Navigation – Plan du site

José Luis Moreno Pestaña, La classe du corps. Morale corporelle et troubles alimentaires

Marion Braizaz
La classe du corps
José Luis Moreno Pestaña, La classe du corps. Morale corporelle et troubles alimentaires, Limoges, PULIM, coll. « Sociologie & Sciences sociales », 2016, 351 p., ISBN : 9782842877057.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour information, ce livre constitue une version entièrement remaniée d’un ouvrage publié en espagn (...)
  • 2 Par trouble alimentaire, l’auteur désigne les pratiques corporelles étiquetés comme « anorexiques » (...)

1C’est dans la lignée d’un triple héritage produit par l’abondante littérature sociologique et anthropologique consacrée aux troubles alimentaires que s’inscrit cet ouvrage de J. L. Moreno Pestaña1. Tout d’abord, il réaffirme que les frontières entre santé et maladie ne sont jamais tenues pour évidentes, que cela soit dans le monde profane, intellectuel ou scientifique. De plus, il réinvestit avec force la thématique des effets que les institutions médicales exercent sur leurs patients, en proposant une « reconstruction compréhensive des pratiques de diagnostic » (p. 13) : l’auteur s’emploie ainsi, entre autres choses, à mettre en lumière la pluralité des définitions du trouble alimentaire en vigueur dans le champ médical et la variabilité des prises en charge qui en découlent. Enfin, il insiste sur l’importance de l’étude des structures sociales, et plus particulièrement des configurations familiales, pour comprendre l’apparition des troubles alimentaires2, ces derniers ne surgissant pas pour des raisons purement neurophysiologiques, mais bien dans des conjonctures sociales particulières qu’il convient d’identifier. En suivant ces trois fils conducteurs, l’ouvrage apporte une contribution inédite à son champ de recherche.

  • 3 Cette association se caractérise par une posture militante en matière de prise en charge thérapeuti (...)
  • 4 La majorité ayant moins de 25 ans.
  • 5 Ces données statistiques sont notamment utilisées par l’auteur montrer combien les cultures somatiq (...)

2Dans le premier chapitre, l’auteur aborde la spécificité de son approche. Son enquête a débuté par une observation ethnographique au sein d’une association d’assistance aux patients souffrant de troubles alimentaires et à leurs familles3. Cette période d’observation lui a permis à la fois d’échanger avec les responsables de l’organisme (professionnels du monde médical et parents) et de participer aux entretiens que les psychologues réalisaient avec les usagers de l’association. Par la suite, J. L. Moreno Pestaña a complété ce dispositif de recherche en réunissant des groupes de discussion et par des entretiens individuels. Pour le recrutement de ces nouveaux enquêtés, il s’est appuyé non seulement sur le réseau de l’association (afin de rencontrer des jeunes individus4 de milieux sociaux variés suivis pour leurs troubles alimentaires), mais aussi sur son propre réseau de connaissances dans l’espace académique, ce qui lui a permis de s’entretenir avec des femmes souffrant de troubles alimentaires et détenant un « haut capital culturel (étudiants, chercheurs, artistes) » (p. 33). Enfin, pour parfaire sa démarche, l’auteur s’est appuyé sur un jeu des données statistiques disponible en Espagne qui permet le croisement des caractéristiques morphologiques (notamment les IMC) et des propriétés sociales des individus5.

  • 6 Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945.
  • 7 Entre autres : Goffman, « La folie dans la place », in La mise en scène de la vie quotidienne. 2. L (...)

3Suite à cette entrée en matière, le sociologue s’attache, dès le chapitre 2, à préciser son cadre théorique. De Merleau-Ponty6, J. L. Moreno Pestaña retient l’idée que le sujet est un ensemble de « champs sensoriels », ce qui lui permet de conceptualiser le trouble alimentaire comme une distorsion de ces champs. Utilisant ensuite le vocabulaire de Goffman7, l’auteur écrit que l’enjeu central de la « maladie » est qu’elle rompt les « règles spatio-temporelles (les habitus communs) qui permettent la prévision de l’existence partagée » (p. 76). Dans cette perspective, pour comprendre l’apparition de troubles alimentaires, il est essentiel de reconstituer les différentes étapes du parcours des individus concernés : leur passé (comment les habitudes corporelles acquises au cours de leur socialisation familiale sont susceptibles de contredire les attentes collectives inscrites dans leur position actuelle), leur présent (et ses différentes sphères d’action, dont les exigences corporelles peuvent varier) et leur futur (les aspirations des individus pouvant aller à l’encontre de leurs relations quotidiennes présentes).

4Dans le chapitre 3, ce sont les conflits à l’œuvre dans le champ psychiatrique au sujet de la conceptualisation des troubles alimentaires (et des options thérapeutiques mises en œuvre) qui sont présentés. Ces divergences, opposant ceux « qui défendent un projet de classification autonome, d’autres qui y voient un effet d’autres cadres cliniques et d’autres encore qui en font une lecture exclusivement politico-morale » (p. 91), illustrent les limites des catégories déployées par les professionnels de la psychiatrie, qui ne suffisent pas toujours à rendre compte de la complexité des expériences des individus malades. Selon J. L. Moreno Pestaña, la conscience de la maladie n’est pas dépendante d’un diagnostic et il est tout aussi pertinent de s’intéresser aux vécus corporels « d’un individu qui n’est pas entré en contact avec les institutions » (p. 104).

  • 8 L’auteur désigne par « classes populaires » les foyers ruraux caractérisés par leurs faibles ressou (...)
  • 9 Notamment sur l’hétérogénéité des pratiques alimentaires des classes populaires : Grignon Claude, G (...)
  • 10 Les régimes alimentaires ne sont légitimés que dans le cas du corps malade. Dans les autres cas, il (...)
  • 11 Concept issu de Hoggart, La culture du pauvre. Etude sur les conditions de vie des classes populair (...)

5Puisant dans un appareil théorique largement nourri par les travaux de Pierre Bourdieu, le chapitre 4 a pour ambition de présenter l’« économie morale du corps » au sein des classes populaires8, c’est-à-dire les habitudes alimentaires de ce groupe social, mais aussi les justifications morales qui les sous-tendent. Prenant en considération les critiques adressées à Bourdieu9, l’auteur précise ici la complexité des relations des classes populaires avec l’alimentation, tout en présentant les caractéristiques propres à cette population qui justifient de s’intéresser à elle pour appréhender l’expérience sociale des troubles alimentaires (d’une part les difficultés économiques ; d’autre part, le rôle majeur accordé à la « vigueur physique » dans les catégories d’emploi occupées par ces individus). Plusieurs résultats d’enquête sont soulignés. Si « trop » s’occuper de son corps continue à être une attitude jugée « égoïste » par la plupart des individus rencontrés10, J. L. Moreno Pestaña constate tout de même une « ouverture sociale des possibles corporels » (p. 124). En d’autres mots, les avis sur la minceur s’avèrent plus nuancés qu’ils n’y paraissent au premier abord. Explorant plus particulièrement le cas des femmes de classes populaires (la « tension corporelle » étant inégalement ressentie selon le genre), l’auteur observe qu’elles développent « des relations ambivalentes à l’égard de la culture de la minceur » (p. 154). Si l’injonction à prendre soin de son apparence est plus forte pour les femmes, ces dernières refusent néanmoins de s’adonner à certaines formes de surveillance corporelle comme le comptage des calories. J. L. Moreno Pestaña parle ici « d’adhésion à éclipses »11 (p. 140). Ainsi, les styles corporels des femmes des classes populaires se caractérisent surtout par leur pluralité (certaines femmes ayant à cœur de respecter les valeurs alimentaires de leur groupe, d’autres ayant plutôt la volonté de s’en défaire, d’autres encore, réalisant des combinaisons complexes entre ces deux options).

  • 12 Par « déviance », l’auteur désigne un auto-contrôle excessif du corps ; la « déviance » du comporte (...)
  • 13 La culture somatique désigne les représentations sociales et les pratiques corporelles « légitimes  (...)

6A partir du chapitre 5, l’attention de l’auteur se concentre plus particulièrement sur les liens entre certaines « configurations familiales populaires » et l’apparition de trajectoires corporelles conduisant à des troubles alimentaires. Trois conjonctures sont relevées. La première concerne le surgissement de cette déviance12 au sein de familles dites « traditionnelles » (selon J. L. Moreno Pestaña), c’est-à-dire caractérisées par une culture somatique13 dénonçant la minceur comme frivole. L’auteur montre comment des jeunes femmes sont ainsi amenées à rejeter leur modèle familial (en vue de s’intégrer à certains marchés du travail ou de répondre aux attentes du « marché sexuel »). Et surtout, comment les transformations de leurs dispositions alimentaires en lien avec leur trajectoire individuelle est susceptible d’avoir des répercussions sur leur entourage, certaines réussissant à importer des normes somatiques du monde extérieur dans leur noyau familial (suppression des desserts, ajouts de légumes lors des repas, etc.). La deuxième configuration familiale évoquée dans ce chapitre concerne les familles valorisant le contrôle de soi. Ici, la surveillance corporelle des jeunes filles peut être pour les parents « une manière de poursuivre (par procuration) sa propre trajectoire » (p. 175). Enfin, la troisième conjoncture décrit la situation de déviance dans des « familles à pluralité d’habitus », c’est-à-dire porteuses de cultures corporelles diverses (les différents membres n’ayant pas les mêmes origines sociales). Dans ce cas, le fait que ces familles soient « respectueuses de la différence », « tolérantes », les conduit parfois à mésestimer l’entrée de leurs enfants dans des trajectoires corporelles d’autocontrôle excessif. Après avoir analysé les relations parents/enfants et démontré que la possibilité de débuter une « carrière corporelle déviante » existe dans différentes configurations familiales au sein des classes populaires, la fin du chapitre se consacre aux dynamiques entre pairs. Les groupes de discussions menés rendent ainsi compte d’un « système de sanctions par lequel les jeunes disqualifient ceux qui les surpassent en matière d’ambitions corporelles » (p. 158). Une violence verbale s’observe ainsi à l’encontre de « celles qui parviennent à s’accommoder de l’« impossible » prototype féminin » (p. 198) à des fins de mobilité sociale ascendante, dans un mélange de stigmatisation et de fascination.

7Dans l’optique de confronter les expériences, le chapitre 6 s’intéresse à la culture somatique des strates supérieures de la structure de classe. Des écarts sont notables, puisque les dérives sont peu surveillées au sein des espaces familiaux, le travail de correction corporelle assidu (voire excessif) pouvant même être encouragé. En outre, les trajectoires des jeunes femmes sont caractérisées par une « banalisation du recours à l’offre thérapeutique » (p. 203) et donnent n sens différent à la médicalisation de leurs habitudes alimentaires. Alors que pour les femmes des classes populaires, être étiquetées « malades » ou « anorexiques » par les professionnels du monde médical est souvent mal vécu, les jeunes femmes appartenant aux classes moyennes et supérieures interprètent volontiers leur « pathologie » comme le signe de personnalités exceptionnelles. L’une d’entre elles raconte : « c’était une chose qui arrivait aux femmes qui avaient un profil… intelligent, perfectionniste. Je me disais : c’est vrai, je suis comme ça » (p. 210). La minceur est perçue comme excellence sociale. D’ailleurs, une différence nette distingue anorexie et boulimie dans les propos des enquêtées. « Des images discursives saturées d’ethnocentrisme de classe se sont infiltrées dans le langage scientifique », explique J. L. Moreno Pestaña (p. 237). Les femmes rencontrées opposent ainsi l’ascétisme triomphant de l’anorexique au pantagruélisme frustré de la boulimique. Cette fin de chapitre est très éclairante sur la prégnance de discours profanes ou scientifiques qui organisent une hiérarchie symbolique des troubles alimentaires.

  • 14 Entre parenthèses, J.L Moreno Pestaña aborde ici aussi les cas où l’individu parvient à sortir d’un (...)

8Dans la dernière partie, l’ouvrage analyse plus intensément les effets de l’interaction entre les trajectoires des personnes malades, leur origine sociale et le système thérapeutique14. Explorant tout d’abord la diversité des figures professionnelles du soin auxquelles sont confrontées les patientes (psychologue, nutritionniste, etc.), l’auteur souligne que cette multiplicité d’approches (chaque figure ayant une conception propre de la pathologie) n’est pas sans conséquence sur la manière dont les femmes vivent leur suivi médical. De l’autre côté, le sociologue montre combien les ressources culturelles et économiques des patientes ont un impact décisif sur la relation thérapeutique, permettant à celles qui en sont dotées de faire l’expérience d’une « chronicité douce » (p. 291), c’est-à-dire moins intrusive. En d’autres mots, pour ces dernières, « le thérapeute se transforme en conseiller de vie » (p. 291). Comparé à leurs homologues des classes populaires, elles gardent leur autonomie et sont des « participantes actives » du suivi de leur carrière corporelle.

9Selon J. L. Moreno Pestaña, c’est en décryptant le contexte des pratiques thérapeutiques que l’on peut participer efficacement à la connaissance sociologique des maladies mentales. Son approche, qui se concentre sur la description des interactions entre les patients et les professionnels, lui permet ainsi de « repenser la question de la normalité » et de « l’étiquetage ». Au regard de son terrain, il est par exemple apparu que certains interlocuteurs (association de parents, psychiatres, etc.) privilégient et promeuvent une vision des troubles alimentaires conforme à leurs intérêts personnels. Pour les parents, il s’agit de « se protéger de la culpabilisation » en défendant une vision « organique » de la maladie ; pour les professionnels, l’enjeu est plutôt de « conserver le monopole d’un territoire thérapeutique » (p. 299). En outre, l’ouvrage montre que selon leur statut social, les individus sont « qualifiés avec des versions plus ou moins dégradantes des troubles alimentaires » (p. 299). Ceci implique deux grandes inflexions quant à « l’ontologie de la maladie » :  d’une part, le trouble alimentaire ne doit pas être considéré comme une rupture (entre le normal et le pathologique) mais bien comme une « accumulation de tensions corporelles graduelles » (p. 306) ; d’autre part, l’apparition de la maladie doit être perçue comme le résultat de « contextes localisés, marqués par des cultures de classes, de sexe, par différents modes de production de générations » (p. 307).

  • 15 En effet, la minceur étant tout autant « signe de de beauté », « signe de santé », « signe de maîtr (...)
  • 16 A ce propos, c’est la postface de l’ouvrage, traitant notamment du dernier ouvrage de l’auteur (La (...)

10En résumé, la lecture de cet ouvrage représente un riche apport pour celles et ceux qui travaillent sur les troubles alimentaires et plus largement sur les pratiques corporelles à l’œuvre dans les sociétés occidentales15. Et si le choix des classes sociales comme grille de lecture centrale n’est jamais « écrasant », laissant une large place à la capacité d’action et au vécu corporel individuel, on pourrait parfois regretter l’ampleur accordée à ce qui sépare les classes sociales en matière de rapport au corps, alors que des convergences significatives existent16.

Haut de page

Notes

1 Pour information, ce livre constitue une version entièrement remaniée d’un ouvrage publié en espagnol : J.L Moreno Pestaña, Moral corporal, trasternos alimentarios y clase social, Madrid, CIS, 2010).

2 Par trouble alimentaire, l’auteur désigne les pratiques corporelles étiquetés comme « anorexiques » ou « boulimiques » par les acteurs sociaux (individus concernés par ces pratiques et/ou professionnels du monde médical).

3 Cette association se caractérise par une posture militante en matière de prise en charge thérapeutique des troubles alimentaires en Espagne. En effet, elle revendique « l’ouverture d’une unité de traitement spécifique pour les troubles alimentaires », alors que les individus atteints de cette pathologie sont encore, le plus souvent en Espagne, traités dans l’unité dédiée d’une manière générale à la santé mentale dans les espaces hospitaliers. Cette divergence dans le champ professionnel est notamment explicitée dans le chapitre 3 (voir infra.).

4 La majorité ayant moins de 25 ans.

5 Ces données statistiques sont notamment utilisées par l’auteur montrer combien les cultures somatiques peuvent varier d’un groupe social à l’autre.

6 Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945.

7 Entre autres : Goffman, « La folie dans la place », in La mise en scène de la vie quotidienne. 2. Les relations en public, Paris, Minuit, 1973.

8 L’auteur désigne par « classes populaires » les foyers ruraux caractérisés par leurs faibles ressources économiques.

9 Notamment sur l’hétérogénéité des pratiques alimentaires des classes populaires : Grignon Claude, Grignon Christiane, « Styles alimentaires et goûts populaires », Revue française de sociologie, XXI, 1980, p. 531-569.

10 Les régimes alimentaires ne sont légitimés que dans le cas du corps malade. Dans les autres cas, ils représentent une « arnaque » malsaine (p. 129) tendant vers le risque « d’anémie ».

11 Concept issu de Hoggart, La culture du pauvre. Etude sur les conditions de vie des classes populaires anglaises, Paris, Minuit, 1970 (p. 149), et de la présentation de l’ouvrage par Passeron, Richard Hoggart en France, Paris, BPI-Centre Georges Pompidou, 1999 (p. 23).

12 Par « déviance », l’auteur désigne un auto-contrôle excessif du corps ; la « déviance » du comportement étant « étiquetée », perçue, par les individus concernés qui qualifient eux-mêmes leurs pratiques alimentaires, sportives, etc. de « pathologiques ». Par la suite, la « déviance » est également qualifiée par les professionnels du monde médical (psychologues, psychiatres, etc.).

13 La culture somatique désigne les représentations sociales et les pratiques corporelles « légitimes » au sein d’un groupe social.

14 Entre parenthèses, J.L Moreno Pestaña aborde ici aussi les cas où l’individu parvient à sortir d’une « carrière corporelle tendue » (p. 261) sans avoir recours au système thérapeutique. L’expérience heureuse d’une vie de couple fait par exemple partie des modalités possibles de cette « gestion profane des déviances ».

15 En effet, la minceur étant tout autant « signe de de beauté », « signe de santé », « signe de maîtrise, de confiance » (p. 318) en Espagne que dans bien d’autres pays, il est certain que les résultats de l’ouvrage sont susceptibles d’apporter un éclairage sur l’expérience des troubles alimentaires dans d’autres contextes nationaux. D’ailleurs, les statistiques mentionnées par J. L. Moreno Pestaña (croisant IMC et classe sociale) et leurs analyses ne sont pas sans rappeler les travaux de Thibault de St Pol : voir Thibault de St Pol, Le corps désirable. Hommes et femmes face à leur poids, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social », 2010.

16 A ce propos, c’est la postface de l’ouvrage, traitant notamment du dernier ouvrage de l’auteur (La cara oscura del capital erótico. Capitalización del cuerpo y trastornos alimentarios, Madrid, Akal, 2016) qui s’avère le plus prolifique. On peut par exemple lire : « il y a des configurations familiales qui, au sein des classes populaires, peuvent favoriser le contrôle du corps. Et il y a aussi « l’héritage », susceptible de distribuer la beauté et ses atouts parmi les dominés. Une part très importante de la légitimité du capital érotique est qu’il peut être plus démocratique que le capital culturel. Il n’est donc pas étonnant qu’il soit plébiscité par de larges fractions des classes populaires » (p. 330).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Braizaz, « José Luis Moreno Pestaña, La classe du corps. Morale corporelle et troubles alimentaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 24 décembre 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/22005

Haut de page

Sujet

Alimentation

Santé - médecine

Corps

Consommation

Stratification sociale

Inégalités

Haut de page

Rédacteur

Marion Braizaz

Docteure en sociologie, Université Paris Descartes, laboratoire CERLIS (Centre d’Etude sur les Liens Sociaux). Thèmes de recherche : corporéité, apparence, réflexivité esthétique des individus au prisme du genre.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page