Navigation – Plan du site

« Terrains ouest-africains », Genèses, n° 104, 2016

Pascale Moity-Maizi
Terrains ouest-africains
« Terrains ouest-africains », Genèses, n° 104, 2016, 176 p., Paris, Belin, ISSN : 1155-3219, ISBN : 9782701198665.
Haut de page

Texte intégral

1Le dossier thématique du numéro 104 de la revue Genèses rend compte de trois études de terrain en lien avec l’Afrique de l’Ouest. Introduit par Aissatou Mbodj-Pouye et Johanna Siméant, il porte une attention particulièrement originale à la parole énoncée ou écrite, comme expression ou forme de communication dont l’analyse est centrale pour enrichir celle des rapports de pouvoirs, que ce soit entre agents d’une filière agroalimentaire au Burkina Faso ou entre humains et non humains au cours d’une activité de chasse au Mali, ou encore entre migrants et gestionnaires des hébergements en France. Trois champs de pratiques sociales sont donc explorés dans ce dossier : la chasse, l’approvisionnement, indissociable de la consommation alimentaire, et la gestion des migrants. Les trois textes proviennent de recherches ethnographiques approfondies, marquées par une immersion longue de leurs auteurs et par la mobilisation d’outils disciplinaires en économie des filières, en sciences politiques et en linguistique, qui visent à restituer et à analyser les enjeux historiques mais aussi le sens et les effets de formulations incantatoires (lors d’une activité de chasse) ou de catégories de jugement (pour désigner un objet ou un acteur), du point de vue des acteurs qui les énoncent.

2Le premier article de Vincent Bonnecase (« Le goût du riz ») analyse comment les représentations sociales des différentes variétés de riz et les traductions langagières pour en qualifier le goût signalent et stigmatisent des rapports de pouvoirs vécus, inscrits dans l’histoire longue du Burkina Faso. Il propose ici une remarquable économie politique et historique de l’alimentation à travers le cas du riz, qui rompt avec la littérature classique en anthropologie de l’alimentation trop souvent attachée aux traditions alimentaires. Il part du constat d’une double diversité des riz commercialisés (riz importés de différents continents, riz local, riz de l’aide alimentaire) et des façons de qualifier cet aliment qui sont en étroite interaction avec la perception des hiérarchies sociales (« riz américain », « riz moins cher », « riz simple », « le riz qui donne beaucoup », « le riz M’ba Boanga » par exemple). Si cette céréale a aujourd’hui une place hégémonique dans l’alimentation urbaine, quel que soit le revenu des consommateurs, tous ne mangent pas les mêmes riz. L’auteur veut ainsi montrer que la hiérarchisation des pratiques alimentaires ne peut s’analyser comme un simple fait de consommation : car d’une part elle est façonnée par une histoire politique longue, d’autre part elle contribue à établir l’inégalité des positions de chacun dans un large et complexe système d’approvisionnement. En matière de désignation et de qualification, les riz importés d’Amérique sont communément valorisés et participent à construire ou à afficher le prestige de ceux qui le consomment. Le riz national au contraire a longtemps été disqualifié, ce qui justifie d’intenses campagnes de valorisation aujourd’hui. Le riz de l’aide alimentaire internationale, enfin, est doté d’une mauvaise réputation, entretenue par la rumeur sur ses origines obscures. L’auteur nous rappelle alors comment les processus de diffusion et de consommation de riz structurent et reflètent toute l’histoire des rapports coloniaux puis celle des rapports de dépendance entre le Burkina Faso et les principaux pays producteurs ou donateurs, mais aussi l’histoire des relations entre zones rurales et urbaines, ou entre l’État et les acteurs de la filière nationale. Même si elle est cultivée depuis des millénaires en Afrique de l’ouest, cette céréale est longtemps restée marginale dans la consommation. La généralisation progressive de son adoption dans l’alimentation quotidienne et urbaine est le résultat de politiques successives d’importations substitutives, d’aides et de soutiens depuis l’indépendance du pays. La figure dominatrice des « grands importateurs » nationaux émerge de cette histoire longue et leur situation d’oligopole s’articule aux politiques de l’État, importateur et principal aménageur de grands périmètres hydro-agricoles dédiés à la riziculture. La domination économique de ces importateurs sur les marchés locaux s’immisce, nous dit l’auteur, dans les rapports que les individus peuvent avoir avec leur propre consommation et dans les valeurs conférées aux types de riz consommés. Avec le développement de la production nationale incitée par l’État, le rôle des grossistes a pris de l’ampleur et ces acteurs sont désormais entrés en compétition avec les importateurs pour imposer leurs riz et des qualités associées. La promotion du riz local est devenue un enjeu de pouvoir entre grossistes et importateurs ; une diversité d’acteurs (grossistes mais aussi agents des programmes de développement national ou ONGs engagées dans la lutte contre la faim) se sont alliés pour remodeler les qualités du riz local et dévaloriser les riz importés. Le riz apparaît ainsi comme une ressource politique stratégique au Burkina Faso, pour la production des élites mais aussi dans les façons dont chacun se pense au sein des hiérarchies sociales instituées.

3L’article d’Agnieszka Kedzierska Manzon (« Fortes paroles ») questionne les modalités par lesquelles un discours fonctionne comme signe et source d’autorité. L’auteure, immergée dans un groupe de chasseurs des monts Mandingues au Mali, construit son analyse du point de vue mandé, à partir d’un corpus de formules incantatoires spécifiques, les kilisiw, utilisées par ces derniers pour augmenter leurs performances techniques, brouiller la perception du gibier, éviter les rencontres avec des créatures hostiles. Localisées, systématiquement associées à des gestes et objets, ces formules usent de procédés syntaxiques et stylistiques communs. L’auteure propose d’interroger ici une variable particulière, à savoir la sonorité propre à l’énonciation des kilisiw, à partir de l’analyse de leurs propriétés phonétiques. L’efficacité d’un chant rituel, nous dit l’auteure, ne relève pas nécessairement de la maîtrise exclusive ou de l’expertise des chasseurs ni de son seul contenu sémantique mais d’indices permettant au destinataire – ici l’animal, d’autres créatures peuplant la brousse mais aussi d’autres chasseurs – de projeter sa propre construction de sens. Le pouvoir performatif des incantations est ainsi lié au fait que les mots n’y fonctionnent pas comme signes mais aussi comme sons, dont les sens et l’efficacité se révèlent à travers leurs inscriptions corporelles et matérielles en situation. L’expérience ethnographique révélée par ce texte est aussi originale dans la mesure où les contenus de ces formules sont dissimulés à l’anthropologue quand elle en est observatrice, par le mode particulier de leur énonciation : à mi-voix et rapidement d’une part ; avec des formulations verbales complexes, difficilement compréhensibles, systématiquement associées à des expressions corporelles et à des supports matériels d’autre part. C’est en se mettant en situation d’apprentissage auprès d’experts-chasseurs que l’ethnologue accède au contenu de ces incantations pour y découvrir une musicalité directement liée à l’association des mots, et pour comprendre que la sonorité y est stratégique : les kilisiw diffèrent sur le plan sonore du parler ordinaire. Il ne s’agit donc pas d’un parler autre mais d’une modification phonétique ou d’une distorsion du langage. Dans une approche comparative avec d’autres situations et formulations incantatoires, les caractéristiques formelles des kilisiw semblent bien partagées par d’autres langages du religieux. Mais la relecture qu’en donne Kedzierska Manzon se concentre sur l’importance de la mise en forme et des techniques d’énonciation déjà relevées par les ethnologues qui ont traité de ces langages dans d’autres cultures, l’autorisant à affirmer que l’efficacité de la parole s’appuie essentiellement sur un fond sonore pour ces formulations incantatoires. Le minutieux travail d’ethnographie linguistique proposé s’ouvre sur une perspective comparative bienvenue pour conforter la pertinence méthodologique des hypothèses de cette recherche. Mais c’est bien l’expérience empirique auprès des chasseurs qui permet ici d’accéder à la définition du langage selon le point de vue Mandingue, pour qui le sens est directement associé au son et pour qui la communication ne se réduit pas à la transmission d’un contenu sémantique : elle sert à réaliser des objectifs concrets, elle véhicule une force.

4La contribution de Aïssatou Mbodj-Pouye (« On n’ignore pas la solidarité ») nous fait quitter le terrain géographique africain pour nous emmener dans l’univers des travailleurs ouest-africain accueillis en foyers en France. Elle propose de s’attacher aux catégories qui se construisent et s’expriment autour du sort des suroccupants (habitants irréguliers, ils sont jugés « en trop » par les gestionnaires et les résidents eux-mêmes), lorsqu’ils sont transférés d’un foyer à une « résidence sociale » obéissant à de nouvelles normes d’accueil et d’habitation. L’ethnographie des règles et régimes de justification qui organisent l’hospitalité dans un foyer de travailleurs puis de celles qui s’imposent dans une résidence nouvellement occupée permet de mettre au jour comment s’instituent les statuts et rôles individuels dans un collectif de migrants puis d’analyser la centralité de la figure du suroccupant, objet de préoccupation et de suspicion de la part des gestionnaires et des pouvoirs publics, mais aussi catégorie emblématique des collectifs de migrants quand ils sont amenés à réorganiser leur chambrée dans une résidence. L’auteure montre ainsi comment les conceptions et règles construites autour du phénomène récurrent de la suroccupation, par l’administration comme par les collectifs de migrants, s’inscrivent dans une histoire longue de leurs interactions et sont mobilisées comme leviers d’actions ou comme justifications partagées pour disqualifier ou au contraire pour tolérer certaines pratiques d’hébergement en surnuméraire. L’évolution des politiques publiques en matière d’accueil et les processus de relogement des migrants en résidences reconfigurent les collectifs de chambrées et les rapports de pouvoirs entre migrants à l’intérieur ; ils contribuent aussi à l’émergence de règles et de catégories qui institutionnalisent certaines pratiques et positions statutaires dans l’espace habité.

5Ce dossier de la revue Genèse est donc guidé par deux perspectives originales. D’une part, il met en évidence la double dimension historique et politique de toute expression langagière, comme produit d’institutions. D’autre part, à travers des situations politiques, géographiques et culturelles contrastées, il montre que différentes formes de communication, ou différents langages, n’ont pas toujours la même fonction de fournir un sens exclusivement véhiculé par une sémantique, mais que leur efficacité passe par différents « véhicules » à savoir : le son, la matérialité d’un aliment, la formulation codifiée d’une règle, qui contribuent de manière déterminante à façonner ou reconfigurer les rapports de pouvoirs et les statuts sociaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Moity-Maizi, « « Terrains ouest-africains », Genèses, n° 104, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 04 janvier 2017, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22036

Haut de page

Rédacteur

Pascale Moity-Maizi

Maitre de conférences HDR en anthropologie à Montpellier SUPAGRO (UMR GRED/IRD).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page