la sociologie au Brésil

La naissance de la sociologie au Brésil

Christophe Brochier, La naissance de la sociologie au Brésil, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Amériques », 2016, 140 p., ISBN : 978-2-7535-5145-9.
Notice publiée le 04 novembre 2016

Présentation de l'éditeur

À la fin du XIXe siècle, à plusieurs milliers de kilomètres de Paris, au Brésil, les idées d’Auguste Comte vont se diffuser au Brésil, un pays à l’économie encore traditionnelle mais avide de progrès. Dans les années 1900, les premiers manuels de sociologie sont publiés à Rio de Janeiro et São Paulo par des intellectuels polygraphes habitués aux sciences juridiques. Un demi-siècle plus tard, la première véritable génération de sociologues brésiliens formés sur place prend la direction de la recherche et de l’enseignement de cette discipline relativement nouvelle. Comment la sociologie s’est-elle développée et affirmée entre ces deux dates dans le géant de l’Amérique latine ?

Cette question est importante car le Brésil est un grand pays de sociologie qui a formé ses premiers sociologues professionnels dans les années 1930, soit avant les Français, et qui n’a cessé d’attirer des chercheurs et des enseignants de premier plan venus d’Europe ou des États-Unis.

Ce livre invite donc à un voyage dans le temps et l’espace à la recherche des pionniers de la sociologie au Brésil. Il montre que les juristes ont été les premiers à pratiquer et à enseigner la discipline à Recife, Rio et São Paulo. Il raconte le travail des missions universitaires venues d’Europe et des États-Unis pour faire fonctionner les premiers départements de sciences sociales. Il permet aussi de restituer l’ensemble des acteurs de cette histoire mouvementée : autodidactes, polygraphes, avocats, catholiques pratiquants, agrégés français, héritiers de l’ethnographie américaine. On y suit les démêlés de ces gens d’origines diverses, aux quatre coins du pays, dans des institutions soumises à des pressions politiques et où la concurrence pour les premiers postes est féroce. L’histoire intellectuelle que nous proposons n’est ainsi pas une histoire des idées : elle s’efforce de montrer l’activité collective de personnes précises occupées à donner des cours, chercher des contrats de recherche, écrire des manuels. Elle ne se limite pas à raconter une fois de plus l’arrivée de Levi-Strauss et de Bastide à São Paulo et le développement de la sociologie uspienne, arbre qui en est venu à cacher la forêt. D’une façon originale et vivante, il s’agit de proposer au lecteur une approche concrète de l’institutionnalisation d’une science qui ne se limite pas à exposer les idées des fondateurs.

Haut de page