Navigation – Plan du site

Enzo Traverso, Mélancolie de gauche. La force d’une tradition cachée (XIXe-XXIe siècle)

Thibault Scohier
Mélancolie de gauche
Enzo Traverso, Mélancolie de gauche. La force d'une tradition cachée (XIXe-XXIe siècle), Paris, La Découverte, 2016, 228 p., ISBN : 978-2-7071-9012-3.
Haut de page

Texte intégral

1La mélancolie était-elle un sentiment politique ? Naît-elle de l’abattement des idéologies ou de l’espoir de leur avènement prochain ? Les défaites politiques sonnent-elles le glas du futur ou celui-ci profite-t-il de leurs cendres pour s’épanouir ? Voilà les questions autour desquelles l’historien Enzo Traverso a rédigé son ouvrage. Mélancolie de gauche, bien que constitué d’un ensemble de travaux disparates (articles allongés et enrichis, cours destinés à un séminaire, etc.), fait preuve d’une grande cohérence dans le traitement de son sujet ; l’auteur commence par définir son cadre théorique avant d’utiliser, en sus de la philosophie politique, des productions artistiques pour développer son point de vue. Il traite ainsi le rapport des peuples aux échecs révolutionnaires et à l’esprit d’utopie auquel ils peuvent étonnamment donner naissance, à la fois de manière épistémologique, historique et philosophique.

2Traverso consacre deux chapitres à définir les différentes facettes de la mélancolie, sentiment positif, sentiment négatif ; parfois paralysie du cœur las, parfois puissance d’agir qui puise dans le passé sa force créatrice. Walter Benjamin est ici convoqué, pour démontrer qu’à côté de l’idéologie du progrès faisant de la marche forcée vers le futur le moteur de la politique révolutionnaire, il a aussi existé un autre rapport au temps au sein des milieux de gauche radicale, la mémoire des révoltes échouées et des sacrifiés qui les accompagnent formant une tradition enracinée dans l’imaginaire politique des militants révolutionnaires. Cette mémoire, une fois convoquée par la confrontation du projet de transformation radicale de la société et des obstacles qui se dressent devant lui, se transforme en justification de la lutte. Traverso note que ce sentiment de mélancolie créatrice est particulièrement présent dans les productions politiques et artistiques des révolutionnaires à la fin du XIXe siècle et pendant la première moitié du XXe siècle, mais qu’elle semble disparaître après la chute du mur de Berlin. Un chapitre va être consacré à la comparaison entre les différentes représentations artistiques de la révolution et leurs iconographies, avant et après 1989. L’auteur s’intéresse en particulier au médium cinématographique (et notamment au cinéma italien) dans lequel la différence de traitement de la tradition révolutionnaire marxiste et communiste est patente. Représentée d’abord comme une glorieuse histoire des masses combattantes dont les défaites immédiates sont autant de victoires futures, le vent tourne avec l’effondrement de l’URSS et les ruines remplacent symboliquement les projets d’utopie.

3Un autre chapitre est consacré au rapport ambigu du communisme avec les luttes d’émancipation des peuples colonisés. Traverso rapporte que le camp révolutionnaire a longtemps ignoré les mouvements de libérations nationales et que, là encore, le résultat des luttes d’indépendances a été profondément décevant. Malgré une actualisation du marxisme et une influence de plus en plus importante de celui-ci dans le Tiers-monde, les États nés du départ des européens n’ont pas créé d’alternatives fortes face au capitalisme occidental. Les mythes comme celui du maoïsme se sont qui plus est effondrés en quelques dizaines d’années. Le dernier chapitre est un long hommage à Daniel Bensaïd. Le penseur, décédé en 2010, est utilisé comme un exemple de l’évolution des militants révolutionnaires vis-à-vis de leurs passés et des sacrifices consentis par leurs prédécesseurs. Bensaïd avait, de plus, intégré à ses réflexions la pensée de Benjamin et Traverso en profite pour consolider ses thèses sur ce dernier.

4L’intérêt de Mélancolie de gauche est double. Premièrement, le livre offre un cadre théorique idéel à long terme de la représentation de l’histoire révolutionnaire. La mélancolie privilégiée par Traverso est un élément qui transcende la tristesse et ritualise la commémoration des défaites. La Commune de Paris, écrasée par les Versaillais, la révolution spartakiste, écrasée par les forces réactionnaires allemandes, l’Espagne républicaine, écrasée par le fascisme ; tous ces événements deviennent prétexte d’une nécessité de réussir la révolution dans le présent. Les tentatives et les expérimentations qu’ils ont générées avant de disparaître sont autant de brèches dans l’histoire du capitalisme, brèches courageusement ouvertes par des hommes et des femmes qui l’ont souvent payé de leurs vies. C’est en vainquant qu’on les célébrera. Deuxièmement, Traverso fait de l’histoire des idées sous le prisme culturel et replace le cinéma ou l’architecture dans leur juste rôle de passerelles mémorielles et de témoins des bouleversements du rapport à l’histoire chez les révolutionnaires. Son ouvrage devient alors didactique et ses clés de lecture sont facilement transmises au lecteur qui pourra les réutiliser sur d’autres objets culturels.

  • 1 Michel Ragon, La mémoire des vaincus, Paris, Albin Michel, 1990.
  • 2 Dernières lignes de Errico Malatesta, L’anarchie, Montréal, Lux, 2012.

5Il nous semble que le livre succombe à un angle mort majeur, résultat du choix conscient et revendiqué de son auteur de se limiter à la tradition communiste-marxiste. En effet, c’est l’URSS et en particulier sa chute qui est utilisé par Traverso pour noter symboliquement la frontière entre mélancolie utopique créatrice et mélancolie froide de la défaite totale. Or, l’histoire du mouvement révolutionnaire est beaucoup plus complexe et d’autres mouvances, comme le conseillisme, le marxisme antisoviétique ou même le situationnisme ont développé, au cours du XXe siècle, un regard critique intéressant sur la question. Les anarchistes sont par exemple des témoins privilégiés de la mélancolie révolutionnaire, non seulement dans la société capitaliste mais au sein des forces de gauche elles-mêmes. Un livre comme La mémoire des vaincus de Michel Ragon1 le révèle immédiatement de par son titre ; parce qu’ils ont été confrontés au retournement de la révolution de 1917 par Lénine puis Staline ou encore à la prise du contrôle des communistes soviétiques de l’appareil républicain en Espagne, ils ont acquis un sens accru de la mélancolie, sans doute encore plus prononcé et précoce que chez les marxistes. Comme le disait Malatesta, l’un des penseurs centraux de l’anarchie italienne : « Et si aujourd’hui nous tombions sans renier notre drapeau, nous pourrions être certains de la victoire pour demain. »2 Traverso utilise quelques œuvres anarchistes mais une étude plus poussée de ce courant politique particulier avec les outils qu’il a mis en place donnerait sans aucun doute des résultats passionnants.

  • 3 Lire par exemple Miguel Abensour, Utopiques I. Le procès des maîtres rêveurs, Paris, Sens&tonka, 20 (...)

6Un autre point, effleuré par l’auteur, nous interpelle : à la lecture de son ouvrage, il semble que ce soit les révolutions passées qui créent l’imaginaire utopique des mouvements futurs. Cependant, des travaux de Miguel Abensour et Michèle Riot-Sarcey3 tendent plutôt à démontrer que c’est l’esprit utopique, née au sein de la toute jeune classe ouvrière dans le sillage de la Révolution française et de la révolution industrielle, qui a permis les révolutions du XIXe siècle. Le tarissement de cette source utopique, notamment à cause de la bureaucratisation soviétique et du totalitarisme, expliquerait aussi en partie l’évolution du rapport des peuples et des militants politiques à leur histoire. La mélancolie créatrice nécessiterait la tension utopique ; elle la reproduirait plutôt qu’elle la produirait et la rupture si bien décrite par Traverso a peut-être aussi quelque chose à voir avec l’effondrement de l’imaginaire utopique dans la seconde moitié du XXe siècle.

7Il n’en demeure pas moins que l’ouvrage d’Enzo Traverso est une plongée captivante dans l’histoire de la gauche et de sa « tradition cachée ». Son étude des imbrications entre histoire et mémoire, mélancolie et utopie est étrangement actuelle alors que des mouvements sociaux et politiques neufs (zapatisme, indignés, Occupy, etc.) se mettent en place avec un nouveau rapport mémoriel aux expériences révolutionnaires passées.

Haut de page

Notes

1 Michel Ragon, La mémoire des vaincus, Paris, Albin Michel, 1990.

2 Dernières lignes de Errico Malatesta, L’anarchie, Montréal, Lux, 2012.

3 Lire par exemple Miguel Abensour, Utopiques I. Le procès des maîtres rêveurs, Paris, Sens&tonka, 2013 et Michèle Riot-Sarcey, Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe siècle en France, Paris, La Découverte, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Scohier, « Enzo Traverso, Mélancolie de gauche. La force d’une tradition cachée (XIXe-XXIe siècle) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 10 novembre 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21680

Haut de page

Rédacteur

Thibault Scohier

Diplômé d’un master en sciences politiques à l’Université libre de Bruxelles (ULB).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page