Navigation – Plan du site

Valentino Pomini, Yves de Roten, Fabrice Brodard, Vincent Quartier (dir.), L’étude de cas

Christophe Adam
L'étude de cas
Valentino Pomini, Yves de Roten, Fabrice Brodard, Vincent Quartier (dir.), L'étude de cas, Lausanne, Éditions Antipodes, coll. « Actualités psychologiques », 2016, 310 p., ISBN : 9782889011063.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un autre point de vue, voir Jean-Louis Pedinielli, Lydia Fernandez, L’observation clinique et (...)

1L’étude de cas, concept résolument pluriel, occupe une grande place dans la réflexion théorico-clinique que mènent les tenants des disciplines « psy » et couvre de multiples points de vue – épistémologiques, méthodologiques, empiriques, etc.1Le présent ouvrage est le fait d’un collectif de chercheurs et de praticiens suisses, engageant principalement les collaborations entre l’Institut de psychologie et le Département de psychiatrie de l’université de Lausanne. En outre, deux figures de proue dans ce domaine ont été associées à l’entreprise, Daniel Fishman et William B. Stiles, dont les articles originaux ont été traduits pour l’occasion.

2Au-delà de l’introduction, le texte se compose de trois parties dont chacune compte quatre articles. La première est consacrée aux statuts de l’étude de cas en psychologie et en psychothérapie, la deuxième traite des approches méthodologiques et la troisième se consacre aux pratiques cliniques.

3L’objectif général de la première partie est de se pencher sur la scientificité de l’étude de cas et sur les débats qu’elle suscite entre recherche et pratique. Comment faire science au départ d’un cas singulier ? C’est ainsi que l’on pourrait formuler la question qui anime singulièrement les quatre auteurs. Vincent Dallève élabore théoriquement la tension dialectique entre le cas, saisi dans son unicité, et le contexte dans lequel il s’inscrit, tout en distinguant – classiquement – démarches explicative et compréhensive. L’argumentation a ceci d’intéressant qu’elle ne succombe pas au réalisme néo-positiviste ambiant de la nécessaire preuve par inférence dans le domaine de l’empirisme expérimental, lequel considère que le singulier ne vaut jamais pour lui-même mais qu’il tire sa valeur – essentiellement numérique – d’une possible généralisation. L’auteur défend alors une position fondée sur la sagesse pratique, dont l’originalité doit être soulignée car elle s’expose courageusement au risque d’être disqualifiée par la dominance de certains modèles de scientificité. Dans une lecture historique des cas princeps du petit Hanz pour la psychanalyse et du petit Albert pour le behaviorisme, Rémy Amouroux montre à quel point un « même » cas peut donner lieu à des lectures bien différentes, voire divergentes, et qu’il sert davantage à promouvoir un courant en psychothérapie et en psychologie clinique qu’à rendre compte de faits empiriques. Selon lui, l’intérêt de l’étude de cas réside moins dans le contexte scientifique de la justification que dans celui de la découverte. L’auteur se montre néanmoins plus sévère à l’endroit du béhaviorisme que de la psychanalyse, ce qui renoue avec les habituelles polémiques affectant le champ. Bill Stiles offre une synthèse sur deux tracés convenus de la recherche empirique, inductive versus déductive, mais il en propose, de manière plus intéressante, un dépassement dans ce qu’il nomme la recherche par abduction, soit l’approximation et la réduction vers la meilleure explication possible d’un phénomène donné, à la fois plus simple et plus parcimonieuse. Enfin, pour Dan Fishman, l’étude de cas doit obéir à l’usage de méthodologies mixtes (quantitatives versus qualitatives), multipliant les points de vue sur les données. Il présente sa propre méthode dite « pragmatique » et ses exigences protocolaires à travers des directives pratiques fondées sur une combinaison de techniques et de procédures.

  • 2 Chatiliez Étienne, Tanguy, 2001.
  • 3 Bertuccelli Julie, L’arbre, 2010.
  • 4 Pour une expérience proche, dans un tout autre domaine, voyez Adam Christophe, « Le cinéma-document (...)

4La deuxième partie expose une variété de procédés méthodologiques sur divers plans. Jean-Philippe Antonietti aborde, avec pédagogie, les techniques quantitatives à travers la statistique descriptive et inférentielle-analytique de protocoles individuels. Plutôt que de comparer un groupe contrôle à un groupe expérimental en mesurant les effets thérapeutiques d’un certain traitement, il s’agit ici de prendre chaque sujet comme son propre témoin. L’évaluation vise à mesurer d’abord une « ligne de base », en appréciant le comportement du sujet avant tout traitement et, ensuite, les effets possibles de la thérapie. Les deux mesures sont ensuite comparées pour mettre en évidence des effets statistiquement significatifs. La statistique concerne alors un « cas » unique dans la mesure où le sujet est comparé à lui-même. Un tel protocole expérimental démontre que la statistique ne s’applique pas seulement aux grands nombres, comme on le pense si souvent. Il est bon de le rappeler, surtout à l’heure des Big datas qui privilégient le volume de données, le plus souvent au détriment de leurs qualités. Sandrine Pihet propose quant à elle une description originale des méthodes d’échantillonnage permettant au thérapeute comme au chercheur de collecter des informations plus fidèles sur une expérience vécue en temps réel (par exemple, la fluctuation des symptômes selon le contexte). La collecte s’opère via une application sur le téléphone portable qui est confié au patient. Faisant écho au texte de Stiles, Claudia Meystre aborde une suite de principes et de procédures méthodologiques utiles à l’étude de cas. Elle envisage plus particulièrement le modèle de l’assimilation, qui conceptualise la façon dont un patient intègre pas à pas ses expériences problématiques au cours de la thérapie, entre par exemple la prise de conscience du problème et sa résolution. Elle aussi plaide pour la mobilisation de méthodologies mixtes. Sylvie Berney et ses collaborateurs montrent les enjeux pédagogiques du recours à des supports audiovisuels dans la formation à la psychothérapie. Ils proposent ainsi de travailler l’étude de cas à partir de personnages de fiction, notamment ceux des films Tanguy2 et L’arbre3 : cette pratique permet d’éviter les problèmes de confidentialité liés à l’exploitation de données cliniques réelles. Ce texte particulièrement stimulant ne manque pas d’originalité et offre aux chercheurs-enseignants l’occasion de repenser un projet pédagogique4.

  • 5 Voyez à cet égard Christophe Adam, « Expertiser et soigner : deux verbes si incompatibles ? », in B (...)

5Une écrasante majorité d’études de cas sont menées dans le cadre de pratiques de terrain mais il est vrai qu’elles sont rarement publiées, hormis celles de quelques auteurs qui font autorité. La troisième partie de l’ouvrage répond peu ou prou à ce constat. Dans une perspective de valorisation de la pertinence de la réflexion de terrain, Valentino Pomini, Joëlle Darwiche et Pascal Roman témoignent en connaissance de cause de l’importance de la formulation de cas, gage d’une bonne communication des données cliniques. Ils comparent les différentes modalités de formulation, eu égard à la division classique des grands courants en psychologie clinique : psychanalytique, systémique et cognitivo-comportemental. Ils dégagent ainsi une matrice commune tout en spécifiant chaque approche, laquelle doit être respectée dans ses propres exigences pour éviter une fâcheuse standardisation en vogue. Ueli Kramer tente de combler l’écart entre monde de la recherche et monde des praticiens en proposant une méthode de formulation de cas – la « relation thérapeutique centrée sur les motifs » – basée sur une compréhension des interactions entre le thérapeute et le patient ainsi que de la façon dont ils s’ajustent ou non l’un à l’autre (par exemple, d’un point de vue émotionnel). Les deux derniers textes sont plus descriptifs mais aussi porteurs d’informations utiles. En effet, Vincent Barbier et Fabrice Brobard, dans le domaine particulier de la psychologie de l’enfant et de l’adolescent, posent le problème de la formulation de cas dans le cadre de l’examen psychologique, en épinglant notamment certaines questions cruciales comme la restitution des résultats. Par ailleurs, ils élargissent aussi, utilement, le spectre des protagonistes susceptibles de contribuer à la formulation, tels que le patient lui-même et son entourage. Dans un domaine très spécifique, celui de l’expertise médico-légale, Philippe Jaffé, met en évidence les qualités et compétences attendues de l’expert. Il insiste sur la valeur de la communication des données cliniques recueillies en tenant compte du destinataire, judiciaire en l’occurrence, lequel ne dispose pas des mêmes connaissances que l’expert. Cela étant, il reproduit ici un positionnement classique de l’expertise objectivante (extériorité, neutralité, etc.) qui mériterait d’être reconsidéré5.

  • 6 J’emprunte l’expression à Isabelle Stengers et renvoie à son ouvrage pour une typologie des modèles (...)

6Principalement adressé au monde psy-, l’ouvrage a le mérite d’exister et d’offrir, à travers les bibliographies convoquées, quantité de possibilités d’approfondissement, surtout en faisant découvrir ou redécouvrir une littérature anglo-saxonne parfois méconnue. Certes, comme souvent dans ce genre, l’hétérogénéité des contributions nuit à la compréhension d’ensemble. Alors que les directeurs de certaines publications s’efforcent de produire des conclusions transversales avec une nette ambition de théorisation ou d’articulation théorico-clinique, nous sommes ici devant une compilation dont l’intérêt est manifestement de montrer une diversité dans laquelle le lecteur pourra puiser pour élaborer la transversalité lui-même. Les directeurs de l’ouvrage tentent bien en introduction de rendre compte de l’intelligibilité d’ensemble mais sans vraiment y parvenir. On peut également regretter que le concept de (psycho)thérapie soit si souvent utilisé sans qu’il soit fait grand cas d’une réflexion approfondie. Le champ de l’expertise s’arrime en fin d’ouvrage, de manière un peu courte et subalterne. On voit aussi tout au long du texte que les auteurs se positionnent dans un espace traversé par des rapports de force, lesquels se cristallisent souvent dans la tension entre recherche et pratique et entre les courants psychothérapeutiques représentés. Les auteurs semblent redoubler d’efforts pour faire entrer certaines initiatives au panthéon des manières de « faire science » consacrées6. L’ouvrage témoigne globalement, en creux une fois encore, de la fragilité épistémologique de la démarche clinique, surtout lorsqu’elle doit épouser les réquisits de la méthode expérimentale, lorsqu’elle pâlit devant la magnificence des grands nombres ou lorsqu’elle se donne un langage dont la rigueur peut quelquefois sembler cosmétique. Elle se fragilise d’autant qu’elle se détache d’une réflexion sociologique et politique, totalement absente de l’ouvrage (comme si elle n’appartenait qu’aux sociologues et politologues). En ce sens, Vincent Dallève souligne l’irréductibilité du cas singulier qui ne peut dès lors se dissoudre dans l’universel ou le général. En ce sens, il ne peut être tenu pour simple exemplaire, la singularité du cas valant alors pour elle-même. Cette option ne trouve finalement que peu d’échos chez les autres auteurs. Dallève invite en outre à une philosophie des sciences, indispensable pour comprendre pourquoi la technicité néopositiviste, véhiculant notamment les concepts obligatoires de validité ou de fidélité, s’impose aujourd’hui avec force dans le monde universitaire.

Haut de page

Notes

1 Pour un autre point de vue, voir Jean-Louis Pedinielli, Lydia Fernandez, L’observation clinique et l’étude de cas, Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 2015.

2 Chatiliez Étienne, Tanguy, 2001.

3 Bertuccelli Julie, L’arbre, 2010.

4 Pour une expérience proche, dans un tout autre domaine, voyez Adam Christophe, « Le cinéma-documentaire au secours de l’enseignement », in Cifali Mireille, Giust-Desprairies Florence, Périlleux Thomas (dir.), Processus de création et processus cliniques, Paris, PUF, 2015, p. 137-151.

5 Voyez à cet égard Christophe Adam, « Expertiser et soigner : deux verbes si incompatibles ? », in Bruno Gravier, Pascal Roman (dir.), Penser les agressions sexuelles. Actualités des modèles, actualité des pratiques, Toulouse, Érès, 2016, p. 155-168.

6 J’emprunte l’expression à Isabelle Stengers et renvoie à son ouvrage pour une typologie des modèles de scientificité, ouvrage dans lequel elle montre bien la présupposée supériorité épistémologique des sciences expérimentales : Isabelle Stengers, La volonté de faire science, Paris, Les Empêcheurs de tourner en rond, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Adam, « Valentino Pomini, Yves de Roten, Fabrice Brodard, Vincent Quartier (dir.), L’étude de cas », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/21880

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page