Navigation – Plan du site

« Violences révolutionnaires », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 71, n° 2, 2016

Fadi El Hage
Violences révolutionnaires
« Violences révolutionnaires », Annales Histoire, Sciences sociales, vol. 71, n° 2, avril-juin 2016, 240 p., Paris, Armand Colin, EHESS, ISBN : 97832200930301.
Haut de page

Texte intégral

1Le deuxième numéro de l’année 2016 des Annales est consacré à trois thèmes, à savoir les violences révolutionnaires, les liens entre sociologie et histoire (en insistant sur la figure de Norbert Elias) et enfin l’histoire des sciences, avec un article de Roger Chartier. Notre compte rendu se focalise sur les deux articles qui alimentent le premier thème.

  • 1 Milner Jean-Claude, Relire la Révolution, Lagrasse, Verdier, 2016.

2La Révolution est revenue sur le devant de la scène ces derniers mois pour des raisons généralement politiques (tentative vaine de voter une loi mémorielle sur la Vendée), mais également dans le cadre de débats électoraux autour de l’enseignement de l’histoire en France et de l’invocation des « Lumières » sous forme de slogan contre les atrocités terroristes (on pensera à Voltaire, constamment mentionné à tort et à travers). Aussi sommes-nous d’emblée surpris quand Francesco Benigno, auteur du premier article, affirme en introduction que « depuis une vingtaine d’années, la Révolution n’est plus au centre des discours […] de même qu’ont disparu les violents débats politiques et idéologiques qui animaient encore le débat intellectuel en 1989, au moment du Bicentenaire » (p. 319). Néanmoins, ce ne sont pas de ces polémiques actuelles dont parle Benigno, mais des fameuses discussions autour du caractère matriciel de la Révolution, la « Grande », celle que l’on affuble d’une majuscule, incarnant de fait un « idéal », récemment analysé par Jean-Claude Milner dans son livre Relire la Révolution1. Ces discussions paraissent en effet loin au regard des trois ouvrages récents écrits par des historiens étrangers et analysés dans l’article.

  • 2 Tackett Timothy, The Coming of the Terror in the French Revolution, Harvard, Harvard University Pre (...)
  • 3 Tackett Timothy, Le Roi s’enfuit, Paris, La Découverte, 2004.
  • 4 Tackett Timothy, Par la volonté du peuple, Paris, Albin Michel, 1997.

3Le premier livre présenté est celui de l’Américain Timothy Tackett, spécialiste reconnu de la Révolution depuis plus de trente ans. Son dernier ouvrage, The Coming of the Terror in the French Revolution, a paru en 20152. Il est un peu étonnant que Benigno ne mentionne son dernier livre publié en français, Le Roi s’enfuit3, que presque subrepticement à la page 326, et non dès la page 320. S’il est pertinent d’affirmer que le nouvel ouvrage de Tackett « prolonge […] les travaux qui ont fait de lui l’un des plus importants historiens de la Révolution française » (p. 320) tels que Par la volonté du peuple4, The Coming of the Terror paraît avant tout reprendre les choses là où les intuitions du Roi s’enfuit les avait laissées. À la sortie de cet ouvrage, il y a douze ans, il y avait eu beaucoup d’incompréhension, notamment au regard de son sous-titre français, « Varennes et les origines de la Terreur », et de la préface quelque peu détonante de Michel Vovelle (exclusive à l’édition française). Pourtant, la fin du Roi s’enfuit établit un rapport entre l’émotion causée par la fuite du roi et l’émergence d’actes et réflexions qui auraient préparé le terrain mental de la Terreur. Bien que n’ayant jamais été mise à l’ordre du jour à la Convention, comme l’a plusieurs fois affirmé Jean-Clément Martin, la Terreur a regroupé a posteriori une série d’actions et de décisions ayant eu lieu lors d’une période critique pour la République française, entre l’automne 1793 et le printemps 1794, la reprise en main de l’été suivant ayant rendu les mesures exceptionnelles caduques et inopportunes. The Coming of the Terror permet enfin de lever le doute sur la signification du Roi s’enfuit.

  • 5 Bloch Marc, Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre, Paris, Allia, 1999 [1 (...)
  • 6 Kapferer Jean-Noël, Rumeurs : le plus vieux média du monde, Paris, Le Seuil, 2009.

4Timothy Tackett s’interroge sur la dichotomie entre les droits de l’Homme et la répression, source des polémiques qui ont eu lieu il y a une quarantaine d’années entre les tenants d’un « dérapage » idéologique en 1793-1794 (François Furet et Denis Richet), marqué par la guerre civile (Vendée, crise fédéraliste) ainsi que par la justice expéditive du Tribunal révolutionnaire à l’encontre de suspects et d’opposants politiques (Girondins, puis Enragés et Indulgents), et ceux justifiant ces mesures exceptionnelles par les circonstances (l’historiographie marxiste, d’Albert Soboul à Sophie Wahnich). Si nous pouvons nous interroger dans l’absolu quant à l’importance des droits de l’Homme comme pivot de la Révolution française (mais ce serait lui enlever sa revendication d’universalité), nous ne pouvons qu’adhérer à l’attachement de Tackett pour l’importance du poids des contingences dans son déclenchement et ses évolutions. Dans Par la volonté du peuple, l’historien américain démontre à quel point la Révolution avait fait les révolutionnaires. Il complète ses réflexions dans son nouveau livre en se penchant sur le caractère émotif de la foule, moteur d’actions plus circonstancielles qu’idéologiques. Tackett souligne l’hypersensibilité des foules aux fausses nouvelles, phénomène ordinaire au sein du peuple, comme l’a montré pour une période plus contemporaine Marc Bloch dans ses Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre (19205). Cela assoit l’importance à accorder à l’étude des rumeurs, le « média le plus vieux du monde »6. Lesdites rumeurs développèrent les théories du complot qui ont encouragé la « mentalité terroriste » en 1793-1794. La dénonciation du complot est ainsi devenue un moteur révolutionnaire.

  • 7 Israel Jonathan, Revolutionary ideas: An intellectual history of the French Revolution from the Rig (...)
  • 8 Mornet Daniel, Les Origines intellectuelles de la Révolution française, Paris, Armand Colin, 1933.
  • 9 Serna Pierre, Antonelle, aristocrate révolutionnaire 1747-1817, Paris, Éditions du Félin, 1997.

5Le deuxième livre évoqué dans l’article de Benigno est l’ouvrage de Jonathan Israel, Revolutionary ideas: An intellectual history of the French Revolution from the Rights of Man to Robespierre7, qui défend le rôle prépondérant voire unique des Lumières radicales dans l’émergence de la Révolution. Nous pensons d’emblée à une remise en cause des thèses développées à la suite des Origines intellectuelles de la Révolution française de Daniel Mornet8, qui avait constaté qu’un livre aussi symbolique que Du contrat social de Rousseau était le grand absent des inventaires de bibliothèques après décès qu’il a dépouillés (pour cause de dissimulation de ce livre un temps interdit, selon ceux désirant tempérer les thèses de l’ouvrage). Selon Benigno, la vision de Jonathan Israel est assez manichéenne, car ostensiblement en faveur des Brissotins (ou Girondins). Or, Israel semble omettre que les Jacobins ne formaient pas un ensemble uniforme – songeons à Antonelle, fameux aristocrate jacobin remis en lumière par Pierre Serna dans sa thèse publiée en 19979.

  • 10 Burstin Haim, Révolutionnaires. Pour une anthropologie politique de la Révolution française, Paris, (...)

6Si Israel pose une dispute théorique, Haim Burstin cherche à opérer un constat anthropologique dans son ouvrage, le troisième analysé dans l’article de Benigno, publié en 2015 et intitulé Révolutionnaires. Pour une anthropologie politique de la Révolution française10. Benigno précise rapidement qu’il juge assez inadéquat le choix du terme « anthropologie », dans la mesure où il perçoit dans le livre une évolution du « regard anthropologique » vers « un processus d’abstraction réalisé grâce à des idéaltypes relevant plus de la sociologie que de l’anthropologie » (p. 336), ce qui peut s’avérer problématique dans la mesure où l’on sait à quel point les typologies effacent les particularités, au risque de créer des clivages sociaux susceptibles d’établir des schémas a priori, notamment pour des périodes aussi complexes que la Révolution française. « On perd de vue toutes les contradictions qui en marquent le parcours, notamment la lutte des factions et la guerre civile », déplore Benigno (p. 336).

7À l’instar de Tackett, Burstin évoque l’obsession du complot, issu de l’imaginaire populaire (certainement à lier à des rumeurs antérieures telles que celle du « pacte de Famine », accusant Louis XV de vouloir affamer le peuple et de contribuer à la spéculation autour des grains) et contaminant les politiques. Apparaît ainsi une évolution des frontières de la légalité aux yeux de Burstin. Ce dernier la perçoit à travers les décapitations de la seconde moitié de l’année 1789. L’historien italien veut mettre en évidence la variabilité du seuil de tolérance de la violence, au détriment du « monopole de la violence légitime » conceptualisé par Max Weber.

  • 11 Furet François, Le Passé d’une illusion, Paris, Calmann-Lévy/Robert Laffont, 1995.

8À travers la lecture de ces trois ouvrages, Benigno esquisse une synthèse de ceux-ci, et en profite pour donner une analyse personnelle sur l’évolution des mentalités politiques pendant la Révolution. Tous les auteurs commentés ont écrit en ayant à l’esprit des questions politiques et sociales contemporaines, loin de l’idée de François Furet voulant que le cycle révolutionnaire ait définitivement pris fin en 1880. Ils rejettent unanimement tout lien entre la « Grande Révolution » et le totalitarisme du XXe siècle, en réponse encore une fois à François Furet qui avait conclu sa carrière avec Le Passé d’une illusion, autour du communisme11. Benigno critique en revanche l’absence chez les trois auteurs de l’étude de la « structure singulière » de la politique en Révolution (p. 342). Il s’interroge sur les motivations de la violence révolutionnaire, tantôt spontanée ou orientée, tantôt signe de peur ou d’action. Il importe pour Benigno de développer les études sur les évolutions des orientations politiques des sections parisiennes, qui sont autant de signes des tournants révolutionnaires. Les journées révolutionnaires de Prairial an III (mai 1795) et royaliste du 13 Vendémiaire an IV (octobre 1795) ont entériné la fin de l’appel au peuple en armes, ce qui a permis une stabilisation de la vie politique, nécessaire pour terminer la Révolution. L’appel à l’armée avait remplacé l’appel au peuple pour le maintien de l’ordre public et politique, sans pour autant éviter « de persistants écarts à la légalité », comme l’ont montré les coups d’État menés entre 1797 et 1799, ouvrant la voie à Bonaparte.

9Bien qu’ayant incarné (au moins pendant un temps) un rejet de la religion, la Révolution était marquée par une certaine mystique, comme le rappelle le second article du dossier, signé de Francisco Javier Ramón Solans et consacré à la prophétie durant cette période. Est particulièrement étudié le cas de Catherine Théot, femme mystique (née dans la décennie 1770) dont l’aura reflète les angoisses inhérentes au contexte de guerre à partir de 1792. En professant que la Révolution était le signe de la fin des temps, elle paraissait comme une sorte d’oracle. Cet exemple, parmi d’autres (décrits plus succinctement dans l’article de Solans), illustre à quel point un siècle réputé de raison a pu afficher une propension au surnaturel. Cela n’est guère surprenant lors de périodes difficiles. Le gouvernement de la IIIe République agonisante, qui s’était pourtant épanouie sous le sceau de l’anticléricalisme, n’avait-il pas fait sortir les reliques de Sainte-Geneviève en pleine débâcle de 1940, en affichant une évidente piété ? Le XVIIIe siècle a toujours laissé une place à la superstition (bien que celle-ci soit battue en brèche par Voltaire dans son Dictionnaire philosophique), comme l’ont prouvé le développement du mesmérisme ou les événements autour de la tombe du diacre Pâris au cimetière Saint-Médard entre 1727 et 1731, et ce en dépit de la répression opérée envers de tels mouvements. Catherine Théot a été arrêtée en 1779… ainsi qu’en 1793 ; une telle personne inquiétait en effet l’État. La posture messianique de cette femme n’a pas été comprise car elle fut classée comme folle ou, pour utiliser un terme en vogue aux XIXe et XXe siècles, hystérique. Solans pense au contraire qu’un charisme tel que celui de Théot a donné à des femmes la force d’agir et de surmonter les obstacles d’une « vie fragile », pour reprendre une expression popularisée par Arlette Farge. Aussi ces femmes furent-elles réprimées pour ladite force émanant d’elles. Sur le temps long, il s’agit d’un des multiples aspects de l’attachement aux prophéties, facilitant la traversée de temps difficiles. À ce titre, le recueil des prophéties de Sainte-Odile (en fait forgées en 1917) a été l’un des exemples les plus marquants du siècle passé.

  • 12 Rudé George, La Foule dans la Révolution française, Paris, Maspéro, 1984 [1959].

10Ce dossier en forme de diptyque consacré à la Révolution rappelle le renouvellement constant des réflexions sur cette période. En s’intéressant de plus près à des personnes qui n’ont pas appartenu aux élites politiques, l’historiographie gagne à la connaissance de ceux qui ont contribué à faire la Révolution, pendant une phase de popularité souvent brève ou enfouis dans cette « foule révolutionnaire12 » qui fascine ou inquiète toujours autant.

Haut de page

Notes

1 Milner Jean-Claude, Relire la Révolution, Lagrasse, Verdier, 2016.

2 Tackett Timothy, The Coming of the Terror in the French Revolution, Harvard, Harvard University Press, 2015.

3 Tackett Timothy, Le Roi s’enfuit, Paris, La Découverte, 2004.

4 Tackett Timothy, Par la volonté du peuple, Paris, Albin Michel, 1997.

5 Bloch Marc, Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre, Paris, Allia, 1999 [1920].

6 Kapferer Jean-Noël, Rumeurs : le plus vieux média du monde, Paris, Le Seuil, 2009.

7 Israel Jonathan, Revolutionary ideas: An intellectual history of the French Revolution from the Rights of Man to Robespierre, Princeton, Princeton University Press, 2014.

8 Mornet Daniel, Les Origines intellectuelles de la Révolution française, Paris, Armand Colin, 1933.

9 Serna Pierre, Antonelle, aristocrate révolutionnaire 1747-1817, Paris, Éditions du Félin, 1997.

10 Burstin Haim, Révolutionnaires. Pour une anthropologie politique de la Révolution française, Paris, Vendémiaire, 2013.

11 Furet François, Le Passé d’une illusion, Paris, Calmann-Lévy/Robert Laffont, 1995.

12 Rudé George, La Foule dans la Révolution française, Paris, Maspéro, 1984 [1959].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fadi El Hage, « « Violences révolutionnaires », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 71, n° 2, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 16 décembre 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/21958

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page