Navigation – Plan du site

Marie Goupy, L’état d’exception ou l’impuissance autoritaire de l’État à l’époque du libéralisme

Charles-Yung Baud
L'état d'exception ou l'impuissance autoritaire de l'État à l'époque du libéralisme
Marie Goupy, L'état d'exception ou l'impuissance autoritaire de l'État à l'époque du libéralisme, Paris, CNRS Éditions, CNRS, 2016, 342 p., ISBN : 978-2-271-08996-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entre autres, « Les législations d’exception et la violence d’État. Le cas de l’utilisation de la t (...)
  • 2 Goupy Marie, L’essor de la théorie juridico-politique sur l’état d’exception dans l’entre-deux-guer (...)

1L’état d’urgence décrété en France en novembre 2015, nouvelle mesure qui témoigne du renouvellement continu des législations d’exception au sein de nombreux pays occidentaux depuis les attentats du 11 septembre 2001, invite à repenser l’exercice des pouvoirs de crise et la notion, plus large, d’état d’exception. Contrairement à l’état d’urgence, l’état d’exception est une notion juridiquement non qualifiée, difficile à appréhender. Elle n’en demeure pas moins un élément très présent au sein des discours politiques, médiatiques et universitaires. Le succès de cette notion a conduit Marie Goupy à interroger les origines de l’expansion du schème de l’état d’exception au cours du siècle dernier. Directrice de programme au Collège International de Philosophie, maître de conférences à l’Institut Catholique de Paris et chercheuse associée au Sophiapol (université Paris-X Nanterre), Marie Goupy est l’auteure de nombreux travaux développant une approche philosophique des pouvoirs de crise et de l’état d’exception1. Le présent ouvrage fait suite à sa thèse de doctorat en philosophie soutenue en 2011, dans laquelle elle analysait les débats relatifs aux lois d’exception dans les doctrines franco-allemandes du XXe siècle2.

  • 3 Voir notamment Morin Edgar, Pour une crisologie, Paris, Éditions de l’Herne, 2016.
  • 4 Laurens Henry, « Le terrorisme comme personnage historique », in Laurens Henry et Delmas-Marty Mire (...)
  • 5 Saint-Bonnet François, L’état d’exception, Paris, Presses Universitaires de France, 2001.

2À l’inverse d’une méthode consistant à partir des crises pour tenter de comprendre l’état d’exception, Marie Goupy se propose au contraire de partir de l’expansion du schème de cette notion pour expliquer la transformation de l’ordre libéral, ainsi que le sentiment, très contemporain, de vivre à l’ère de l’exceptionnalité3 : « il se pourrait […] que le sentiment de vivre en situation de crise constitue l’un des grands sentiments du XXe siècle – et que dire du XXI? » (p. 299). De la même manière qu’Henry Laurens invitait à considérer le terrorisme comme un « personnage historique »4, Marie Goupy envisage l’état d’exception comme une notion historiquement construite à l’époque de Carl Schmitt, et non comme un concept abstrait susceptible d’une étude systématique de l’Antiquité à nos jours– selon l’approche privilégiée par François Saint-Bonnet5. Marie Goupy entend expliquer les raisons du succès contemporain de la notion d’état d’exception, ainsi que la manière dont la théorie schmittienne pourrait être conçue comme une « théorie du bon usage de la crise dans un ordre libéral » (p. 27). La réflexion de l’auteure s’articule en deux temps : la restitution du cadre théorique au sein duquel la théorie schmittienne de l’état d’exception est apparue, puis l’identification de ses particularités. Marie Goupy dresse un portrait complet des conflits doctrinaux relatifs à l’interprétation des pouvoirs de crise, de la fin du XIXe siècle à celle de la Seconde Guerre mondiale. La pensée du juriste allemand est ainsi confrontée, tout au long du livre, à celles de Marx, de Weber ou encore de Kelsen.

  • 6 Troper Michel, « L’état d’exception n’a rien d’exceptionnel », in Théodorou Spyros (dir.), L’except (...)

3Parce qu’on ne saurait attribuer à Carl Schmitt la paternité exclusive de l’ensemble de la pensée contemporaine relative à l’état d’exception, la première partie s’ouvre sur des considérations préliminaires visant à replacer sa théorie dans un contexte scientifique plus large. Ainsi, la pensée schmittienne peut-elle être rapprochée de celles de Walter Benjamin, ou encore de Giorgio Agamben, dans la mesure où Michel Troper a pu identifier et dénoncer leur méthode commune visant à faire de l’exception une réalité objective, et non une réalité qualifiée par le droit6.

4La théorie de Carl Schmitt trouve place en marge de réflexions doctrinales relatives aux pouvoirs de crise dans la majeure partie des états constitutionnels occidentaux pendant l’entre-deux-guerres. En France, particulièrement après 1918, l’usage massif de lois d’habilitation est justifié en raison, notamment, d’un antiparlementarisme prégnant. Les théories schmittiennes apparaissent, quant à elles, dans le contexte d’instabilité de la République de Weimar. L’article 48 de la Constitution allemande, relatif aux pouvoirs de crise conférés au président en cas d’évidente nécessité, fait l’objet d’une interprétation extensive de la part de Carl Schmitt, afin de pallier le risque, réel ou supposé, d’une dictature de l’Assemblée. La théorie schmittienne, d’abord sous-tendue par des velléités antiparlementaires, revêt progressivement l’aspect d’une critique générale du libéralisme.

5De 1922 à 1932, années respectives de publication de Théologie politique et de Légalité et légitimité, Carl Schmitt analyse l’ordre libéral conçu à la fois comme un ordre institutionnel, une conception du monde et une praxis. Cet ordre souffrirait, selon le juriste, d’une dépolitisation principalement liée à un processus de rationalisation des sphères juridico-politiques. L’expansion du schème de l’état d’exception serait alors l’aveu d’impuissance d’un régime libéral dépolitisé, incarné notamment dans la République de Weimar. Marie Goupy propose l’hypothèse selon laquelle la théorie schmittienne, construite comme une alternative au rationalisme libéral, pourrait être considérée comme le fruit d’une stratégie de repolitisation de l’ordre libéral, au sein duquel l’état d’exception deviendrait l’unique « décision politique autoritaire dans un ordre structurellement dépolitisé » (p. 311).

  • 7 Kervégan Jean-François (dir.), Crise et pensée de la crise en droit. Weimar, sa République et ses j (...)

6L’ensemble de la théorie schmittienne, rédigé dans un contexte globalement vécu comme une situation de crise permanente, est à considérer comme une « pensée de la crise »7. La crise peut être définie comme une rupture subie de l’ordinaire s’imposant par son évidente nécessité, et comme une notion désormais incontournable du champ politico-médiatique. Sans prétendre à l’analogie entre l’époque de Carl Schmitt et la nôtre, mais assumant une démarche généalogique susceptible d’éclairer le présent, Marie Goupy invite à reconsidérer les origines historiques d’une notion dont l’actualité nécessite une mise en perspective pour une meilleure compréhension des enjeux contemporains.

Haut de page

Notes

1 Entre autres, « Les législations d’exception et la violence d’État. Le cas de l’utilisation de la torture durant la guerre d’Algérie », in Marandet Marie-Claude (dir.), Violence(s) de la Préhistoire à nos jours. Les sources et leur interprétation, Presses Universitaires de Perpignan, 2011 ; « État d’exception », in Bourdeau Vincent et Merrill Robert (dir.), Dictionnaire de théorie politique, 2012 ; « Les enjeux politiques de la critique du formalisme positiviste : retour sur le rôle de l’interprétation doctrinale des lois d’habilitation dans l’avènement d’une potentielle “dictature légale” sous la République de Weimar », Droits, n° 57, mai 2014.

2 Goupy Marie, L’essor de la théorie juridico-politique sur l’état d’exception dans l’entre-deux-guerres en France et en Allemagne : une genèse de l’état d’exception comme enjeu pour la démocratie. Philosophie. École normale supérieure de Lyon – ENS Lyon, 2011. Français. <NNT : 2011ENSL0672>. <tel-00683729>. Disponible en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00683729/document.

3 Voir notamment Morin Edgar, Pour une crisologie, Paris, Éditions de l’Herne, 2016.

4 Laurens Henry, « Le terrorisme comme personnage historique », in Laurens Henry et Delmas-Marty Mireille (dir.), Terrorismes. Histoire et droit, Paris, CNRS Éditions, 2010, p. 9-66.

5 Saint-Bonnet François, L’état d’exception, Paris, Presses Universitaires de France, 2001.

6 Troper Michel, « L’état d’exception n’a rien d’exceptionnel », in Théodorou Spyros (dir.), L’exception dans tous ses états, Éditions Parenthèses, Paris, 2007.

7 Kervégan Jean-François (dir.), Crise et pensée de la crise en droit. Weimar, sa République et ses juristes, Paris, ENS Éditions, 2002, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Yung Baud, « Marie Goupy, L’état d’exception ou l’impuissance autoritaire de l’État à l’époque du libéralisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 05 décembre 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/21864

Haut de page

Rédacteur

Charles-Yung Baud

Élève archiviste-paléographe de l’École nationale des chartes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page