Navigation – Plan du site

Peter van der Veer, The Value of Comparison

Gaétan du Roy
The value of comparison
Peter Van der Veer, The value of comparison, Durham, Duke University Press, coll. « The Lewis Henry Morgan Lectures », 2016, 208 p., ISBN : 978-0-8223-6158-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notre traduction.

1Peter van Der Veer (VDV) propose dans un stimulant essai une réflexion sur l’exercice de la comparaison en sciences sociales. L’auteur affirme que l’anthropologie doit y jouer un rôle privilégié. Il souligne la richesse d’études de portions de la réalité sociale « dans laquelle un fragment est utilisé pour obtenir des perspectives sur une réalité plus vaste »1 (p. 9). Cependant VDV souhaite se démarquer d’une forme de structuralisme qui opérerait abusivement des généralisations à partir d’étude intensives de cas, mais aussi de l’individualisme méthodologique qui considère que le « macro » émerge uniquement des actions d’acteurs individuels (p. 9). Il défend une approche qu’il qualifie d’« anthropological holism », c’est-à-dire la pratique des généralisations prudentes à partir de l’étude de fragments, en recourant aux enquêtes de terrain tout en mettant à profit les études historiques lues avec un regard anthropologique.

2Les deux premiers chapitres sont consacrés à développer ces positions. Le premier affirme « l’avantage comparatif de l’anthropologie » (p. 25). Son but n’est pas de formuler quelque vérité générale mais de dégager, à travers l’étude approfondie de fragments de réalité, des assomptions ayant une validité plus large que celle desdits fragments. L’auteur insiste sur ce que l’étude attentive du local peut nous apprendre à propos des manières variées de s’approprier les effets de la mondialisation. Le second chapitre constitue une critique sévère de la théorie du choix rationnel et du marché. VDV y critique particulièrement les théories globales de la religion qui affirment que la planète serait régie par un processus unilatéral de sécularisation pouvant s’expliquer grâce à un modèle unique.

  • 2 VDV se place ici dans le sillage des critiques de la conception occidentale du sécularisme et, sing (...)

3L’anthropologue passe ensuite en revue plusieurs thématiques afin de donner des exemples de son approche. Ces thèmes concernent surtout la Chine et l’Inde, ses deux terrains de prédilection, mais VDV se réfère fréquemment à l’Europe et aux États-Unis. Le troisième chapitre met à l’épreuve les notions de civilisation et de civilité, et la manière dont, en Chine, en Inde et en Occident, l’idée même de civilisation et sa reprise par les nationalismes postcoloniaux mènent à exclure une part importante de la population, singulièrement les musulmans. L’auteur s’adonne aussi bien à l’examen des définitions théoriques de la civilisation par des auteurs comme Max Weber, Norbert Elias ou Samuel Huntington, qu’à celui des conceptions particulières de ce qu’est une civilisation dans différentes régions du monde. En ressort la démonstration convaincante du fait que les trop grandes généralités passent très souvent à côté de ce que les groupes font et disent qu’ils font quand ils s’identifient comme appartenant à une civilisation. Le défaut du comparatisme s’avère alors trop souvent de chercher à identifier ce qui manquerait à « l’Orient » pour être moderne, comme l’auteur en fait le reproche à Max Weber. VDV présente des exemples de sa démarche à travers l’examen des liens complexes qu’entretient la Chine communiste avec le confucianisme, qui ne se réduisent pas à des schémas simplistes. Le concept de civilité permet également d’intéressants jeux de comparaison, situés cette fois au niveau des interactions sociales. VDV se place sur le terrain de ce qui permet à des personnes de cultures et de langues différentes de communiquer ou d’échanger. Il aborde ainsi les manières variées de réduire les « incertitudes métaphysiques » (p. 72) émanant de la difficulté fondamentale de communiquer avec les autres et de leur accorder confiance. Cela amène à se poser la question des conceptions du sujet dans les différentes cultures. Charles Taylor affirme par exemple que l’Occident a développé dans sa période moderne une ontologie du moi authentique. Pourtant, rappelle VDV, cet individualisme est né en Europe alors qu’émergeaient aussi les rêves collectivistes des socialistes ou des nationalistes. Ainsi, la description en termes trop généraux des ontologies subjectives laisse de côté les contradictions et les voies complexes que prennent les processus de constitution des règles de civilité. Certaines d’entre elles s’apparentent à des rituels sociaux comme le partage des banquets, événements importants dans la société chinoise, qui excluent pourtant les compatriotes musulmans du fait de la centralité qu’y occupent le porc et l’alcool. Enfin, l’auteur aborde la notion de société civile, liée à celles de civilisation et de civilité. On considère en général la société civile comme le lieu d’échanges libres d’arguments. Mais les différentes manières de délimiter cet échange libre amènent à exclure certaines parts de la population, comme lorsque les arguments religieux sont frappés d’illégitimité dans certains pays occidentaux, évinçant, selon VDV, les musulmans du débat public2. En Chine, on peut difficilement déceler la présence de quelque chose qui se rapprocherait d’une société civile, tandis qu’en Inde celle-ci est bien présente et même vigoureuse, mais exclut souvent la civilité – on le perçoit dans la vigueur des discours de haine à l’encontre des musulmans, qui se traduisent parfois en terribles pogroms. VDV se plaît à travailler ces paradoxes pour montrer les tensions qui existent entre société civile et tolérance.

4Ensuite, l’anthropologue néerlandais choisit de nous présenter trois comparaisons dont il serait impossible ici de restituer la richesse tant les exemples abondent de manière foisonnante. La première concerne les régimes religieux de visibilité et d’invisibilité en Inde et en Chine. L’auteur nous emmène sur les traces de l’iconoclasme, pris ici dans le sens large d’effacement de traces religieuses. L’un des exemples de cet iconoclasme concerne un temple musulman qui fut détruit par des extrémistes hindous à Ayodhya dans le nord de l’Inde dans les années 1990 ; un autre est celui des campagnes de destruction de temples religieux en Chine depuis la fin du XIXe siècle, dans un but de modernisation à marche forcée. Ces vagues d’iconoclasme sont toujours reliées, affirme VDV, à la question de la souveraineté, à la volonté du pouvoir d’imposer sa visibilité, comme lorsque les communistes se sont installés au cœur de la Cité interdite.

  • 3 Scott James, The Art of Not Being Governed: An Anarchist History of Upland Southeast Asia, New Have (...)

5Deux questions touchant à la problématique de l’exclusion sont ensuite abordées. La première concerne les sociétés de montagne entre Yunnan, Bengale, Laos et Vietnam, à cheval sur plusieurs États et traditionnellement mal contrôlées par les pouvoirs centraux. VDV entend montrer que l’interprétation qu’en a donnée James Scott3 en termes de résistance des montagnards aux tentatives de contrôle menées par les peuples des plaines, porteurs de grandes civilisations assimilatrices, était trop systématique. Pour ce faire, il passe en revue les diverses traditions d’étude anthropologique de cette région en montrant leurs nombreux écueils, notamment lorsque les chercheurs ne tiennent pas compte du contexte historique ou alors privilégient trop l’explication par les micro-contextes, négligeant les circulations, échanges et influences extérieures qui marquent ces sociétés de transhumance et de commerce de contrebande. De nouveau l’anthropologue insiste sur la méfiance qui doit animer sa discipline quant aux explications trop générales, particulièrement dans le contexte de petits groupes vivant dans la montagne, parlant de nombreuses langues et pris dans des contextes de guerres endémiques. Le processus de formation de l’État ne peut dès lors être décrit comme un phénomène qui progresserait de manière continue. Revenant sur de grandes figures d’anthropologues comme Edmund Leach, qui effectua ses recherches à la fin des années 1930 dans les montagnes birmanes, l’auteur nous met à nouveau en garde contre les généralisations hâtives. À l’aune de la variété des idiomes ayant court dans cette région, les compétences linguistiques de Leach semblent assez limitées, ce qui amène à relativiser la portée de ses schémas explicatifs.

6VDR nous emmène finalement sur le terrain de l’hygiène et de la question complexe de la gestion des déchets, des égouts et de l’eau potable en Inde. Au XIXe siècle en Europe, la prise en charge de ces problèmes par l’État résulte du souci hygiéniste d’enrayer les épidémies bien plus que d’une attitude compatissante envers les pauvres. Plusieurs chercheurs indiens écrivant sur la ville de Calcutta voient dans l’absence de prise en charge de ces questions par l’État indien la conséquence d’une ontologie hindoue valorisant l’intérieur sur l’extérieur, ou alors une forme de résistance au colonisateur par le refus de ses conceptions de l’espace public. Les grands absents de cette discussion, souligne VDV, sont les intouchables, qui constituent toujours le gros des exclus, vivant dans des slums géants, mais aussi les musulmans, encore bien souvent exclus de l’accès à la classe moyenne. VDV ne se contente pas de comparer l’Inde à l’Occident : son raisonnement s’appuie également sur le cas chinois. Il montre comment le régime communiste est parvenu – au prix de nombreux massacres – à installer une forme d’égalité qui a fait baisser radicalement le nombre de pauvres, y compris depuis l’ouverture à l’économie de marché. Les résultats en termes d’accès aux soins de santé, à l’éducation et au logement furent dès lors bien meilleurs en Chine qu’en Inde. Ce « détour » par la Chine montre bien que l’on peut poser la question de la persistance de la structuration hiérarchique de la société indienne sans faire preuve d’un culturalisme obtus, et qu’il s’agit d’une démarche légitime si l’on espère comprendre pourquoi la classe moyenne indienne se montre à ce point indifférente aux problèmes des pauvres.

7On le voit, il s’agit d’un essai stimulant qui devrait exciter l’appétit comparatiste des anthropologues et de tous les praticiens des sciences sociales soucieux de dépasser la seule étude approfondie de cas particulier, sans pour autant céder aux facilités du generalism, dont VDV montre bien à quel point il nivelle les différences et jauge le monde entier à l’aune de l’histoire de l’Occident.

Haut de page

Notes

1 Notre traduction.

2 VDV se place ici dans le sillage des critiques de la conception occidentale du sécularisme et, singulièrement, celles de l’anthropologue Talal Asad.

3 Scott James, The Art of Not Being Governed: An Anarchist History of Upland Southeast Asia, New Haven, Yale University Press, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaétan du Roy, « Peter van der Veer, The Value of Comparison », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 16 décembre 2016, consulté le 28 février 2017. URL : http://lectures.revues.org/21967

Haut de page

Rédacteur

Gaétan du Roy

Chargé de recherche au FNRS (Belgique), Laboratoire de recherches historiques (LaRHis) de l’Université catholique de Louvain.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page