Navigation – Plan du site

François Denord et Paul Lagneau-Ymonet, Le concert des puissants

Alexandre Chirat
Le concert des puissants
François Denord, Paul Lagneau-Ymonet, Le concert des puissants, Paris, Raisons d'agir, 2016, 139 p., ISBN : 978-2-912107-78-7.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 François Denord, Néo-libéralisme version française : histoire d’une idéologie politique, Paris, Dem (...)

1« L’Élite au pouvoir en France », tel aurait pu être le titre de cet ouvrage, et ce pour deux raisons au moins. Premièrement, le livre a pour but principal de dresser le portrait des détenteurs des pouvoirs : les « puissants » de la France contemporaine. Pour ce faire, les auteurs inscrivent l’étude sociologique de cette élite d’une part dans le cadre du mouvement historique que constitue le néolibéralisme, lequel a été largement étudié par François Denord dans ses écrits antérieurs1, et d’autre part dans le cadre d’une comparaison avec l’élite précédente, celle du capitalisme d’État des années 1960-1970, lequel fut « une sorte de compromis entre champs bureaucratique et économique, dont le politique vint se mêler avec la naissance de la Ve République » (p. 7).

  • 2 François Denord et Bertrand Réau, La sociologie de Charles Wright Mills, Paris, La Découverte, coll (...)
  • 3 Paul Lagneau-Ymonet et Angelo Riva, Histoire de la bourse, Paris, La Découverte, 2012.

2La seconde raison pour laquelle ce livre aurait pu s’intituler « L’Élite au pouvoir en France » concerne deux filiations intellectuelles majeures qui y apparaissent avec récurrence. L’une est la sociologie de Charles Wright Mills, dont François Denord est un des spécialistes2. Les auteurs la convoquent dès qu’il convient de définir le pouvoir comme « capacité d’agir sur le monde ou de faire faire par les autres » et comme « ensemble de rapport de forces » reposant essentiellement sur l’autorité, ou lorsqu’il s’agit de dévoiler la « solidarité au sommet » ; c’est-à-dire la forte unité, l’interdépendance, l’endogamie et la collusion qui règnent chez ceux qui occupent « des positions de pouvoirs » aux seins des trois grands ordres qui structurent la vie sociale : l’ordre politique, l’ordre bureaucratique ainsi que l’ordre économique et financier. La prépondérance prise par la finance, mise en avant d’ailleurs par des travaux de Lagneau-Ymonet3, sur les deux autres ordres est l’une des marques de l’avènement du néolibéralisme et de l’émergence de cette élite nouvelle, décrite tout au long de l’ouvrage.

  • 4 Les auteurs ne manquent d’ailleurs pas d’égratigner au passage, en la personne de Bruno Latour, l’u (...)

3L’autre sociologie qui nourrit la réflexion des auteurs est celle issue des travaux de la sociologie critique de Bourdieu4 : celle qui propose une analyse en termes de « champ de pouvoir », de « domination masculine », de « reproduction sociale » de « capital social et symbolique » ou encore de « noblesse d’État ». Le mérite du livre est de réactiver cet outillage conceptuel afin de l’utiliser en tant que grille d’analyse de l’élite nouvellement apparue, et ce dans le cas très spécifique de la France. En se centrant sur les nouvelles élites françaises, les auteurs ont d’ailleurs peut-être négligé les dimensions internationales qui caractérisent l’expression de leur pouvoir et de leur mode de reproduction sociale, alors même qu’ils précisent à juste titre que la mondialisation est partie intégrante du mode de régulation néolibérale qui participe de leur émergence.

4Forts des apports de ces deux grands courants d’analyse, Denord et Lagneau-Ymonet livrent une étude relativement narrative qui se scinde en trois chapitres, respectivement consacrés à la structuration des pouvoirs et à leurs rapports hiérarchiques, à l’inégalité croissante des chances d’accéder aux positions de pouvoir en fonction de sa naissance, et enfin aux mécanismes de reproduction sociale qui permettent de solidariser et de renforcer les liens entre les membres de ce groupe dominant. Chaque mécanisme décrit est associé à un ou deux exemples paradigmatiques. François Pérol incarne ainsi le pantouflage ; le cercle Turgot est un bon exemple de cénacle libéral ; Nathalie Kosciusko-Morizet et Martine Aubry sont deux figures d’héritières ; et la famille Dassault est le symbole du complexe militaro-industriel. Cette méthode atteste de la volonté de donner des noms à la domination et de lui associer des visages.

  • 5 Serge Halimi, Les nouveaux chiens de garde, Paris, Raison d’agir, 2005.

5Le livre s’inscrit à cet égard dans la droite ligne de celui de Serge Halimi intitulé Les nouveaux chiens de garde5 et du film éponyme auquel il a donné lieu. Et quand les auteurs s’attachent à montrer la collusion entre les milieux médiatiques, intellectuels, politiques et financiers, ils développent eux aussi longuement l’exemple emblématique du Siècle, qu’ils n’hésitent pas à qualifier de « coterie », dans la mesure où les membres de ce club mondain, qui a pour vocation de permettre aux puissants de se rencontrer pour débattre secrètement des problèmes de société au-delà des clivages partisans, sont recrutés par cooptation. À cet égard, l’objectif consistant à donner au lecteur des « raisons d’agir », dans l’esprit des éditions du même nom, est atteint. La question des moyens d’action reste cependant en suspens tout au long de l’ouvrage, lequel tient donc plus de l’essai que du manifeste.

6Les grandes conclusions de l’ouvrage n’ont rien d’original. Cependant, condensées en une centaine de pages, elles ne manqueront sans doute pas d’attiser ou de raviver chez le lecteur un sentiment de révolte à l’encontre desdits puissants. Quelles sont ces conclusions ? Le néolibéralisme n’est pas le « laisser-faire » mais bien un mode de régulation sociale au sein duquel l’État est de plus en plus dominé dans son rapport aux grandes organisations privées. La mutation de l’élite française se fonde sur le recul croissant du pouvoir étatico-bureaucratique au profit du pouvoir de la sphère économique et notamment de sa dimension financière. Le « sens de l’État » étant désormais un concept suranné sans doute, les carrières de hauts fonctionnaires ne sont plus que des tremplins vers des positions de pouvoir dans les champs politique, médiatique, et économique. Et si les postes qui confèrent une place parmi l’élite s’ouvrent progressivement aux femmes, l’inégalité des chances selon l’origine sociale s’accroît. La multiplication des cours particuliers dont bénéficient les enfants des classes sociales favorisées ou la capacité qu’ont leurs parents à jouer de la carte scolaire sont ainsi des stratégies qui contribuent à cet accroissement des inégalités, de telle sorte que la méritocratie républicaine n’est à l’heure actuelle qu’une caution pour un système de reproduction sociale toujours plus performant (chapitre 2). Les auteurs montrent de surcroît que les effets de l’héritage des différents capitaux ni ne débutent avec l’entrée dans le système scolaire ni ne cessent à sa sortie, accréditant l’idée de Bourdieu selon laquelle les inégalités « font système » et sont cumulatives.

7Un écueil fréquent lorsque le sociologue met en avant les spécificités d’une classe est de la considérer comme un tout homogène. Denord et Lagneau-Ymonet évitent ce piège dans la mesure où ils prennent en considération, dès le début de l’ouvrage, non seulement le processus de division des pouvoirs entre les différents champs mais aussi la hiérarchisation des pouvoirs. Et si le pouvoir que fournissent les positions économiques dominantes surpasse aujourd’hui celui conféré par la place occupée dans le système bureaucratique et politique, c’est la « mutltipositionnalité » qui demeure le gage le plus sûr d’être dominant parmi les dominants et par là même au-dessus du « lot commun ». Effectivement, et c’est peut-être une caractéristique plus saillante en France qu’ailleurs, « la fraction dominante de la classe dominante est une zone carrefour située à l’intersection de la politique, de l’administration, du capitalisme d’État, du secteur privé et du capitalisme familial. Au cœur des affaires… seule une minorité prédestinée par sa naissance accède à cet univers » (p. 41).

8Il est connu, depuis Bertrand Russel au moins, que l’analyse du pouvoir par les sciences sociales est un exercice des plus délicats. Des références à des auteurs qui ne sont pas exclusivement sociologues, tels Raymond Aron, Adolf Berle ou John Kenneth Galbraith, auraient pu enrichir les perspectives développées dans le livre, notamment à propos de la compréhension des causes économiques de la modification des sources du pouvoir dans les organisations. Denord et Lagneau-Ymonet on fait in fine le choix le plus simple : étudier le pouvoir en étudiant les puissants. C’est toutefois la manière la plus directe et peut-être la plus efficace s’ils entendent, à l’instar de Bourdieu, faire de leur sociologie une sociologie de combat.

Haut de page

Notes

1 François Denord, Néo-libéralisme version française : histoire d’une idéologie politique, Paris, Demopolis, 2007.

2 François Denord et Bertrand Réau, La sociologie de Charles Wright Mills, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2014.

3 Paul Lagneau-Ymonet et Angelo Riva, Histoire de la bourse, Paris, La Découverte, 2012.

4 Les auteurs ne manquent d’ailleurs pas d’égratigner au passage, en la personne de Bruno Latour, l’un des représentants majeurs de la sociologie de la critique (p. 44-46).

5 Serge Halimi, Les nouveaux chiens de garde, Paris, Raison d’agir, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Chirat, « François Denord et Paul Lagneau-Ymonet, Le concert des puissants », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 10 janvier 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/22085

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Chirat

Doctorant en histoire de la pensée économique, laboratoire Triangle, université Lyon2.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page