Navigation – Plan du site

Marie-Anne Dujarier, Corinne Gaudart, Anne Gillet, Pierre Lénel (dir.), L’activité en théories. Regards croisés sur le travail

Bastien Pereira Besteiro
L'activité en théories
Marie-Anne Dujarier, Corinne Gaudart, Anne Gillet, Pierre Lénel (dir.), L'activité en théories. Regards croisés sur le travail, Toulouse, Octarès Editions, coll. « Travail & Activité humaine », 2016, 256 p., ISBN : 978-2-36630-055-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marie-Anne. Dujarier, Anne Gillet et Pierre Lénel.
  • 2 Corinne Gaudart.

1Cet ouvrage collectif, dirigé par trois sociologues1 et une ergonome2, s’inscrit dans une démarche de réflexion autour de la notion d’activité que ceux-ci ont initiée lors d’un colloque organisé en avril 2014 au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) intitulé « À quoi nous sert l’activité pour comprendre le travail ? ». Composé de contributions d’auteurs issus d’horizons disciplinaires et théoriques différents, cet ouvrage revient sur l’intérêt que la notion d’activité présente pour les sciences du travail. Si, de prime abord, un tel questionnement peut apparaitre trop « fonctionnaliste », pour reprendre les termes d’Anni Borzeix, il permet finalement de repenser le rôle même que cette notion joue dans la construction des postures théoriques et méthodologiques de chaque contributeur.

  • 3 Ombredane André, Faverge Jean-Marie, L’analyse du travail, Paris, PUF, 1955.
  • 4 Friedmann Georges, Sept études sur l’Homme et la technique, Paris, Éditions Gonthier, 1966. Cette c (...)

2La notion d’activité, d’abord utilisée en ergonomie par André Ombredane et Jean-Marie Faverge pour désigner « les attitudes et séquences opérationnelles par lesquelles les individus observés répondent réellement » aux « exigences » de la tâche3, semble faire aujourd’hui consensus dans un large pan de la recherche en sciences du travail. Pour autant, son appropriation par certaines disciplines est tardive. Selon plusieurs contributeurs de l’ouvrage, c’est notamment le cas pour la sociologie du travail, discipline qui, en plus d’apparaitre éclatée, se serait éloignée de l’analyse de « ce que font les travailleurs » (p. 8) et véhiculerait la représentation d’une opposition binaire entre travail artisanal et travail taylorisé, héritée de Georges Friedmann4. Par ailleurs, la polysémie de l’activité, notion « qui n’appartient à personne ni à aucune discipline en propre » selon Borzeix (p. 36), pose le problème de l’intercompréhension des courants théoriques qui la mobilisant ; en effet, si la plupart des spécialistes du travail s’accordent sur le fait que « ce que font les travailleurs n’est pas une pure exécution de la prescription » (p. 7), plusieurs points de désaccord demeurent, notamment au sujet de l’influence des rapports sociaux sur l’activité (et réciproquement).

3Ainsi, le projet défendu par l’ouvrage est avant tout discursif. Il s’agit, pour les différents auteurs, de dépasser les « malentendus sémantiques » et les « enjeux d’école » (p. 9), et d’instituer des espaces de discussion interdisciplinaire pour mieux comprendre le travail et l’activité. Ce projet est également pédagogique : il a pour objectif de s’adresser simultanément aux profanes et aux spécialistes du travail souhaitant mieux articuler les différentes théories de l’activité. Pour parvenir à cette fin, six problématiques ont été identifiées lors du colloque d’avril 2014 ; celles-ci constituent le fil conducteur de l’ouvrage. Quels sont les concepts clés mobilisés par chaque courant théorique ? Quelle est la théorie du sujet (ou de la subjectivité) portée par ceux-ci ? Quel lien peut-on établir entre sujet et santé ? Quelle place chaque auteur accorde-t-il aux rapports sociaux dans sa théorie de l’activité ? Comment « penser l’historicité dans l’activité » (p. 11) ? Enfin, quelle méthode et quels outils peut-on utiliser pour enquêter sur l’activité ?

4La première problématique fournit à certains contributeurs l’occasion d’exposer minutieusement leur cadre théorique. C’est par exemple le cas d’Yves Clot, qui livre ici une explication détaillée des principales dimensions théoriques et épistémologiques de la clinique de l’activité, au regard du concept clé de Tätigkeit (« activité » en allemand), défini comme « pratique transformatrice qui engage le corps et l’esprit ensemble ». Cette définition témoigne d’ailleurs de la complexité de l’activité, dont l’analyse demande la prise en compte d’une pluralité de facteurs physiologiques, psychiques et sociaux, mais également de sa capacité à dépasser les clivages entre travail du corps et travail de l’esprit. Et en dépit de la diversité des approches théoriques et des manières de présenter celles-ci, tous les auteurs s’accordent sur le caractère multidimensionnel et processuel de l’activité (ce que montrent avec justesse les contributions d’Yves Schwartz et de Marie-Anne Dujarier).

  • 5 Ou, autrement dit, comme individu dans sa dimension psychique, sensible, affecté par le monde qui l (...)
  • 6 Notons d’ailleurs que le cadre théorique proposé par Christophe Dejours, la psychodynamique du trav (...)
  • 7 Canguilhem Georges, Écrits sur la médecine, Paris, Seuil, 2002 [1990].

5Les différentes théories de l’activité ont pour particularité qu’elles impliquent toutes une certaine manière de représenter l’individu au travail. Il était alors attendu de chaque auteur qu’il explicite la façon dont il le définit comme « sujet »5. Si l’exercice a parfois été évité, plusieurs points de vue se rejoignent autour d’une certaine idée du sujet au travail (ou, du moins, du travailleur), dont se recoupent à la fois ses dimensions psychique et sociale, individuelle et collective ; ce sujet est ancré dans un environnement de travail qui l’affecte mais face auquel il n’est jamais passif6. Cette discussion est d’autant plus féconde qu’elle conduit les auteurs à expliciter leur définition de la santé au travail. En effet, penser le travailleur comme sujet psychique et social implique une rupture avec certains modèles d’analyse du travail qui définissent la santé au regard, seulement, de ce que le travail peut produire sur l’individu en termes de souffrances physiques et mentales. Or, comme le soulignent plusieurs auteurs, et ce en écho aux travaux de Georges Canguilhem7, l’activité n’est pas forcément génératrice de souffrance, elle joue également un rôle dans la production de la santé et du sens du travail.

6La définition que les auteurs donnent du sujet (ou du moins, de l’homme au travail) a également pour intérêt de « dépsychologiser » le rapport que les individus entretiennent avec le travail : l’activité de travail n’est pas seulement appréhendée à partir du seul vécu des individus, elle est vue comme une activité collective, en prise avec les rapports sociaux. Cette notion de « rapport social » pose cependant problème, tant les définitions qui s’y rapportent divergent : ainsi, si Dejours insiste sur la nécessité d’articuler toute théorie de l’activité à une « théorie sociale de la domination » (p. 89), faisant de l’organisation du travail un puissant vecteur de domination sociale, d’autres auteurs, comme Gilbert de Terssac, accordent plus d’importance aux libertés prises par le travailleur vis-à-vis des prescriptions. Ces deux postures qui apparaissent radicalement opposées partagent toutefois un point commun : le fait d’appréhender l’activité de travail au carrefour du prescrit inhérent à l’organisation du travail et des stratégies individuelles et collectives des travailleurs. La clinique de l’activité présente d’ailleurs un intérêt significatif pour dépasser ce clivage : pour Clot, si le travail s’inscrit préalablement dans un registre impersonnel, prescrit, les rapports sociaux au travail ne sauraient s’y restreindre, ceux-ci s’instituant également dans une « histoire collective des travailleurs ». Cette dernière non plus n’est à même de définir l’ensemble des rapports sociaux, étant en confrontation avec les instances personnelles et interpersonnelles de l’activité. Il en résulte alors la nécessité pour toute méthode d’analyse de l’activité d’appréhender l’ensemble des dimensions de cette dernière, du geste le plus anodin au statut social, en passant par l’organisation du travail et les relations informelles entre travailleurs.

  • 8 Avec celui de Dominique Lhuilier, l’article d’Yves Clot s’avère être l’un des plus loquaces à ce su (...)
  • 9 Clot Yves, Leplat Jacques, « La méthode clinique en ergonomie et en psychologie du travail », Le tr (...)

7C’est pourtant au sujet des questions de méthodologie que cet ouvrage peut ne pas satisfaire les attentes de certains lecteurs. En effet, rares sont les auteurs qui définissent concrètement le cadre et les objectifs de leurs interventions8. Ce choix est d’autant plus regrettable que l’analyse de l’activité est un espace de réflexion et d’expérimentation méthodologique particulièrement fécond, comme ont pu le montrer Yves Clot et Jacques Leplat9. Pour autant, l’ouvrage fédère les différentes approches de l’activité autour d’un objectif commun, celui de faire de l’intervention et de l’analyse de l’activité des espaces dialogiques, porteurs, selon Schwartz, de « projets de transformation de la vie sociale, non mutilants, non usurpants, non-manipulateurs » (p. 185). En effet, si Schwartz ne nous dit pas comment analyser le travail, il nous invite à tenir compte de la manière dont les travailleurs eux-mêmes définissent leur activité, afin de ne pas les amputer de leur capacité à s’approprier leur travail.

  • 10 Terme que nous reprenons ici à Dominique Lhuilier (p. 153).

8Finalement, et ce même si sa vocation pédagogique a pu s’effacer derrière l’intensité des débats théoriques et interdisciplinaires, cet ouvrage collectif est à la hauteur de ses ambitions : refusant toute prétention à la synthèse ou à l’exhaustivité, il est à l’image de ce qu’il interroge, l’activité, en étant un espace permanent de dialogues et de conflits, condition essentielle à la fécondité des sciences du travail. Sans pour autant répondre à toutes les questions qu’elles soulèvent, toutes les contributions sont des invitations à l’interdisciplinarité et à la « plasticité »10 en matière de méthode d’analyse de l’activité et d’intervention. Enfin, cet ouvrage témoigne de la portée politique de la notion d’activité, celle-ci sous-tendant le projet d’élargissement du pouvoir d’agir des travailleurs : comme le montrent les différents auteurs, prendre soin de l’activité exige de dépasser le seul cadre du bien-être au travail, en participant à la construction des conditions dans lesquelles le travailleur se reconnaitra dans son propre travail.

Haut de page

Notes

1 Marie-Anne. Dujarier, Anne Gillet et Pierre Lénel.

2 Corinne Gaudart.

3 Ombredane André, Faverge Jean-Marie, L’analyse du travail, Paris, PUF, 1955.

4 Friedmann Georges, Sept études sur l’Homme et la technique, Paris, Éditions Gonthier, 1966. Cette critique a notamment été portée par Alexandra Bidet et François Vatin.

5 Ou, autrement dit, comme individu dans sa dimension psychique, sensible, affecté par le monde qui l’entoure. Comme le souligne Gilles Herreros, la notion de sujet permet de penser l’individu comme assujetti « à sa propre histoire personnelle comme à la grande histoire collective », tout en étant sujet de son propre devenir (Herreros Gilles, La violence ordinaire dans les organisations. Plaidoyer pour des organisations réflexives, Paris, Érès, 2012).

6 Notons d’ailleurs que le cadre théorique proposé par Christophe Dejours, la psychodynamique du travail, repose en grande partie sur la mise en évidence des stratégies entreprises par les travailleurs face aux contraintes du travail.

7 Canguilhem Georges, Écrits sur la médecine, Paris, Seuil, 2002 [1990].

8 Avec celui de Dominique Lhuilier, l’article d’Yves Clot s’avère être l’un des plus loquaces à ce sujet, l’auteur y explicitant tant les méthodes que les étapes de l’intervention en clinique de l’activité.

9 Clot Yves, Leplat Jacques, « La méthode clinique en ergonomie et en psychologie du travail », Le travail humain, vol. 68, n° 4, 2005 p. 289-316.

10 Terme que nous reprenons ici à Dominique Lhuilier (p. 153).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Pereira Besteiro, « Marie-Anne Dujarier, Corinne Gaudart, Anne Gillet, Pierre Lénel (dir.), L’activité en théories. Regards croisés sur le travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 12 décembre 2016, consulté le 28 février 2017. URL : http://lectures.revues.org/21906

Haut de page

Rédacteur

Bastien Pereira Besteiro

Chercheur-doctorant en sociologie au Centre Max Weber (UMR CNRS 5283).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page