Navigation – Plan du site

Nathalie Blanc, Les formes de l’environnement. Manifeste pour une esthétique politique

Hadrien Malier
Les formes de l'environnement
Nathalie Blanc, Les formes de l'environnement. Manifeste pour une esthétique politique, Genève, Métis Presses, coll. « Champ contrechamp », 2016, 230 p., ISBN : 978-2-940406-31-9.
Haut de page

Texte intégral

1Quelles sont les conséquences politiques d’un regard esthétique porté sur un monde menacé par la destruction environnementale requérant des changements radicaux pour continuer d’exister ? Vers quelles actions écologistes une appréhension esthétique de la question environnementale oriente-t-elle et comment une telle sensibilité permet-elle de renouveler notre compréhension des solutions déjà mises en œuvre autour de nous ? Ce sont ces questions que relève le nouvel ouvrage de Nathalie Blanc.

  • 1 Nathalie Blanc est directrice de recherche au CNRS et directrice du Laboratoire Dynamiques Sociales (...)
  • 2 Blanc, Nathalie, Vers une esthétique environnementale, Paris, Quae, 2008.
  • 3 On peut citer à titre d’exemples le réseau de recherche Analyse Critique du Développement Durable o (...)
  • 4 Blanc, Nathalie, Les nouvelles esthétiques urbaines, Paris, Armand Colin, coll. « Emergences », 201 (...)

2À la fois artiste et géographe1, l’auteure prolonge avec Les formes de l’environnement une série de travaux antérieurs développant la perspective d’une esthétique environnementale2. Ce champ de recherche interdisciplinaire essentiellement anglophone, apparu dans les années 1990 et inspiré de la philosophie analytique, aborde l’environnement comme un milieu sensible, doté de qualités matérielles et sensorielles. L’intérêt porté à l’expérience esthétique doit permettre de dépasser le cadre réducteur des approches gouvernementales de la crise environnementale qui réduisent l’environnement à une série de problèmes ou de services écosystémiques, chiffrés et désincarnés. Ces approches, qualifiées de « gestionnaires », prolongent la volonté de maîtrise et de régulation de la nature caractéristique de l’époque moderne qui a produit la crise écologique. À l’opposé, l’auteure s’inscrit dans le courant en expansion d’une science sociale qui entend développer un regard critique sur les catégories et programmes gouvernementaux3. Avec l’esthétique environnementale, il s’agit de faire place au registre de la beauté, de l’émotion, de l’imaginaire, pour révéler la façon dont « le sentiment esthétique intervient pour qualifier les multiples actions qui définissent un rapport à l’environnement » (p. 16). Une telle approche doit permettre de faire émerger des alternatives dans les façons d’envisager les défis environnementaux de notre temps et « introduire les éléments d’une rébellion vis-à-vis des approches contemporaines » (p. 10). Comme l’auteure l’avait montré dans de précédents travaux, en particulier ceux touchant à la nature en ville4, ce sentiment esthétique ne concerne pas seulement les œuvres d’art mais compose aussi le tissu quotidien des vies : c’est aussi l’expérience du monde sensible que chacun et chacune éprouve physiquement qui est en jeu.

  • 5 Pareyson, Luigi, Esthétique : Théorie de la formativité, Paris, Editions Rue d’Ulm, 2007.

3Cette nouvelle contribution vise à expliciter la dimension politique de cette approche en lui donnant cette fois un tour « programmatique » (p. 122). Il s’agit - comme revendiqué - d’un « manifeste », dont le projet est « d’instruire l’expression de forme environnementale » (p. 9), c’est-à-dire d’en démontrer l’utilité à la fois scientifique et politique pour appréhender et mettre en débat les transformations liées aux phénomènes environnementaux. Un point essentiel de la démarche de Nathalie Blanc est de refuser de réduire l’esthétique environnementale au versant de l’appréciation du sensible, ce qui l’amène à se pencher sur celui de la production de formes esthétiques nouvelles. Les paysages, les récits de l’environnement, le jardin (privé ou partagé), le bassin-versant sont autant de formes de l’environnement, idéelles ou matérielles, qui sont apparues ou se sont transformées récemment et qui configurent l’espace public et les représentations mentales de la question environnementale. À titre d’exemple, « le nuage a changé de forme à partir de la prise de conscience du danger nucléaire ou de la pollution atmosphérique. Ces dernières années, les nombreuses expositions sur le sujet démontrent l’importance symbolique de cet élément de l’environnement pour se figurer les peurs contemporaines » (p. 15). Le concept de « forme environnementale » qu’elle mobilise emprunte largement aux travaux du philosophe italien Luigi Pareyson5 sur la notion de « formativité », ou « pouvoir opéral » : la capacité fondamentale des humains à transformer leur milieu en produisant de nouvelles formes. « Former signifie faire, mais un faire tel qu’il s’agit d’inventer une manière de faire » écrit l’auteure (p. 62).

4L’instruction qu’elle orchestre se développe en trois temps. La première partie (chapitres 1 et 2), intitulée « Apparitions », est théorique et évalue les motifs et difficultés d’une analyse des formes environnementales. Elle ressort avant tout de la réflexion philosophique - dont la lecture est parfois ardue - et revendique un « bricolage » de références diverses. Au-delà de la réception esthétique passive, c’est la dimension active et productive de l’expérience esthétique qui intéresse l’auteure. « Créer, c’est donner à éprouver un nouveau “partage du sensible”, autrement dit une façon inédite d’envisager le monde » écrit-elle (p. 40). L’originalité de son ouvrage tient à la façon dont il place la capacité à créer des configurations environnementales et des façons de les éprouver au cœur du travail politique pour la transformation écologique des sociétés. Chacun et chacune, acteurs publics comme individuels ou collectifs, peut inventer de nouvelles formes environnementales, de nouveaux rapports à l’environnement. « L’engagement esthétique » qui est le fruit de cette capacité à donner forme est ensuite étudié et éprouvé dans les deux parties qui composent le reste du livre.

5La deuxième partie, intitulée « Métamorphoses », à travers l’étude de deux cas concrets, donne du corps au concept de « forme environnementale » afin de le rendre moins abstrait. Le premier chapitre est consacré au « trames vertes et bleues », ces outils d’aménagement du territoire qui relient les espaces naturels pour permettre la circulation de la faune et organisent ainsi la préservation de la biodiversité selon la forme d’un réseau. L’auteure interroge la « connectivité généralisée » portée par cette « vision paysagère » de la biodiversité : qu’implique l’esthétique du plan (par exemple le "corridor écologique" qui relie deux réservoirs de biodiversité au-dessus d’une route) sur la gestion de la biodiversité ? Le second chapitre se penche sur des récits, tantôt fictifs, tantôt ordinaires, de l’adaptation au changement climatique. La forme du récit permet de dépasser le discours scientifique et technique auquel nous sommes habitués sur le réchauffement climatique (celui du GIEC par exemple) pour explorer la façon dont ce dernier met en jeu des vies humaines et bouscule le cours ordinaire du quotidien. De manière convaincante, l’auteure montre comment des extraits tirés de roman d’anticipation envisageant le changement climatique en train de se réaliser peuvent renouveler les termes dans lesquels est posé le débat politique sur le climat.

6La troisième partie (« Créativités »), développe une réflexion sur les travaux d’artistes contemporains pour montrer comment « les pratiques artistiques, parmi d’autres pratiques créatives, peuvent figurer au titre de vecteurs du changement » (p. 145). Le chapitre 1 est ainsi consacré aux œuvres de l’Américain Bruce Nauman, dont les installations mettent en scène l’angoisse et l’enfermement, le deuxième à celles de Clarice Lispector dont les romans révèlent les beautés variées des environnements quotidiens, tandis que le chapitre 3 revient sur des œuvres qui décrivent la peur face à l’environnement. Ces trois chapitres illustrent de manières différentes comment l’art peut procurer des capacités d’action sur l’environnement, notamment en renouvelant notre compréhension des façons d’habiter le monde.

7Au terme de cette démonstration, une quatrième partie conclusive défend la perspective d’une « esthétique politique » : « un paysage, un récit, une ambiance, sont à même de devenir des sujets en politique » (p. 189). L’ouvrage apparaît comme une réflexion stimulante sur la politique de la question environnementale et une critique agile de la volonté de régulation des problèmes environnementaux par des approches scientifiques et techniques. Il apporte ainsi une pierre nouvelle à la réflexion sur l’esthétique environnementale, un champ de recherche avec lequel une certaine familiarité est conseillée pour tirer profit de la lecture du livre. Sa capacité à ouvrir un programme de recherche ou de politiques environnementales est cependant incertaine. Si les développements à propos des quelques cas empiriques choisis font pleinement sens, le pouvoir heuristique et politique du concept de « formes environnementales » au-delà de ces cas reste à démontrer, tandis que les cas présentés laissent de nombreux angles morts. Au premier rang de ces angles morts, l’inégale distribution entre les individus de la capacité à transformer son milieu et son propre rapport à l’environnement (qui semble notamment dépendre de l’appartenance sociale) est un point problématique sur lequel il paraît important de réfléchir pour refonder une pensée politique de la question environnementale.

Haut de page

Notes

1 Nathalie Blanc est directrice de recherche au CNRS et directrice du Laboratoire Dynamiques Sociales et Recomposition des Espaces (LADYSS) mais également poétesse. Un certain nombre de ses œuvres sont accessibles sur son site personnel : http://nathalieblanc.free.fr.

2 Blanc, Nathalie, Vers une esthétique environnementale, Paris, Quae, 2008.

3 On peut citer à titre d’exemples le réseau de recherche Analyse Critique du Développement Durable ou le colloque Approches Critiques de la Transition Energétique en Sciences humains et sociales, qui s’est tenu à Strasbourg en Juin 2016.

4 Blanc, Nathalie, Les nouvelles esthétiques urbaines, Paris, Armand Colin, coll. « Emergences », 2012. On peut se reporter au compte-rendu déjà paru sur ce site : https://lectures.revues.org/8672.

5 Pareyson, Luigi, Esthétique : Théorie de la formativité, Paris, Editions Rue d’Ulm, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hadrien Malier, « Nathalie Blanc, Les formes de l’environnement. Manifeste pour une esthétique politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 29 novembre 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21840

Haut de page

Rédacteur

Hadrien Malier

Doctorant en sociologie, Iris/EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page