Navigation – Plan du site

Nicolas Hatzfled, Michel Pigenet, Xavier Vigna (dir.), Travail, travailleurs et ouvriers d’Europe au XXe siècle

Igor Martinache
Travail, travailleurs et ouvriers d'Europe au XXe siècle
Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet, Xavier Vigna (dir.), Travail, travailleurs et ouvriers d'Europe au XXe siècle, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Histoires », 2016, 360 p., ISBN : 978-2-36441-185-2.
Haut de page

Texte intégral

1Peu de proclamations prêteraient certainement autant à rire que celle qui consisterait à soutenir que le travail ou les ouvriers auraient été négligés par les sciences humaines et sociales. Tout le monde conviendra en effet que ces objets y occupent une place de choix, tant ils ont joué un rôle central dans la marche du monde depuis la « Révolution industrielle ». Rançon du succès en quelque sorte, l’abondance de travaux en la matière rend difficile de s’en faire une vision d’ensemble, surtout à l’échelle internationale, tandis qu’un grand sentiment de familiarité avec ces objets risque d’en figer le contenu et les contours alors qu’ils ont subi de profondes transformations au fil des décennies. Issu d’un colloque organisé en 2013 par le Centre Georges Chevrier de l’Université de Dijon réunissant des historien-ne-s de huit pays différents, cet ouvrage propose de relancer une dynamique de confrontation des points de vue internationaux, initiée notamment par les sessions du Groupe de travail international d’histoire sociale moderne et contemporaine organisées à la Maison des sciences de l’homme au milieu des années 1970, autour desquelles s’agrégeaient des figures aussi fameuses qu’Edward P. Thompson, Eric Hobsbawm, Charles Tilly ou Jürgen Kocka. Comme le soulignent cependant les coordinateurs de cette entreprise scientifique, Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet et Xavier Vigna, dans leur introduction, cette rencontre entendait moins créer que « traduire et amplifier une confluence » initiée par la création de revues et réseaux de recherche dans plusieurs pays européens au cours des dernières années, témoignant d’un souci de renouvellement des recherches et perspectives dont cet ouvrage livre un bon aperçu, à défaut d’être exhaustif quant aux thématiques souhaitables.

  • 1 L’auteur note cependant qu’il semblerait que nous soyons entrés dans une sixième période.

2Alternant entre études de cas et réflexions sur les catégories d’analyse, la vingtaine de contributions ici réunies est elle-même répartie en quatre grandes parties. La première propose une synthèse historiographique sur ce thème du travail et des travailleurs de la période contemporaine dans plusieurs pays européens : le Royaume-Uni (Arthur McIvor), la Belgique (Eric Geerkens), l’Allemagne (Dietmar Süss), la France (Nicolas Hatzfled, Michel Pigenet et Xavier Vigna) et l’Espagne (Père Gabriel). Marcel van der Linden s’emploie pour sa part à dresser un bilan de l’histoire ouvrière, entendue non pas seulement comme l’histoire du mouvement ouvrier mais comme celle de la classe ouvrière « au sens large », à l’échelle européenne, qu’il découpe en cinq périodes (1880-1914, l’entre-deux-guerres, de la fin de la Seconde guerre mondiale jusqu’à celle des années 1960, de la fin de la décennie 1960 jusqu’au milieu des années 1980 – « décennie d’or » de ce champ – et enfin de ce moment jusqu’à aujourd’hui1) dont il précise les perspectives privilégiées, les angles morts et les inflexions respectives. Dense et quelque peu rébarbative pour les lecteurs non spécialistes – et a fortiori non historiens ! –, cette première partie n’en apporte pas moins de très précieux repères à quiconque veut s’aventurer dans ce sillon de recherche ou user du révélateur de la comparaison internationale pour cerner les spécificités du contexte national dans lequel elle ou il a ancré ses travaux.

  • 2 Edward Shorter et Charles Tilly, « Le déclin de la grève violente en France de 1890 à 1935 », Le Mo (...)

3La deuxième partie de l’ouvrage traite pour sa part des conflits et mobilisations autour du travail, avec deux articles portant sur de grands mouvements de grève en Belgique : ceux de 1932 et 1936 (Francine Bolle) et celui de l’hiver 1960-1961 (Samia Beziou). Rubén Vega montre ensuite la dimension éminemment centrale du travail dans l’identité ouvrière, à partir d’entretiens rétrospectifs auprès de travailleurs des chantiers navals de Gijon, tandis que Stefano Musso met en évidence les transformations intervenant dans la morphologie sociale des ouvriers de la grande usine de la Fiat à Mirafiori, entre les années 1940 et 1960, pour avancer que leur perte d’homogénéité, avec l’afflux de femmes et d’immigré-e-s venu-e-s du sud de l’Italie, aurait pu être facteur de divisions internes nuisant à leur mobilisation collective. Enfin, Xavier Vigna vient apporter de sérieuses nuances à la thèse classique, popularisée par Edward Shorter et Charles Tilly2, d’une pacification des conflits du travail en France après 1935, tout en mettant en évidence un certain nombre de ressorts sociaux et spatiaux des actes violents des ouvriers – et ouvrières ! – contre les forces de l’ordre, mais aussi contre leurs supérieurs (et leurs locaux) et encore contre les « jaunes ». L’auteur invite à « ne pas penser simplement ces violences comme des pathologies, mais également comme le revers d’une sociabilité intense, voire d’une solidarité, y compris dans l’espace du travail » (p. 178), à rebours des thèses insistant sur l’anomie.

4À l’instar des conflits, les catégories utilisées pour rendre compte du travail comme des travailleurs ne sont pas toujours adaptées pour en comprendre les dynamiques, et elles en occultent souvent l’hétérogénéité et les transformations, comme l’a déjà montré l’article de Stefano Musso. C’est précisément aux catégories de travailleurs et aux parcours professionnels qu’est consacrée la troisième partie. Anne-Sophie Bruno donne ainsi à voir le développement de travaux portant sur les périphéries du travail « normal » depuis les années 1970, et qui ont notamment montré comment l’évolution des catégories de main-d’œuvre, avec le recours privilégié – et souvent « naturalisé » – aux femmes et aux étrangers dans certains emplois, a accompagné l’éclatement des catégories d’emploi et en particulier la précarisation des emplois subalternes. L’auteur souligne que l’articulation de ces deux types de catégories, de main-d’œuvre et d’emploi, restait encore difficile à faire, chez les historien-ne-s comme chez leurs consœurs et confrères d’autres disciplines. Cristina Borderias-Mondéjar bat pour sa part en brèche la thèse répandue d’un retard de l’Espagne en termes d’intégration des femmes aux marchés du travail, en dépit des politiques hostiles à cette intégration. Elle pointe les différences locales et les apories de la recherche en la matière. Christian Chevandier revient ensuite sur quelques difficultés de classement portées par les nomenclatures et représentations usuelles, à partir de l’exemple des ouvriers travaillant dans des activités de service. Anna Pellegrino souligne quant à elle la persistance de la place importante occupée par l’artisanat en Italie qui, explique-t-elle, n’est pas l’illustration d’un « retard », et encore moins d’une inertie des activités concernées, tant leurs modes d’organisation, d’identification sociale et de représentation politique ont profondément évolué au cours du siècle. Ferruccio Ricciardi revient sur la construction et les transformations de cette figure largement repoussoir qu’incarne le contremaître et pointe ce faisant tout ce que l’approche historique peut apporter aux théories managériales dominantes, en venant notamment corriger l’occultation des dimensions de dominations genrée et « ethnique » dont fait preuve le regard qu’elles portent sur cet encadrement intermédiaire. On retrouve un souci similaire aux rapports de domination et à la nécessité d’historiciser les catégories employées pour analyser les mondes du travail dans l’article que Tyler Stovall consacre à la figure méconnue des « travailleurs de couleur » dans la France de l’entre-deux-guerres vis-à-vis desquels « la combinaison de la xénophobie à dominante raciale et de l’exotisme colonialiste de [la période] ont composé une image du travailleur coloré teintée tout à la fois de différence et d’infériorité » (p. 270).

5Les « constructions collectives » constituent enfin l’objet de la quatrième partie, avec une contribution de Laure Machu qui pose les jalons d’une histoire comparée de la mise en place des conventions collectives comparée entre le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France dans la première moitié du XXe siècle. Dans une même veine, Marion Fontaine met en évidence les récentes avancées historiographiques permettant de questionner l’homogénéité des travailleurs de la mine, en même temps que l’imaginaire encore vivace qui les entoure et les nombreux mythes qui l’entretiennent, observant que « la constitution des mineurs en classe héroïque ou au contraire [sa constitution] en classe archaïque ne sont pas des faits allant de soi, mais [marquent] des enjeux qui intéressent et les mondes miniers, et des sociétés industrielles pour lesquelles, pendant longtemps, la figure du mineur a [représenté] un terrain privilégié de la centralité, ou au contraire de la marginalité ouvrière » (p. 294-295). Ad Knotter étudie pour sa part le « système de Gand », c’est-à-dire l’intégration des syndicats dans les agences publiques pour l’emploi dans différents pays ouest-européens au début du XXe siècle, dynamique qui est loin d’aller de soi et dont il détaille certains ressorts. Michel Pigenet propose quant à lui une réflexion sur les niveaux pertinents de l’analyse des conflits ouvriers, invitant notamment à ne pas occulter la sphère du « hors-travail », tandis que Nicolas Hatzfled dessine un cadre d’analyse des rapports entre ces conflits et la mise en œuvre des politiques publiques à partir du cas de la santé au travail en France, dont il distingue trois grands moments.

6Le chapitre conclusif de Jean-Claude Daumas met en perspective le retour de l’histoire ouvrière que donne à voir cet ouvrage et le colloque dont il est issu, portant notamment une attention aux rapports entre discours publics et pratiques concrètes des ouvriers, au rôle de l’État dans le jeu à trois que constituent les luttes sociales (au point que le patronat ait constitué « l’Arlésienne » du colloque !) et enfin à l’intérêt du croisement disciplinaire. En cette matière comme en bien d’autres, si les historien-ne-s ont à gagner de l’appui sur les autres sciences sociales, la réciproque est tout aussi vraie, et ce livre collectif, dont la richesse des contributions n’a pu être évidemment pleinement restituée ici, ne fait que le confirmer. De la belle ouvrage, si l’on ose dire.

Haut de page

Notes

1 L’auteur note cependant qu’il semblerait que nous soyons entrés dans une sixième période.

2 Edward Shorter et Charles Tilly, « Le déclin de la grève violente en France de 1890 à 1935 », Le Mouvement social, n° 76, juillet-septembre 1971, p. 95-118.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Nicolas Hatzfled, Michel Pigenet, Xavier Vigna (dir.), Travail, travailleurs et ouvriers d’Europe au XXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 14 décembre 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21944

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page