Navigation – Plan du site

François Meyssonnier et Frantz Rowe (dir.) Organisation, information et performance

Guillaume Arnould
Organisation, information et performance
François Meyssonnier, Frantz Rowe (dir.), Organisation, information et performance. Les processus opérationnels au cœur de la gestion des entreprises, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Économie et société », 2016, 266 p., ISBN : 978-2-7535-4364-5.
Haut de page

Texte intégral

1La recherche en sciences de gestion permet autant d’explorer les nouveaux territoires d’action des entreprises que de revisiter les grandes théories qui structurent nos connaissances en management. Dans Organisation, information et performance, un ouvrage dirigé par les enseignants chercheurs de l’Institut d’Administration des Entreprises de Nantes François Meyssonnier et Frantz Rowe, sont réunies des contributions centrées sur les processus opérationnels des entreprises : l’organisation de leurs systèmes d’information, leurs logistiques, leurs modes de distribution ou leurs modèles de contrôle de gestion. C’est à partir de situations concrètes, le plus souvent issues de recherches de terrain, que sont décrites et analysées les évolutions de la gestion des entreprises. Quelques entrées sont ainsi consacrées à de véritables « cas pratiques », en voici quelques exemples : l’usage intensif des mails par les cadres (Bretesché, de Corbière, Geffroy et Wolf) ; le risque de crédit dans la banque (Jubin, Lauzanas, Pop et Raymond) ou la pérennité des entreprises familiales (Antheaume, Barbelivien et Robic).

2La principale force de l’ouvrage et ce qui en garantit la cohérence, malgré la diversité des thématiques abordées, est sans doute cette combinaison de courtes synthèses (les entrées font le plus souvent une dizaine de pages), reprenant l’état des connaissances sur la question, abordant la recherche de terrain ou théorique menée (les 38 auteur-es sont toutes et tous spécialistes des champs abordés) et analysant les conséquences des évolutions décrites pour l’entreprise et ses acteurs. L’ouvrage réussit le pari de pouvoir s’adresser à la fois à l’étudiant en sciences de gestion, au néophyte intéressé par les questions de management des entreprises ou l’enseignant chercheur souhaitant confronter ses théories. Autre qualité d’ensemble réellement appréciable : l’ancrage territorial des travaux. Fidèle à la philosophie qui avait favorisé l’émergence des Instituts d’Administration des Entreprises, Organisation, information et performance décrit des travaux de recherche appliquée avec des partenaires locaux (Nantais ou des Pays de la Loire) qui montrent tout l’intérêt pratique d’une confrontation entre les théories et les pratiques en gestion.

3Les contributions réunies par François Meyssonnier et Frantz Rowe dans cet ouvrage constituent des « théories de moyenne portée » au sens de Merton : chaque analyse est centrée sur un sujet clairement défini et facilement identifiable. Il ne s’agit pas d’élaborer une théorie générale de l’organisation, mais plutôt de combiner l’étude de changements, récents ou inscrits dans le temps long, et la compréhension du comportement de l’entreprise contemporaine. Le livre est ainsi découpé en cinq parties : la première se penche sur la chaîne de valeur intra et inter-organisationnelle (ou comment la manière dont s’organise l’entreprise lui permet de créer des richesses au sens large) ; la deuxième étudie les processus de modélisation de la gestion (l’évolution des techniques) ; la troisième traite des normes et des technologies (l’environnement informationnel des entreprises est constitué à la fois de contraintes et d’opportunités pour les entreprises) ; la quatrième regroupe des études sectorielles sur la gestion des opérations, des relations et des situations ; la dernière partie élargit la perspective en abordant la performance économique et la responsabilité globale (sur la base des problèmes de gouvernance ou de stratégie).

4Que peut-on retenir d’une telle richesse ? D’abord et avant tout que le travail de recherche en science de gestion est nécessaire pour apprécier l’impact des nouvelles frontières de l’entreprise. Sans travaux académiques, comment comprendre les relations entre modélisation comptable et calcul de coûts ? Yannick Lemarchand convoque ainsi l’histoire pour montrer comment les professions s’appuient sur leurs obligations de tenir des comptes pour améliorer leurs pratiques managériales. Au XIXe siècle les débats étaient intenses dans le domaine agricole pour déterminer des modèles de calcul de coûts utiles à la profession. La tension autour de la création d’un outil qui cherche à être simple et pratique, tout en décrivant exhaustivement l’activité économique est parfaitement mise en valeur. Ces débats que l’on retrouve aujourd’hui encore à propos du contrôle de gestion ou de la normalisation comptable internationale s’inscrivent donc dans le temps long.

5Une autre entrée particulièrement stimulante étudie la gestion de la sûreté dans le nucléaire (Journé et Tillement). Dans une industrie à haut risque et de haute technologie comme celle-ci, les apports des sciences de gestion sont essentiels pour décrire comment l’entreprise cherche à concilier la performance et la protection. Les grandes catastrophes nucléaires (mais aussi celles de secteurs éloignés) ont poussé les chercheurs à étudier les facteurs humains de la sûreté. Au delà de la recherche de responsabilité, le management vise à développer une culture de la sécurité et des outils de gestion pour faire face à des accidents. Les auteurs évoquent l’évolution des théories applicables à la question, ainsi que les conséquences des nouvelles pratiques organisationnelles (recours à la sous-traitance, accroissement de la complexité technologique). On passe ainsi d’une vision axée sur la performance en termes de sûreté (high reliability organization) à une approche qui tienne compte du sens que les acteurs de l’entreprise donnent à leur action (conceptualisée par Karl Weick). La sûreté dans une centrale nucléaire s’explique ainsi autant par sa conception (rôle des ingénieurs) que par les interactions qui s’y déroulent, confirmant ainsi de nombreuses analyses de la nouvelle sociologie des sciences.

6À l’image de ces contributions emblématiques de l’intérêt que présente Organisation, information et performance dans la compréhension de l’entreprise moderne, la lecture de ce livre est à la fois agréable et éclairante. Les nouveaux modèles d’affaires de l’économie numérique prennent tout leur sens grâce aux éclairages des entrées sur la coopétition dans la distribution (combinaison de concurrence et de coopération pour mieux servir les clients), sur la standardisation des systèmes d’information entre des organisations différentes ou sur la prise en compte du développement durable dans les services logistiques. L’entreprise est définitivement une affaire de société où le chercheur doit comprendre et expliquer les stratégies individuelles comme collectives, les outils de gestion et leur sens, et surtout la manière dont les acteurs (membres ou partenaires) de l’entreprise agissent et réagissent face à ces évolutions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « François Meyssonnier et Frantz Rowe (dir.) Organisation, information et performance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 novembre 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/21749

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Inspecteur d’Académie Inspecteur pédagogique régional Economie gestion – Académie de Rouen

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page