Navigation – Plan du site

Isabelle Backouche, La trace du fleuve. La Seine et Paris (1750-1850)

Louis Georges
La trace du fleuve
Isabelle Backouche, La trace du fleuve. La Seine et Paris (1750-1850), Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2016, ISBN : 978-2-7132-2543-7.
Haut de page

Texte intégral

1Vingt ans après sa soutenance et seize ans après sa publication, la thèse d’Isabelle Backouche bénéficie d’une réédition, augmentée d’un nouvelle préface, dans la collection « En temps et lieux » des éditions de l’EHESS, qui s’attache à rendre accessible des ouvrages marquants des sciences sociales devenus rares ou éditorialement vieillis. L’ouvrage a en effet fait date, et consiste en une étude audacieuse, non pas séparément de Paris ou de la Seine, mais des interrelations complexes et mouvantes « entre une ville et son fleuve » (p. 9). En cela, le postulat initial de l’historienne est contemporain : la Seine, symbole de Paris, est de nos jours un espace neutre, inaccessible pour les Parisiens, « étranger à la vie de la capitale ». « Comment, et à quel moment, la Seine a-t-elle perdu le rôle prédominant qu’elle tenait dans Paris ? » (p. 9) : tel est le questionnement fondamental de l’auteure, qui file cette vision contemporaine du fleuve dans la nouvelle préface, en pointant la « redécouverte » de la Seine en 2016, à la faveur de la crue menaçante de l’été, et la politique municipale de piétonisation des berges, perçue comme une reconquête du fleuve par les Parisiens. La période étudiée (1750-1850) s’explique par cette réflexion initiale : il s’agit moins de retrouver une image statique du fleuve à l’époque moderne que de chercher et d’expliquer une mutation située chronologiquement entre l’époque moderne et notre propre époque.

2Divisé simplement en trois temps, l’ouvrage se fonde d’abord sur les usages et les pratiques multiples du fleuve au milieu du XVIIIe siècle, puis sur les transformations que subit la Seine entre 1750 et 1800, et enfin sur le divorce et l’éloignement du fleuve et de la ville dans la première moitié du XIXe siècle. La première partie se présente comme un tableau synchronique de « l’intense présence du fleuve dans la ville » (p. 17) en 1750. Au XVIIIe siècle, la Seine est encore un lieu irremplaçable dans Paris, à la fois source en eau pour les habitants, couloir de navigation interne à la ville et espace économique où se mêlent bateaux lavoirs, bains et moulins. Quais et ponts ignorent en cela la ségrégation spatiale : une population variée, venant de toute la ville, les fréquentent quotidiennement pour y commercer, s’y approvisionner en bois, en blé ou en fruits, s’y baigner, ou simplement s’y promener et s’y rencontrer. L’inertie de ces usages est lourde, si bien que toute tentative d’aménagement visant à favoriser la navigation au dépens de l'occupation sédentaire du fleuve se heurte à la résistance énergique des riverains, notamment des habitants des ponts, qui forment des îlots d’habitation fortement identitaires. Les conflits d’usages ne sont en effet pas rares, eu égard à l’importance et à la diversité des activités fluviales. Leur régulation nourrit une rivalité marquée entre la monarchie (représentée par le lieutenant général de police et le procureur du roi au bureau de la ville) et la prévôt des marchands, soucieux de conserver son pouvoir de juridiction sur l’espace qui fonde historiquement son autorité, ce d’autant plus que la saturation de l’espace fluvial rend ses habitants difficilement contrôlables.

3La deuxième partie de l’ouvrage est consacré à l’aménagement du fleuve, qu’il soit projeté ou réel, et au changement dans la perception du fleuve qu’il induit, entre 1750 et 1800. Isabelle Backouche souligne le rôle pionnier de la Seine dans l’émergence d’une pensée urbanistique, notamment à la faveur du vaste plan d’aménagement qu’elle suscite en 1769 qui, finement étudié, apparaît comme l’aboutissement d’un mouvement de réflexion général visant à réguler, embellir le fleuve et concilier les usages qui s’y attachent. Si les réalisations sont moins ambitieuses que les plans, eu égard à l’impécuniosité des autorités et à la résistance des riverains, la Seine est toutefois à la fin du siècle un vaste chantier, qui se fonde notamment sur la démolition des maisons sur les ponts, véritable « perte d’un territoire » (p. 244). C’est aussi un regard neuf qui est dès lors porté sur le fleuve, plus soucieux d’organiser la navigation et la circulation des hommes.

4La dernière partie, du reste plus brève que les autres, examine la première moitié du XIXe siècle, temps d’un « fleuve étranger à sa ville » (p. 333). Au prévôt des marchands, défenseur des intérêts commerciaux du fleuve, se substitue la triple tutelle du préfet de la Seine, de l’Inspection de la navigation et des ingénieurs des Ponts et Chaussées, qui place le fleuve sous une « emprise administrative » (p. 302) et privilégie une vision extensive du rôle du fleuve : celui-ci appartient au bassin de navigation avant d’être à la ville. En cela, la facilité de navigation dans la ville devient le critère fondamental des aménagements, qui entraînent la disparition des bateaux amarrés et, par évictions successives, des habitations riveraines. Le nombre de ponts dans la ville est doublé durant le demi-siècle, les activités commerciales du fleuve sont rejetées en périphérie, et les quais sont tous exhaussés pour faire face aux crues : Paris a perdu la Seine.

5L’étude s’attache à éviter l’anachronisme d’une conception contemporaine de la ville et du rôle qu’y joue un fleuve, et se fonde en ce but sur une analyse fine de sources nombreuses et variées, tant administratives que juridiques ou commerciales. Il s’agit de retrouver les mots et les catégories émiques utilisées pour désigner la Seine et ses activités, ce qu’exprime la présence d’un glossaire en annexe. Ce souci du discours permet à l’auteure de souligner l’expérience vécue par les acteurs et les liens qui s’établissent entre pratique, négociation et définition des normes juridiques. Cette « approche processuelle » (p. V) permet ainsi au lecteur d’apprécier toute la particularité d’un fleuve encore vécu et approprié, notamment par le biais d’une très riche illustration (on compte dans l’ouvrage 22 cartes, 31 figures et 45 tableaux).

  • 1 Méthodes notamment développées dans Bernard Lepetit, Les villes dans la France moderne, 1740-1840, (...)
  • 2 Réflexion introduite dans Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle, Pa (...)

6Dans la nouvelle préface, l’historienne tient à préciser les origines historiographiques de ce travail, et la dette qu’elle a envers Bernard Lepetit et Jean-Claude Perrot. Le premier, auquel l’ouvrage est dédié et qui fut le directeur de sa thèse, influence profondément l’approche adoptée1. Contre une vision fixiste de l’histoire urbaine, qui ferait notamment de l’haussmannisation le grand tournant de l’urbanisme parisien, il s’agit ici de considérer la ville comme relevant toute entière de l’histoire sociale et, par conséquent, des pratiques et de la diversité des acteurs qui la forgent. Ainsi, l’historienne se sert de la Seine comme d’un laboratoire pour « retrouver l’épaisseur urbaine de Paris » (p. IV), en ne se limitant ni à une histoire du peuple riverain, ni à celle du rôle de l’État dans l’aménagement. D’autre part, Isabelle Backouche entend poursuivre la réflexion de Jean-Claude Perrot2 relative à l’émergence d’un savoir et d’un discours sur la ville dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, et à l’influence qu’ils ont eue sur les catégories utilisées par les chercheurs. À la faveur de cette démarche critique, l’auteure montre habilement la pluralité des discours normatifs et des projets d’aménagement, se dégageant ainsi des catégories pré-construites et se défendant de faire « une histoire des vainqueurs » (p. VIII).

  • 3 Sur l'actualité et les enjeux de ce champ de recherche, voir notamment Jean-Baptiste Fressoz, Frédé (...)

7La trace du fleuve a donc été un ouvrage profondément novateur, appliquant et adaptant avec habileté les méthodes de l’histoire sociale à l’étude d’un espace. Il trouve, en outre, une nouvelle dimension à la faveur du développement récent de l’histoire environnementale3 dont il est une œuvre pionnière ; s’attachant à définir les interrelations entre une population et le fleuve voisin, l’auteure met en lumière un mouvement général dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : le passage d’un fleuve qui impose ses formes et ses crues aux riverains à un fleuve dominé, transformé par les aménagements. Pour autant, il est possible de formuler une critique à cette étude, qui aurait peut-être gagnée à être précisée à la faveur de cette réédition. Par sa méthode, Isabelle Backouche entend se détacher d’une vision synchronique, descriptive et statique de la ville pour, précisément, « élucider [son] changement, c’est-à-dire son inscription – et celle de ses habitants – dans le temps » (p. V). Or, si le passage d’un fleuve habité à un fleuve navigué est très finement analysé, il tend parfois à devenir le seul et grand mouvement sur le long terme de l’étude, dans une lecture déterministe, ce d’autant plus que la vision d’une Seine « étrang[ère] à la vie de la capitale » (p. 9) est posée comme postulat a priori dès la première page de l’avant-propos. Cela amène l’historienne à adopter une vision paradoxalement fixiste et anhistorique dans la première partie de l’ouvrage. Celle-ci, quoique consacrée à un état des pratiques fluviales en 1750, est souvent bien imprécise sur la chronologie, évoquant indistinctement une période allant de la fin du XVIIe siècle aux années 1780, sous l’idée générale, brillamment spatialisée mais finalement peu historicisée, de l’appropriation du fleuve par les riverains, par les Parisiens et par les activités commerciales. Il aurait en cela été appréciable de préciser les évolutions plus fines de ce premier temps, qui tend à n’être ici qu’une situation initiale. Malgré cela, l’ouvrage reste aujourd’hui encore une étude de référence, et cette réédition achève d’en faire un classique de l’histoire urbaine.

Haut de page

Notes

1 Méthodes notamment développées dans Bernard Lepetit, Les villes dans la France moderne, 1740-1840, Paris, Éditions Albin Michel, 1988.

2 Réflexion introduite dans Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle, Paris, Mouton, 1975.

3 Sur l'actualité et les enjeux de ce champ de recherche, voir notamment Jean-Baptiste Fressoz, Frédéric Graber, Fabien Locher et Grégory Quenet, Introduction à l’histoire environnementale, Paris, La Découverte, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Georges, « Isabelle Backouche, La trace du fleuve. La Seine et Paris (1750-1850) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 novembre 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/21801

Haut de page

Rédacteur

Louis Georges

Agrégé d’histoire, élève de l’École normale supérieure de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page