Navigation – Plan du site

Clem Henricson, Morality and public policy

Anne Philibert
Morality and public policy
Clem Henricson, Morality and public policy, Bristol, Policy Press, 2016, 146 p., ISBN : 978-1-44732-382-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hendrik Wagenaar et Sietske Altink, « Prostitution as morality politics or why it is exceedingly di (...)

1C’est à la vaste tâche de mieux comprendre la place de la moralité dans les politiques publiques que Clem Henricson, auteure de Morality and public policy, s’attelle. Selon l’auteure, l’intrusion de la morale et des émotions dans les processus de décision rend la notion de politiques publiques basées sur les faits au mieux problématique, au pire, impensable. Les exemples choisis dans l’ouvrage en sont la preuve : suicide assisté, avortement, homosexualité, redistribution des ressources sont quelques-uns des nombreux domaines dans lesquels les décisions politiques sont avant tout prises en référence à ce qui semble être bon ou mauvais1. Dans cette mesure, toute tentative de réguler des comportements peut être lue comme une tentative de dessiner de nouvelles frontières entre les « bons » et les « mauvais » comportements. Clem Henricson propose dans son ouvrage d’adopter une double perspective : théorique d’abord, en analysant la nature profonde des valeurs morales et la manière dont elles fondent les décisions politiques (chapitres 1 à 3) ; prescriptive ensuite, en plaidant pour une meilleure prise en compte de ces questions dans les décisions politiques afin de mieux réagir aux défis sociaux (chapitres 4 et 5).

2Après un premier chapitre introductif qui définit le lexique et les enjeux de la philosophie morale, le chapitre 2 propose un passage en revue des différentes valeurs qui orientent les actions humaines, qu’il s’agisse de doctrines religieuses ou de systèmes philosophiques, mais aussi du développement et du rôle de la science dans l’explication des comportements humains (psychologie, neurosciences). Plutôt que de décrire en détail chacun de ces systèmes de pensée, l’auteure tente de rassembler les éléments fondamentaux qui font cohérence ou division entre ces différents modèles. Le chapitre balaie des perspectives variées telles que la pensée aristotélicienne de l’individu, la notion de devoir influencée par Schopenhauer, l’utilitarisme de Mills, le marxisme, les mouvements des droits humains, l’universalisme et le relativisme. Le chapitre offre ainsi un rappel utile des philosophies contemporaines et de leurs implications pour les politiques publiques qui sont au cœur des débats quand l’État est amené à discuter de questions morales.

3Dans le chapitre 3, l’auteure s’intéresse aux synergies et aux tensions entre les différents systèmes de valeurs, en tentant de mettre en évidence les points de dialogue possible entre ces différents systèmes. La tâche est grande tant les motivations qui influencent les comportements humains sont complexes et parfois contradictoires. La moralité est alors envisagée comme le « manager de la condition humaine », et non pas seulement comme le « promoteur des instincts sociaux ». Autrement dit, elle doit être plus large et plus englobante qu’une simple motivation dominant un comportement instinctif. Ainsi, Clem Henricson propose de concevoir la moralité comme une totalité englobante qui héberge et intègre les différents instincts sociaux, conciliant ainsi les impulsions morales dans leur complexité et leurs différences.

4Le chapitre 4 décrit les défis et les bénéfices que l’on peut attendre de la prise en compte de cette approche dans les processus de décision politique. L’auteure propose d’organiser un examen formel ainsi qu’un débat autour de la moralité comme étant une fonction des politiques publiques, tout en mettant en évidence le large spectre des « instincts sociaux » qu’il est nécessaire, selon elle, de prendre en compte.

5Le dernier chapitre offre enfin une proposition « d’outil » qui contribuerait à une meilleure gestion des tensions inhérentes aux différences culturelles ou intergénérationnelles. Il s’agit pour l’auteure d’un organe institutionnel œuvrant à une meilleure compréhension de la relation entre moralité et politiques publiques – d’autant plus nécessaire, selon l’auteure, à l’heure où les questions morales sont davantage envisagées en politique comme des questions partisanes plutôt que comme une réflexion sur ce qui fait société.

6L’argument de Clem Henricson gravite autour de la notion d’empathie, ou plutôt de son manque dans le domaine civique. L’auteur affirme la nécessité d’une plus grande présence de la moralité discutée en société, dans les relations non seulement avec notre gouvernement, mais aussi avec la population en général. Elle appelle à un débat sur les fondements de la morale et sur la façon dont, dans un nouveau paradigme de la vie civique, cette pensée peut être déployée et articulée dans les interactions quotidiennes de chaque individu, à tous les niveaux. Le travail de l’auteure présente l’originalité de confronter de manière attentive et documentée des approches, des problèmes et des concepts contemporains à des systèmes de pensée plus anciens. Il questionne l’agir humain de manière imaginative, pour mieux comprendre la réalité concrète du monde économique et politique.

7Il s’agit de toute évidence d’une publication d’actualité, non seulement sur le plan scientifique, avec le renouveau, depuis quelques années, de « la question morale », mais aussi sur le plan politique, dans un contexte où les « paniques morales » (prostitution, drogues, etc.) sont avant tout organisées autour de postures partisanes. Cependant, la visée du propos est parfois trop généralisante tant les domaines concernés sont vastes, et nous regretterons un discours qui semble parfois nécessiter des angles d’analyse plus étoffés que la seule question de la moralité, malgré les nombreux exemples développés. Par ailleurs, la question des changements des valeurs morales que porte une société est abordée, mais il est parfois difficile d’identifier à qui et à quoi l’auteure les attribue, et quel est le rôle des politiques publiques dans ces processus. Enfin, est-il possible de voir cette moralité se décliner sous différents aspects, voire de manière contradictoire, entre des échelles locales et globales ? Malgré ces quelques questions qui restent en suspens, nous soulignerons l’originalité de la démarche ainsi que le défi, lancé par l’auteure aux gouvernants comme aux citoyens, de s’emparer de la question pour renforcer la capacité des politiques publiques à répondre plus efficacement aux changements sociaux.

Haut de page

Notes

1 Hendrik Wagenaar et Sietske Altink, « Prostitution as morality politics or why it is exceedingly difficult to design and sustain effective prostitution policy », Sexuality Research and Social Policy, vol. 9, n° 3, 2012, 279-292.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Philibert, « Clem Henricson, Morality and public policy », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 24 novembre 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21819

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page