Navigation – Plan du site

Jean-Marc Salmon, 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien, 17 décembre 2010 - 14 janvier 2011

Jean-Claude Zancarini
29 jours de révolution
Jean-Marc Salmon, 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien, 17 décembre 2010 - 14 janvier 2011, Paris, Les Petits matins, 2016, 350 p., ISBN : 978-2-36383-198-9.
Haut de page

Notes de la rédaction

Vendredi 25 novembre 2016 à 14 h, salle R253 à ENS de Lyon, Makram Abbès reçoit Jean-Marc Salmon pour une séance consacrée à l’ouvrage 29 jours de révolution, dans le cadre du séminaire transversal du laboratoire Triangle. En savoir plus.

Texte intégral

1Jean-Marc Salmon fait dans ce livre le récit de « la première révolution du XXIe siècle ». Le 14 janvier2011, après vingt-neuf jours de soulèvement populaire qui suivent l’immolation de Mohammed Bouazizi, à Sidi Bouzid, le président Zine el-Abidine Ben Ali quitte la Tunisie. Salmon retrace les événements jour après jour, en s’appuyant sur une lecture minutieuse des sources existantes (presse écrite, télévisions transnationales, web et articles savants) à laquelle il ajoute l’analyse d’entretiens avec quatre-vingt-dix acteurs du mouvement, interviewés entre mai 2011 et juin 2015. La question que se pose Salmon est fondamentale : comment ce mouvement sans direction nationale, sans porte-parole, sans texte de référence a-t-il triomphé d’un système autoritaire qui semblait tout puissant ? Il a une hypothèse forte pour y répondre : dans ce soulèvement, est à l’œuvre une hybridation entre des formes traditionnelles de la résistance populaire en Tunisie (les liens familiaux et tribaux ainsi qu’un maillage associatif et syndical réel qui perdure malgré la répression souvent brutale) et ce qu’il nomme « les ressources modernes de la panoplie numérique, des télévisions transnationales (dont Al-Jazira et France 24) jusqu’aux réseaux sociaux Facebook et Twitter ou des plateformes comme YouTube » (4e page de couverture).

2Jean-Marc Salmon, chercheur en sciences sociales, fait ici œuvre d’historien du temps présent, en menant une analyse pas à pas des 29 jours du soulèvement qui, parti d’un rassemblement spontané à Sidi Bouzid, va toucher fin décembre des villes proches (Menzel Bouzaïane, Regueb), provoquer de véritable soulèvements début janvier à Thala, Kasserine, Regueb et se « nationaliser » avec les grèves générales et les grandes manifestations de Sfax et de Tunis. L’auteur commence par « l’underground des révoltes », première partie de l’ouvrage, dans laquelle il met l’accent tour à tour sur l’existence d’une « cyberdissidence » tunisienne ; sur le mouvement des diplômés chômeurs soutenus par la population dans le bassin minier de Gafsa pendant le premier semestre 2008, à la suite d’un concours de recrutement de la Compagnie des phosphates de Gafsa, dont les résultats avaient clairement avantagé les « clients » du RCD, le parti du président Ben Ali ; et encore sur le mouvement des fellahs spoliés de leurs terres à Regueb et Sidi-Bouzid en juin-juillet 2010.

3Ensuite, Salmon fait le récit, lieu par lieu et jour par jour, des événements qui se succèdent, et ce récit met en évidence comment, d’emblée, on est à la fois dans le local et le global (appelé ici le « glocal »). Ainsi le tout premier rassemblement à Sidi Bouzid est l’œuvre de la famille élargie de Mohamed Bouazizi, de quelques syndicalistes et des membres locaux du PDP (le parti démocratique progressiste, petit parti indépendant et autorisé, fondé en 1983). Le rassemblement a lieu devant le gouvernorat et spontanément naît un mot d’ordre (« le travail est un droit, hé, bande de voleurs ») qui prend à partie le pouvoir : Mohamed Bouazizi est ainsi désigné comme un représentant de tous ceux que le pouvoir (la « bande de voleurs ») empêche de gagner leur vie en travaillant, qu’ils soient des fellahs spoliés de leur terres, des « enfants du marché » qu’on empêche de vendre dans la rue, des diplômés chômeurs… Un militant du PDP fait une brève vidéo du rassemblement (5 minutes 24 !), il la fait passer à un journaliste tunisien d’Al Jazira, suffisamment intrigué par un rassemblement, même de peu d’ampleur, dans son pays pour qu’il reprenne l’information ; le soir même Ali Bouazizi, le militant du PDP qui a tourné la vidéo, est interviewé au téléphone. À France 24, c’est un autre journaliste tunisien qui, tout aussi intrigué par cet événement, prend l’initiative de joindre un militant du PDP de la région. Dès les premières heures, une réaction d’ampleur apparemment limitée, fondée sur l’émotion de quelques personnes, se propage bien au delà de son lieu de naissance.

4Outre cette dialectique du local et du global, visible à tout instant, le livre met aussi en évidence les traces des parcours et expériences militantes, qui se rejouent pour les anciens des combats syndicalistes et politiques mais aussi entre générations, entre père et fils ou fille : quand, à la rentrée de janvier 2011, les jeunes de Thala lancent une manifestation spontanée puis, attaqués par la police, se réfugient dans les ruelles qui donnent sur la grande rue pour se défendre à coups de pierre, ils sont conscients d’appartenir à une « ville rebelle » qui a depuis longtemps lutté contre le pouvoir, au point qu’en 1983-1984 il a fallu faire intervenir les chars pour écraser les révoltes du pain, et ils savent qu’ils reprennent le combat de leurs parents. À Thala aussi, la boucle médiatique se met en place puisque c’est par Al-Jazira que les lycéens ont appris les événements de Sidi-Bouzid et que, le soir même du premier affrontement de Thala, un syndicaliste enseignant est interviewé par l’émission « La moisson maghrébine » d’Al-Jazira. Le récit des événements est mêlé d’informations historiques et sociologiques qui permettent de mieux comprendre par quels canaux passent les informations, comment se nouent les solidarités intergénérationnelles, quel est l’état des rapports de force à l’intérieur du syndicat UGTT. Ceci explique par exemple que ce soit à Sfax, « berceau du syndicalisme tunisien », que soit donné le premier mot d’ordre de grève générale et organisé une première grande manifestation sous l’égide de l’union régionale de l’UGTT le 12 janvier 2011, où retentit le mot d’ordre « dégage ! » qui sera le symbole sonore de la grande manifestation de Tunis du 14 janvier.

  • 1 Fehti Benslama, Soudain la révolution ! Géo-psychanalyse d’un soulèvement, Paris-Tunis, Denoël-Cérè (...)

5La dernière partie du livre reprend ce que Salmon appelle « les inédits du soulèvement tunisien ». Le lecteur avait pu déjà se formuler à lui-même certaines de ces conclusions, au fil des événements « parlés » par les témoins – car un des points forts du livre est aussi cette multiplicité des voix qui le parcourent – et « commentés » par les réflexions de l’auteur et de penseurs qui, en quelque sorte, l’accompagnent, comme par exemple le Foucault qui réfléchit aux soulèvements en Iran ou le psychanalyste Fehti Benslama lorsqu’il fait la « géo-psychanalyse » du soulèvement tunisien1. La reprise dans les trois derniers chapitres des aspects novateurs du soulèvement tunisien est une contribution importante à une réflexion sur ce que peuvent être les mouvements sociaux du XXIe siècle. Je ne ferai évidemment ici que les ébaucher sommairement. Un premier aspect concerne l’application aux mouvements sociaux de l’idée de lutte dissymétrique (généralement appliquée à la guerre) et de la métaphore du judo (comment déséquilibrer un adversaire plus puissant) ; il est développé dans deux chapitres (« Dissymétries et soulèvement » et « Images, oralité et émotions »). Cette hypothèse permet de penser qu’un mouvement spontané peut « bricoler » son extension et sa diffusion par son inventivité et son ingéniosité ; dans ce cadre, les cyberactivistes tunisiens, et les réseaux internationaux avec lesquels ils étaient liés, ont pu jouer un rôle important. Ils ont su déjouer le cybercontrôle gouvernemental pourtant puissant, avec l’aide des Anonymous (qui ont mené une attaque contre les sites gouvernementaux le 2 janvier) et des techniciens de Facebook qui installent en janvier une page de connexion sécurisée pour les titulaires de compte (p. 184-187). Ainsi, les images produites par les manifestants ont pu se diffuser, être relayées par les télévisions transnationales et revenir à leur point de départ en provoquant l’extension des mobilisations. Elles suscitaient et décuplaient ainsi une émotion politique forte en montrant les martyrs, les châhids, mot dont l’étymologie indique que les rebelles étaient aussi des « témoins », à la fois de l’insurrection et de la brutalité du pouvoir. Les slogans et les commentaires qui accompagnaient ces images étaient le plus souvent énoncés dans le tunisien dialectal (et non en français ou en arabe standard), dans le « parler du cœur » et non dans les langues « du raisonnement » apprises à l’école. Salmon insiste sur ce point : « le détournement politique de Facebook s’ouvrait au registre de l’émotion par les vidéos, mais aussi par des commentaires en dialectal, langue de la petite enfance, des sentiments » (p. 299). Enfin, le dernier chapitre (« Spontanéité et mémoires ») revient sur des aspects déjà bien lisibles tout au long de l’ouvrage : l’existence en Tunisie d’un maillage associatif (le livre insiste en particulier sur le rôle des associations d’avocats, qui manifestent souvent en robe) et syndical important qui, pour être peu visible du fait de l’omniprésence des formes d’expression du pouvoir, n’en était pas moins présent et joua un rôle déterminant pour que l’immolation de Mohamed ne reste pas un fait divers vite oublié, sauf par ses proches.

Haut de page

Notes

1 Fehti Benslama, Soudain la révolution ! Géo-psychanalyse d’un soulèvement, Paris-Tunis, Denoël-Cérès, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Zancarini, « Jean-Marc Salmon, 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien, 17 décembre 2010 - 14 janvier 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 22 novembre 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21799

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page