Navigation – Plan du site

Emmanuel Pedler, L’esprit des lieux

Robin Lenoir
L'esprit des lieux
Emmanuel Pedler, L'esprit des lieux. Réflexions sur une architecture ordinaire, Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2016, 264 p., ISBN : 978-2-7132-2536-9.
Haut de page

Texte intégral

1Le choix d’un abat-jour peut-il être à la base d’une sociologie de la culture ? Selon Emmanuel Pedler, les actes discrets, peu réflexifs, « ordinaires », sont de meilleures entrées pour l’analyse de nos pratiques culturelles que le comptage traditionnel des sorties au théâtre ou des préférences musicales. Au travers de l’étude d’un site internet d’échange estival de résidences, l’auteur est à la recherche de « l’esprit des lieux », comme Max Weber l’était de « l’esprit du capitalisme ». Il s’agit de retrouver les valeurs et les systèmes de pensée à l’œuvre derrière nos choix de décoration, derrière les rapports que nous entretenons avec nos lieux de vie. Emmanuel Pedler est ainsi amené à penser dans son ouvrage de nouveaux cadres d’analyse, et finalement à questionner les approches qui dominent actuellement en sociologie de la culture. Au sens inverse de l’ouvrage, nous présenterons ici d’abord le terrain d’étude avant de revenir sur des questionnements théoriques.

2L’étude à la base de L’Esprit des lieux est donc celle d’un site internet qui permet à des particuliers d’échanger leurs résidences pour l’été. Une spécificité de ce site est qu’il est assez exigeant : ses membres sont pour la plupart issus de milieux moyens supérieurs. Mêlant à la fois l’étude des données disponibles sur le site internet, une analyse de réseaux et une observation participante, l’auteur tente de dégager deux types d’informations : d’un côté, les formes d’interactions entre les membres du site internet, et de l’autre, la relation que ceux-ci entretiennent aux espaces d’habitation.

  • 1 Erving Goffman, « La ritualisation de la féminité », trad. Alain Kihm, Actes de la recherche en sci (...)

3Emmanuel Pedler commence par nous rappeler que lorsque l’on fait visiter sa maison, on suit la plupart du temps un même « rituel », présentant dans le même ordre les mêmes « espaces publics » (salon) et évitant les « espaces privés » (chambres). Cette notion de « ritualisation »1 renvoie de manière plus large à toute interaction qui aurait pris une forme stable et récurrente. Le sens d’un rituel étant stabilisé, il permet à ses participants de se juger entre eux sans confrontation directe des valeurs ; la ritualisation joue donc un rôle de pacification. Une porte d’entrée majestueuse peut ainsi indiquer au visiteur à quel genre d’intérieur, et d’habitat, il peut s’attendre, et s’il y est ou non le bienvenu. L’intérêt du terrain d’enquête de l’auteur est qu’il existe sur le web des ritualisations qui ne sont pas encore stabilisées. Des visions antagonistes sur le sens et la forme qu’il faut donner à l’interaction coexistent alors. L’auteur prend ainsi l’exemple d’une « mauvaise expérience » de son informateur : celui-ci, en voyant les photographies d’une très belle vue disponible depuis la terrasse de son partenaire d’échange, s’attendait à trouver un intérieur décoré « avec goût » ; pour l’échangeur au contraire, la « belle vue » n’était pas censé s’accompagner d’un intérieur particulièrement travaillé. Ce qui se joue ici, selon Pedler, c’est moins un échec de communication qu’une confrontation de valeurs. Les « malentendus [...] découlent presque tous de la présence de systèmes de valeurs incompatibles et qui ne peuvent s’inter-évaluer de manière univoque » (p. 155).

4Pour éclairer ces différents registres de valeurs, l’auteur propose alors une analyse quantitative qui recoupe les différentes « mises en scène » des fiches de présentation des résidences ouvertes à l’échange. Très riche, elle ne se divise cependant pas mécaniquement selon des catégories : la « présentation de soi par le chez-soi » ne serait pas à associer à un groupe d’appartenance. Malgré ce dernier constat, l’auteur parvient à dresser une typologie de nos « rapports aux lieux », en s’appuyant cette fois sur six études de cas fondées sur l’analyse des résidences et des entretiens en « élicitation » avec leurs résidents (les personnes interrogées devaient réagir aux photographies de demeures qui leur étaient présentées). Sans prétention à la généralisation et avec une certaine souplesse, l’auteur distingue ainsi des « communautés de valeur » différenciées selon les milieux professionnels : si les cadres commerciaux et industriels recherchent des résidences modernes et confortables, les professions intellectuelles supérieures valorisent l’ancien, dans un souci d’authenticité et « d’inventaire » ; les professions libérales, quant à elles, sont marquées par la « cohabitation stylistique » – elles sont en recherche d’ancienneté authentique mais sont prêtes à des concessions, pour le confort notamment.

  • 2 David Halle, Inside culture: Art and Class in the American Home, Chicago, University of Chicago Pre (...)

5À partir de la distinction de ces régimes de valeur, l’auteur cherche à montrer que l’on peut comprendre l’usage ordinaire que nous faisons des objets culturels. Il s’intéresse notamment à l’exemple des toiles présentes dans les intérieurs et à leur signification. Ce choix n’est pas anodin : il s’agit en fait d’une réponse au Inside culture de David Halle2. Dans cet ouvrage, le sociologue américain appelle à penser les relations esthétiques dans les actes ordinaires plutôt que dans les déclarations : Halle avait choisi d’étudier les toiles accrochées aux murs de différents appartements de New York. Emmanuel Pedler nuance et affine cette approche : une toile n’est pas accrochée dans une entrée pour la même raison qu’elle l’est dans une chambre. Contrairement aux enquêtes par déclarations qui en viennent à distinguer des « goûts » différenciés selon les milieux sociaux, l’approche qualitative d’Emmanuel Pedler amène à voir que « la diversité des régimes visuels est directement fonction des espaces, des fonctions relationnelles des lieux, de l’investissement des propriétaires dans les dispositifs visuels ainsi que de la posture culturelle » (p. 219).

6Ce dernier constat témoigne en lui-même du projet plus global de L’Esprit des lieux. Pour Emmanuel Pedler, la sociologie de la culture, dans sa construction théorique actuelle, est incapable de penser nos relations pratiques et « ordinaires » à la culture. L’auteur développe alors son propre cadre d’analyse, à partir d’une sociologie wébérienne et qui doit être « relationnelle », « continuiste » et « en situation ».

  • 3 Voir notamment : Howard Becker, Art Worlds, Berkeley, University of California Press, 1982.

7Toute la première partie de l’ouvrage, que nous présentons ici, s’articule autour d’une réflexion qui explicite ce projet. Les approches dominantes en sociologie de la culture, celle de Pierre Bourdieu et celle de la sociologie de l’art interactionniste3, auraient une vision « solipsiste » de la culture. Elles confronteraient un individu-monade avec un objet cultuel, dans une relation de face à face. L’auteur plaide au contraire pour une approche « relationnelle », qui se fonde sur la notion d’« expérience ». Nos expériences esthétiques sont guidées, cadrées, par des normes qui se sont construites dans nos relations sociales. Les « cercles relationnels », en effet, jouent un rôle de prescripteur ou d’organisateur des pratiques culturelles. Les conseils de lecture entre amis, les sorties au théâtre en famille sont autant de vecteur sociaux de construction concrète des normes.

8Emmanuel Pedler critique également le caractère « discontinuiste » des approches actuelles de la sociologie de la culture. Cette discontinuité est celle des groupes sociaux : ceux-ci possèderaient des cultures très différentes, voire antagonistes. Chez Pierre Bourdieu, il y a ainsi discontinuité entre les classes sociales. Chez Howard Becker, il y aurait discontinuité entre les « professionnels » de l’art et la pratique ou la consommation d’art en « amateur ». En distinguant ainsi des « mondes culturels » hétérogènes, ces sociologues débouchent logiquement – et artificiellement peut-être – sur la notion de « conflit », conflit qui ferait rage entre les groupes sociaux pour faire valoir la « légitimité » de leurs pratiques culturelles. Selon l’auteur, le discontinuisme provient de l’approche up-down de ces théories (qui partent des institutions et descendent vers les individus). Il lui préfère une approche bottom-up. Il ne présuppose pas de catégories mais se réfère à l’orientation symbolique des agents. Emmanuel Pedler distingue ainsi les groupes de son étude comme des « communautés de valeur », marquées par un certain « esprit ». Il s’agit d’identifier « un périmètre dans lequel s’articulent plusieurs orientations axiologiques et processuelles. [L’esprit] identifie plus un horizon qu’une finalité clairement définie » (p. 106).

  • 4 Max Weber, Sociologie de la musique. Les fondements rationnels et sociaux de la musique, trad., ann (...)

9Dans ce cadre, Pedler réintroduit la notion de « rationalité ». Lorsque nous choisissons une architecture ou que nous décorons notre intérieur, nos comportements suivent toujours une logique rationnelle, qu’il s’agisse de choix motivés par des valeurs (conserver l’authenticité d’une vieille bâtisse) ou des finalités concrète (le confort). Ce constat, Emmanuel Pedler l’ancre dans une sociologie de la culture qu’il emprunte à Max Weber. Dans La Sociologie de la musique4, le célèbre sociologue allemand analyse la manière dont la musique occidentale s’est peu à peu dotée d’une langage stabilisé et rationnalisé, notamment par l’introduction d’un système d’écriture. Il montre ensuite comment ce processus de rationalisation impacte à la fois les expressions artistiques et les expériences qui peuvent en être faites. Par analogie, le rapport des individus à leurs lieux d’habitation ne pourrait être compris qu’une fois réintroduit dans une longue chaîne rationalisée. La constitution de « l’esprit des lieux » se fait par le dialogue avec ses amis, sa famille, mais aussi à partir de cadres donnés par les magazines de décoration ou même des connaissances acquises à l’université.

10Finalement, le pari d’Emmanuel Pedler visant à refonder une sociologie de la culture à la lumière d’une anthropologie culturelle qui soit relationnelle, continuiste et en situation, est très bien remporté. L’ouvrage est globalement très convaincant, malgré l’aridité conceptuelle qu’il présente pour le lecteur. En se focalisant sur une échelle très différente de celle de la sociologie bourdieusienne, la démarche de Pedler apparaît moins comme un contre-exemple des « théories de la légitimité » que comme l’investigation d’une dimension nouvelle, oubliée, mais pas forcément incompatible avec la sociologie de la culture qui domine actuellement.

Haut de page

Notes

1 Erving Goffman, « La ritualisation de la féminité », trad. Alain Kihm, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 14, n° 1, 1977.

2 David Halle, Inside culture: Art and Class in the American Home, Chicago, University of Chicago Press, 1993.

3 Voir notamment : Howard Becker, Art Worlds, Berkeley, University of California Press, 1982.

4 Max Weber, Sociologie de la musique. Les fondements rationnels et sociaux de la musique, trad., annotation et postface Jean Molino et Emmanuel Pedler, Paris, Métaillé, 1998 [1921].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robin Lenoir, « Emmanuel Pedler, L’esprit des lieux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/21718

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page