Navigation – Plan du site

Laurent Turcot, Sports et Loisirs. Une histoire des origines à nos jours

Pierre Marie
Sports et Loisirs
Laurent Turcot, Sports et Loisirs. Une histoire des origines à nos jours, Paris, Editions Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2016, 680 p., ISBN : 9782070793785.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut notamment citer Sports et relations internationales, Metz, Centre de Recherche Histoire et (...)
  • 2 Alfred Wahl, La balle au pied. Histoire du football. Paris, Gallimard, 2002.
  • 3 Paul Dietschy, Histoire du football. Paris, Éditions Perrin, 2010.

1Au cours des dernières années, le sport a constitué un domaine de recherche pour de nombreux historiens et sociologues. L'éducation physique et les activités sportives ont fait l'objet d'études interrogeant leurs racines, mais aussi les liens entretenus avec le reste des sphères sociales. En France, les travaux pionniers de Pierre Arnaud ont ouvert la voie à l'étude du sport en lien avec l'histoire du politique et des relations internationales1. Le football a notamment motivé plusieurs ouvrages de référence comme La balle au pied. Histoire du football d'Alfred Wahl en 20022 ou Histoire du football publié par Paul Dietschy en 20103. Malgré ces travaux récents, il existe peu de synthèse sur la trajectoire des sports des origines à nos jours.

2L'ouvrage de Laurent Turcot a pour vocation à combler cette lacune en prenant pour objet le développement des sports et des loisirs de la Mésopotamie à l'histoire du temps présent. Le traitement des sports et des loisirs dans une même recherche est aussi une particularité de cet ouvrage et Laurent Turcot s'en explique en montrant l'entrelacement de ces deux pratiques qui s'insèrent dans le temps libres et les spectacles. L'auteur défend son choix de traiter conjointement sports et loisirs en affirmant qu'« il s'agit là d'un objet d'histoire de premier plan qui permet d'approcher l'essence même de chaque grand moment de l'histoire » (p. 11). Il s'agirait donc de comprendre l'évolution des temps libres et des activités physiques dans un contexte général de transformations politiques et culturelles.

3Tout au long de cet ouvrage, Laurent Turcot défend l'idée d'une continuité dans l'histoire des sports et des loisirs et celle que les formes que nous connaissons actuellement sont « le fruit d'une longue maturation et d'un enchevêtrement de pratiques qui s'influencent les unes les autres » (p. 17). Pour l'auteur, « la société contemporaine invente les sports, mais sans aucune génération spontanée. Les racines sont profondément ancrées dans l'histoire » (p. 15).

4L'ouvrage est organisé en sept parties qui s'étendent chronologiquement des premières civilisations antiques à nos jours, en soulignant les points de convergence et de continuité entre ces périodes. Laurent Turcot décèle ainsi des traces de jeux et de compétitions en Mésopotamie et en Égypte, malgré la difficulté qu'ont les archéologues à reconstituer leurs différentes règles. Dans l'Antiquité, la chasse, principale activité physique, est pensée comme un entraînement à la guerre. L'essor urbain, renforcé par le développement des cités grecques, conduit à la spécialisation de lieux dédiés aux sports et aux loisirs. Les jeux de tables émergent alors que les fêtes religieuses sont l'occasion de compétitions.

5Sparte et Athènes constituent des exemples d'intégration de l'activité physique au sein de programmes éducatifs. À Athènes, le gymnase s'impose comme un lieu d'instruction global, notamment investi par les philosophes. L'essor de la médecine avec Hippocrate fournit un nouvel argument en faveur du développement d'une activité physique. Athènes, avec son système social fortement cloisonné, devient une ville de loisirs pour ses citoyens, libérés du travail. C'est dans le cadre de célébrations religieuses et d'un développement des pratiques sportives que les Jeux olympiques voient le jour, permettant aux différentes cités de se confronter.

6Le deuxième chapitre est consacré aux transformations introduites par la Rome antique. La fixation d'un calendrier constitue une problématique majeure pour les dirigeants successifs et permet d'instaurer des fêtes religieuses, occasion pour le développement de jeux et de compétitions sportives. Perçue comme une « civilisation du loisir » (p. 178), l'empire romain facilite la construction de nouvelles infrastructures dédiées aux plaisirs et au temps libre. L'amélioration des routes permet la promenade et la construction de thermes introduit un usage de l'eau comme source de loisirs. L'Otium, le terme latin correspondant au temps libre et aux loisirs, devient une caractéristique de la société romaine. Les combats de gladiateurs marquent une théâtralisation de compétitions physiques et la construction de grandes arènes impose la figure nouvelle du spectateur.

7La fin de la période est néanmoins marquée par l'expansion du christianisme qui condamne les activités physiques. Dans le chapitre consacré au Moyen Âge, Laurent Turcot défend cependant une certaine continuité. La répartition du temps entre travail et pratique religieuse ouvre la place pour des temps de loisirs, notamment symbolisés par le carnaval. Comme l'énonce Laurent Turcot « certes, l'Église réprouve les usages, mais les hommes et les femmes, jouent, se divertissent, s'exercent et s'amusent » (p. 260). Le Moyen Âge voit ainsi le développement de jeux de table et de hasard mais aussi l'amorce de futurs sports comme le jeu de paume et la soule.

8La Renaissance conduit à une institutionnalisation de normes pour ces activités et à l'usage des mots « loisir » et « sport ». Avec le développement de machines de guerre, le sport perd sa fonction de préparation martiale mais est redéployé comme un moyen de montrer sa prestance et de conserver une bonne santé. L'usage du jeu et de l'activité physique dans l'éducation est accéléré, notamment pour les classes aisées. La « curialisation des élites » (p. 291) conduit à la création de moments de divertissement, facteurs de contrôle pour le pouvoir royal. Le rejet de la violence conduit, quant à lui, à l'implantation de normes pour réguler les sports alors naissants.

9L'époque moderne est marquée par de profonds changements politiques avec notamment la centralisation du pouvoir à Versailles et la proclamation du Bill of Rights en Angleterre. La gymnastique se développe comme pratique éducative et de nouveaux loisirs émergent. La croissance urbaine et la transformation des villes, avec notamment l'éclairage public, facilite les échanges et permet une nouvelle organisation du temps. En France, mais surtout en Angleterre, des entrepreneurs de loisirs investissent dans ce temps libre avec la création de cafés et de spectacles ambulants. La boxe et le cricket s'imposent comme sports et spectacles en Angleterre et font l'objet d'une uniformisation des règles et des pratiques.

10Le XIXe siècle voit la croissance des nationalismes et de l'industrialisation. La révolution industrielle conduit à une « réassignation des temps sociaux » (p. 439). La gymnastique devient un vecteur du nationalisme, notamment dans les territoires allemands avec le phénomène des Turnen, mouvements sportifs nationalistes. L’Angleterre devient le berceau des sports modernes avec la normalisation des règles au sein des Public Schools. Aux États-Unis, de nouveaux sports, dérivés de ceux alors existants en Europe, se développent rapidement. Dans le domaine des loisirs, des « entrepreneurs de spectacles » organisent des activités de temps libre avec notamment l'essor des agences de voyages et des villes thermales.

  • 4 Daniel Mothé, L'utopie du temps libre, Paris, Éditions Esprit, 1997.

11Le dernier chapitre, consacré aux XXe et XXIe siècles, permet de faire la transition avec l'histoire récente. La « globalisation de la civilisation du spectacle » se produit dans un contexte d'explosion urbaine et de réduction du temps de travail (p. 510). La pratique sportive connaît une accélération et le sport est de plus en plus conçu comme un spectacle. L'organisation de grandes compétitions est le résultat d'une structuration du sport à l'échelle mondiale avec la création d'instances comme le Comité international olympique (CIO), la Fédération internationale de football association (FIFA) ou l'Union des associations européennes de football (UEFA en anglais). L'impact économique du sport attire les grandes multinationales, désormais au centre des grandes manifestations sportives. La télévision, « parangon de la civilisation des loisirs », transforme le rapport au sport et au temps libre (p. 517). Dans ce dernier chapitre, Laurent Turcot pose l'importante question de l'aliénation par le temps libre, reprenant des préoccupations énoncées par Daniel Mothé4.

12L'auteur conclut par une réflexion sur la marchandisation des loisirs dans une « société qui impose la joie et le plaisir » (p. 597). Il existe des fils conducteurs dans cette histoire des sports et des loisirs ainsi tracée. Le théâtre, le spectacle, les compétitions sportives sont notamment des éléments de continuité au long des périodes étudiées. Pour Laurent Turcot, s'il existe des transformations et des ruptures, les sports et les loisirs actuels sont le résultat de pratiques héritées de la Mésopotamie. Selon l'auteur, « sports et loisirs sont liés par leur nature, par leur fonction et par le temps ; ils sont au cœur de la civilisation » (p. 606). Cette recherche, bien documentée, permet de penser les activités de temps libre sur la longue période et d'en questionner les évolutions. Il s'agit d'une somme importante permettant de mieux comprendre l'origine des sports et des loisirs, mais aussi d'éclairer les grandes transformations sociales, économiques et politiques propres à chaque époque. époque.

Haut de page

Notes

1 On peut notamment citer Sports et relations internationales, Metz, Centre de Recherche Histoire et Civilisation, 1993 ; Les origines du sport ouvrier en Europe, Paris, L'Harmattan, 1994 ; ou encore Sport and International Politics. The impact of fascism and communism on sport, London, New York, Routledge, 1998.

2 Alfred Wahl, La balle au pied. Histoire du football. Paris, Gallimard, 2002.

3 Paul Dietschy, Histoire du football. Paris, Éditions Perrin, 2010.

4 Daniel Mothé, L'utopie du temps libre, Paris, Éditions Esprit, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Marie, « Laurent Turcot, Sports et Loisirs. Une histoire des origines à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 22 décembre 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/22004

Haut de page

Rédacteur

Pierre Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université de Caen / Université de Coimbra

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page