Navigation – Plan du site

Fernand Melgar, L’abri

Vianney Schlegel
L'abri
Fernand Melgar, L'abri, Paris, Dissidenz Films, 2016.
Haut de page

Texte intégral

1Dans la continuité de ses précédents films, notamment la Forteresse (2008) et Vol spécial (2011), Fernand Melgar filme dans l’Abri la prise en charge de la misère à l’œuvre. Adoptant un style direct, qui ne fait place à aucun commentaire extérieur ni à des interventions face à la caméra des personnes filmées, il montre le fonctionnement d’un centre d’accueil d’urgence pour personnes sans-domicile. L’Abri – c’est aussi le nom du centre – se trouve à Lausanne, en Suisse : la réputation d’opulence du pays, parfois évoquée dans les échanges de personnes en recherche d’hébergement, renforce la violence des images et des paroles qui sont données à voir et à entendre tout au long du documentaire.

  • 1 On renvoie aux travaux de Jean-Pierre Tabin, notamment Jean-Pierre Tabin, René Knüsel, Lutter contr (...)
  • 2 Les termes placés entre guillemets sont des paroles de protagonistes du documentaire. Lorsqu’ils so (...)
  • 3 La veille saisonnière désigne la période de renforcement des dispositifs de prise en charge des per (...)

2Cette violence est inhérente à une prise en charge fortement contrainte par une législation restrictive en matière d’assistance, notamment envers les étrangers1, doublée d’une pénurie des places d’hébergement. En 2014, lorsque sort le documentaire, la ville de Lausanne a considérablement restreint la pratique de la mendicité. Des échanges entre hébergés suggèrent qu’il est également interdit de dormir dehors, sous peine d’amende. Situé dans un bunker, le centre d’accueil fournit une allégorie emblématique et presque archétypale de la prise en charge des plus pauvres : si la misère est honteuse et doit donc être cachée, il convient que les politiques mises en œuvre ne répondent pas trop adéquatement à son ampleur sous peine de créer ce que le directeur du centre identifie comme un « appel d’air » (A2), expression qui traduit l’idée qu’en améliorant les conditions d’accueil de nouvelles personnes viendront, annulant ainsi les effets vertueux espérés. On apprend au cours du film que l’Abri est un dispositif temporaire, ouvert seulement en période hivernale : en cela, son fonctionnement est très proche des dispositifs français de veille saisonnière3. Le nombre de personnes qui y sont accueillies n’est pas clairement défini. Quelques échanges laissent penser que les travailleurs sociaux ont une marge de manœuvre – limitée néanmoins – qui leur permet d’accueillir plus de personnes qu’autorisé, sans que cela ne suffise à endiguer la pénurie.

3L’accès aux places d’hébergement dans ce contexte fournit le fil rouge du documentaire. Dès les premières minutes, les effets de la pénurie se donnent à voir avec le refoulement de plusieurs personnes qui attendaient pour accéder au centre. L’une d’elles est accusée de se servir d’un enfant qui l’accompagne pour susciter la compassion des accueillants. Mettant en doute le lien de filiation entre l’homme et l’enfant, une travailleuse sociale décide que ce dernier est le bienvenu, mais pas l’homme. L’accusation trahit la prégnance de représentations morales sur les pauvres et les suspicions qui y sont liées : difficilement vérifiable voire justifiable, la mise en doute de la filiation permet ici de justifier le refus d’accueillir l’homme.

  • 4 Voir Didier Fassin et Éric Fassin (dir.), De la question sociale à la question raciale ? Représente (...)
  • 5 Sur l’action publique envers les Roms en Europe, et sur les enjeux posés par la formulation d’une « (...)

4En filmant plusieurs scènes qui se déroulent lors de l’ouverture du centre, Melgar montre la sélection opérée entre les personnes en demande d’hébergement. Cette sélection est largement discrétionnaire et repose sur des considérations variables : composition des ménages, connaissance des accueillis – « je ne sais pas qui choisir, franchement on connait tout le monde » (A) –, réputation de ces derniers, recherche d’un équilibre entre communautés ethno-raciales – « on va prendre des Africains parce qu’on n’a pris que des Roms » (A). L’Abri, s’il n’a pas vocation à accueillir un type précis de public, héberge principalement des migrants d’origines diverses, traduisant l’articulation étroite entre question sociale et question raciale4. La population Rom est fréquemment accusée de tous les maux5 (« y’a que les Roms qui font ça [ne pas ranger la chambre] » (A) ; « les Roms ils puent aussi » (A)). Des lignes de clivage se dessinent, mobilisées par les personnes en demande d’hébergement elles-mêmes, par exemple lorsque certaines d’entre elles refoulées à l’entrée accusent les accueillants de trier entre « Européens » (H) et « Africains » (H) en laissant ces derniers dehors, ou lorsqu’une famille Rom reproche aux « Noirs » (H) leur agressivité.

  • 6 Everett Hughes, « Good people and Dirty Work », Social Problems, 1/1962 Vol. 10, p. 3-11.
  • 7 Revendiquant son amour pour l’hymne vaudois, laissant sous-entendre à l’un des travailleurs sociaux (...)

5La régulation opérée directement à l’entrée du centre est donc fortement problématique. En première ligne de l’accueil, les travailleurs sociaux sont en charge du « sale boulot »6 : la caméra de Melgar donne accès à leurs conversations, lors desquelles la sélection entre candidats à l’hébergement est ouvertement identifiée comme la pire partie de leur travail. Afin d’y remédier, un nouvel outil de régulation est mis en place, qui repose sur la création de cartes précisant les dates d’entrée et de sortie des personnes auxquelles un hébergement est proposé. Les demandeurs doivent alors rencontrer des travailleurs sociaux situés dans des bureaux, confrontés à leur tour à la pénurie des places et tenus pour responsables. Cet épisode rappelle les contraintes structurelles qui pèsent sur les systèmes de prise en charge : d’un mode de régulation à l’autre, le problème du manque de places reste le même. Les travailleurs sociaux sont directement exposés à cette problématique insolvable à leur échelle, et aux contradictions qui la traversent. Dans l’Abri, on les voit successivement contourner les limites du nombre d’accueillis et défendre les hébergés contre les remarques d’un directeur zélé et légaliste7, puis désinfecter les chambres alors même que des occupants tentent d’y dormir, leur reprocher de sentir mauvais et les enjoindre d’aller prendre une douche, ou encore les encourager à rentrer « chez eux » (A).

  • 8 On recommande notamment les extraits d’un débat ayant eu lieu autour du film, lors duquel intervien (...)

6S’il est centré sur l’hébergement, quelques scènes du documentaire se déroulent aussi en dehors du centre : on suit les hébergés lors de leurs recherches d’emploi et de lieux où dormir lorsqu’ils n’ont pas eu accès au centre, ou dans une soupe populaire. Ces plans montrent un quotidien fait d’attente, de débrouille et d’espoirs déçus. Au final, pour ce qu’il donne à voir et à entendre, l’Abri est un document qui ne laisse pas indifférent. Dans le cadre de l’analyse proposée ici, le mode de restitution choisi par Fernand Melgar n’est pas sans poser problème : en limitant au maximum l’intermédiation entre le spectateur et le contenu du documentaire, de nombreuses informations manquent sur le centre en lui-même, sur le personnel qui y travaille, sur la population qui y est accueillie ou encore sur les modalités de l’accueil, autant de données dont l’absence contraint le spectateur à la conjecture. Si des indices sont distillés au cours du visionnage, les bonus inclus dans le documentaire8 sont alors éclairants et constituent un apport précieux. Il serait en outre injuste de faire le reproche de sa méthode à Melgar : ses choix font la force du documentaire, notamment parce qu’ils fournissent un matériau quasi-brut, qui donne matière à réflexion.

Haut de page

Notes

1 On renvoie aux travaux de Jean-Pierre Tabin, notamment Jean-Pierre Tabin, René Knüsel, Lutter contre les pauvres. Les politiques face à la mendicité dans le canton de Vaud, Lausanne, Éditions d'En bas, 2014 ; et Jean-Pierre Tabin, Arnaud Frauenfelder, Carola Togni, Véréna Keller, Temps d'assistance. Le gouvernement des pauvres en Suisse romande depuis la fin du XIXe siècle, Éditions Antipodes, 2008.

2 Les termes placés entre guillemets sont des paroles de protagonistes du documentaire. Lorsqu’ils sont suivis de (A), ce sont les accueillants qui les prononcent ; lorsqu’ils sont suivis de (H), ce sont des hébergés, ou des personnes en recherche d’hébergement.

3 La veille saisonnière désigne la période de renforcement des dispositifs de prise en charge des personnes sans-domicile en France (élargissement des horaires d’accueil, création de places supplémentaires, embauche de personnel…). Cette période est normalement calquée sur celle dite de trêve hivernale, instaurée par la loi Aubry en 1998, pendant laquelle les expulsions locatives sont suspendues. Effective du 1er novembre au 15 mars chaque année, la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR 2014) l’a prolongée jusqu’au 31 mars. Empiriquement, on constate néanmoins que la veille saisonnière est étroitement liée à la dureté des conditions météorologiques et aux risques qu’elles impliquent pour les personnes sans-domicile, ce qui amène de nombreux acteurs à dénoncer une « gestion au thermomètre » de l’hébergement.

4 Voir Didier Fassin et Éric Fassin (dir.), De la question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, Paris, La Découverte, 2006.

5 Sur l’action publique envers les Roms en Europe, et sur les enjeux posés par la formulation d’une « question Rom », voir Legros Olivier, Rossetto Jean, « La "question rom" en Europe aujourd'hui : Regards croisés et mises en perspectives », Etudes Tsiganes, 2/2011 (n° 46), p. 4-25.

6 Everett Hughes, « Good people and Dirty Work », Social Problems, 1/1962 Vol. 10, p. 3-11.

7 Revendiquant son amour pour l’hymne vaudois, laissant sous-entendre à l’un des travailleurs sociaux dont l’un des parents est espagnol qu’il est moins suisse que lui, et tenant des propos condescendants vis-à-vis des hébergés, l’homme pourrait passer pour une caricature.

8 On recommande notamment les extraits d’un débat ayant eu lieu autour du film, lors duquel interviennent Jean-Pierre Tabin (cité plus haut) ainsi qu’une salariée du Samu social de Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vianney Schlegel, « Fernand Melgar, L’abri », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22020

Haut de page

Rédacteur

Vianney Schlegel

Doctorant au Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé, UMR 8019, Univ. Lille 1 – CNRS). Sa thèse porte sur la professionnalisation de la prise en charge médico-sociale des personnes sans-domicile en France.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page