Navigation – Plan du site

Francis Jauréguiberry et Jocelyn Lachance, Le voyageur hypermoderne. Partir dans un monde connecté

Jean Bernatchez
Le voyageur hypermoderne
Francis Jauréguiberry, Jocelyn Lachance, Le voyageur hypermoderne. Partir dans un monde connecté, Toulouse, Erès, coll. « Sociologie clinique », 2016, 150 p., ISBN : 978-2-7492-5116-5.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, les auteurs – associés au laboratoire Passages1 – posent l’hypothèse que la connexion à Internet et aux réseaux de télécommunication est généralisée et qu’elle transforme notre rapport au monde ; ils évaluent alors comment l’expérience du voyage d’aventure en est modifiée. Ils pratiquent une « sociologie interventionniste » en s’appuyant sur l’analyse de 55 témoignages de voyageurs d’âges et de pays variés, recueillis dans le contexte d’entretiens individuels approfondis. Ils observent l’émergence d’une nouvelle expérience du voyage, qu’ils qualifient d’hypermoderne. La collection « Sociologie clinique » des éditions Érès dans laquelle l’ouvrage est publié vise à concilier « les exigences de la rigueur scientifique et les nécessités d’une écriture sensible, accessible à des non-spécialistes, en évitant le double travers de la théorie sans vie et du vécu sans théorie » (p. liminaire). Le livre s’inscrit d’emblée dans cette perspective et possède toutes ces caractéristiques.

2L’ouvrage est divisé en quatre chapitres : (1) le voyage dans le monde connecté; (2) les dilemmes du voyageur contemporain; (3) la déconnexion en voyage; (4) une expérience hypermoderne. Chaque chapitre est ponctué de citations extraites des entretiens, avec comme références les prénoms et les caractéristiques des personnes rencontrées : âge, emploi et pays d’origine. Ces personnes sont féminines dans une proportion de 55 %, leur âge moyen est de 41 ans et elles proviennent principalement de France, mais aussi du Québec, de Belgique, des États-Unis, d’Espagne, de Suisse, d’Autriche et d’Algérie.

3L’introduction pose les bases de la démonstration. Des tout premiers déplacements effectués par les êtres humains jusqu’à ceux d’aujourd’hui, les voyages servent à guerroyer et à conquérir, mais aussi à apprendre et à comprendre. De tous temps, des outils sont créés pour accompagner les voyageurs aux confins du monde, comme les cartes, les sextants et les boussoles : « les technologies de l’information et de la communication, en s’inscrivant dans la continuité de cette tradition, font entrer le voyageur dans le nouveau monde connecté, […] bouleversant pour toujours son expérience de l’ailleurs » (p. 9). Les auteurs s’intéressent au voyage d’aventure : périples avec sacs à dos ou avec des moyens primaires de locomotion comme le vélo ou l’autostop ; excursions urbaines peu planifiées ; aventures de marcheurs en quête spirituelle ou d’exploits sportifs. Les entretiens en profondeur avec les 55 voyageurs (d’une durée de 45 à 75 minutes) ont été précédés d’entretiens exploratoires avec des vacanciers (n=104), des gens « hyperconnectés » en situation de déplacements lointains (n=15), des marcheurs du chemin de Compostelle (n=80), ainsi que d’une enquête par questionnaire portant sur les déplacements d’étudiants universitaires (n=600). Cela contribue à enrichir le corpus des transcriptions des entrevues en profondeur.

4Le premier chapitre s’intéresse d’abord à la figure du voyageur moderne, dominante pendant les XIXe et XXe siècles. Le voyage est alors effectué par et pour l’individu, non de manière contrainte mais par choix. Puisant dans les thèses des sociologues qui s’intéressent à la modernité (Elias, Touraine, Giddens), les auteurs dressent un parallèle entre l’individu et la société : « L’individu moderne se “regarde de l’extérieur” pour se penser dans son autonomie, comme la société moderne est capable de se “mettre à distance” pour se concevoir comme une œuvre à accomplir » (p. 19). Le but du voyage est de s’ouvrir aux situations inédites. L’imprévu impose alors une mise à l’épreuve de soi, révélant les capacités insoupçonnées du voyageur. Partir et revenir dans un monde connecté participe maintenant d’une autre logique : l’imprévu et la distance vécus par le voyageur se conjuguent avec l’Internet et la géolocalisation. Il est difficile pour le voyageur de se déconnecter complètement de l’Internet et des réseaux de télécommunication, non tant pour cause d’addiction mais plutôt par crainte de rater quelque chose : les Américains appellent ce phénomène Fear Of Missing Out (FOMO). Dès lors que le voyageur peut être informé de ce qui se passe chez lui, pourquoi s’en priverait-il ?

5Le deuxième chapitre présente les dilemmes du voyageur contemporain pour qui l’expérience du voyage est transformée par cette possibilité de vivre avec ou sans connexion. Avec qui garder contact, pourquoi et à quelle fréquence ? Le souhait de plusieurs voyageurs de se déconnecter totalement pour marquer une rupture avec le quotidien se concrétise plutôt en une « connexion maîtrisée » : « l’objectif est toujours de donner plus d’importance au voyage qu’à son quotidien, au présent ici qu’à cet ailleurs laissé derrière » (p. 48). Les parents et amis du voyageur brandissent parfois l’argument d’un possible décès de lui-même ou de ses proches pour l’inciter à se connecter, mais cette crainte est souvent intériorisée par le voyageur, sans que les proches n’aient à la lui rappeler. Les voyageurs d’aventure aiment le hasard des découvertes, mais détestent perdre leur temps : une logique de recherche d’informations pratiques justifie ainsi leur connexion. Sur ce plan, le monde connecté rassure, mais encourage aussi à des prises de risque plus radicales.

  • 2 Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, coll. « Théorie cr (...)
  • 3 Nicole Aubert, Le culte de l’urgence. La société malade du temps, Paris, Flammarion, Champs, coll. (...)

6La déconnexion en voyage est le thème du troisième chapitre. Elle marque l’entrée dans le voyage, même si elle est partielle. Elle se vit dans l’ambivalence : se déconnecter des réseaux de télécommunication permet de rompre avec le quotidien, mais contribue à une forme d’insécurité, à un sentiment d’isolement et de solitude. Dans la société de l’accélération (selon la thèse du sociologue Rosa2), voire de l’urgence (selon cette fois les propos d’Aubert3), les rapports des individus au temps et à l’espace sont différents de ce qu’ils étaient il y a à peine une trentaine d’années. Le voyageur est captif de cette « société accélérée », mais il cherche à la laisser derrière lui. Un pacte de déconnexion scelle son intention de donner de ses nouvelles à ses proches selon un ensemble de modalités et de stratégies préétablies. Cependant, lorsque les promesses ne sont pas tenues, par choix ou par contrainte, l’inquiétude des proches grandit. « Le pacte de déconnexion confirme le plus souvent le poids de la norme de la connexion dans la vie des personnes en général, et des voyageurs en particulier » (p. 91).

7Dans le quatrième chapitre, Jauréguiberry et Lachance démontrent que la figure du voyageur contemporain est une expérience hypermoderne. Ils rappellent que l’hypermodernité est pensée à partir de ses excès avec un renforcement de la rationalité instrumentale (l’individu recherche en permanence la performance dans toutes ses activités), avec la généralisation du mouvement (il est plus mobile qu’auparavant) et l’accélération du temps social (qui se traduit par la volonté de l’individu d’accomplir un maximum d’activités en un minimum de temps) : efficience, rentabilité et intensité sont recherchées par tous et toutes de manière obsessionnelle. L’usage des technologies de la communication est un révélateur mais aussi un accélérateur de ces phénomènes. Ainsi enveloppé par l’information, le voyageur hypermoderne interprète son expérience moins à partir de sa sensibilité, comme c’était le cas auparavant, qu’en s’appuyant sur des informations qu’il doit interpréter pour donner un sens à son expérience du voyage. Le voyageur hypermoderne se caractérise par son usage ponctuel et modéré de la connexion. Son frère, le nomade hypermoderne, est plutôt un professionnel qui se déplace de son entreprise vers ses clients en restant connecté en permanence et en recherchant ailleurs l’ici qu’il laisse derrière lui.

8En conclusion, les auteurs observent que la figure du voyageur hypermoderne est une forme augmentée, voire radicale, de celle du voyageur moderne. De nouvelles pressions pèsent sur lui (injonction à la sécurité, au risque mesuré, au fait de demeurer joignable), ce qui commande plusieurs choix : « des questions nombreuses surgissent […] lorsqu’il s’agit de décider à la fois de perdre ou non du temps, de se perdre ou non dans l’espace, […] de réévaluer les dangers à l’aune de sa capacité d’appeler à l’aide » (p. 140). En conséquence, l’expérience du voyage s’est profondément transformée.

9La lecture de cet ouvrage est intéressante à plus d’un titre. Il est écrit de belle manière, avec un vocabulaire simple. Les témoignages des voyageurs illustrent habilement les propos des auteurs. L’ouvrage se lit à la manière d’un roman, ce qui témoigne du talent des auteurs à exploiter un corpus de données textuelles imposant. Il aurait cependant été apprécié que le mode de traitement de ces données soit précisé : les auteurs utilisent-ils la forme moderne de l’analyse textuelle artisanale ou celle, hypermoderne, de l’analyse assistée par ordinateur ?

Haut de page

Notes

1 Le laboratoire Passages est une Unité mixte de recherche (UMR) créée en 2016 aux campus universitaires de Bordeaux et de Pau. Elle s’inscrit dans le programme scientifique Espaces, Territoires et Sociétés du Comité national de la recherche scientifique.

2 Hartmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, coll. « Théorie critique », 2010 ; compte rendu de Pascal Décarpes pour Lectures : https://lectures.revues.org/12609.

3 Nicole Aubert, Le culte de l’urgence. La société malade du temps, Paris, Flammarion, Champs, coll. « Documents et Essais », 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « Francis Jauréguiberry et Jocelyn Lachance, Le voyageur hypermoderne. Partir dans un monde connecté », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 04 janvier 2017, consulté le 26 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/22033

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), Groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page