Navigation – Plan du site

Joseph Déjacque, À bas les chefs ! Écrits libertaires (1847-1863)

Caroline Sordia
A bas les chefs !
Joseph Déjacque, A bas les chefs ! Ecrits libertaires (1847-1863), Paris, La Fabrique, 2016, 336 p., présenté par Thomas Bouchet, ISBN : 978-2-35872-077-9.
Haut de page

Texte intégral

« Il est des distances que la pensée seule peut franchir » (p. 242).

  • 1 L'expression, en quatrième de couverture, est de son ami Gustave Lefrançais.
  • 2 L'anarchisme n'est pas une idéologie du chaos et du désordre social mais une pensée de « l'ordre sa (...)

1La publication d’une anthologie de l’ouvrier colleur, journaliste, « poète des misérables »1 et penseur anarchiste Joseph Déjacque (1821-1865) tombe à pic. Elle éclaire un pan de l’histoire relativement méconnu, au cœur d’un interminable xixe siècle aux prises avec l’héritage de la Révolution, les contradictions du capitalisme et les recompositions des socialismes, sur la question de l’État. En retraçant l’évolution de l’auteur du néologisme « libertaire », l’ouvrage contribue en outre à faire connaître l’anarchisme, loin de l’acception faussée qu’en donnent médias et langue courante2. Le caractère polymorphe de l’anthologie conçue et accompagnée d’une utile mise en perspective par l’historien Thomas Bouchet – poèmes, lettres, essais, articles – rend justice à un riche parcours. Le « projectile autoricide que [Déjacque] jette à mille exemplaires sur le pavé des civilisés » (p. 200) vise juste. C’est le témoignage, d’une puissante actualité, d’une pensée en avance sur son temps ; mais aussi l’expression d’une radicalité sensible qui le place à part au sein du courant anarchiste. Enfin, c’est le point de vue singulier d’un migrant pauvre, ovni du monde de l’édition, en 1850 comme en 2016.

2L’anthologie, desservie par un titre tapageur, est plus fidèlement décrite par le sous-titre Écrits libertaires (1847-1863). Elle couvre presque une vie de textes parfois publiés de manière posthume, opportunément regroupés par époque plutôt que par type ou par thématique : en effet, le fil rouge en est le souffle libertaire qui la parcourt, résolument à rebours des tendances autoritaires en vogue. La postface est éclairante, mais la chronologie, limitée aux éléments biographiques, reste insuffisante pour les non historien.ne.s.

3Déjacque, contemporain de Pierre-Joseph Proudhon, est un pionnier de l’anarchisme en France. S’il s’identifie d’abord au socialisme, la défense des libertés devient pour lui vite indissociable d’une lutte contre toute forme de gouvernement. Monarchie de Louis-Philippe, Seconde République et régime de Napoléon iii – puis, au décours de l’exil, monarchie britannique et jeune république états-unienne – lui apparaissent liberticides. Cependant, Déjacque va plus loin que Proudhon, dont il est à la fois l’admirateur et le critique : « Il a fait école de rébellion ; tout ce qui se rébellionne contre lui est de son école » (Le Libertaire, 7 mai 1860). Sa lutte contre toute autorité s’étend au patriarcat, à l’esclavage et aux modèles sociaux porteurs d’oppression de la « civilisation ». C’est en exil que Déjacque, avec La question révolutionnaire (1854, dédiée à ses « frères du prolétariat » et reproduite ici in extenso) s’affirmera pleinement anarchiste. S’il imagine encore une « législation directe comme transition vers l’anarchie » (p. 67), il admet l’ampleur de la tâche : « Gouvernement, religion, propriété, famille, tout se tient » (p. 84). Il ébauche moult pistes de solution : liberté sexuelle, « abolition du mariage et (…) droit au travail, (…) destruction de la tyrannie de l’homme et de la faim, [é]mancipation de l’enfant » (p. 86), qui se résument à la liberté « en tout et pour tout » (p. 88), l’égalité sociale et la fraternité qui résulte des deux. Le féminisme chez Déjacque est une évidence logique, et il reproche vertement à Proudhon – qui pérore sur l’« infirmité sexuelle » de la femme – d’être un « anarchiste juste-milieu, libéral et non libertaire » (p. 119). Sa lucidité sur le présent ne l’empêche pas d’être tout entier tourné vers l’avenir. Il est l’un des rares anarchistes à construire une utopie, « rêve non réalisé, mais non pas irréalisable » (p. 199), L’Humanisphère (1858). La société imaginée reflète sa foi en l’irrémédiable avancée de la science et du progrès, ainsi que les influences de Fourier et de Proudhon.

  • 3 Cette injonction prend parfois des résonances étonnantes : « Debout ! Et, – comme les fanatiques du (...)
  • 4 George Woodcok, Anarchism. A History of Libertarian Ideas and Movements, Penguin Books, éd. 1975, p (...)

4Le mélange de radicalité et de sensibilité qui caractérise Déjacque en fait cependant un penseur à part au sein du courant anarchiste. L’aspect provocateur, dont il se justifie (« c’est par le Scandale qu’on (…) perce le tympan », p. 156), est l’un des motifs du rejet qu’il suscite même au sein des courants progressistes. Il en appelle à la violence comme « homéopathie » : « L’oppression est entretenue par le vol et l’assassinat ; il faut la combattre par l’assassinat et le vol » (p. 253)3. Déjacque apparaît comme le « précurseur des théoriciens de la propagande par l’action, et des assassins ascétiques des années 1890 »4. Si ces derniers ont marqué l’imaginaire de l’anarchisme, ils n’en représentent qu’une fraction très minoritaire. Par ailleurs, Déjacque a de foudroyants accents de lyrisme et de tendresse qui ne s’expriment pas que dans ses poèmes. Son humour potache, sa verve populaire et lettrée vivifient la lecture. Revers de son esprit critique, ses semblables font les frais de son intransigeance ; même celles et ceux qui partagent nombre de ses idées sont renvoyé.e.s à leurs incohérences. Autocritique et doute sont palpables : « c’est la faute à (...) nos maîtres et tuteurs (…) ; mais c’est aussi un peu la nôtre, qui ne faisons pas toujours tout ce qu’il faudrait pour désapprendre ce qu’ils nous ont appris » (p. 184). Déjacque expose ses incertitudes, et sa conviction que des idées plus élaborées viendront remplacer les siennes : « Puisse [ce passage], par la critique que les hommes sincères, les anarchistes de bonne foi en feront, faire (...) produire un système entièrement dégagé de l’empreinte du passé » (p. 92). In fine, cette radicalité critique est une constante et douloureuse recherche de cohérence. « On ne peut en appeler à la révolution sans se révolutionner soi-même » (p. 266). La notion de préfiguration, chère à l’anarchisme, s’exprime ainsi dans l’invitation à construire d’autres possibles, ici et maintenant, sans attendre de grand soir : « c’est dès aujourd’hui, c’est à toute heure, à tout instant, qu’il faut agir, s’insurger, révolutionner » (p. 90). Elle réside aussi dans la corrélation entre fins et moyens : « Il ne suffit pas de proclamer un but, il faut encore que les moyens ne soient pas contradictoires avec ce but » (p. 153). L’apologie de la violence contredit néanmoins l’idéal de préfiguration, même s’il s’en défend : « Est-ce ma faute à moi, est-ce notre faute à nous, qui avons au cœur la poésie de l’avenir, (…) si dans pareille société nous ne trouvons à dépenser que de la haine, si nous ne pouvons nous y repaître que de dégoûts ? » (p. 156).

  • 5 Notion théorisée plus tard sous le nom de standpoint theory par l'épistémologie féministe. Voir Chr (...)

5Déjacque est un auteur singulier à divers titres. D’abord parce qu’isolé, il ne rencontre guère d’écho et ne fera pas école, contrairement à Proudhon. À la Nouvelle-Orléans, il publie Les Lazaréennes en recourant à des emprunts, n’ayant reçu que quatre abonnements, comme le relève amèrement sa préface : « Pauvre poète ! – pauvre public ! (…) qu’en pensez-vous, chers [,] de l’éloquence des chiffres ? » (p. 114). À New York, il crée en 1858 le journal francophone Le Libertaire, qu’il portera à bout de bras jusqu’en 1861, presque entièrement seul (« tout à la fois le rédacteur, le gérant, le plieur et le porteur du journal, et aussi son plus zélé, son plus considérable actionnaire », p. 260), au prix d’un épuisement physique et mental explicite. La reproduction in extenso de l’un des derniers numéros est l’une des excellentes idées de l’ouvrage : on y lit Déjacque en éditorialiste engagé et exsangue, analyste de l’actualité internationale, recenseur de meetings, auteur de feuilleton satirique… Mais il est surtout singulier parce que pauvre et que – fait rare – il met au jour les conditions matérielles de production de la pensée. Précarité et chômage l’hiver (il place des annonces dans son journal), surcharge de travail l’été, écriture la nuit : il se trouve souvent « harassé de fatigue physique, et par conséquent incapable de penser et d’écrire » (p. 258). « Homme errant » passé de Paris via Bruxelles à Londres et Jersey, puis à la Nouvelle-Orléans et New York, avant de finir sa vie en France (encore jeune, oublié, interné d’office à l’hospice de Bicêtre), Déjacque est nourri de ces différentes réalités, et conscient de son « avantage épistémique »5 : « Je suis loin d’avoir la science infuse. J’ai lu un peu, observé davantage, médité beaucoup. Je suis, je crois, malgré mon ignorance dans un des milieux les plus favorables pour résumer les besoins de l’humanité » (p. 201).

6Si Déjacque touche autant, c’est parce que c’est à nous qu’il s’adresse, à notre intelligence et notre sensibilité : « Et maintenant, lecteur, si tu veux faire route avec moi, fais provision d’intelligence, et en marche ! » (p. 205). Au long de 336 pages lumineuses et poignantes, compilées avec soin et passion, le lecteur – ou la lectrice – chemine avec lui. On peut regretter les choix d’édition (titre, austérité de la maquette, contextualisation succincte) qui semblent réserver l’ouvrage à une élite. Et ce à l’opposé des intentions de l’auteur : « Je m’adresse surtout aux prolétaires, et les prolétaires sont pour la plupart encore plus ignorants que moi » (p. 204). Lucide, Déjacque entrevoit les souffrances à venir : « Le bonheur n’est pas de ce siècle (…) Hélas ! (…) tu assisteras encore à bien des essais informes de rénovation sociale, à bien des désastres, suivis de nouveaux progrès et de nouveaux désastres, (…) avant que toutes les craties et les archies aient fait place à l’anarchie. [Les] hommes briseront et renoueront mille fois leurs chaînes avant d’en jeter derrière eux le dernier maillon » (p. 242). C’est donc notre présent que Déjacque nous confie : « Puissent-elles, ces pages, – grêlons jetés dans l’espace – aider à amonceler en vos consciences les notions du droit ; faire tressaillir en vos cerveaux et en vos cœurs la vibration des colères sociales » (p. 59). Il écoute « le pas de l’avenir [qui] résonne sourdement sur le pavé de la rue » (p. 225). Et nous interroge : « êtes-vous des hommes ? avez-vous du cerveau ? avez-vous du cœur ? Montrez-le ! » (p. 261).

Haut de page

Notes

1 L'expression, en quatrième de couverture, est de son ami Gustave Lefrançais.

2 L'anarchisme n'est pas une idéologie du chaos et du désordre social mais une pensée de « l'ordre sans le gouvernement » (Hem Day, Violence – Non-violence – Anarchie, L'Unique, n° 54-55-58, 1951, cité par Xavier Bekaert in Anarchisme. Violence. Non-Violence. Petite Anthologie de la révolution non-violente chez les principaux précurseurs et théoriciens de l'anarchisme, Éditions du Monde libertaire & Éditions Alternative libertaire (Belgique), 2000, p. 27 : lire en ligne).

3 Cette injonction prend parfois des résonances étonnantes : « Debout ! Et, – comme les fanatiques du Coran, (…) répétons [ce] cri de haine et d'amour (…) : la Révolution est la Révolution, et la Liberté (…) est son prophète !... » (p. 91).

4 George Woodcok, Anarchism. A History of Libertarian Ideas and Movements, Penguin Books, éd. 1975, p. 263.

5 Notion théorisée plus tard sous le nom de standpoint theory par l'épistémologie féministe. Voir Christian Larivée, « Le standpoint theory : en faveur d'une nouvelle méthode épistémologique » », Ithaque, n°13, p. 127-149 : lire en ligne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Sordia, « Joseph Déjacque, À bas les chefs ! Écrits libertaires (1847-1863) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/22021

Haut de page

Rédacteur

Caroline Sordia

Diplômée en science politique des relations internationales (Institut d’études politiques de Paris / CERI) et en psychologie (Université de Nantes) ; masterante à l’EHESS (Genre, politique, sexualité) ; metteuse en scène, traductrice, ancienne chargée d’enseignement à l’Université de Nantes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page