Navigation – Plan du site

Maud Navarre (dir.), « Les métamorphoses de la société française », Sciences Humaines, n° 44, octobre-novembre-décembre 2016.

Eric Keslassy
Les métamorphoses de la société française
Maud Navarre (dir.), « Les métamorphoses de la société française », Les Grands Dossiers des sciences humaines, n° 44, septembre-novembre 2016, 86 p., Auxerre, Éditions Sciences Humaines, ISSN : 1777-375X.
Haut de page

Texte intégral

1Le mensuel Sciences Humaines a l’habitude de réaliser des hors-série à la fois intéressants, complets et pédagogiques. Intitulée « Les métamorphoses de la société française », cette livraison n’échappe pas à la règle. Autour de la question centrale des transformations de la société française, le lecteur a rendez-vous avec quarante articles ciselés (toujours sur deux pages) qui permettent d’aborder des thématiques aussi diverses que la démographie, la politique, les institutions, l’économie, les modes sociaux, le travail, le lien social, la famille, les croyances ou encore les loisirs/mode de vie. Le fait que certains auteurs soient de véritables spécialistes des points traités n’est jamais un obstacle pour la compréhension du lecteur. Les idées sont clairement exprimées, les chiffres utilisés sont explicités et des encadrés offrent parfois la possibilité d’aller un peu plus loin si on le souhaite.

2Ce « Grand Dossier » de Sciences Humaines nous brosse, par petites touches, le portait d’une France qui se transforme progressivement. Pas de façon brutale ou même seulement rapide. Les changements sociaux s’opèrent plutôt sur la longueur, sur des dizaines d’années. Au fond, c’est bien la somme de microévolutions qui finissent par faire « bouger » sensiblement la société. Une excellente illustration peut être trouvée avec l’évolution démographique : petit à petit, depuis le début des années 1980, presque sans que l’on s’en aperçoive, la France est devenue un pays qui compte en Europe sur le plan démographique. Grâce à une natalité relativement soutenue – surtout au regard de celle de ses principaux partenaires européens –, la démographie française devient un véritable atout économique pour le futur (pour les retraites et en termes de croissance potentielle diraient les économistes). Il est vrai que, pour l’instant, cela a plutôt tendance à nous poser des problèmes de chômage, la population active augmentant plus vite que le nombre d’emplois créés. Mais le facteur démographique permet également de relativiser le « miracle allemand » : le faible taux de chômage de nos voisins doit aussi être examiné à l’aune du vieillissement de sa population et non pas seulement au regard de sa compétitivité économique.

3La France est également en transition sur le plan de ses institutions. Ce numéro hors-série de Sciences Humaines montre très bien comment la démocratisation scolaire se développe maintenant en une « démographisation » de l’enseignement supérieur. L’université – qui accueille toujours plus de bacheliers soucieux de faire les études les plus longues possibles (pour éviter le chômage) – ne s’est malheureusement pas préparée à cet afflux. Sans compter que cela génère une « inflation des diplômes » finalement contre-productive : le rendement de chaque année d’étude supplémentaire a tendance à décroitre fortement ces dernières années. Ce constat permet d’ailleurs d’expliquer pourquoi une France qui, globalement, étudie davantage que par le passé continue pourtant de connaitre une trop faible mobilité sociale. Et lorsqu’il existe des trajets de mobilité intergénérationnelle (soit la position sociale de l’enfant par rapport à celle des parents), ce sont avant tout des cas de « mobilité de proximité » …

4Dans La démocratie en Amérique (1835 et 1840), Alexis de Tocqueville expliquait très bien qu’ « il n’y a pas de caste » dans une société démocratique grâce à la progression de l’égalité des conditions. Or, force est de constater que les classes sociales se reforment avec vigueur : les élites sociales, économiques et politiques cultivent l’entre-soi et usent de toutes les stratégies possibles pour fuir les populations qui se trouvent en-dessous d’elles dans l’échelle sociale ; les classes moyennes se paupérisent et voient avec angoisse le déclassement social se profiler ; enfin, les classes populaires ne parviennent pas à échapper au chômage de masse et aux emplois atypiques qui font d’une partie d’entre eux des travailleurs pauvres.

5Cette crise sociale a évidemment des conséquences politiques. Par exemple, les Français qui se sentent abandonnés à la suite d’une marginalisation résidentielle sont les plus nombreux à voter pour le Front national. Cette France péri-urbaine ne sait plus à quel espoir s’accrocher pour exprimer son angoisse et sa colère. Elle n’est finalement qu’un révélateur supplémentaire de la grave crise démocratique dont souffre la France depuis de trop nombreuses années (qui se manifeste notamment par l’abstention ou encore par le sévère discrédit subi par les politiques).

6Au bout de sa lecture, on se dit avec la rédactrice de Sciences Humaines, Maud Navarre, que « la société française d’aujourd’hui affiche un bilan en demi-teinte, entre réels atouts et lacunes sociales non négligeable. » Ce numéro hors-série a le grand mérite de nous en apporter la preuve à chaque page.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Maud Navarre (dir.), « Les métamorphoses de la société française », Sciences Humaines, n° 44, octobre-novembre-décembre 2016. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 16 décembre 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/21968

Haut de page

Sujet

Sciences

Économie

Éducation

Emploi - chômage

Famille

Justice

Politique

Population

Religions - croyances

Sports et loisirs

Travail

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page