Navigation – Plan du site

Alain Caillé et Philippe Chanial (dir.), « Au commencement était la relation… mais après », Revue du MAUSS, n° 47, 2016

Pascale-Marie Milan
Au commencement était la relation... mais après ?
Alain Caillé, Philippe Chanial (dir.), « Au commencement était la relation... mais après ? », Revue du MAUSS, n° 47, premier semestre 2016, 252 p., Paris, La Découverte, ISBN : 9782707190512.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les auteurs auraient également pu retenir la traduction du grec faite par Segond en 1910 : « Au com (...)

1C’est par les termes empruntés à la mystique chrétienne telle qu’elle fut écrite par l’apôtre Jean dans son évangile que le 47e numéro de la Revue du MAUSS nous invite à réfléchir sur la relation. Pour Jean, « au commencement était le verbe » – du moins selon la traduction de Crampon en 18641.Cette formule peut être mise en parallèle, ou plutôt en contradiction, avec la formule tout aussi péremptoire de Faust qui écrivait consolé dans Goethe : « au commencement était l’action », citée (p. 5) dans la présentation du numéro par Alain Caillé et Philippe Chanial. Qui du verbe ou de l’action était au commencement ? Et si c’était la relation ? C’est en tout cas ce que propose de questionner Alain Caillé et Philippe Chanial, une manière, semble-t-il, de résoudre la querelle philosophique de la rationalité qui oppose théorie et pratique, métaphysique spéculative et pragmatique. Ils se demandent ainsi si « la constitution des choses et des êtres » peut être pensé « indépendamment des interactions » et proposent l’hypothèse selon laquelle « la texture de tout ce qui existe –– la nature, le social, la subjectivité –– est fondamentalement et exclusivement relationnelle, et ne peut être appréhendée qu’en ces termes » (p. 6).

  • 2 Le compte rendu proposé concerne uniquement la version papier, et non les textes proposés supplémen (...)

2C’est au prisme de différentes disciplines que le numéro propose d’interroger la notion de relation, pour ne pas laisser à la sociologie ou à l’anthropologie la prérogative de penser le lien. La revue, dans sa version papier2, regroupe ainsi des contributions de sciences économiques (Luigino Bruni), de philosophie des sciences (Michel Bitbol), de géographie (Augustin Berque), de sociologie-anthropologie (Laurence Kaufmann), de sociologie (Aldo Haesler, Davide Sparti et Bernard Petitgas), d’anthropologie (Albert Piette) et de sociologie-science politique (Alain Caillé et Thomas Lindemann).

3En amont et en aval de ces textes, d’autres, très courts, tentent de recontextualiser l’usage du terme de relation, ou du moins du paradigme relationnel, entre philosophie (Buber, Mishrahi) et religion (père Joseph Wresinski, Laupies). Ces extraits ici republiés portent sur la réciprocité ou le partage. Le dossier est découpé en trois parties : il propose d’interroger l’« entrée en relation », se demande si « tout n’est […] que relation ? », pour revenir sur un sujet cher à la revue, le don, dans une partie intitulée « Relation, don et reconnaissance ».

4Dans la première partie, Nathalie Heinich pose les bases d’une « révolution copernicienne » ou d’un « changement de paradigme » qui rappelle les théorisations de la pensée relationnelle d’Elias ou plus simplement du passage de la pensée substantialiste à la pensée relationnelle. Vient ensuite un très court extrait de l’ouvrage Je et Tu de Martin Buber. Pour ce philosophe du judaïsme, spécialiste du hassidisme et également anarchiste, ami fidèle de Gustav Landauer, il est nécessaire de penser la relation à partir du je-tu afin d’exorciser le penchant de l’homme à introduire le cela. Mishrahi explique dans un texte qui suit cet extrait, que le je-tu et le je-cela sont des « mots principes », c’est-à-dire qu’ils valent pour « principes directeurs d’une attitude intentionnelle » (p. 38). Ainsi, au détriment de la relation de réciprocité je-tu, le je-cela introduit un « rapport de choséité avec le monde, rapport qui en retour chosifie et « objectivise » le sujet lui-même, si bien qu’« aucune relation interne et réciproque ne s’établit entre l’homme et le monde » (p. 38). Il s’agit là, selon Mishrahi, d’« une nouvelle philosophie éthique et politique sur l’existence vive et la réciprocité » (p.43).

  • 3 Il existe tout un courant, la Wertkritik, qui s’attache à déconstruire la question de la valeur et (...)

5La réflexion de Luigino Bruni à partir du point de vue économique propose de partir du constat que « l’extension des marchés se fait au détriment de la qualité des relations interpersonnelles » et que « les biens peuvent alors se transformer en maux et devenir sources non plus de bien-être, mais de mal-être » (p. 45). Il affirme ainsi que la relation est un bien en soi et que « dans les économies avancées d’aujourd’hui » il existe des « substituts à bas coût » de la relation, notamment les relations virtuelles (p. 58-59). Une critique de la « logique des coûts et des prix appliqués aux relations humaines et la transformation des valeurs en prix » (p. 61) le mène à proposer une forme de critique de la valeur3.

  • 4 La mésologie est la science des milieux. La médiance est la relation du sujet au milieu, qui se déc (...)

6Dans la seconde partie, deux grandes thématiques sont interrogées : la nature d’un côté, le social et le sujet de l’autre. La première contribution, proposée par le philosophe des sciences Michel Bitbol discute l’apport de la mécanique quantique dans la manière de construire des connaissances en physique. Il propose une « classification des interprétations relationnelles de la mécanique quantique et en discute la portée philosophique » (p. 66). En questionnant la physique classique et la mécanique quantique à l’aune de « la naïveté de l’objectivité » (p. 70), Michel Bitbol met en évidence qu’« au nom d’une démarche réflexive portant sur la connaissance, les déterminations d’un objet expriment en vérité une relation à un second objet ; mais on continue dans la pratique irréfléchie de l’élaboration de la science classique à les qualifier de propriétés sans que cela ne soulève la moindre difficulté» (p. 71). Un double relationnisme chercheur/objet et objet/objet porte alors à interroger les fondements épistémologiques de ces sciences. La seconde contribution de ce volet, proposé par le géographe Augustin Berque, revient sur ses concepts maîtres de médiance et de trajection en mésologie4. Il propose ainsi une revue de littérature des auteurs clefs de cette science des milieux afin de mettre en évidence la relation perceptive, avec le philosophe Japonais Watsuji Tetsurô (fûdogaku) et Jacob von Uexküll (umweltlehre).

7Trois contributions suivent et abordent les thématiques du social et du sujet. Pour Laurence Kaufman, qui ouvre le débat, une sociologie relationnelle se doit de penser les relations internes et non externes, c’est-à-dire des relations qui affectent l’identité des sujets. Deux logiques en émanent. La première, structurale, met en lumière des systèmes relatifs de rôle, de statut et de place. La seconde, intersubjectiviste ou interactionnelle, reconnait un pouvoir instituant aux relations qui participent de la reproduction sociale. Une voie médiane descriptive et socio-logique lui permet d’affirmer que le don maussien et le principe de réciprocité marquent une différenciation entre le social, qui émane de la relation, et la morale, qui émane de son absence.

  • 5 Une contre-proposition qu’il a déjà exposée dans Piette Albert, Contre le relationnisme, Lormont, L (...)

8Aldo Haesler s’intéresse quant à lui au relational turn et le met en perspective pour mieux affirmer la nécessité de le complexifier, entre relation et institution, afin de penser le changement social. À partir de trois catégories, les humains, les collectifs et les constituants matériels – ou ce qu’il appelle autrement la nature –, Haesler propose un modèle pentagonal pour expliquer dans une perspective du don comment l’échange marchand s’est généralisé pour devenir hégémonique. Albert Piette soumet une contre-proposition5 au tournant relationniste à partir de l’anthropologie existentiale. Mobilisant Goffman, Lévi-Strauss, Bourdieu et Latour, Piette critique le tout relationnisme et plaide pour un retour de l’anthropologie comme science tournée vers l’homme. Sans nier que la relation fait partie de l’existence de l’homme, il appelle à se concentrer sur « l’existence singulière » pour, dit-il, dépasser « l’alternative entre individu et relation » que pose le relationnisme et décrire, « au mieux, des individus en relation » (p. 148).

9Dans la troisième partie consacrée plus spécifiquement au don, Alain Caillé et Thomas Lindemann puis David Sparti interrogent la normativité du concept de reconnaissance. Pour les premiers, elle est sans surprise interrogée à la lumière du don. La reconnaissance devient alors une affaire de valeur que les acteurs sociaux souhaitent voir reconnaitre (p. 161). Elle dépend « de ce que les acteurs croient [avoir] donn[é] et/ou pouvoir donner dans le futur » (p. 164). S’il s’agit généralement d’un cycle positif, l’auteur met en garde contre sa symbolique « diabolique » qui peut surgir si la reconnaissance « n’arrive jamais ». En symétrie avec le principe maussien, ce cycle est celui de « l’ignorer-prendre-refuser-garder » (p. 165). Pour David Sparti, il est question de « passer du niveau de la reconnaissance à celui de l’acknowledgement », une notion proposé par Cavell, afin de dépasser la normativité du concept (p.182). Poursuivant sur le thème du don, Bernard Petitgas s’interroge sur la possibilité que celui-ci soit un révélateur des relations dans les institutions totalisantes, notamment en prison. Il montre comment le don acquiert une double symbolique, celle des statuts et celle des devenirs, soit « une redéfinition personnelle et sociale des acteurs pris dans ce processus » (p. 193). Un très court texte écrit par le père Joseph Wresinski sur le thème du partage, suivi d’une analyse du don évangélique, viennent conclure ce numéro. Le premier met en évidence comment les personnes qualifiées de pauvres parce qu’elles n’ont pas droit au partage, parce qu’elles ne peuvent pas donner ou ne sont pas autorisées à le faire, font partie d’une communauté fractionnée « qui permet tous les autoritarismes » (p. 198). Ce texte écrit par un prêtre est presque révolutionnaire en comparaison de celui de Vincent Laupies, psychiatre, qui s’intéresse à la complexité évangélique du don. Loin d’en faire un absolu, l’auteur montre une proximité philosophique entre la conception maussienne du don et celle qui apparaît dans l’évangile.

10Si le numéro à l’avantage de faire le point sur le tournant relationnel, il l’interroge à partir de différentes perspectives pour complexifier l’usage de ce paradigme. Il est en cela un puit de connaissances pour qui souhaiterait en savoir plus sur le relationnisme. On retiendra cependant de ce numéro certains textes plus abordables que d’autres et la propension assumée par la revue de ramener le don dans tous les débats.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs auraient également pu retenir la traduction du grec faite par Segond en 1910 : « Au commencement était la parole ».

2 Le compte rendu proposé concerne uniquement la version papier, et non les textes proposés supplémentaires de la version numérique, qui étoffent considérablement le numéro.

3 Il existe tout un courant, la Wertkritik, qui s’attache à déconstruire la question de la valeur et à prolonger les écrits de Marx pour mettre en perspective la situation contemporaine économique. Voir Anselm Jappe, Les Aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, Paris, Denoël, 2003.

4 La mésologie est la science des milieux. La médiance est la relation du sujet au milieu, qui se décompose en deux parties, l’une individuelle et l’autre collective. La trajection est le processus qui produit la médiance.

5 Une contre-proposition qu’il a déjà exposée dans Piette Albert, Contre le relationnisme, Lormont, Le Bord de l’eau, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale-Marie Milan, « Alain Caillé et Philippe Chanial (dir.), « Au commencement était la relation… mais après », Revue du MAUSS, n° 47, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 13 janvier 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/22118

Haut de page

Rédacteur

Pascale-Marie Milan

Doctorante en anthropologie à l'université Lyon 2 et l’université Laval (Québec).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page