Navigation – Plan du site

Norbert Elias, Humana conditio

Matthias Fringant
Humana conditio
Norbert Elias, Humana conditio, Paris, EHESS, coll. « Audiographie », 2016, 190 p., traduit de l'allemand par Laurent Cantagrel, présenté par Falk Bretschneider, ISBN : 978-2-7132-2548-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un développement récent sur la chronologie de publication des œuvres de l'auteur, voir par exe (...)
  • 2 Le titre complet de l’ouvrage est Humana conditio. Considérations sur l’évolution de l’humanité à l (...)

1Le petit ouvrage qu’est Humana conditio vient poursuivre le processus de publication en français de l’œuvre de Norbert Elias1. Présenté par Falk Bretschneider, maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales, le texte est la traduction en français d’une version écrite et approfondie de la conférence publique prononcée par Norbert Elias le 8 mai 1985 à l’université de Bielefield, à l’occasion du quarantième anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Âgé de 87 ans en cette journée de commémoration, le sociologue et historien pose la question suivante : « pourquoi y a-t-il des guerres ? » (p. 37). L’auteur se justifie de cette question quelque peu abrupte en indiquant que pour « mieux comprendre les questions actuelles, il est parfois utile de s’en éloigner en pensée, avant de revenir lentement à elles avec plus de distance » (p. 35). Ainsi, pour Elias, la possibilité de répondre à cette interrogation passe nécessairement par une prise de recul historique, ce qui le mène à envisager de manière plus large certaines « considérations sur l’évolution de l’humanité »2. L’ouvrage comporte 24 sections, qui chacune développe une idée. Nous tenterons ici de faire ressortir les plus importantes afin de rendre compte de l’argumentation d’Elias.

  • 3 Elias Norbert, Engagement et Distanciation. Contributions à la sociologie de la connaissance, Paris (...)

2Le texte s’ouvre par une réflexion sur le développement des savoirs relatifs aux mondes naturel et social. L’argument principal, déjà présenté dans Engagement et distanciation3 et ici repris de manière plus fragmentaire, est de dire qu’une forte exposition aux dangers d’un phénomène augmente les réactions émotionnelles qu’il suscite. Or, une importante charge d’émotivité liée à un objet en empêche sa connaissance rationnelle ainsi qu’une adaptation pratique à son égard. Norbert Elias insiste ici sur le fait que les degrés de distanciation aux affects n’ont pas connu les mêmes développements dans la connaissance des mondes naturel et social.

3Ainsi, si un « processus de démythification et le développement d’un savoir hautement conforme au réel dans le domaine de la nature non humaine » (p. 48-49) ont été rendus possibles par une distanciation des êtres humains aux menaces naturelles et aux représentations imaginaires de ces phénomènes, il n’en a pas été de même pour le monde social. La connaissance de ce dernier est en effet toujours marquée par des images chargées émotionnellement et non conformes au réel. C’est ce qui mène le sociologue à indiquer en dernier lieu qu’« aujourd’hui, tout bien considéré, ce sont les hommes qui constituent le plus grand danger pour les hommes » (p. 52).

4Elias s’attache donc dans le reste de son exposé à mettre en question la « couche des mythes » (p. 55) qui continue à déterminer la représentation que l’humanité a d’elle-même, à travers une étude distanciée de l’objet social qu’est la guerre.

5Dans un premier temps, Elias s’éloigne de l’actualité directe en adoptant une perspective sur le temps long permettant de mettre en évidence les régularités du phénomène social de guerre. Comme l’explique le sociologue, « on constate très souvent qu’après une série de combats, [les États ou les tribus belligérants] se répartissent en une hiérarchie de statuts et de pouvoirs. Au cours des combats éliminatoires, les plus puissants de ces États se retrouvent à la tête de cette hiérarchie, ce qui les contraint à s’engager entre eux dans une lutte pour la suprématie » (p. 57). En effet, lorsqu’un petit groupe d’États se retrouve en situation dominante, il lui semble nécessaire de disposer d’une puissance militaire supérieure à celle de tous les autres pour assurer sa propre sécurité. Cependant, cette volonté est vouée à l’échec du fait qu’apparaissent toujours de nouveaux groupes humains représentant une menace. Selon Elias, les conquêtes et la chute d’Alexandre le Grand ou encore de l’Empire romain, mais aussi les luttes plus récentes pour l’hégémonie européenne sont des exemples de cette volonté illusoire.

6L’auteur indique pour finir que « la régularité avec laquelle les États, voire les unités de survie pré-étatiques, dès lors qu’elles sont, d’une manière ou d’une autre, en mesure de tenir tête aux autres, s’engagent dans des combats éliminatoires pour l’hégémonie, a quelque chose d’un peu effrayant quand on l’observe sur des millénaires, surtout ces jours-ci » (p. 69). Cette permanence s’explique en dernier lieu par le fait que les dirigeants et les peuples sont au cours du temps « restés enveloppés dans le manteau rassurant » (p. 71) de leurs représentations mythiques de la guerre et de la nation, les empêchant d’en avoir une vision conforme à la réalité.

7C’est seulement après avoir mis en évidence cette régularité que Norbert Elias peut envisager la singularité de la configuration dessinée par l’opposition entre les candidats qui se disputaient alors l’hégémonie : les États-Unis et l’Union soviétique. Une première spécificité est liée aux techniques d’armement perfectionnés qui, si elles étaient utilisées, « entrainerai[ent]t la destruction avancée de ces deux superpuissances et de leurs alliés, ainsi qu’une diminution éventuelle, temporaire ou durable, du caractère habitable de la Terre » (p. 102). La seconde spécificité de ce conflit tient au fait qu’il engage non plus des portions du territoire mais bien le monde entier, ce qui place les hommes « pour la première fois devant la tâche de s’organiser de façon globale, c’est-à-dire en tant qu’humanité » (p. 104). Elias indique cependant à l’issue de cette analyse qu’« aucune prise de conscience de la singularité de la situation actuelle n’est, semble-t-il, en mesure de briser la puissance de cette tradition qui nous pousse à la guerre » (p. 114).

8Le dernier temps du texte est donc consacré à la formulation de solutions adaptées à ce problème sans précédent. La première d’entre elles est l’instauration d’institutions supra-étatiques, qui permettrait de préserver la paix de manière efficace. La seconde, sur laquelle Elias s’attarde plus longuement en raison de son importance, est la diminution de la méfiance entre les peuples. Celle-ci ne pourra advenir que sur le long terme, et en ayant « conscience des relations d’équilibre très instables au sein de la hiérarchie d’États » (p. 147). En effet, le conflit n’est pas seulement nourri par la crainte de l’anéantissement physique, mais aussi et surtout par celle d’une destruction sociale. Ainsi, les accords sur l’armement ne sont pas le cœur du problème. Revenant à la distinction effectuée au début du texte entre savoirs sur les mondes naturel et social, Elias rappelle que « le développement des relations entre les individus et entre les institutions qui les encadrent s’effectue actuellement bien plus lentement et avec bien plus de difficultés que le développement des relations entre les hommes et la nature non humaine, du savoir en sciences naturelles et en technologie » (p. 171). Il plaide en définitive pour la mise en place de représentations moins imaginaires et plus conformes à la réalité des sociétés en conflit. En effet, la résolution de la guerre semble se trouver dans une modification des comportements humains, le danger résidant « uniquement dans l’attitude des hommes les uns envers les autres » (p. 180).

9En somme, ce texte, bien que concis, mobilise les principaux outils d’analyse du penseur à multiples facettes qu’est Norbert Elias : le procès de civilisation, la question des affects, la prise en compte de la longue durée, et enfin les notions de configuration et de comportements individuels.

10Cette armature conceptuelle est mise au service d’une analyse empirique d’un objet tout particulier pour Norbert Elias, en plein contexte de guerre froide. On peut à ce propos souligner le « haut niveau de distanciation » du sociologue à l’égard de son objet, alors qu’il a lui-même été particulièrement touché par les guerres du XXe siècle, qui l’ont contraint à un long exil et à une reconnaissance tardive dans le milieu universitaire. Ainsi est faite la preuve qu’un contrôle critique du rapport du sujet à l’objet peut s’avérer être une ressource dans l’analyse rigoureuse des phénomènes sociaux.

  • 4 Heinich Nathalie, La sociologie de Norbert Elias, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2002 [19 (...)
  • 5 Pan auquel est consacré le récent ouvrage : Elias Norbert, La dynamique sociale de la conscience. S (...)
  • 6 Heinich Nathalie, op. cit., p. 105

11Outre les réserves émises par Falk Bretschneider envers l’analyse eliassienne de la guerre (le premier reprochant au second une vision traditionnelle des relations internationales, effaçant la multiplicité des acteurs et des échelles engagés dans le conflit), on pourrait également mettre en garde contre l’apparente simplicité de l’ouvrage4. Si celui-ci est concis et pose une question apparemment simple, il fait cependant intervenir, comme nous l’avons vu, un nombre important des aspects de la pensée d’Elias. Certains comme le procès de civilisation sont connus, d’autres comme la sociologie de la connaissance et des sciences5 le sont en revanche moins. Cette fausse simplicité s’accompagne d’une écriture « en spirale »6, reprenant un même point sous différents angles lors de passages parfois très éloignés, ce qui peut entraver la compréhension du propos. Ce texte demande donc une attention toute particulière, à la mesure de la qualité des réflexions qui y sont déployées.

Haut de page

Notes

1 Pour un développement récent sur la chronologie de publication des œuvres de l'auteur, voir par exemple la bibliographie établie par Deluermoz Quentin (dir.), Norbert Elias et le XXe siècle, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2012.

2 Le titre complet de l’ouvrage est Humana conditio. Considérations sur l’évolution de l’humanité à l’occasion du quarantième anniversaire de la fin de la guerre (8 mai 1985).

3 Elias Norbert, Engagement et Distanciation. Contributions à la sociologie de la connaissance, Paris, Fayard, 1993 [1983].

4 Heinich Nathalie, La sociologie de Norbert Elias, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2002 [1997], p. 106.

5 Pan auquel est consacré le récent ouvrage : Elias Norbert, La dynamique sociale de la conscience. Sociologie de la connaissance et des sciences, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2016.

6 Heinich Nathalie, op. cit., p. 105

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthias Fringant, « Norbert Elias, Humana conditio », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 24 novembre 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21816

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page