Navigation – Plan du site

Anne Simon, Marlène Benquet, Encaisser !

Camille Cullin
Encaisser !
Anne Simon, Encaisser !, Paris, Éditions Casterman, coll. « Sociorama », 2016, 166 p., [adapté de l'ouvrage de Marlène Benquet, "Encaisser ! enquête en immersion dans la grande distribution", Editions la découverte 2013], ISBN : 978-2-203-10020-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tous les ouvrages précédents ont fait l’objet d’un compte rendu pour Lectures. Voir : Claire Braud, (...)
  • 2 Voir le compte-rendu pour Lectures : Laure Célérier, « Marlène Benquet, Encaisser ! Enquête en imme (...)

1Après la fabrique pornographique, les chantiers du bâtiment, ou encore la banlieue du 20 heures1, la collection Sociorama de Casterman nous propose un ouvrage sur le monde de la grande distribution, avec l’adaptation du livre de Marlène Benquet, Encaisser ! Enquête en immersion dans la grande distribution2. Comme les autres œuvres de la collection, l’objectif est ici aussi de réussir à transcrire une enquête sociologique en BD accessible à tous. Pour cela, les auteurs ont adopté une trame narrative et ont largement romancé l’ouvrage original ; nous suivons donc Sabrina, nouvelle caissière pour Batax, dans la découverte de son nouveau travail.

2De l’entretien d’embauche éclair à la caisse, puis à l’organisation d’une grève dans le magasin, nous découvrons les étapes de la socialisation professionnelle de Sabrina. La BD peut ainsi se décomposer en plusieurs temps : dans une première partie, Sabrina découvre l’histoire de l’entreprise et le fonctionnement de son nouveau métier. Nous apprenons ainsi, avec elle (dans un fascicule que lui remet sa supérieure) que l’entreprise a récemment, en 2008, changé d’actionnaires majoritaires, et que les nouveaux actionnaires cherchent à dégager une marge de bénéfice toujours plus importante. Nous suivons également quelques-unes de ses collègues, qui présentent leurs rapports spécifiques à leurs métiers, et toutes les sources de mécontentement, notamment la rémunération trop faible et la difficulté de conjuguer ce travail à la gestion des enfants et de la maison. Suite à un problème avec sa voiture auquel elle ne peut faire face financièrement, Sabrina se rapproche de Marie, la syndicaliste de l’entreprise. La BD marque alors une pause dans l’histoire de Marie, pour nous faire suivre Monsieur Martin, le directeur des Ressources Humaines de Batax. Lui non plus n’est pas satisfait de la nouvelle gouvernance de l’entreprise et subit beaucoup de stress ; cette partie du récit est particulièrement romancée (on voit notamment comment les relations de Monsieur Martin et de sa femme se dégradent, ce qui n’apparaît pas du tout dans le livre original). Ce passage, assez mal relié au reste de la BD, présente l’intérêt de montrer que les caissières ne sont pas les seules à souffrir de la nouvelle gouvernance de l’entreprise.

3Lorsque la BD se recentre sur Sabrina, c’est pour montrer comment la somme de tous les mécontentements des caissières se transforme peu à peu en revendication collective. On voit alors comment le groupe arrive progressivement à s’organiser, à se réunir dans un café, hors du magasin, et finalement à se mobiliser et à mener une grève de deux semaines, avec l’appui d’une syndicaliste CGT, Myriam. Le rôle des syndicats est alors analysé, en particulier celui de FO. En effet, il est à noter que ce n’est pas la syndicaliste FO (Marie) qui est à l’origine de la grève, alors que le syndicat FO est largement majoritaire chez Batax. La BD montre ainsi, de manière sans doute un peu caricaturale (contrairement au livre original) que le syndicat FO est très proche de la direction : Myriam qualifie Marie de « traître ». Dans la BD, les syndicalistes FO ne souhaitent pas s’opposer frontalement à la direction, mais plutôt négocier ; leur objectif principal est avant tout de conserver la place de syndicat majoritaire en gagnant les élections syndicales. La grève n’aboutit pas à la satisfaction des revendications matérielles, mais l’ouvrage se veut positif. Il se termine en montrant que malgré la déception, les caissières ont pu se reconstruire une identité positive, qui remplace celle qui leur était assignée par l’entreprise de caissière précaire et fragilisée. La syndicaliste CGT déclare ainsi au début de la grève : « Si on se rassemble ainsi, c’est parce qu’on en a marre d’être humiliés » et à la fin de la grève : « On n’a peut-être rien obtenu, mais moi, je me sens mieux. Je ne me vois plus comme une petite caissière. Je me fais respecter ». Le conflit a donc permis de reprendre le contrôle biographique pour les caissières qui y ont participé.

4La trame narrative de la BD est donc bien différente de l’ouvrage original. En effet, celui-ci proposait une enquête en trois volets : une première partie au siège de l’entreprise, avec le service des ressources humaines, une deuxième partie dans un magasin, en immersion dans le monde de la caisse, à travers l’observation participante, et enfin une dernière partie auprès du syndicat FO. La BD a fait le choix de proposer un récit plus linéaire, plus facile à suivre pour le lecteur et plus romancé. La problématique s’en trouve transformée, puisqu’il s’agissait pour Marlène Benquet de comprendre comment l’entreprise arrivait à obtenir le travail de ses employés sans que ceux-ci ne résistent. La BD montre au contraire comment les caissières arrivent à faire grève pour défendre des revendications collectives. Elle reprend cependant un grand nombre des développements et des anecdotes qui étaient déjà présents dans le livre, et notamment ceux qui apparaissaient dans l’enquête de terrain sur les caissières : la formation reçue par une caissière plus âgée, les relations avec les clients parfois difficiles, la différence entre les caissières « étudiantes » et les autres. La BD présente des clefs d’analyse qui permettent de comprendre la mise au travail des caissières : les 2 minutes de pause pour une heure de travail, l’absence de salle commune, la difficulté qu’elles peuvent avoir pour se retrouver et avoir un espace de sociabilité. Le glissement de la position d’une sociologue en train de faire son étude de terrain (dans le livre) par l’observation participante à celui d’une salariée comme les autres (dans la BD) est très réussi et permet de rendre l’enquête très vivante. Le dessin, simple et efficace, vient d’ailleurs renforcer le propos et montrer, de manière parfois très frappante, ce qui est dit. Les illustrations de la grève montrent par exemple comment les employés se réapproprient physiquement l’espace du magasin (p. 42) en s’asseyant sur les chaises ou en se promenant dans les rayons avec un mégaphone.

  • 3 Voir le compte-rendu pour Lectures : Lilian Mathieu, « Marlène Benquet, Les damnées de la ciasse », (...)

5Finalement, le choix de proposer un récit linéaire permet de simplifier le propos et de le rendre accessible à tous, mais présente une limite inhérente à ce type de format : les analyses ne peuvent être aussi poussées que dans l’ouvrage original. Ainsi, il nous semble que le format BD ne prend tout son sens que s’il est effectivement éclairé et expliqué par l’analyse fine de Marlène Benquet dans le livre dont il est adapté. La deuxième limite est que, dans la mesure où toute la partie sur la grève est absente du livre original (et donc complètement inédite dans la BD), nous ne savons pas vraiment si ce sont des observations de Marlène Benquet issues d’une autre enquête, par exemple des Damnées de la caisse3 qui traite d’une grève dans un hypermarché, ou s’il s’agit de pure fiction. Si la BD fait accéder à des éléments d’analyse sociologique, elle ne permet pas de montrer comment les informations ont été recueillies, ni de fournir une analyse fine et détaillée : elle est bien, avant tout, une fiction sociologique, et non un ouvrage scientifique.

Haut de page

Notes

1 Tous les ouvrages précédents ont fait l’objet d’un compte rendu pour Lectures. Voir : Claire Braud, Nicolas Jounin, Chantier interdit au public, Paris, Éditions Casterman, coll. « Sociorama », 2016, compte rendu de Patrick Cotelette pour Lectures : http://lectures.revues.org/20343; Lisa Mandel, Mathieu Trachman, La fabrique pornographique, Paris, Éditions Casterman, coll. « Sociorama », 2016, compte rendu d’Anne-Charlotte Millepied pour Lectures : http://lectures.revues.org/20279 ; Léon Maret, Mélanie Gourarier, Séducteurs de rues, Paris, Éditions Casterman, coll. « Sociorama », 2016, compte rendu d’Alexandra Roux pour Lectures : http://lectures.revues.org/20862 ; Baptiste Virot, Anne Lambert, Turbulences, Paris, Éditions Casterman, coll. « Sociorama », 2016, compte rendu de Kevin Diter pour Lectures : http://lectures.revues.org/21166 ; ou encore Berthaut, Jérôme, Helkarava, La banlieue du 20 heures, Paris, Éditions Casterman, coll. « Sociorama », 2016, compte rendu de Michael Perret pour Lectures : http://lectures.revues.org/21748. Les deux premiers compte-rendu fournissent une présentation plus détaillée de la collection Sociorama.

2 Voir le compte-rendu pour Lectures : Laure Célérier, « Marlène Benquet, Encaisser ! Enquête en immersion dans la grande distribution », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 16 juillet 2013. URL : http://lectures.revues.org/11945

3 Voir le compte-rendu pour Lectures : Lilian Mathieu, « Marlène Benquet, Les damnées de la ciasse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 22 septembre 2011. URL : https://lectures.revues.org/6369

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Cullin, « Anne Simon, Marlène Benquet, Encaisser ! », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 25 décembre 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22006

Haut de page

Rédacteur

Camille Cullin

Enseignante en SES

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page