Navigation – Plan du site

Béatrice Barbusse, François Sarfati (dir.), « Sport et entreprise, un mariage de raison(s) ? », Sociologies pratiques, n° 32, 2016

Frédérick Janik
Sport et entreprise, un mariage de raison(s) ?
Béatrice Barbusse, François Sarfati (dir.), « Sport et entreprise, un mariage de raison(s) ? », Sociologies pratiques, n° 32, 2016, 122 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3475-4.
Haut de page

Texte intégral

1La revue biannuelle Sociologies pratiques, fondée en 1999 par Renaud Sainsaulieu, donne la parole aux spécialistes et professionnels innovants pour faire le point sur un débat social ou économique important. Ce numéro s’intéresse au rapport étroit qu’entretiennent le sport et l’entreprise, et plus particulièrement à l’interpénétration de ces deux mondes. Le sport, « sphère de la consommation et du loisir », et l’entreprise, « sphère de la production et du travail », sont longtemps restés éloignés, du fait de leur apparente opposition. Pourtant, depuis les années 1980, on assiste à un rapprochement. Les entreprises ont très vite compris l’intérêt de tirer parti des expériences sportives, dans leur gestion des ressources humaines. En effet, il est devenu courant, lors de séminaires d’entreprise, qu’un sportif de haut niveau ou un entraîneur vienne parler de son expérience de terrain et des méthodes pour faire face aux exigences du sport de haut niveau. Réciproquement, l’avènement du sport professionnel a contraint les organisations sportives à utiliser des logiques entrepreneuriales pour se développer. Loin des principes coubertiniens et aristocratiques, cette nouvelle gestion du sport se manifeste notamment par un développement économique assumé, avec par exemple l’entrée de clubs sportifs en bourse (e.g. : l’Olympique lyonnais depuis 2007). Si les deux sphères trouvent l’une et l’autre un intérêt à ce rapprochement, il ne va pas sans induire quelques « tensions et interrogations ». C’est pourquoi le dossier coordonné par les sociologues Béatrice Barbusse et François Sarfati pose la question du « mariage de raison(s) » entre le sport et l’entreprise.

2Ce numéro s’ouvre sur un avant-propos de Béatrice Barbusse, intitulé « Sport et entreprise, un rapprochement qui ne va pas de soi ». L’auteure pose les bases de la réflexion concernant les liens entre sport et entreprise. S’appuyant sur de nombreux ouvrages s’adressant aux managers, observant certaines récompenses que le monde sportif délivre aux entreprises pour valoriser leurs pratiques d’organisation (e.g : les trophées « Sentez-vous sport »), l’auteure met en avant qu’il devient « fréquent et banal » d’utiliser le sport à des fins managériales mais également comme moyen de prévention en matière de santé et de performance. À l’inverse, l’exemple de la Fédération française de football, qui s’est « engagée dans une démarche entrepreneuriale assumée » (p. 3), atteste que la gestion du monde sportif se développe autour de compétences liées à l’entreprise. Si l’interpénétration des deux sphères semble bien une réalité, cette association n’est pas aussi simple qu’elle n’y paraît, comme le montrent les articles suivants.

3Dans un premier entretien, Serge Simon, médecin de formation et ancien joueur de rugby international, revient sur son engagement dans le syndicalisme sportif. Il explique notamment qu’avec l’avènement du sport professionnel, les syndicats ont dû s’organiser pour « donner un cadre à la parole des joueurs » (p. 11) afin qu’ils « puissent s’exprimer et imposer un rapport de force avec des types qui sont devenus des patrons ». Le second entretien, avec Franck Leclerc, directeur de la Fédération nationale des associations et syndicats de sportifs (FNASS) et directeur de l’Association des joueurs de handball (AJPH), expose les difficultés du syndicalisme sportif : « Il ne faut pas oublier que le monde sportif s’est développé en dehors du temps de travail, sauf que là il était rattrapé par la loi et le droit social avec lesquels il a encore du mal aujourd’hui » (p. 18).

4Ces deux entretiens sont suivis de cinq articles mettant en évidence la variété et la complexité des liens entre sport et entreprise. Dans le premier, Tom Busseuil revient sur les origines de ces liens. Au XIXe siècle, le sport est un moyen pour le patronat de contrôler les loisirs des ouvriers « tout en les distrayant, dans un processus d’intégration du sport à la gestion du personnel » (p. 24). Jusque dans les années 1930, cette politique paternaliste véhiculée par les médias, comme le quotidien sportif L’Auto, a permis l’avènement des sports corporatifs. Cependant, pour L’Auto, pas question de faire de ce sport d’entreprise un sport professionnel. En effet, le quotidien défend l’amateurisme sportif, valeur originelle de la sphère sportive. Dans les années du Front populaire, « les pouvoirs publics s’emparent de la question des exercices physiques à destination des classes les plus défavorisées » (p. 31), suscitant de ce fait l’explosion du sport corporatif. Pour autant, les entreprises continuent d’utiliser le sport à des fins fédératrices et sociales. C’est ce que montre le second article de Denis Bernardeau-Moreau et Marie Hingant, qui traite de l’évènementiel sportif au sein des entreprises à travers « le cas d’un raid organisé par une entreprise du CAC 40 ». S’appuyant sur « une trentaine d’entretiens menés auprès des salariés » de cette grande entreprise, l’article montre comment un évènement sportif peut servir de vecteur social au sein de l’entreprise. L’organisation d’un raid permet en effet à cette dernière de fédérer les salariés autour des valeurs sportives (e.g. : ténacité, performance, esprit d’équipe), en encourageant la cohésion collective tout en atténuant le poids des rapports hiérarchiques.

5Dans le troisième article nourri par une observation participante, Xavier Philippe décrit l’organisation du championnat du monde équestre de 2014 en Normandie. Bien qu’évènement sportif à part entière, ces jeux ne se développent pas uniquement autour de la compétition. En effet, soutenu par une logique d’entreprise, ils ont également pour objectif de dégager des bénéfices. Pour cela, le comité d’organisation tente d’accentuer la communication autour de la dimension locale de la manifestation, en faisant de ce lieu de rendez-vous et d’animation un moyen d’attirer un large public. Il s’agit ainsi de ne pas faire de ces championnats « un événement pour les seuls initiés aux sports équestres » (p. 49). À cette fin, les bénévoles sont répartis en deux groupes : les bénévoles « sport » s’occupant des écuries et les bénévoles non « sport » s’occupant du reste de l’organisation. Cependant, afin « de ne pas créer une élite organisationnelle qui se percevrait comme telle » (p. 49), le comité d’organisation établit une liste de règles pouvant être perçue comme paradoxale et défaillante par les bénévoles« L’indifférenciation entre les bénévoles “sport” et les autres dans l’accès aux sites [engendre] des absurdités gestionnaires comme l’interdiction de se restaurer au sein de l’espace sport mais à la cantine du personnel, très éloignée des sites sportifs et occasionnant de ce fait des difficultés de gestion de plannings », note l’auteur (p. 49). Ces dissonances vont pousser les bénévoles à créer de nouvelles dynamiques identitaires favorisant « l’émergence d’une enclave organisationnelle permettant le couplage de l’imaginaire sportif avec les pratiques gestionnaires imposées » (p. 53).

6Le quatrième article de Vérène Chevalier revient sur le cas des centres équestres, dénommés « établissements professionnels agrées » par le ministère des Sports (p. 58). En retraçant la généalogie des établissements équestres, l’auteure examine les difficultés qui se manifestent dans les relations qu’entretiennent les établissements professionnels avec les institutions chargées de réglementer le sport. Malgré cela, les sports équestres ont réussi à se développer, en marge des associations sportives, grâce à une logique d’entreprise.

7Le dernier article, de Fanny Dubois et Philippe Terral, repose sur un matériau empirique ; il questionne le développement des petites entreprises de tourisme sportif de pleine nature en comparant deux types d’entrepreneurs : ceux issus du monde du sport et ceux issus du monde de l’entreprise. Au fûr et à mesure de la lecture, on constate à quel point les logiques sportive et entrepreneuriale s’opposent. En effet, d’un côté les sportifs développent leur entreprise autour de valeurs éducatives : « leur activité professionnelle implique avant tout pour eux de transmettre des connaissances relatives à leur passion, de “faire partager” ce qu’ils aiment, et de “faire évoluer les personnes” » (p. 68) ; de l’autre, les entrepreneurs s’appuient sur « des ressources existant antérieurement, liées à la fois à la sphère de l’entreprise et à leur investissement au sein de la sphère sportive » (p. 70). Ainsi, les anciens sportifs se heurtent à la logique entrepreneuriale tandis que les entrepreneurs sont confrontés à la culture sportive des activités de plein air. Bien qu’utilisant des ressources différentes, ces deux types de professionnels doivent réussir à concilier « culture des sports de nature » et « préoccupations lucratives inhérentes au monde de l’entreprise ».

8Au final, les cinq articles ainsi que les deux entretiens qui composent ce 32e numéro de Sociologies pratiques nous montrent les liens étroits entre le monde de l’entreprise et celui du sport. Cependant, ce rapprochement demeure complexe. D’un côté, l’entreprise retrouve dans les valeurs sportives un moyen de dynamiser son management et d’améliorer la santé de ses salariés. De l’autre côté, le milieu sportif trouve dans la logique entrepreneuriale un moyen de se développer, souvent au détriment de ses fondements originels. Les tensions que suscite l’interpénétration des deux univers restent le stigmate du fait qu’à l’origine, tout oppose sport et entreprise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérick Janik, « Béatrice Barbusse, François Sarfati (dir.), « Sport et entreprise, un mariage de raison(s) ? », Sociologies pratiques, n° 32, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/21948

Haut de page

Rédacteur

Frédérick Janik

Étudiant en parcours à visée recherche, Université d’Artois, URePSSS – Unité de recherche pluridisciplinaire sport santé société.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page