Navigation – Plan du site

Fadi El Hage, Napoléon historien

Guillaume Comparato
Napoléon historien
Fadi El Hage, Napoléon historien, Paris, L'Harmattan, 2016, 248 p., Préface de Jean Tulard, ISBN : 978-2-917232-51-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fadi El Hage, Histoire des Maréchaux de France à l’époque moderne, Paris, Nouveau Monde, 2012.
  • 2 Fadi El Hage, Le maréchal de Villars. L'infatigable bonheur, Paris, Belin, 2012.
  • 3 Fadi El Hage, Abraham Fabert. Du clientélisme au maréchalat (1599-1662), Paris, L’Harmattan, 2016.
  • 4 Jean Tulard, L'anti-Napoléon. La légende noire de l'Empereur, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 19 (...)
  • 5 Thierry Lentz, Napoléon. « Mon ambition était grande », Paris, Gallimard, coll. « Découverte », 199 (...)

1Fadi El Hage est historien moderniste, membre associé à l’IHMC et spécialiste d’histoire militaire. Il est l’auteur d’une Histoire des maréchaux de France à l’époque moderne1 et de biographies de grands officiers tels Claude-Louis-Hector de Villars2 ou Abraham Fabert3. Il s’attelle dans cet ouvrage à faire découvrir une nouvelle facette d’un autre célèbre général : Napoléon Bonaparte. Ce n’est pas le stratège militaire qui intéresse ici l’auteur, mais l’intellectuel et l’écrivain qu’était Napoléon. Ce travail s'inscrit dans la lignée des études sur le personnage de l’Empereur et sur son amour pour les lettres, tel le Napoléon écrivain de Nada Tomiche (1952), L’anti-Napoléon de Jean Tulard4, ou plus récemment Napoléon « Mon ambition était grande » de Thierry Lentz5. Ainsi, Fadi El Hage nous invite à entrer dans l’intellectualité de Napoléon et à découvrir ce qui le conduit à écrire l’histoire et sa propre histoire.

2Exilé à Sainte-Hélène depuis 1815 avec ses proches Ali, Bertrand, Gourgaud, Las Cases et les Mortholon, Napoléon décide de prendre la plume et d’écrire ses Mémoires. Fadi El Hage dans son introduction reconstruit depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours l’historiographie des études et des récits sur le caractère intellectuel de Napoléon. Ces études le mènent à s’interroger sur la relation qu’entretient Napoléon avec l’histoire. Pourquoi s’est-il tant attaché aux récits historiques et pourquoi cet empereur déchu s’est-il lancé dans l’écriture de ses mémoires, véritable bataille pour la sauvegarde de son image ? L’essai se propose de retracer ce parcours intellectuel. Des passe-temps d’un jeune soldat aux dictées de Sainte-Hélène, Fadi El Hage analyse ce rapport étroit que l’Empereur entretient avec l’histoire.

3L’ouvrage s’articule en cinq chapitres thématiques qui montrent d’abord la formation de Napoléon à l’histoire. Dans le premier chapitre, l’auteur étudie les lectures et les commentaires d’ouvrages de Napoléon. Il s’intéresse ensuite à la perception de l’histoire et du métier d’historien de Bonaparte pour donner une idée de ce qui a forgé sa méthode. Les trois chapitres suivants explorent les pratiques d’écriture de Napoléon. Sa démarche jugée « antihistorique » passe en effet par une reconstruction des faits mue par une volonté de maîtriser l’histoire et de s’inscrire dans celle des grands hommes.

4Pour commencer, Fadi El Hage se demande quel « lecteur d’histoire » pouvait être Napoléon au cours de sa vie. Depuis sa garnison jusqu’à Sainte-Hélène, ses lectures n’ont cessé de l’influencer et les livres d’histoire l’ont toujours suivi. Pendant les années qu’il passe en garnison non loin à Valence à partir de 1784, Napoléon se passionne pour les Abrégés d’Histoire de l’abbé Millot qui lui donnent une première approche encyclopédique et synthétique de l’histoire. En tant que militaire, il est aussi très intéressé par les récits guerriers ainsi que par les Vies des Hommes illustres de Plutarque, recueil de biographies de personnages célèbres. Grâce aux archives qu’il a laissées derrière lui, on sait que Napoléon annote presque systématiquement ses livres d’histoire. L’étude des textes littéraires et historiques était d’ailleurs assez courante dans les garnisons. En effet, la France des années 1780 jouissait d’un contexte intérieur assez paisible, peu propice à l’évolution des carrières militaires si bien que les officiers lisaient et écrivaient pour chasser l’ennui de cette vie monotone. La campagne d’Italie (1796-1797) accélère la vie et la carrière de Napoléon. Selon l’auteur, ce sont les récits des campagnes du maréchal de Maillebois et ceux du Général de Bourcet qui ont aidé le général Bonaparte à comprendre l’importance de la topographie du Piedmont, et notamment l’Adige, pour construire ses plans de bataille. Lors de la campagne d’Égypte (1798-1801), l’auteur note que c’est Voltaire et son histoire du Règne de Louis XIV qui l’accompagnent et dont il ne se détache que peu, malgré son importante bibliothèque de voyage (p. 33). Enfin, à Sainte-Hélène, il se constitue la bibliothèque la plus vaste possible, dont l’auteur détaille le contenu (p. 38-39). Fadi El Hage note que Napoléon avait pour habitude de « lire au pouce » c’est-à-dire qu’il lisait rapidement en suivant le mouvement de son doigt. Cette manie qu’il a gardée tout au long de sa vie occasionnait parfois des erreurs et des contre-sens que ses compagnons d’exil tentaient en vain de corriger.

5Après avoir campé le portait d’un Napoléon amateur de livres d’histoire, parfois jusqu’à la boulimie, Fadi El Hage s’interroge dans son second chapitre sur le rapport qu’entretient son personnage avec le travail de l’historien. Napoléon a en effet une vision bien particulière de la méthode et de ce que doit être un historien. L’auteur utilise ici les notes de travail et les anecdotes recueillies par les proches de Bonaparte. Il en ressort qu’en fidèle homme des Lumières, Napoléon insiste sur le fait que l’historien doit avant tout être compris par ses lecteurs et qu’il doit impérativement s’éloigner du merveilleux et de la légende pour ne pas réaliser des histoires sublimées, comme le font les poètes. Les années passées à lire les grands abrégés ont éveillé chez Napoléon le goût pour une écriture de l’histoire précise et factuelle. Il est également très attentif à l’exactitude des récits militaires et n’hésite pas à critiquer Voltaire, dont il admire le travail mais dont il juge les compétences en stratégie trop faibles pour parler de guerre. C’est une sorte d’écriture de l’histoire très scientifique que semble aimer Napoléon et qui n’est pas, à première vue, très éloignée des méthodes actuelles.

6Mais dans les faits, comment Napoléon écrivait-il l’histoire et surtout son histoire ? C’est en quelque sorte le problème récurrent des trois derniers chapitres, qui évoquent la période de formation, celle de la réflexion et enfin celle où Bonaparte devient auteur, donc acteur de la construction d’un discours. En effet, comme de nombreux mémorialistes, Napoléon réalise une véritable « reconstruction » historique. En étudiant les mémoires de Napoléon, en comparant ses nombreux brouillons, et à grand renfort d’anecdotes, l’auteur montre comment les évènements sont repris et parfois remaniés pour coller au système que mettait en place l’Empereur. L’exemple le plus marquant reste la réprimande « infantilisante » qu’il inflige à Gaspard Gourgaud le 30 septembre 1815 (p. 99-100). Le pauvre général, devenu secrétaire, doute alors de l'implication de son maître dans le soulèvement royaliste du 13 vendémiaire an V (5 octobre 1805). Napoléon affirme qu’il était alors le commandant en chef de la faction qui réprime le soulèvement, ce que conteste Gourgaud qui se fait violemment sermonner. Quelques pages plus loin, l’auteur décortique la construction que Napoléon réalise dans son explication du 18 brumaire. Il montre comment le fait d’inscrire une vérité tout en reconstruisant l’évènement permettait aux mémorialistes de créer une version officielle. C’est exactement ce que Napoléon tenta de faire avec son coup d’État. Il partit d’une « anecdote fondatrice » et, par des jeux politiques, construisit un fait historique faux.

7Mais comment Napoléon, lui qui scandait que le devoir de l’historien est de s’inscrire dans la vérité des faits en mettant le merveilleux de côté, devient-il ensuite un manipulateur de faits ? L’Empereur, pendant son exil à Sainte-Hélène, est assailli par des histoires de lui-même et de son règne, parfois signées de son nom. Écrites par des auteurs anglais comme Lewis Goldsmith (Histoire secrète du cabinet de Buonaparte, 1814), Charles Doris (Précis historique sur Napoléon Buonaparte, 1815) ou français comme Frédéric Lullin de Châteauvieux, un proche de madame de Staël (Manuscripts nevnus de Sainte-Hélène, 1817), ces livres entendent donner une version imaginée de l’histoire de Napoléon et anticipent les dictées en préparation. L’Empereur désire donc mener une dernière bataille pour rétablir sa vérité sur ses années d’ascension puis de règne. Mais cette construction historique et mémorielle est duale. En effet Napoléon, par ses dictées, tente également de se raccrocher à l’histoire des grands hommes et des grands généraux qu’il a adulés toute sa vie. Il essaie donc de les lier à ses propres campagnes. Il passe une première fois les Alpes, tel Annibal, puis se rapproche de Vendôme, de Coigny et surtout de Villars, dans sa campagne de 1800. Il se tourne ensuite vers César et Alexandre lors de sa campagne d’Égypte, puis de Charlemagne lors de la fondation de l’Empire. Le projet des Précis est d’ailleurs plutôt impressionnant. La « Liste hypothétique des Précis de grands capitaines » que présente l’auteur (p. 188-189) montre que l’Empereur compte, avant sa mort, réaliser une histoire militaire générale et « universelle », de l’Antiquité jusqu’à ses propres batailles. Mais ce projet ne voit jamais le jour, car Napoléon décède le 5 mai 1821 sans avoir achevé ses dictées. Outre les Mémoires, il ne paraît que le Précis des guerres de Jules César accompagné de fragments en 1824.

8Fadi El Hage conclut sur le destin de cette entreprise littéraire qui, malgré les efforts de l’équipe de Sainte-Hélène, ne parvient pas à prendre l’ampleur que Napoléon aurait souhaité de son vivant. Les approximations, les constructions et le caractère inachevé de l’œuvre ne lui permettent d’atteindre qu’un faible succès littéraire. Finalement, c’est Las Cases qui reçoit le meilleur accueil et contribue à forger « la légende dorée de l’Empereur ».

9C’est donc à travers l’étude de nombreuses sources, tels les écrits manuscrits et imprimés de Sainte-Hélène et les notes de Napoléon, que Fadi El Hage a reconstruit le parcours d’historien de Bonaparte tout au long de sa vie. En relisant les ouvrages que l’Empereur a lus, commentés et utilisés pendant sa carrière, l’auteur nous offre un tour d’horizon très précis de la formation intellectuelle de ce personnage de premier plan, devenu historien de son propre destin, forgé par l’épée puis par la plume.

Haut de page

Notes

1 Fadi El Hage, Histoire des Maréchaux de France à l’époque moderne, Paris, Nouveau Monde, 2012.

2 Fadi El Hage, Le maréchal de Villars. L'infatigable bonheur, Paris, Belin, 2012.

3 Fadi El Hage, Abraham Fabert. Du clientélisme au maréchalat (1599-1662), Paris, L’Harmattan, 2016.

4 Jean Tulard, L'anti-Napoléon. La légende noire de l'Empereur, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1973.

5 Thierry Lentz, Napoléon. « Mon ambition était grande », Paris, Gallimard, coll. « Découverte », 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Comparato, « Fadi El Hage, Napoléon historien », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 13 décembre 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/21919

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Comparato

Doctorant en histoire moderne à l’Université Grenoble Alpes (Laboratoire LUHCIE).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page