Navigation – Plan du site

Jean Haëtjens (dir.), « Renouveau des utopies urbaines », Futuribles, n° 414, 2016

Thomas Le Guennic
Renouveau des utopies urbaines
Jean Haëtjens (dir.), « Renouveau des utopies urbaines », Futuribles, n° 414, septembre-octobre 2016, 152 p., Paris, Futuribles, ISBN : 978-2-84387-427-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Françoise Choay, L’urbanisme, utopies et réalités, Paris, Seuil, 1965.

1La ville est un objet classique de la pensée utopique1. Et quoi de plus adapté à la prospective que la pensée utopique ? C’est donc tout logiquement que la revue Futuribles consacre un dossier spécial au « renouveau » des utopies urbaines. Ce choix n’est pas anodin, note Jean Haëtjens, coordonnateur du dossier : « cette année 2016 marque le 500e anniversaire de la parution du livre de Thomas More Utopia, qui donna naissance au mot “utopie” et renoua avec un genre littéraire initié par Platon : la description, avec un grand souci du détail, d’une société jugée idéale par son auteur » (p. 5). Quel est l’héritage contemporain de ces utopies urbaines des XIXe et XXe siècles qui ont profondément façonnées l’urbanisme ? Comment les manières contemporaines de penser et de faire la ville renouvellent les modèles utopiques ? Quels en sont les principaux enjeux ? C’est ce que ce numéro se propose d’explorer.

2Plutôt que de livrer une vaste étude théorique, le dossier s’intéresse aux projets jugés représentatifs d’une nouvelle vague d’utopies urbaines. Ces initiatives ont pour point commun de se fonder sur l’expérimentation plutôt que sur des principes théoriques posés a priori,  ; d’être animées par une variété d’acteurs, aussi bien publics que privés, associatifs, individuels ou encore collectifs ; et de revitaliser la pensée utopique par l’introduction de préoccupations actuelles, comme l’écologie, le numérique ou encore les pratiques artistiques et culturelles. Ce compte rendu explore principalement deux thématiques : l’utopie contemporaine de la smart city et celle de projets mettant l’accent sur la polyvalence des usages et des fonctions de l’habiter.

3Même si elle peine à trouver une définition consensuelle, la très populaire « smart city », avec son corollaire d’« intelligence urbaine », occupe une place de choix dans ce dossier. C’est sans doute que ce vocable réactualise l’idée de progrès, dans une veine assez proche des utopies saint-simoniennes, tout en l’habillant d’un terme suggestif, suffisamment flou pour laisser une multitude d’acteurs l’investir et y glisser le sens qui leur convient, générant ainsi un sentiment de réalité sui generis, de personnification, assez efficace lorsqu’il s’agit de promouvoir une utopie. Les contributeurs s’accordent à identifier les principaux objectifs de la ville intelligente : utiliser les technologies numériques pour « concilier le développement économique, la réduction de l’empreinte environnementale et l’amélioration de la qualité de vie des citadins » (p. 87).

4Forgé et promu par les groupes IBM et Cisco, mais désormais brandi par des municipalités ou encore par l’Union européenne, le concept de smart city agit comme un puissant aimant, attirant les espoirs et les craintes suscités par le développement des métropoles. Effectivement, Carlos Moreno note que « l’intelligence urbaine » représenterait un puissant catalyseur de la notion d’utopie urbaine car elle répondrait aux défis urbains actuels (mobilité multimodale, transition énergétique, participation citoyenne, soins individualisés) en partant des besoins du citadin. Elle lui confère une capacité d’action renouvelée, grâce à la mise à disposition et à l’utilisation des big data par exemple, ou encore grâce à l’émergence de nouvelles formes de sociabilité liées à l’économie collaborative (covoiturage, coworking, etc.).

  • 2 Voir par exemple le démonstrateur Astainable®.
  • 3 Thomas More, L’Utopie, Paris, Garnier Flammarion, 1987 [1516].

5Comment fonctionne la fabrique de la smart city ? Valérie David présente un retour d’expérience du projet Phosphore développé par le groupe de BTP Eiffage. Son témoignage évoque les difficultés à porter et faire accepter une vision prospective et des méthodes hétérodoxes au sein d’un grand groupe industriel, mais aussi la manière dont une offre économique répond à des demandes spécifiques liées à des contraintes territoriales. Les contrats passés avec Marseille, Strasbourg, Grenoble et Astana prennent la forme d’écoquartiers porteurs d’« innovations hybrides » (une rue dont la signalétique en LED évolue en fonction des heures de la journée, par exemple). Ces innovations utilisent à des fins de médiation des applications numériques issues du jeu vidéo. En modélisant la ville, ces applications offrent un terrain de jeu et de discussion entre usagers et ingénieurs2. Il reste à préciser que l’ensemble de ces innovations font l’objet de dépôt de brevets. Mais il n’est pas certain que Thomas More, rédigeant l’Utopie pour s’opposer au mouvement d’enclosure des terres agricoles – c’est-à-dire à l’invention de la propriété privée moderne3 – aurait apprécié.

6Dans ce sens, Jean-François Soupizet analyse les opportunités et les menaces de la smart city, notamment en ce qui concerne les données qu’elle génère et utilise. Comment organiser et réguler les flux et les demandes d’informations incessants ? Comment garantir l’interopérabilité, la lisibilité et l’accessibilité de celles-ci en l’absence de standards et de formats universels ? Comment s’assurer qu’elles ne menacent pas la vie privée des citadins ? La ville intelligente conduit-elle nécessairement à une nouvelle forme de marchandisation des existences ? De quelle manière organiser une sécurité numérique face aux cyber-attaques ? Comment traiter la pollution générée par les équipements numériques, lesquels consommerait 10 % de la production mondiale d’électricité ? À travers ces questions problématiques, la smart city apparaît comme charriant aussi son lot de désenchantement. Les cas de Masdar (Abou Dabi) et de Songdo (Corée du Sud) sont exemplaires : ces villes intelligentes créées ex nihilo peinent à séduire de nouveaux habitants, faute d’aménités urbaines classiques et faute de se rendre accessibles à tous les revenus. C’est que le numérique et la smart city ne sont pas des fins en soi, rappelle l’auteur, ce sont plutôt des outils. La question centrale est donc de savoir qui utilise ces outils pour atteindre quels objectifs. La vision précisément dystopique de la smart city, faisant de la ville de demain la propriété totale des entreprises, n’a rien de nécessaire. Selon l’auteur, Au final, l’intelligence urbaine serait plutôt la capacité d’indexer le développement urbain sur l’identification des besoins des citadins et d’associer ces derniers à l’élaboration d’indispensables politiques sectorielles.

7Ce dossier aborde plusieurs projets emblématiques des manières contemporaines de penser la ville et de l’habiter. La contribution de Marthe de La Taille-Rivero présente un retour d’expérience sur le projet d’habitat participatif Utop situé dans le 20e arrondissement de Paris, qui, à bien des égards, pourrait s’inspirer des phalanstères de Fourier. En effet, les contributeurs d’Utop fondent leur projet sur l’envie d’habiter ensemble un même bâtiment, de partager leur quotidien et de mettre en commun leurs ressources. Leur récit montre comment ils passent « du rêve partagé entre copains de vivre dans un habitat qui incarne leurs valeurs, à la faisabilité d’un projet urbanistique et architectural » (p. 54), et dresse un mode d’emploi de l’habitat participatif. La première étape consiste à identifier les besoins et les envies de chacun. Ensuite, l’auteure explique que la faisabilité du projet repose sur le choix de partenaires techniques et financiers ; en l’espèce, elle mentionne l’appui crucial d’un promoteur immobilier HLM (Coopimmo), ainsi que l’insertion d’Utop dans le cadre d’un appel à projets lancé par la mairie de Paris. Enfin, un projet de ce type repose sur un robuste montage financier et organisationnel, dont la particularité est de dissocier la propriété du sol et celle du bâti. Le projet Utop associe trois parties prenantes : l’entreprise Coopimmo, chargée de la construction de l’immeuble et propriétaire du terrain qui le donne à bail à la coopérative d’habitants ; Utop, coopérative d’habitants sous forme de société par actions simplifiée (SAS), est propriétaire de l’immeuble ; enfin, La Baraque, association d’habitants et usagers, chargée de développer des projets (par exemple, ouvrir le rez-de-chaussée de l’immeuble à d’autres usages en aménageant des espaces de coworking). Ici, la fonction résidentielle d’un groupe restreint s’articule à la proposition d’usages complémentaires, dirigés vers le quartier alentour. C’est d’ailleurs ce que propose l’Éco-système Darwin à Bordeaux, depuis 2008.

8Situé sur une friche militaire de la rive droite de la métropole bordelaise, l’Éco-système Darwin est la concrétisation protéiforme d’un projet associant activités commerciales et associatives4. Concrètement, différents services et activités sont proposés sur quatre hectares de terrain : par exemple, coworking, restauration et épicerie biologique ; démonstration d’agriculture urbaine ; skate park ; accueil d’urgence ; tri et vente d’objets par l’association Emmaüs ; réparation de vélos ; salon de tatouage et encore programmation d’un festival musical. Un pied dans le secteur marchand, l’autre dans le secteur associatif, les fondateurs de l’Éco-système Darwin, Jean-Marc Gancille et Philippe Barre, reconnaissent qu’ils jouent entre les lignes : « nous avons défriché un nouveau modèle urbain, encore incertain mais déjà prometteur. Sa différence ? L’hybridation intensive : entre sphère publique et initiative privée, entre leadership individuel et gouvernance participative, entre projets marchands et dynamiques non marchandes, entre propriété et usage, entre capitalisme et redistribution, entre ADN entrepreneurial et convictions militantes, entre numérique et low tech » (p. 46).

9Cette citation exprime à elle seule les caractéristiques des « utopies urbaines » identifiées par la revue Futuribles, ainsi que leurs enjeux critiques et pratiques – qui portent finalement sur l’articulation entre leur représentation du monde, leurs objectifs et leurs moyens. Résolument tournés vers leur concrétisation, ces projets se distinguent par leur dynamisme et leur pragmatisme, contrairement aux utopies classiques, plutôt caractérisées par de foisonnantes propositions théoriques et idéologiques, visant d’abord à comprendre le réel pour ensuite le transformer. Cependant, lorsqu’il s’agit de décrire ces « nouvelles » utopies urbaines, l’enchaînement de paradoxes et de mots à la mode (fablab, coworking, tiers-lieux, smart city, hybridation croisée, etc.), sans exercice systématique de définition rigoureuse, confère aux articles un ton parfois promotionnel, qui perd le lecteur et lui laisse l’impression de vaines incantations mercantiles, bien éloignées de la teneur intellectuelle et critique des utopies des XIXe et XXe siècles. Mais peut-être faut-il tourner la page de ces illustres références, théorisées dans un autre temps, pour mieux apprécier les propositions actuelles ? C’est tout du moins ce que laissent sous-entendre plusieurs articles. Finalement, on est bien en peine de dire si ce manque de portée théorique et politique est le symptôme tout autant que la caractéristique d’un renouveau « pragmatique » des utopies urbaines, ou bien s’il est le signe d’un impensé critique et scientifique qu’il conviendrait d’analyser plus avant. L’avenir nous le dira…

Haut de page

Notes

1 Françoise Choay, L’urbanisme, utopies et réalités, Paris, Seuil, 1965.

2 Voir par exemple le démonstrateur Astainable®.

3 Thomas More, L’Utopie, Paris, Garnier Flammarion, 1987 [1516].

4 Voir : http://darwin.camp/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Le Guennic, « Jean Haëtjens (dir.), « Renouveau des utopies urbaines », Futuribles, n° 414, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22023

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page