Navegación – Mapa del sitio

Régine Delamotte, Marie-Claude Penloup et Yves Reuter (dir.), « Décrocher à l’école : la part du français », Repères, n° 53, 2016

Denis Saint-Amand
Décrocher à l'école : la part du français
Régine Delamotte, Marie-Claude Penloup, Yves Reuter (dir.), « Décrocher à l'école : la part du français », Repères, n° 53, 2016, 170 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 978-2-84788-825-6.
Inicio de página

Texto completo

1La cinquante-troisième livraison de la revue Repères1 propose une focalisation sur « la part du français » dans le problème du décrochage scolaire. Dans l’introduction, les trois directeurs du projet évoquent avec une grande honnêteté le « peu de propositions [reçues] en réponse à l’appel à communications » et, assumant un propos fragmentaire fondé « sur des méthodologies de recherche diversifiées », annoncent d’emblée que « ce numéro paraîtra décevant à nombre de lecteurs » (p. 11). L’hétérogénéité des articles qui composent le volume ne se manifeste pas sur le plan géographique : l’introduction réduit d’emblée le terrain d’enquête à la France, en rappelant différents rapports, plans et déclarations politiques relatifs au décrochage scolaire qui s’y sont déployés ces dernières années ; seule la dernière contribution, sous la forme d’un entretien stimulant de Marie-Claude Penloup avec Chantal Blanchard, coordonnatrice du projet Motiv’action, s’ouvre à la francophonie, en présentant les apports d’un dispositif inspiré du programme québécois Check & Connect. L’éclatement est surtout perceptible sur le plan des démarches (propositions théoriques, entretiens compréhensifs ou présentations de séquences expérimentales) et sur celui des publics observés (du primaire à la fin du secondaire), mais le mérite de ce projet, comme l’indiquent ses instigateurs, est avant tout d’exister, de fonctionner comme « une ouverture, un appel » (p. 12) et de participer à réinscrire la recherche en didactique dans un engagement social dont elle ne peut se départir.

  • 2 Voir notamment Jean-Louis Dumortier, « Formation littéraire et compétences », Débat Enseignement de (...)

2Yves Reuter reprend à nouveaux frais la réflexion qu’il a développée au sujet du « vécu disciplinaire » (c’est-à-dire la prise en considération du fait que les différentes disciplines sont à la fois des espaces et des sources de vécu et d’émotions pour les élèves), et revient notamment sur les seize dimensions qui infléchissent la représentation que les élèves se font d’un domaine d’enseignement, depuis l’impression de « choix » ou d’« imposition » jusqu’à la perception d’une « utilité ». Elisabeth Verfaillie-Menouar et Oriana Ordonez-Pichetti présentent les résultats d’une enquête auprès d’élèves du primaire, sur la base d’un questionnaire qui demandait aux sujets de « désigner [leur] matière préférée et celle la moins aimée, [leurs] souvenirs (le meilleur et le pire) dans une discipline, et enfin ce qui leur donnait envie d’aller en classe ou au contraire ce qui ne leur donnait pas envie d’aller en classe » (p. 36). Les deux chercheuses mettent en lumière « un vécu plutôt négatif » (p. 39) de la discipline français, dont il est indiqué qu’elle est volontiers perçue comme prescriptive et normative. On est toutefois en droit de se demander si l’orientation de la question de départ ne biaise pas l’observation, et si une formulation plus neutre, ne charriant pas le présupposé qu’il existe forcément des souvenirs négatifs ou des envies de désertion, n’aurait pas conduit à des observations sensiblement différentes. Marie-Cécile Guernier présente pour sa part les résultats d’entretiens menés avec deux lycéennes raccrocheuses et deux collégiennes : si l’échantillon est maigre, certaines observations sont significatives. L’auteure relève notamment que l’intérêt éprouvé par les sujets interrogés est fonction de leur sentiment de découverte (p. 55-56) : le constat peut sembler évident, mais il entre en opposition avec l’un des principes souvent énoncés ces dernières années par certains didacticiens du français selon lesquels il conviendrait de favoriser l’approche de phénomènes dans lesquels les élèves sont susceptibles de se reconnaître. Miser sur l’identification possible des élèves est une stratégie d’accroche souvent efficace, mais ne nous semble devoir être ni un critère exclusif ni une finalité. C’est une telle conception que Magali Jeannin appelle également de ses vœux, en s’inspirant des propositions de Jean-Louis Dumortier sur la « formation littéraire »2 pour engager une « dynamique d’interculturation » dont le cours de français peut être un vecteur idéal en tant que « formation à soi et au monde » (p. 126). Le très bon article d’Hélène Crocé-Spinelli présente trois pratiques de prévention du décrochage scolaire développées dans des classes du réseau Éclair (le « conseil d’élèves », la « phrase du jour » et le « cahier d’écrivain »), lesquelles permettent de nouer des discussions et de mettre en lumière les apprentissages de chacun ; l’auteure analyse les enjeux épistémiques et sociologiques de ces propositions concrètes, qui suscitent l’adhésion des élèves observés. C’est un autre dispositif expérimental, passionnant, qu’envisagent Régine Delamotte, Marie-Claude Penloup et AMarie Petitjean en éprouvant la possibilité de réduire les difficultés en matière d’écriture académique par un investissement dans l’écriture créative, qui permet de mesurer l’acquisition de certaines compétences et de les valoriser.

3Enfin, on soulignera tout particulièrement la contribution de Véronique Miguel Addisu, qui étudie les « indices d’accrochages d’élèves “allophones” devenus “ordinaires” » en se penchant sur une dizaine de sujets de 9 à 12 ans scolarisés en France depuis moins d’un an. Questionnant à la fois leur contexte familial, les conditions d’enseignement et l’expression de leur « vécu scolaire », l’auteure montre comment ces élèves, statistiquement plus exposés au décrochage, « témoignent de stratégies d’apprentissage peu visibles dans la classe », et comment leur investissement dans la maîtrise de la langue peut s’appréhender comme une volonté de « (re)prendre le pouvoir sur les savoirs et le monde » (p. 93). L’auteure est du reste la seule contributrice de la livraison qui prend ponctuellement appui sur les travaux de Pierre Bourdieu : on sait que les pédagogues et les didacticiens ont tendance à tenir le sociologue des Héritiers et de La Reproduction à l’écart en lui reprochant d’avoir nui à la réputation de l’école, alors que ses travaux ont surtout donné à celle-ci l’occasion de se repenser et de se reconstruire autrement qu’une institution prolongeant des inégalités sociales. En cela, la perspective de ce dossier apparaît nécessaire dans la mesure où, tout en tenant compte des pesantes réalités exogènes qui peuvent déboucher sur le décrochage scolaire, mais en refusant de se dédouaner par leur mobilisation, elle contribue à un questionnement sur les moyens par lesquels l’école peut cesser d’apparaître comme une institution coercitive et devenir, aux yeux de chacun de ses acteurs, un espace formateur, porteur de sens et contribuant à l’épanouissement.

Inicio de página

Notas

1 Également disponible intégralement en ligne à l’adresse : https://reperes.revues.org/997.

2 Voir notamment Jean-Louis Dumortier, « Formation littéraire et compétences », Débat Enseignement de la littérature : L’approche par compétences a-t-elle un sens ?, ENS Lyon, Institut français de l’éducation, discussion en ligne : http://litterature.ens-lyon.fr/litterature/discussions/enseignement-de-la-litterature-l2019approche-par-competences-a-t-elle-un-sens.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Denis Saint-Amand, « Régine Delamotte, Marie-Claude Penloup et Yves Reuter (dir.), « Décrocher à l’école : la part du français », Repères, n° 53, 2016 », Lectures [En línea], Reseñas, 2016, Publicado el 29 noviembre 2016, consultado el 23 octubre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21838

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página