Navigation – Plan du site

Caroline Rolland-Diamond, Black America. Une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (xixe-xxie siècles)

Sébastien Zerilli
Black America
Caroline Rolland-Diamond, Black America. Une histoire des luttes pour l'égalité et la justice (XIXe-XXIe siècle), Paris, La Découverte, 2016, 615 p., ISBN : 9782707175502.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La mort de Keith Lamont Scott, africain-américain de 43 ans abattu par un policier noir à Charlotte (...)

1Alors que l’élection de Donald Trump semble avoir exacerbé les lignes de fractures du pays de l’oncle Sam, et que les récentes émeutes de Charlotte1 (Caroline du Nord) allongent inexorablement la liste des troubles déclenchés par la mort suspecte de citoyens désormais le plus souvent regroupés par le terme « African-Americans », on pourrait considérer la parution de l’étude de Caroline Rolland-Diamond comme malheureusement opportune.

  • 2 L’auteure définit le terme ghetto comme « un ensemble de quartiers habités exclusivement par les me (...)

2Si de tristes motivations peuvent justifier sa lecture, ce livre révèle pourtant justement de l’histoire de la communauté noire américaine un récit n’étant pas exclusivement marqué du sceau de la domination et de la misère. La densité et la richesse de ce travail, qui cumule toutes les caractéristiques de la solide recherche universitaire (au premier rang desquelles l’exploitation d’un impressionnant corpus d’articles de presse), lui donnent presque des allures de fresque historique : le nom des villes tristement célèbres pour avoir été le théâtre de sanglantes révoltes se mêle au fil des pages à celui des titres des « tubes » chantés par les icônes noires devenues des stars de la pop culture ; la description passionnante de l’effervescente Black metropolis (Chicago) des années 1920, et du Harlem renaissant de la même époque, contraste avec le portrait édifiant des ghettos2 dont le grossissement est proportionnel à celui des cohortes de migrants parcourant le pays du sud au nord. Surtout, cette histoire des luttes entreprises par les Noirs américains pour l’égalité et la justice est celle d’un pays autant qu’une histoire-monde : leur situation a effectivement évolué avec l’avènement outre-Atlantique de la société de consommation autant qu’en fonction de l’onde de choc des deux conflits mondiaux ; elle s’explique aussi bien par l’alternance au sommet de l’État des présidents républicains et démocrates que par les turbulences des mouvements de libération nationale et le succès de la cause tiers-mondiste.

  • 3 Elsa Geneste, « Question noire », in Pierre-André Taguieff (dir.), Dictionnaire historique et criti (...)

3Le lecteur étranger, et de surcroit non spécialiste du sujet, retirera d’abord de ce travail une image nette de l’institutionnalisation et du démantèlement du système ségrégationniste ayant fracturé les États-Unis au sortir de la Guerre de Sécession (1861-1865). Dans la foulée de la victoire des États du Nord, républicains, sur les troupes sudistes démocrates, alors majoritairement esclavagistes, le vote du xive amendement de la Constitution consacre l’égalité de tous les citoyens américains. Cette mesure soulève tous les enthousiasmes chez les nouveaux affranchis, mais l’élection présidentielle de 1876 douchera leurs espérances : « alors que les deux partis […] revendiquaient chacun la victoire, un accord fut passé par lequel le candidat républicain Rutherford Hayes accéderait à la présidence contre le retrait des troupes fédérales du Sud. Le pays était réconcilié… au détriment des Noirs. » (p. 29) Cet arrangement permet aux démocrates sudistes, convaincus de la supériorité de la « race blanche », d’adopter dans les États qu’ils gouvernent un ensemble de textes contraires à l’esprit des amendements constitutionnels adoptés au terme de la guerre. Ces lois restreignent les droits civiques de la population africaine-américaine et consacrent son inégalité politique. « Les lynchages se multiplient à partir de 1882. Pour la seule période de 1889 à 1899, on en décompte près de 150 par ans.3 » Le système ségrégationniste est pourtant officiellement définit comme cherchant à promouvoir et à maintenir un séparatisme égalitaire : « separate but equal », tranchent les juges de la Cour Suprême en 1896, avec l’arrêt Plessy versus Ferguson…

  • 4 Jacques Portes, « Ségrégation », in Pierre-André Taguieff, op. cit., p. 1658.

4« Cette décision capitale […] va figer les relations raciales jusqu’au lendemain de la seconde guerre mondiale4. » Le thème de la « double victoire », contre le nazisme en Europe et contre la ségrégation aux États-Unis, s’impose alors. Les manifestations non violentes puis les sit-in s’ajoutent aux campagnes d’achats sélectifs pour étoffer le répertoire d’action des Africains-Américains. En 1956, sous l’égide de la Southern Christian Leadership Conference, le pasteur Martin Luther King (1929-1968) orchestre le boycott des autobus de la ville de Montgomery (Alabama). Les Freedom Riders, des escouades de jeunes américains blancs et noirs, éprouvent au péril de leur vie la fermeté de la ségrégation dans les lignes de transport entre États. Plusieurs décisions importantes tombent : en 1954, l’arrêt Brown abroge la ségrégation scolaire. En 1961, la mixité dans les transports interétatiques est consacrée. Un an plus tard, il est acté que l’attribution de logements financés par l’État fédéral devra se faire sans aucune considération raciale. Le 28 août 1963, tout juste après les émeutes de Birmingham (Alabama) ayant révélé au pays entier la violence d’une Amérique sudiste blanche face aux protestations pacifiques de la communauté noire, le plus fameux des discours de Martin Luther King exalte avec lyrisme l’idéale intégrationniste de colorblindness (d’indifférence à la couleur de peau). Peu de temps après, le Président Johnson signe le Civil right Act (2 juillet 1964) et le Voting Right Act (6 août 1965). Le premier démantèle le système ségrégationniste ; le second permet à l’attorney general (le ministre de la justice) de diligenter des enquêtes pour s’assurer que les Noirs puissent s’inscrire sur les listes électorales dans les États du Sud.

5L’obtention de l’égalité politique révèle cependant par contraste l’ampleur des lourdes inégalités qui touchent les populations africaines-américaines n’ayant pas affronté le joug du système ségrégationniste : « [P]oint de départ indispensable à toute revendication d’égalité, la lutte [pour les droits civiques] ne résolvait cependant pas les problèmes économiques et sociaux des habitants des ghettos du Nord et de l’Ouest. » (p. 327) Les émeutes du quartier de Watts à Los Angeles (Californie) durant l’été 1965 inaugurent une série de violents soulèvements urbains.

  • 5 André Kaspi, Les Américains, t. 2, Les États-Unis de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, « Points / His (...)

6Il est d’usage de considérer cette séquence au mitan des années 1960 comme la marque de « l’éclatement du mouvement noir suivant l’âge des leaders, leurs origines géographiques, leurs convictions idéologiques5 ». À la première moitié de la décennie, caractérisée par une mobilisation apaisée pour l’égalité politique des Africains-Américains, succèderait une période de radicalisation dont la revendication du Black Power et la création du Black Panther Party (1966) seraient les symboles. À rebours de cette interprétation, l’auteure pointe « l’imbrication des modes d’action au service du combat pour l’égalité » (p. 264). La conjugaison bien plus que l’opposition des formes de militantisme s’observe effectivement tout au long de la décade : les Deacons for Defense and Justice (littéralement les « Diacres pour la défense et la justice »), sorte de milice constituée de vétérans de la seconde guerre mondiale, encadrent les manifestations pacifiques organisées par les respectables organisations religieuses ; les Panthères Noires, durement réprimée par l’État fédéral qui craint une convergences des luttes au pic de l’effervescence gauchiste, développent des actions de proximité au service de la communauté noire. Celles-ci tranchent avec la rhétorique paramilitaire de l’organisation et dévoilent « une variante gestionnaire du Black Power » (p. 363). Autre exemple prouvant « la porosité de la frontière entre les formes radicales et libérales de mobilisation » (p. 369) : les Freedom Riders, évoqués plus hauts, apportent en 1961 leur soutien au partisan de l’autodéfense armée Robert Williams alors étroitement surveillé par le F.B.I.

7Caroline Rolland-Diamond s’attache aussi à montrer que cette cohabitation des philosophies et des modes d’action s’observe dès le début du xxe siècle : dans le premier quart des années 1900, les thèses de l’intellectuel Noir W. E. B. Dubois (1868-1963) voisinent avec celle du militant d’origine jamaïcaine Marcus Garvey (1887-1940). Celles-ci développent un nationalisme noir, teinté de panafricanisme, que les principes du Black Power et les ambitions séparatistes de la Nation of Islam emmenée par Malcom X (1925-1965) actualiseront ; celles-là, marquées par le thème de la « double conscience » (noire et américaine), sont d’une tonalité plus intégrationniste. Les discours du pasteur King s’en feront l'écho.

  • 6 D’un voyage dans le sud des États-Unis, probablement effectué à la fin des années 1960, l’anthropol (...)

8En opérant un zoom sur la création de la National Welfare Right Organization (NWRO) en 1967, ayant pour objectif de défendre les droits des bénéficiaires de l’aide sociale dans les ghettos, l’auteure documente la naissance d’un mouvement et d’une revendication mobilisant encore tous les registres d’action, « loin des clivages idéologiques […] entre radicaux et libéraux, séparatistes et intégrationnistes, nationalistes et pluralistes » (p. 369). Cet épisode permet à l’historienne de pointer le rôle décisif de femmes et de mères de familles ayant souvent été victimes d’un sexisme intra-communautaire et reléguées au rang d’icônes pour la défense de la cause des Noirs. Les inégalités liées au genre tout comme celles générées par les revenus, aussi bien que les clivages générationnels ou géographiques, soulignent d’ailleurs la profonde diversité d’une communauté dont l’homogénéité supposée n’a jamais été invoquée avec constance que dans les discours essentialisants de ses adversaires6.

9Si l’on n’a que trop rapidement abordé le riche contenu de ce livre, sa lecture impose une conclusion nette et concise : la lutte pour l’égalité et la justice des Africains-Américains est loin d’être achevée. Loin d’avoir représenté l’avènement d’une idéale société post-raciale, la présidence Obama (à laquelle l’auteure n’accorde significativement qu’un petit nombre de pages) semble plutôt s’inscrire dans une séquence conservatrice, sinon réactionnaire, ouverte en 1980. La disqualification machiavélienne des mesures de discriminations positives dans une Amérique qui s’affirme désormais colorblind, l’accent mis sur la responsabilité individuelle (lointain écho de la doctrine de l’uplfit [élévation par le travail] théorisé par l’éducateur noir B. T. Washington [1856-1915]), comme le traitement strictement pénal de la consommation de drogues dures majoritairement consommées par la population Africaine-Américaine le prouvent. Plusieurs indicateurs statistiques, du taux de chômage jusqu’au taux d’incarcération en passant par celui de mortalité, soulignent la précarité quasi structurelle dont souffre toujours une grande partie la communauté noire américaine.

  • 7 « Entretien avec Caroline Rolland-Diamond », Bully Pulpit, 24 février 2015 : http://www.bullypulpit (...)

10Dans un entretien accordé quelques mois avant la sortie de son livre, Caroline Rolland-Diamond mentionnait que Black America avait pour sous-titre provisoire « Le combat inachevé des Noirs pour l’égalité7 ». On comprend mal pourquoi il n’a pas été conservé.

Haut de page

Notes

1 La mort de Keith Lamont Scott, africain-américain de 43 ans abattu par un policier noir à Charlotte le 20 septembre 2016, a déclenché des manifestations violentes pendant trois jours dans cette ville du Sud-Est des États-Unis. Ce décès est survenu peu de temps après celui de Terence Crutcher, un Noir de 40 ans, tué à Tulsa (Oklahoma) le 17 septembre 2016. Les images filmées du contrôle de police dont il fut victime prouvent pourtant que ce père de famille s’est montré coopératif avec les forces de l’ordre.

2 L’auteure définit le terme ghetto comme « un ensemble de quartiers habités exclusivement par les membres d’un groupe et au sein desquels la quasi-totalité de ce groupe vit. Le terme […] est utilisé pour sa connotation raciale et n’indique rien de la classe sociale des habitants » (p. 66, note 1).

3 Elsa Geneste, « Question noire », in Pierre-André Taguieff (dir.), Dictionnaire historique et critique du racisme, Paris, Puf, « Quadrige / Dico Poche », 2013, p. 1467.

4 Jacques Portes, « Ségrégation », in Pierre-André Taguieff, op. cit., p. 1658.

5 André Kaspi, Les Américains, t. 2, Les États-Unis de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, « Points / Histoire », 2014 [1986], p 183.

6 D’un voyage dans le sud des États-Unis, probablement effectué à la fin des années 1960, l’anthropologue Georges Balandier gardait d’ailleurs en mémoire le souvenir de la rencontre d’« une société noire devenue fort complexe, moins unie par l’identité raciale que divisée par les inégalités ­ celles qui séparent une bourgeoisie fortunée des classes pauvres ou misérables ». Georges Balandier, Histoires d’Autres, Paris, Stock, « Les grands penseurs », 1975, p. 38.

7 « Entretien avec Caroline Rolland-Diamond », Bully Pulpit, 24 février 2015 : http://www.bullypulpit.fr/entretien-caroline-rolland-diamond/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Caroline Rolland-Diamond, Black America. Une histoire des luttes pour l’égalité et la justice (xixe-xxie siècles) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 28 novembre 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/21832

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page