Navigation – Plan du site

Christine Détrez, Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ?

François Guillemot
Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ?
Christine Detrez, Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ?, Paris, Belin, coll. « Egale à égal », 2016, 72 p., ISBN : 978-2-7011-9380-9.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage de 71 pages est grand par la question qu’il pose en son titre « Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ? » et à laquelle il tente de répondre. Il est important dans ce qu’il enseigne « sur l’effacement des femmes de l’histoire, des arts et des sciences » comme l’indique son sous-titre. Il fait figure de livre manifeste.

  • 1 Annie Leclerc, Parole de femme, Paris, Bernard Grasset, 1974, réédition chez Actes Sud, « Babel », (...)
  • 2 Cf. Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, « Liber », 1998 ; Michelle Perrot, Les (...)
  • 3 A titre d’exemple : Bonnie G. Smith, The Gender of History. Men, women, and historical practice, Ca (...)

2En cinq chapitres, la sociologue Christine Détrez nous convie à faire le point par un état des lieux rude et sec, déconcertant, et nous invite à une prise de conscience du fait général de la domination masculine dans notre société sur une très longue durée. En 1974, la philosophe Annie Leclerc avait bousculé nos préjugés sur les rôles attribués aux femmes dans un essai percutant1. En leur temps, il y a une vingtaine d’années, Pierre Bourdieu et Michelle Perrot avaient tous deux enquêté sur cet effacement qui semble toujours acquis, irréversible, voire « naturel »2. Des historiennes ont souligné avec brio l’effacement des traces liées à l’histoire des femmes ou ont mis en avant la prépondérance de l’écriture masculine de l’histoire en interrogeant les archives construites précisément par les hommes et jusqu’à une période récente pour les hommes3.

  • 4 Voir les estimations officielles sur le site gouvernemental dédié aux violences contre les femmes : (...)

3L’auteure part d’un constat affligeant avec quelques chiffres à la clé (ch. 1 et liste en fin d’ouvrage, p. 70). Prenez le nom des rues des villes, l’espace quotidien masculin dans lequel on vit : 97,4 % des rues de Paris portent un nom d’homme (p. 6 et p. 70) et « sur les 300 stations de métro de la capitale, une seule a été baptisée d’un nom de femme (Louise Michel) tandis que Marie Curie partage toujours la sienne avec son mari » (p. 6). Prenez l’Académie française : depuis sa création en 1635 sur 700 membres, « l’Académie n’a intégré que huit femmes » (p. 15). À ces chiffres, rappelons ceux des violences faites aux femmes. En 2013, 129 femmes ont été tuées par leurs compagnons ou partenaires et 30 hommes sont morts du fait de leurs compagnes ou partenaires. Chaque année, 86.000 viols, tentative de viols ou agressions sexuelles contre des femmes4. Cela ne vous fait pas froid dans le dos ?

4Christine Détrez s’attaque, au fil d’une démonstration lucide, aux préjugés qui avaient court et qui, dans bien des cas, ont laissé des traces profondes dans le fonctionnement social (ch. 2). Elle rappelle les raisons socioculturelles qui cantonnent les femmes dans une position subalterne ou d’héroïnes « négatives » lorsque leur nom s’est inscrit dans l’histoire des hommes (p. 43). L’exclusion culturelle est dénoncée et expliquée de façon claire (ch. 3). Et l’auteure de montrer que cette exclusion est tellement ancrée dans nos sociétés qu’elle passe inaperçue. Elle souligne ce fait culturel majeur de notre temps qui s’est transformé en norme sociale induite au fonctionnement « intime » de notre société. Pour l’auteure, il est temps de cesser le processus d’auto-élimination de celles qui portent la moitié du monde. Elle invite les femmes à s’affirmer : « Si les femmes, plus nombreuses à la base, disparaissent au fur et à mesure que l’on s’élève dans la pyramide de la notoriété, c’est en partie parce qu’elles s’auto-éliminent, n’osent pas, disent préférer être amateur sans envisager de pouvoir exposer ou montrer leurs œuvres » (p. 38-39).

  • 5 Cf. p. 10 ; voir aussi son ouvrage : Quel genre ?, Paris, T. M., « Essais », 2015.

5Ce constat oblige les lecteurs/trices à s’interroger. Qui connaît aujourd’hui les noms de Hypatie, Hubertine Auclert, Augusta Ada King, Rosalind Franklin que l’auteure nous révèle dans des zoom de quelques lignes. Pour « briser le cercle vicieux », le changement apparaît d’emblée comme une nécessité, si ce n’est une urgence. Mais Christine Détrez en est consciente, ce qui est ancré dans le conditionnement socioculturel de tous les jours est difficile à bousculer même parmi les femmes comme le démontre l’étonnante citation de Simone de Beauvoir en p. 58. Nos pratiques, nos comportements, nos représentations, témoignent de la sclérose dans ce domaine. Ayant travaillé sur le contenu des manuels scolaires et de la littérature dédiée aux enfants, l’auteure le sait bien5. De l’attribution sexuée des couleurs, des rôles, des missions attribuées à chacun/e, à la déconstruction pour s’orienter vers une autre construction plus égalitaire, plus équilibrée, le défi est immense.

6Pour autant quelles sont les solutions ? L’auteure en propose quelques-unes dans son chapitre 4. Redonner la place à celles qui furent longtemps ostracisées, dont les vies furent caricaturées, celles qui furent déshéritées de leur œuvre, de leur métier, et dont l’ascension sociale fut brisée, dont le pouvoir est refusé. Primauté aussi à l’éducation des petits, à la déconstruction des préjugés qui débordent des livres d’enfants. La transformation des normes genrées de nos sociétés vers plus d’équité apparaît nécessaire, c’est peut-être désormais l’essence même du progrès social d’aujourd’hui.

7Ce livre manifeste est à lire et à diffuser pour initier ce changement qui s’apparente à une révolution dans les rapports sociaux, « une opération de la cornée » (p. 51-52) pour retrouver une vision équilibrée : « On ne peut plus voir autrement une fois que l’on a été opéré. On ne peut plus voir la réalité ‘comme avant’, une fois que l’on a pris conscience du système de genre, des stéréotypes, des normes, des représentations, et de leurs effets concrets en termes d’effacement et d’inégalités. On voit du genre partout car il est partout » (p. 52).

8Le plaidoyer argumenté et sans colère de Christine Détrez devrait faire rougir de honte la société des hommes et remettre les Grands Hommes à leur juste place sans valorisation excessive. « Empêcher les empêchements » comme le stipule la conclusion permettrait de remettre du sens dans nos sociétés faites d’hommes et de femmes… tout en se débarrassant d’un binarisme masculin/féminin, prémâché et imposé et surtout déséquilibré. L’auteure nous pousse ainsi à la réflexion sur le fonctionnement du monde et en cela, la perspective genrée, dans sa dimension philosophique, permet d’en savoir plus sur ce que nous sommes et ce que nous ne sommes pas encore. Car la question qui est posée est une question de droit. Non seulement les femmes ont été de « Grands Hommes », le plus souvent inconnus, l’ouvrage le démontre suffisamment, mais ce droit leur est refusé aujourd’hui encore dans de nombreuses sociétés autoritaires et théocratiques. Un long chemin vers l’égalité reste semé d’embûches dans nos sociétés démocratiques. L’auteure ne s’aventure cependant pas à mesurer l’impact de ce changement, la portée de cette « révolution » (qui oserait le faire ?) ou même sa nécessité (comme le fit auparavant Annie Leclerc) mais on comprend bien les avancées sociales, politiques et culturelles évidentes qu’ils renferment. Au-delà même du genre, ce sont les questions du respect de la personne humaine et de la liberté d’action qui sont posées. C’est tout l’intérêt de ce livre manifeste, un appel à notre lucidité, un cri salvateur adressé à tous. Rendez-vous est pris dans quelques décennies pour le prochain état des lieux.

Haut de page

Notes

1 Annie Leclerc, Parole de femme, Paris, Bernard Grasset, 1974, réédition chez Actes Sud, « Babel », 2001.

2 Cf. Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, « Liber », 1998 ; Michelle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, « Champs Histoire », 1998.

3 A titre d’exemple : Bonnie G. Smith, The Gender of History. Men, women, and historical practice, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 2000 ; Nupur Chaudhuri, Sherry J. Katz and Mary Elisabeth Perry (dir.) Contesting Archives. Finding women in sources, Urbana, University of Illinois Press, 2010.

4 Voir les estimations officielles sur le site gouvernemental dédié aux violences contre les femmes : http://stop-violences-femmes.gouv.fr/-Chiffres-cle,61-.html

5 Cf. p. 10 ; voir aussi son ouvrage : Quel genre ?, Paris, T. M., « Essais », 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Guillemot, « Christine Détrez, Les femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 10 janvier 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/22091

Haut de page

Rédacteur

François Guillemot

Historien, ingénieur de recherche au CNRS, à l’Institut d’Asie orientale, École normale supérieure de Lyon. Auteur de Des Vietnamiennes dans la guerre civile, 1945-1975. L’autre moitié de la guerre (Les Indes savantes, 2014)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page