Navigation – Plan du site

Sophie Rabau, Florian Pennanech, Exercices de théorie littéraire

Camille Brouzes
Exercices de théorie littéraire
Sophie Rabau, Florian Pennanech, Exercices de théorie littéraire, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, coll. « Les fondamentaux Sorbonne », 2016, 139 p., ISBN : 978-2-87854-684-2.
Haut de page

Texte intégral

1Parce qu’ils constatent l’insuffisance des manuels et des cours de théorie littéraire, où « [à] aucun moment, on n’envisage d’expliquer aux lecteurs comment ils peuvent eux-mêmes théoriser » (p. 8), Sophie Rabau et Florian Pennanech se donnent pour mission dans cet ouvrage de former l’« apprenti théoricien ». Pour ce faire, ils font de la littérature une matière à questionner librement, à transformer à l’envi, sans craindre l’irrévérence, avec une impertinence susceptible de délasser tout étudiant en lettres fatigué des traditionnelles anthologies de textes théoriques. En effet, il s’agit ici de s’intéresser non pas à la théorie elle-même, mais à la fabrique des concepts et des lois théoriques, pour mieux encourager les lecteurs à forger à leur tour leurs propres outils de catégorisation et d’analyse de la littérature. Nulle histoire des évolutions de la théorie littéraire, donc, mais une excellente incitation à exercer son raisonnement et à conceptualiser : les deux auteurs nous apprennent à réfléchir avec davantage de méthode aux problèmes spécifiques que pose la littérature, depuis la question de la représentation du réel jusqu’à celle de la sélection du lecteur, en passant par la porosité des frontières génériques.

2La formation prodiguée par le manuel se déploie stratégiquement en trois étapes, correspondant aux trois types de raisonnements qu’on peut adopter pour aboutir à l’élaboration d’une théorie littéraire : le raisonnement par déduction, le raisonnement par extrapolation et le raisonnement par induction. Chaque chapitre se divise encore pour évoquer différentes techniques de raisonnement possibles, brièvement et efficacement exposées, puis suivent des exercices corrigés, et enfin une proposition d’exercice non corrigée. Le lecteur qui souhaite apprendre comment procéder à une théorisation par « extrapolation transgénérique » pourra ainsi lire un corrigé qui interroge la façon d’appliquer la notion romanesque de focalisation au genre théâtral. Il s’attellera ensuite, mieux armé, à transposer cette interrogation au contexte de la poésie. L’une des réussites du manuel réside dans sa capacité à introduire avec beaucoup de clarté un certain nombre de grandes notions théoriques fondamentales. En quelques lignes, ou à l’aide d’encadrés bien conçus, Sophie Rabau et Florian Pennanech reviennent sur la métalepse genettienne, sur les origines du structuralisme ou du New criticism, ou encore sur l’invention de l’autofiction par Doubrosky. Il est vrai que ces points théoriques ne se présentent que comme la base d’une progression vers un raisonnement autonome : l’ouvrage fait la part belle aux exercices, qui sont nombreux, et pour lesquels plusieurs corrections sont parfois même proposées. Ces explications n’en ont pas moins le mérite d’ancrer durablement dans l’esprit du lecteur un certain nombre de références omniprésentes dans les études littéraires.

3Certes, les auteurs n’échappent pas, dans leur ambition de formation, à la mobilisation d’un corpus essentiellement canonique, et de fait bien connu des étudiants en littérature : Borges, Jakobson, Cervantès, Proust, Barthes, Lejeune, Compagnon, etc. Il ne faudrait pourtant pas voir dans les Exercices de théorie littéraire une compilation de références théoriques incontournables, ni un réservoir de sujets de dissertation. Les grands noms de la théorie littéraire sont avant tout utilisés dans une volonté d’« espionnage industriel » : la théorie importe moins que la technique théorique, que la méthode réflexive. Or il est tout à fait réjouissant pour le lecteur de s’approprier rapidement le fonctionnement du modèle communicationnel de Jakobson, de la pensée contrefactuelle de Bayard, ou du carré logique d’Aristote, pour tenter de répondre à des problèmes tels que : « par quels moyens un écrivain peut-il écrire en évitant certains lecteurs ? » (p. 43) ou « que serait une définition de la tragédie comme suite d’événements réversible, où les choses peuvent toujours se passer autrement ? » (p. 64). Bien plus, les deux auteurs se montrent soucieux de désacraliser notre rapport à ces intouchables et inévitables grandes théories littéraires. Ils se réservent le droit de compléter Genette, qui aurait peut-être dû songer à décomposer son concept de métalepse en homométalepse et hétérométalepse, ou de diagnostiquer Pierre Bayard, incontestablement atteint du complexe de Don José. Le ludique prime donc, nuançant notre vision de théoriciens dont la réflexion est trop souvent réduite à un argument d’autorité (voir l’inévitable troisième partie de dissertation sur la mort de l’auteur). Par le jeu, on approche plus sûrement un continent théorique, que la terminologie savante et les références multiples rendent parfois plus effrayant et inabordable qu’il ne l’est en réalité. Plutôt que de se laisser impressionner par le parler genettien, essayons donc de comprendre sa tendance à la formation de néologismes par préfixation, et d’imaginer ce que pourrait être une opposition entre homométaphore et hétérométaphore (exercice proposé p. 34).

4Il est vrai que le nombre important des concepts mobilisés dans le manuel pourrait détourner un lecteur craignant d’avoir à affronter une nomenclature littéraire fumeuse et complaisamment ronflante. Répétons-le, les Exercices de théorie littéraire ne sont pas un manuel de pédantisme. La preuve en est que les auteurs choisissent de nous inculquer dès les premières pages les concepts les plus précis et les plus arides, pour mieux conclure l’ouvrage sur des techniques de raisonnement tout à fait divertissantes, comme l’invention de « fictions théoriques ». Sophie Rabau et Florian Pennanech semblent ainsi prendre un plaisir non dissimulé à proposer, dans l’un des derniers corrigés du manuel, une réflexion fantaisiste et non moins brillante sur la possibilité d’un monde « où il est interdit de représenter des êtres vivants en littérature » (p. 124). En même temps que le lecteur progresse dans l’acquisition de modes de réflexion classiques et d’une grande difficulté technique, il a donc l’agréable surprise d’évoluer vers des exercices tout aussi édifiants mais de plus en plus distrayants. Si l’absence d’un lexique en fin d’ouvrage complique parfois la lecture – comment se souvenir de ce qu’est exactement la « cistextualité » (p. 104), néologisme genettien inventé en tout début de manuel, alors que le lecteur a dû assimiler bien d’autres notions entre temps ? –, on ne saurait cependant reprocher de bonne foi cette absence aux auteurs. Car il n’est pas question d’apprendre servilement un ensemble éclectique de notions toutes faites, mais de comprendre comment elles ont été conçues, pour mieux inventer les siennes. Traiter, en somme, la littérature comme une matière vivante, et ne pas hésiter à innover, à se hasarder, et pourquoi pas à aller puiser dans d’autres disciplines, dans d’autres arts, de nouvelles techniques de raisonnement : quel serait l’équivalent littéraire de la translation géométrique (exercice proposé p. 67-71) ? De l’appogiature musicale (exercice proposé p. 76-81) ?

  • 1 Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, Éditions du Seuil, 1998, p. 15-16.

5Avec ces Exercices de théorie littéraire, Sophie Rabau et Florian Pennanech s’adressent donc principalement à un public d’étudiants ou d’enseignants en littérature. Qu’ils soient en licence, en classe préparatoire ou en master, tous trouveront sans aucun doute ici matière à nourrir leur réflexion, à diversifier intelligemment leur approche d’un texte ou d’un problème littéraire. Le manuel fournira indubitablement à l’étudiant un certain nombre de réflexes théoriques pour mieux aborder un sujet de dissertation. En cela, force est de constater qu’il illustre donc en partie le processus de récupération de la théorie littéraire décrit par Antoine Compagnon : « L’appel à la théorie est par définition oppositionnel, voire subversif et insurrectionnel, mais la fatalité de la théorie est d’être transformée en méthode par l’institution académique, d’être récupérée »1. Néanmoins, dépassant largement le cadre routinier des exercices scolaires et la pure et simple application d’une méthode, l’ouvrage nous invite surtout à penser, à théoriser et même à créer la littérature.

Haut de page

Notes

1 Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, Éditions du Seuil, 1998, p. 15-16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Brouzes, « Sophie Rabau, Florian Pennanech, Exercices de théorie littéraire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 14 décembre 2016, consulté le 24 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/21941

Haut de page

Rédacteur

Camille Brouzes

Doctorante en littérature médiévale à l’Université Grenoble Alpes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page