Navigation – Plan du site

Jean-Samuel Beuscart, Eric Dagiral, Sylvain Parasie, Sociologie d’internet

Christèle Dondeyne
Sociologie d'internet
Jean-Samuel Beuscart, Eric Dagiral, Sylvain Parasie, Sociologie d'internet, Malakoff, Armand Colin, coll. « Cursus », 2016, 222 p., ISBN : 978-2-200-61242-9.
Haut de page

Texte intégral

1Avec cet ouvrage qui propose une synthèse des travaux français et étrangers menés depuis une vingtaine d’année, Jean-Samuel Beuscart, Eric Dagiral et Sylvain Parasie affirment l’ambition de construire une sociologie d’internet qui rende compte des spécificités des actions sociales en ligne, tout en les rapportant aux institutions, organisations, réseaux dans les mondes sociaux auxquels elles se rattachent. Leur démarche est sous-tendue par une posture épistémologique qui repousse deux écueils, l’un qui consiste à ne voir dans internet qu’un nouvel épisode de mode technologique sans portée profonde, l’autre qui consiste à tout voir sous l’angle déterministe de la rupture. En outre, les auteurs posent d’emblée les défis méthodologiques relatifs à l’étude des actions sociales liées à internet. Les dispositifs techniques qui font internet changent, mais les usages ou les pratiques sociales en matière de participation en ligne se consolident depuis les débuts du web et laissent entrevoir des résultats cumulatifs, au croisement de la sociologie des usages, de la sociologie de l’innovation et de la sociologie des medias. Ils sont examinés à travers trois questions sociologiques classiques mais réactualisées avec le développement d’internet : Internet renforce-t-il les capacités d’action des individus ? Favorise-t-il des relations plus symétriques ou plus égalitaires entre les individus ? Et conduit-il à « une plus grande visibilité de la société à elle-même » ? (p. 22)

  • 1 83% de connectés au domicile en France en 2015, contre 71% en 2010 et 40% en 2005.

2Le chapitre historique rappelle que les promesses, inspirées des expériences hippies, d’une société plus démocratique, car décentralisée, horizontale et participative, et d’une nouvelle économie faisant la part belle à l’« immatérialité » des biens numériques constituent le socle d’une culture commune des concepteurs et des utilisateurs. Internet s’est d’abord diffusé dans le monde du travail, avant tout auprès de cadres qui ont dû consentir un effort personnel important pour apprendre la micro-informatique. La massification relativement récente d’internet1 est associée à des usages entre proches, familiers et relativement terre-à-terre.

3Les enquêtes rassemblées dans le chapitre 2, consacrées aux présentations de soi et aux interactions, montrent d’abord que les interactions qui se déroulent sur internet sont beaucoup moins anonymes qu’elles n’y paraissent. Les forums génèrent une co-production de connaissance et de lien social. Le « lurker », le lecteur qui n’écrit pas, y joue un rôle important. Leur organisation obéit à des constantes : une minorité assure l’animation et le cadrage des débats et leur fonctionnement voit se stabiliser des conventions en matière d’actions en ligne. Par ailleurs, les sites personnels, consacrés à une passion et destinés à un public amateur, si ce n’est expert, ou les blogs d’adolescents laissent voir un renouvellement des jeux autour des formes d’expression de soi.

4Un troisième chapitre questionne les sociabilités qui se forment, s’organisent et se reconfigurent à travers les jeux en ligne, les sites de rencontres ou encore les réseaux sociaux. Il réaffirme un principe de continuité épistémologique qui discrédite l’idée d’une déconnexion entre « en ligne » et « hors ligne ». Ainsi des sociabilités hors-ligne précèdent et prolongent la pratique du jeu en ligne. En matière de rencontres amoureuses, internet offre de nouvelles possibilités d’intermédiation dont l’attrait repose sur les promesses de rencontres hors-lignes, qui exigent que l’enquête se déroule dans les espaces sociaux des pratiques, au-delà des espaces numériques. Avec l’apparition de Facebook et la diversification des réseaux sociaux, la mise en avant d’un profil semi-public de l’utilisateur et de liste de liens, pour soi et pour autrui, tend à rapprocher l’identité civile et de l’identité virtuelle.

  • 2 Wikipedia est un projet d’encyclopédie en ligne qui refuse tout principe d’édition préalable à la p (...)

5C’est sans doute dans la revitalisation de la démocratie qu’Internet a nourri le plus d’espoirs (chapitre 4). Par ses coûts financiers ou administratifs plus faibles et parce que, comme dans le cas de Wikipédia2, le projet est de ne pas réserver les espaces de discussion aux détenteurs de la parole légitime ou à une poignée d’experts, Internet a facilité la participation au débat public et a favorisé l’émergence d’espaces de contestation. Reste que ceux qui s’autorisent à prendre la parole sont diplômés du supérieur et très informés, en particulier des questions politiques. La loi de puissance, qui veut que quelques contributeurs concentrent l’essentiel de l’activité, opère ici encore. La majorité de l’attention est captée par une minorité de sites qui, de fait, diffusent des thèmes communs. L’intégration d’internet au répertoire de l’action collective a d’abord été le propre de groupes affiliés au mouvement altermondialiste, organisés en réseaux et faiblement hiérarchisés (Occupy, partis pirates), avant de gagner les partis conventionnels et des formes de pouvoir traditionnelles. Quant à la participation politique, internet creuse encore davantage le fossé entre les citoyens les plus investis, qui utilisent les ressources en ligne, et les plus passifs.

6Dans le cas du journalisme (chapitre 5), le recours à l’ethnographie pour observer ce qui se passe derrière l’écran s’avère particulièrement précieux. Le décompte du temps passé à l’écriture d’un article – un article en trente minutes – et de l’emprise du temps de retraitement de l’information (88 %) par rapport au travail d’enquête objective l’intensification du travail journalistique. Ce journalisme « assis », soumis à des contraintes de productivité, de flexibilité et de polyvalence, trouve son origine dans la concentration des médias et avait déjà été mis en évidence dans les chaînes d’information en continu. Les pressions commerciales des annonceurs publicitaires obéissent sur internet à une convention de performance – pour laquelle compte les actes tels que les clics et les achats –, plus menaçante pour leur indépendance que la traditionnelle convention de notoriété. Dans le chapitre 5 il est également question des journalistes citoyens et de leur rôle en matière de démocratisation de l’information, à partir d’enquêtes française, britannique et américaine.

  • 3 Airbnb propose des locations de logements et Couchsurfing des hébergements gratuits chez l’habitant (...)
  • 4 Selon l’hypothèse de la « longue traîne », l’offre de musique en ligne doit conduire à élargir l’év (...)
  • 5 Le renforcement du pouvoir du consommateur s’appuie sur l’accroissement de l’information, la plus g (...)

7Le sixième chapitre est consacré aux relations marchandes en ligne. Les auteurs énoncent une problématique qui structure implicitement les recherches sans être explicitement énoncée. Les transformations associées à internet sont-elles associées à une démocratisation du marché et/ou à une évolution des rapports de pouvoir entre consommateur et professionnels du marché ? Lorsque les systèmes de notation en ligne ont été initiés, ils avaient vocation à instaurer confiance dans les transactions (par exemple dans le cas du site d’enchères en ligne Ebay). En se généralisant, les questions que suscite cet équipement du consommateur se sont déplacées : comment se forment les avis, orientent-ils les consommateurs et conduisent-ils à une déconcentration du marché ? Dans les services d’échanges entre particuliers tels que Airbnb ou Couchsurfing3, il faut savoir lire entre les lignes car les avis sont rarement négatifs. Pour d’autres types sites, les avis ou bien se calquent sur une critique professionnelle objectivante et distanciée, ou bien assument une critique personnelle et subjective. Quant aux effets, méthodes et résultats sont contrastés : influence mineure d’une critique populaire dans le cinéma, influence positive dans le cas d’Amazon, précurseur dans les systèmes de notation, et même déconcentration du marché, alors que l’effet « longue traîne4 » est moins probant dans le cas de la musique. Du côté des professionnels, le travail marchand se transforme sous l’effet de la gestion de fichier clients, de l’exploitation de bases de données issues du web social qui impose de nouveaux référentiels au marketing, ou encore la mise en place de dispositifs d’intéressement. Les risques de « bulles informationnelles » ou d’atteinte à la vie privée imputés au « big data » sont encore mal évalués. Les recherches semblent davantage pointer du côté de la thèse de l’empowerment5 des consommateurs.

  • 6 Il est aussi ici question d’enquêtes qui montrent qu’internet a profité à des entreprises dont les (...)
  • 7 Portés par la volonté de développer leur compétence, le plaisir de la programmation et le militanti (...)

8Le titre du septième et dernier chapitre, « Une nouvelle économie ? », laisse songeur, puisque il fait référence, certes aux utopies fondatrices, mais aussi à une thèse qui a fleuri dans les années 2000 dont la pertinence est immédiatement critiquée en introduction. Le marché, avec internet, est associé à l’apparition de nouveaux intermédiaires marchands et à la consolidation de positions dominantes pour les plus importants, intermédiaires qui transforment les règles marchandes en modifiant les produits (jeu en ligne), en codifiant les échanges ou en utilisant les codes des usagers (marché du travail), ou encore en imposant des formes de consommation (format mp3 dans la musique)6. Le modèle économique de production collective décentralisée et ses déclinaisons multiples (crowdsourcing, crowdfunding, wikinomics) est observé dans des secteurs de biens informationnels (logiciels libres, journalisme, bases de données photographiques ou scientifiques), sans qu’on en sache beaucoup sur l’organisation des contributions décentralisées7.

9À travers une problématique qui se pose dans des termes renouvelés à chacun des chapitres, cet ouvrage associe internet à l’amorce d’un mouvement de démocratisation et à un renforcement des capacités d’actions des individus. En contrepoint, l’ensemble des travaux répertoriés par les auteurs tend également à montrer qu’internet aimante les citoyens, consommateurs avertis, militants, amateurs et passionnés d’activités diverses et variées, qui y trouvent de nouveaux espaces pour expérimenter et échanger autour de leur activité d’élection, mais n’attire pas un public nouveau. Le découpage de l’ouvrage pose parfois question. La distinction entre interactions et sociabilités (chapitres 2 et 3) paraît reposer sur un découpage plus technique (types d’interface) qu’analytique. La séparation entre relations marchandes et économie (chapitre 6 et 7) est d’autant plus problématique que tant le matériau empirique des enquêtes que leur teneur analytique se rejoignent pour partie. Plus généraliste par les thèmes abordés et par le public auquel il s’adresse, cet ouvrage est complémentaire à celui de Dominique Boullier récemment paru8. Les qualités de ce manuel sont la place accordée à la littérature internationale et l’attention apportée à la méthodologie. Par de nombreux encadrés, les auteurs plaident pour une articulation entre méthodes classiques d’enquête – questionnaires, entretiens, observations ethnographiques – et investigations spécifiques à internet – corpus, cartographie des opinions en lignes, etc. On espère avec les auteurs que cet ouvrage contribuera à faire sortir des marges institutionnelles la sociologie d’internet.

Haut de page

Notes

1 83% de connectés au domicile en France en 2015, contre 71% en 2010 et 40% en 2005.

2 Wikipedia est un projet d’encyclopédie en ligne qui refuse tout principe d’édition préalable à la publication et toute forme d’imposition de règles d’édition.

3 Airbnb propose des locations de logements et Couchsurfing des hébergements gratuits chez l’habitant.

4 Selon l’hypothèse de la « longue traîne », l’offre de musique en ligne doit conduire à élargir l’éventail des produits proposés à la vente et achetés et ainsi entraîner une déconcentration du marché.

5 Le renforcement du pouvoir du consommateur s’appuie sur l’accroissement de l’information, la plus grande maîtrise des situations d’achats et une moindre dépendance à l’égard des dispositifs commerciaux (p. 156).

6 Il est aussi ici question d’enquêtes qui montrent qu’internet a profité à des entreprises dont les marchés internationaux se sont ouverts.

7 Portés par la volonté de développer leur compétence, le plaisir de la programmation et le militantisme (logiciel libre), ses participants sont plus jeunes et plus diplômés, mais les auteurs notent que cela s’explique par une plus grande familiarité avec internet. Ils nomment effet d’âge ce qui est sans doute un effet de génération.

8 Dominique Boullier, Sociologie du numérique, Paris, Armand Colin, coll. « U Sociologie », 2016, dont le compte-rendu est disponible sur Lectures à l’adresse : https://lectures.revues.org/20777.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christèle Dondeyne, « Jean-Samuel Beuscart, Eric Dagiral, Sylvain Parasie, Sociologie d’internet », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/21971

Haut de page

Rédacteur

Christèle Dondeyne

Maître de conférences en sociologie à l’Université de Bretagne Occidentale.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page