Navegación – Mapa del sitio

Sébastien Urbanski, L’enseignement du fait religieux. École, république, laïcité

Cécile Campergue
L'enseignement du fait religieux
Sébastien Urbanski, L'enseignement du fait religieux. École, république, laïcité, Paris, PUF, 2016, 257 p., ISBN : 978-2-13-073542-7.
Inicio de página

Texto completo

1Cet ouvrage, centré sur l’enseignement du fait religieux (EFR), s’inspire en partie d’une thèse en sociologie, soutenue par l’auteur en 2012 à l’Université d’Aix-Marseille, sur l’expression de croyances religieuses dans l’enseignement public, intégrant une étude comparative entre la France et la Pologne.

  • 1 Suite au rapport Debray sur l’enseignement du fait religieux à l’école en 2002 mais aussi suite au (...)
  • 2 Philippe Gaudin, Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politiq (...)
  • 3 Le rapport Debray dresse un bilan et des perspectives pour « l’enseignement du fait religieux à l’é (...)

2Sébastien Urbanski s’attache ici à analyser les discours des promoteurs de l’enseignement du fait religieux à l’école française, le projet ministériel1 à son égard mais aussi les postures et les discours de ses détracteurs. L’auteur précise à plusieurs endroits que l’enseignement du fait religieux, présenté comme un événement considérable, est finalement un « non-événement ». Effectivement, renforcer les connaissances et les savoirs des enseignants sur les faits religieux au sein de leurs disciplines respectives (essentiellement en histoire-géographie, en français et en art) n’est pas en soi un événement (l’auteur évacue néanmoins la question centrale de la formation). De quoi parle-t-on alors ? Le sociologue s’attache ici à expliquer ce « quelque chose en plus » qui habite l’enseignement du fait religieux dans les choix ministériels et parmi ses promoteurs. De là, un questionnement sur la laïcité (ouverte, fermée, d’intégration, inclusive) est posé pour voir si cet enseignement ne porte pas atteinte à la neutralité de l’État (on voit bien qu’il s’agit d’étudier ce qui déborde de l’enseignement disciplinaire car l’enseignement du fait religieux est bien un enseignement relatif à un savoir). Il est donc question d’analyser l’indétermination du projet dont les objectifs et les modalités sont multiples et dépassent le savoir disciplinaire, et ainsi de confronter les différentes postures d’universitaires, d’inspecteurs de l’Éducation nationale et d’enseignants face à cet enseignement à l’école. La thèse la plus récente et la plus complète sur cette question, publiée en 2014 par Philippe Gaudin2, le directeur adjoint de l’IESR (Institut européen en sciences des religions, fondé suite au rapport de Régis Debray en 20023) est citée par endroit par Urbanski. Cependant, son propos n’est pas de refaire l’historique de cette politique publique (déjà écrite) mais d’analyser la pluralité de positions à son égard, dont celle de Philippe Gaudin.

3L’auteur part d’une posture originale, parfois féconde même si elle n’est pas toujours convaincante, celle du républicanisme critique tel que défini par Philip Pettit et Cécile Laborde notamment (qui articulent théorie sociale et théorie politique républicaine en étudiant les conditions de la non-domination à travers le mode d’existence de croyances collectives). C’est à partir de ce cadre conceptuel qu’il tente de décrypter les différents discours des protagonistes de l’enseignement du fait religieux et de comprendre en quoi cet enseignement entraîne (ou pas) une nouvelle façon d’appliquer la laïcité dans le cadre scolaire. Philip Pettit définit une liberté qui ne requiert pas des citoyens un engagement à accepter des croyances communautaires et donc, privilégie l’instruction publique. Ce républicanisme critique permet à l’auteur de penser la neutralité de la sphère publique en prenant en compte la domination et ses effets véhiculés par une identité majoritaire. L’auteur assume totalement cette posture normative et il a pleinement conscience qu’elle peut être critiquée. Après avoir rappelé quelques débats autour de la laïcité, analysé certains discours de Nicolas Sarkozy (notamment son discours au Palais de Latran en 2007) et la « religion civile » « potentiellement discriminatoire » (p. 7), l’auteur questionne le républicanisme classique français et sa tendance à un universel abstrait qui cache souvent du particulier, du culturel.

4Les questions centrales qui traversent l’ouvrage sont de savoir si l’enseignement du fait religieux est le vecteur d’une nouvelle forme de laïcité, et si oui, pourquoi ? Comment est-il progressivement mis en place et à quels obstacles est-il confronté ? Dans quelle mesure il satisfait aux critères de non-domination (par rapport au républicanisme critique) ?

5L’auteur présente, dans un premier chapitre, ses réflexions sur l’école, la république, les croyances collectives et individuelles (en partant de Durkheim) et sa thèse du républicanisme critique. Puis, s’en suit un questionnement sur le fait religieux, les directives ministérielles qui portent essentiellement sur les connaissances disciplinaires et ses controverses qui permettent de comprendre les postures divergentes et les résistances, dont certaines, écrit-il à juste titre, sont « saines » car elles demandent, comme le fait l’auteur, des clarifications. Il est dommage que l’auteur ne traite pas de l’histoire de l’école publique, car c’est sur le terrain scolaire que s’est d’abord jouée la question de la laïcité.

6Un troisième chapitre sur l’emprise du religieux (religions ou religieux) évoque les problèmes de la définition du fait religieux, du religieux et de la religion, déjà si débattus dans le rapport Debray même (ce dernier assume totalement que l’expression « fait religieux », problématique, est consensuelle). La présence du religieux et son universalité (thèse de Debray, qui défend l’impossibilité d’échapper au religieux) fondent en partie la légitimation de l’EFR à l’école. On regrette l’absence de l’analyse du concept de religion et de son origine, si problématique dans les sciences sociales du religieux contemporain, qui renvoie à un concept christiano-centré, difficilement transposable en l’état à toutes les productions symboliques que l’humanité a pu produire, point de vue christiano-centré qui se retrouve jusque dans les manuels scolaires pour penser le religieux non-occidental. Un dernier chapitre questionne la spécificité française et la laïcité européenne. Une petite étude de terrain menée auprès d’enseignants vient étoffer le propos et témoigner des positions contrastées concernant l’EFR et ses modalités. Enfin, critiquant l’approche promue par Jean-Paul Willaime d’une « laïcité européenne » (p. 209), Urbanski prend le cas de la Pologne comme contre-exemple particulièrement significatif. En Pologne, l’autoritarisme de l’Église catholique (ayant remplacé l’autoritarisme communisme) se retrouve sur le terrain de l’école, notamment dans l’orientation confessionnelle de la discipline histoire, mais aussi dans les signes religieux (crucifix) présents dans les salles de classes. Urbanski note que l’enseignement public polonais interfère arbitrairement avec les croyances de certains élèves et qu’il faut prendre la mesure de la différence de nature entre la laïcité française et polonaise. Ce qui l’incite à nuancer, voire à rejeter la thèse de Jean-Paul Willaime (p. 219).

7Renforcer les connaissances des enseignants en matière du « fait religieux » dans leurs disciplines respectives n’est donc pas vraiment l’objet de l’ouvrage (ce n’est en rien une nouveauté) : c’est ce qui dépasse cet enseignement disciplinaire (la volonté par exemple de créer une nouvelle discipline par certains promoteurs de l’EFR) et le flou de certaines injonctions ministérielles qui sont ici analysés. Cette indétermination laisse place à des objectifs divers (connaissance du patrimoine, pallier à l’inculture religieuse, connaissance des héritages ou de l’héritage chrétien, la transmission des valeurs républicaines, la connaissance de l’altérité et la formation à la tolérance, l’accès à l’intériorité, répondre aux questions existentielles, etc.) et l’EFR peut donc être soumis à des interprétations et des instrumentations multiples (par exemple, Mireille Estivalèzes notait en 2009 la possible instrumentation de l’EFR à des fins civiques pour assurer la paix sociale dans la classe4).

  • 5 Le terme confessionnel n’est pas clairement explicité pour l’auteur. L’école privée sous contrat et (...)
  • 6 L’auteur cite ici le compte rendu d’un ouvrage de Nouailhat par Laurence Loeffel, dont certains pro (...)
  • 7 Le rapport du recteur Philippe Joutard en 1989 portait sur les lacunes des enseignants histoire des (...)

8L’auteur s’étonne également, parfois de manière naïve, que des acteurs de l’enseignement catholique puissent avoir été sollicités et intégrés dans ce projet de l’EFR. Il note les tendances « spiritualistes » de certains promoteurs (terme qu’il ne définit cependant pas) et les tendances « néo-cléricales » de certains, parfois sous caution du projet ministériel, du rapport Debray et des institutions comme l’IESR. L’EFR a en effet pu être, dans l’enseignement catholique, et notamment par le biais de certaines autorités, pensé comme pouvant servir le processus de « recatholisication » de l’école privée. Ainsi, Urbanski analyse des propos ambigus de certains universitaires reconnus dans la promotion de l’EFR (qu’ils aient ou non une appartenance confessionnelle). Si cette analyse a le mérite de mettre en perspective les points de divergences et les points de convergences entre les différents acteurs, certaines sont parfois caricaturales. Effectivement, lire à plusieurs reprises que le fondateur de l’IFER (Institut pour la formation et l’enseignement des religions) qui n’est pas un institut confessionnel5 comme le note l’auteur mais un institut universitaire au sein du Centre universitaire catholique de Bourgogne, René Nouailhat, est un théologien aux « tendances néo-cléricales6 » est plutôt réducteur. René Nouailhat n’est d’abord pas théologien mais historien (spécialiste du christianisme) et il a été un pionner, au sein de l’enseignement catholique sous contrat et dans l’esprit du rapport Joutard7 (avant le rapport Debray donc), dans sa volonté de former et de renforcer les connaissances en matière de « fait religieux » des enseignants en histoire (d’abord) créant l’IFER en 1995. Ses activités n’ont d’ailleurs pas toujours été bien perçues par certaines autorités de l’enseignement catholique.

9On peut regretter l’absence d’éléments contextuels qui permettent de mieux saisir les ambigüités des débats concernant l’EFR : les années 1980, la massification de l’immigration postcoloniale, la visibilité de l’islam, la politisation de l’identité et de la laïcité dans les années 2000 (la « nouvelle laïcité » de François Baroin), le contexte de l’actualité internationale qui a rendu possible la commande du rapport Debray (le 11 Septembre), les attentats de Charlie Hebdo qui ont contribué à la mobilisation actuelle du ministère de l’Éducation nationale autour des valeurs républicaines8 (en y incluant la laïcité, comme quatrième valeur de la devise républicaine !). Certains propos d’universitaires promoteurs de l’EFR (Philippe Gaudin, Dominique Borne, Mireille Estivalèzes, Jean-Paul Willaime, etc.) ne sont pas toujours restitués pleinement (l’effort de contextualisation n’est pas toujours présent) mais l’ouvrage, qui se veut accessible, aurait été considérablement plus dense qu’il ne l’est déjà, et peut être moins digeste, si tous ces développements avaient accompagné le propos.

10À la fin de l’ouvrage, l’auteur souligne qu’il ne prétend pas avoir formulé des exceptions majeures à l’égard d’une « laïcité d’intégration » car l’EFR n’en est qu’un aspect parmi d’autres (p. 226) mais en appelle à une clarification, salutaire, afin de lever les ambigüités, les résistances de ceux qui redoutent le retour d’un enseignement religieux et afin de ne pas légitimer les approches des enseignants qui sont à la limite de l’éducation religieuse.

11Il est néanmoins regrettable, alors que l’auteur cite pourtant Jean Baubérot (qui insiste sur le fait qu’il n’y pas un modèle de laïcité absolu en France) que l’auteur n’évoque pas la laïcité française au pluriel : effectivement, il n’est pas question ici du droit local alsace-mosellan où la loi de 1905 ne s’applique pas (à peine évoquée, et où il existe des cours de culture religieuse obligatoire à l’école publique, soumis à un régime de dispenses) comme c’est le cas des différents territoires d’outre mer. Si le cas polonais, pris ici comme contre exemple de la « laïcité européenne », est intéressant à bien des égards, nous regrettons l’absence d’une cartographie des pratiques européennes concernant l’enseignement religieux ou des religions (dont les appellations, multiples, traduisent des contenus fort divers) pour mieux voir en quoi le cas français, avec un EFR intégré aux disciplines, est singulier.

12Ces quelques critiques ne sauraient remettre en question la lecture de cet ouvrage à tous ceux qui s’intéressent, de près ou de loin, à l’EFR, à la fois à ses promoteurs et à ses détracteurs, qui finalement, ont tous des raisons légitimes d’adhérer ou de contester ce projet d’enseignement encore un peu trop indéterminé.

Inicio de página

Notas

1 Suite au rapport Debray sur l’enseignement du fait religieux à l’école en 2002 mais aussi suite au rapport Debré sur la question de l’interdiction du port des signes religieux ostensibles à l’école, les députés adoptent un amendement visant à « enseigner le fait religieux » en 2005. Urbanski note ici, citant Philippe Portier que la laïcité française oscille entre surveillance et reconnaissance.

2 Philippe Gaudin, Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2014.

3 Le rapport Debray dresse un bilan et des perspectives pour « l’enseignement du fait religieux à l’école laïque » dans les disciplines scolaires.

4 https://spirale-edu-revue.fr/IMG/pdf/ESTIVALEZES_Mireille_22L_enseignement_du_fait_religieux_22_-_Spirale_39_2007_.pdf.

5 Le terme confessionnel n’est pas clairement explicité pour l’auteur. L’école privée sous contrat et ses caractéristiques ne sont pas véritablement évoquées.

6 L’auteur cite ici le compte rendu d’un ouvrage de Nouailhat par Laurence Loeffel, dont certains propos dépassent clairement, il est vrai, le cadre du projet ministériel.

7 Le rapport du recteur Philippe Joutard en 1989 portait sur les lacunes des enseignants histoire des religions.

8 http://www.education.gouv.fr/cid85644/onze-mesures-pour-un-grande-mobilisation-de-l-ecole-pour-les-valeurs-de-la-republique.html.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Cécile Campergue, « Sébastien Urbanski, L’enseignement du fait religieux. École, république, laïcité », Lectures [En línea], Reseñas, 2016, Publicado el 07 diciembre 2016, consultado el 27 abril 2017. URL : http://lectures.revues.org/21881

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página