Navigation – Plan du site

Olivier Martin et Éric Dagiral (dir.), L’ordinaire d’internet. Le web dans nos pratiques et relations sociales

Jean-François Blanchard
L’ordinaire d’internet
Olivier Martin, Eric Dagiral (dir.), L’ordinaire d’internet. Le web dans nos pratiques et relations sociales, Paris, Armand Colin, coll. « Individu et Société », 2016, 288 p., ISBN : 978-2-200-61311-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage est le fruit d’un travail collectif débuté dans le cadre du séminaire « Internet et lien (...)

1Après plus de vingt ans de développement, un bilan s’impose avec évidence : internet a considérablement modifié de très nombreuses dimensions de notre vie quotidienne. Mais, au-delà des représentations manichéennes et des idées reçues, sait-on ce que les individus font concrètement et réellement d’internet ? En réponse, les sociologues Olivier Martin et Éric Dagiral qui ont dirigé l’ouvrage collectif1 L’ordinaire d’internet nous proposent onze contributions explorant les usages ordinaires d’internet pour travailler, échanger avec les proches, faire des rencontres, sortir ou organiser des sorties, ou encore s’amuser. Les auteurs soulignent que cette présentation ne se veut pas exhaustive dans la mesure où elle laisse de côté des domaines importants d’internet (les usages économiques et politiques notamment).

2Les terrains et méthodes propres à chaque recherche sont très explicitement décrits dans un encadré ad hoc au sein de tous les chapitres. L’éventail en est très riche : observation participante, entretien compréhensif, recueil de données, enquêtes statistiques (nationales, échantillon), enquête (entretien, questionnaire), recueil documentaire… Deux études, plus transversales, mesurent l’évolution dans la durée des forums et des modes de conversation sur internet. Une telle combinaison d’approches microsociales et macrosociales, diachroniques et synchroniques, apporte de la densité et de la cohérence à l’ouvrage et lui procure un contenu didactique pertinent. Des indications bibliographiques et des liens hypertextes permettent au lecteur de poursuivre et d’approfondir les études s’il le souhaite.

3En début d’ouvrage, Vinciane Zabban, présente une étude qui consacre la visibilité en ligne du tricot et sa reconnaissance sociale, elle montre comment internet favorise la distribution des compétences et modifie les rapports des producteurs aux consommateurs Après quoi, quatre études portent sur les sites de rencontre et analysent trois plateformes différentes dédiées aux sorties en groupe, jeux de rôle et relations à deux. La problématique est commune : sommes-nous devant un nouveau mode de consommation de relations interpersonnelles, instrumentalisées et qualitativement pauvres en termes de sociabilité et de pérennité ; ou au contraire assistons-nous à l’émergence d’outils inédits pour nouer des liens plus durables ?

  • 2 Les références de pages sont celles de la version numérique de l’ouvrage. Ils indiquent le numéro d (...)

4Anne-Sylvie Pharabod (chapitre 1) a travaillé sur les usages de la plateforme « On va sortir » (OVS). Ce site permet aux participants – qui ne se connaissent pas et sont souvent dans un moment de fragilisation de leur vie personnelle ou professionnelle – d’accéder au calendrier des sorties prévues – éventuellement d’en proposer –, et de choisir d’y participer en fonction des liens affinitaires qui vont les orienter progressivement vers certaines personnes ou vers certains types d’activités. Le site répond réellement à un besoin de sociabilité mais, par contre, « l’émergence de relations personnelles durables concerne peu d’élus » (p. 18-19)2.

  • 3 Il s’agit de MMORPG (Massively Multiplayers Online Roleplaying Games) ou « jeux de rôles massivemen (...)

5La seconde étude (chapitre 3) conduite par Vincent Berry porte sur les pratiques sociales des communautés – appelées guildes – créées à l’occasion de jeux de rôle en ligne3. L’auteur souligne que la « vraie vie » n’est jamais loin et que le jeu en fait partie. Les participants, qu’ils se connaissent antérieurement ou non, souhaitent « rencontrer des joueurs, développer des relations en ligne et hors ligne, construire des sociabilités qui dépassent le cadre du jeu et s’y intriquent en retour » (p. 28-29). Par le jeu, certains – très jeunes – joueurs participent ainsi à de premières expériences d’organisation collective.

  • 4 Une telle spécificité ne concerne pas d’autres modes de rencontre en ligne tels que les réseaux soc (...)

6Une troisième catégorie de sites de rencontres, qui vise à former des couples occasionnels ou durables, a été analysée par Marie Bergström (chapitre 4). Celle-ci constate que les rencontres sont « rapidement sexuelles, souvent occasionnelles ». En effet, le principe même du site, qui est la recherche explicite de partenaires dans une discrétion qui entoure l’entrée en relation, facilite, selon l’auteure, la conclusion sexuelle de la rencontre4. Cette expérience sera toutefois « l’évènement ouvrant sur la possibilité d’une relation amoureuse » (p. 9-16).

  • 5 L’enquête repose sur plusieurs sources variées (des entretiens, le contenu de forums sur internet, (...)

7La quatrième étude prolonge la précédente en questionnant le rôle joué par les moyens de communication numériques dans les pratiques extra-conjugales (chapitre 5). Ségolène Petite repère cinq formes de relations extraconjugales en ligne, dites «  à côté » : le flirt électronique, le sexting (pratiques en ligne), les aventures à la chaine, la poly-romance en ligne, la relation électronique suivie, la conjugalité invisible (relation sans face-à-face physique). Les outils communicationnels créent de nouvelles formes de liaisons clandestines moins risquées, car elles ne concurrencent pas directement le couple officiel. Certains vivent ces pratiques comme un palliatif salutaire à leur couple. Mais, jusqu’à quel point ? Les statistiques nationales étudiées5 montrent que « les relations extraconjugales ne représentent pas un phénomène statistiquement majeur » et « qu’internet n’augmente pas nécessairement le multipartenariat simultané » (p. 19-20).

8Les jeunes adolescents font l’objet de deux études spécifiques. Dans la première, Olivier Martin et Éric Dagiral (chapitre 6) explorent les frontières existant entre les relations en ligne dans Facebook et les relations réelles. Leur réponse est prudemment donnée pour le cadre précis de l’étude : les 18-25 ans. L’usage de Facebook est décrit comme généralement domestiqué, orienté vers la communication et les échanges avec des proches en suivant l’activité d’un réseau de connaissances. Dans la seconde étude, les jeunes adolescents étudiés par Claire Balleys (chapitre 9) postent des vidéos en ligne dans Youtube où ils se prennent eux-mêmes comme les objets d’un récit subjectif masculin. L’auteure considère que cette pratique témoigne d’une forme de socialisation masculine dans l’espace public et culturel. Une telle production d’identité révèlerait une problématisation du genre et de la sexualité en cours d’élaboration.

9Deux contextes particuliers, le milieu étudiant et le milieu professionnel, sont le cadre des études suivantes proposées au lecteur. Dans la première, Cédric Fluckiger (chapitre 7) montre que les étudiants, censés être des « natifs numériques », sont souvent confrontés à la nécessité universitaire d’un apprentissage des outils numériques, dans la mesure où leurs pratiques privées, leurs codes et leurs savoir-faire ne sont pas transposables tels quels. Dans la seconde étude, Thomas Cornillet et Caroline Datchary tentent de démêler l’écheveau que constitue la communication au travail (chapitre 8). Celle-ci apparaît complexe tant ses dimensions individuelles, organisationnelles et collectives sont imbriquées. Ce constat démontre que la communication constitue une activité à part entière ; il amène les auteurs à préconiser la négociation des pratiques au sein de collectifs professionnels.

10Nous passons ensuite à deux études qui sont plus transversales et s’inscrivent dans la durée ; elles portent sur les forums de discussion et sur le concept de conversation sur internet. Dans la première, Valérie Baudouin (chapitre 10) constate qu’en dépit de l’évolution des plateformes, leurs modalités de fonctionnement restent semblables. Le goût pour le partage et pour l’échange, joint au plaisir de contribuer à une tâche collective, restent le moteur principal de la participation, sous réserve de l’existence d’une régulation efficace des échanges par des modérateurs ou les participants eux-mêmes. Dans la seconde étude, Dominique Cardon et Christophe Prieur (chapitre 11) montrent la spécificité des conversations sur internet, qui appartiennent à la fois à un mode de publication de type « communication de masse » tout en passant par des vecteurs plus personnalisés. Un double phénomène peut être observé. D’une part, les relations sociales apparaissent désormais soumises à des enjeux de visibilité et, d’autre part, l’accès à l’information emprunte régulièrement les canaux horizontaux de la sociabilité en ligne au détriment de la diffusion médiatique traditionnelle.

11Dans la conclusion, les auteurs soulignent qu’internet est omniprésent dans la société. Il est de moins en moins imaginable d’étudier des questions sociales sans y rencontrer, à un moment ou à un autre, un usage d’internet qui façonne ou influence les comportements. Dans la mesure où internet n’est ni entièrement neutre, ni totalement déterminant, les auteurs constatent que « les usages d’internet ne peuvent pas être étudiés en eux-mêmes et pour eux-mêmes […] Ils s’articulent avec beaucoup d’autres modalités d’interaction » (p. 7-10). Internet trouve ainsi dans la recherche en sciences humaines – et dans la sociologie en particulier – une place conventionnelle – ordinaire, et l’on fait allusion au titre du livre – bien différente de la sociologie d’un monde virtuel que certains chercheurs ont cru pouvoir lui découvrir. L’omniprésence de ce média dans de nombreux objets de recherche en sociologie nécessite toutefois de jouer à plein la carte de l’ouverture disciplinaire, notamment en termes de méthodes.

  • 6 Beuscart Jean-Samuel, Dagiral Éric, Parasie Sylvain Sociologie d’internet, Paris, Armand Colin, 201 (...)

12L’ordinaire d’internet est un livre intéressant dans un registre original, à côté de publications récentes appartenant au même champ de recherches6. La cohérence de l’ensemble est bien assurée, ce qui n’est pas toujours le cas dans ce type d’ouvrage collectif. Le livre peut répondre à l’attente du grand public aussi bien qu’à celle d’étudiants, dans la mesure où les modalités d’enquête sont bien documentées et où la bibliographie est complète, comme nous l’avons signalé plus haut.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage est le fruit d’un travail collectif débuté dans le cadre du séminaire « Internet et lien social » qui s’est tenu au laboratoire CERLIS en 2014 et 2015. Seize chercheur.e.s ont participé à ce livre. Les auteurs principaux précisent que la conception générale de l’ouvrage est collective : les articles ont été rediscutés afin de garantir la cohérence avec l’objectif éditorial.

2 Les références de pages sont celles de la version numérique de l’ouvrage. Ils indiquent le numéro de la page dans le chapitre.

3 Il s’agit de MMORPG (Massively Multiplayers Online Roleplaying Games) ou « jeux de rôles massivement multi-joueurs ». L’auteur a suivi pendant quatre ans les communautés des jeux Dark Age of Camelot (Vivendi Games ®) et World of Warcraft (Blizzard Entertainment ®).

4 Une telle spécificité ne concerne pas d’autres modes de rencontre en ligne tels que les réseaux sociaux.

5 L’enquête repose sur plusieurs sources variées (des entretiens, le contenu de forums sur internet, des conversations en ligne) qui ont étés confrontés aux résultats de deux enquêtes anciennes : Analyse des comportements sexuels en France (1992) et Contexte de la sexualité en France (2006).

6 Beuscart Jean-Samuel, Dagiral Éric, Parasie Sylvain Sociologie d’internet, Paris, Armand Colin, 2016, 224 p (compte rendu dans Lectures.org : en cours ) et Boullier Daniel, Sociologie du numérique, Paris, Armand Colin, 2016, 352 p. (compte rendu dans Lectures.org : http://lectures.revues.org/21455).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Olivier Martin et Éric Dagiral (dir.), L’ordinaire d’internet. Le web dans nos pratiques et relations sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 06 décembre 2016, consulté le 27 février 2017. URL : http://lectures.revues.org/21879

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page