Navigation – Plan du site
Ce que regarder veut dire

Ce que regarder veut dire

Pour une sociologie visuelle
Daniel Vander Gucht, Ce que regarder veut dire. Pour une sociologie visuelle, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, coll. « Réflexions faites », 2017, 192 p., ISBN : 978-2-87449-425-3.
Notice publiée le 24 janvier 2017

Présentation de l'éditeur

La sociologie visuelle connaît depuis quelques années un regain d’intérêt au sein de la communauté sociologique tandis que les documentaires de Robert Flaherty, de Jean Rouch, de Raymond Depardon ou de Frederick Wiseman, les films de Dziga Vertov, de William Klein, de Jacques Tati ou de Ken Loach ou encore les photos d’August Sanders, de Walker Evans, de Nan Goldin ou de Martin Parr font désormais partie intégrante de la culture sociologique. Il serait donc regrettable qu’ils échappent à la formation en sociologie à l’université sous prétexte qu’il s’agit là de cinéma ou de photographie, d’autant que la photographie et la vidéo sont des outils dont le chercheur doit se saisir pour apprendre à voir la réalité sociale de manière non naïve et comprendre ce que regarder veut dire.

C’est en partie à quoi s’emploie cet ouvrage qui se présente autant comme un plaidoyer pour l’usage étendu de l’image en sociologie que comme un manuel destiné à s’exercer à la sociologie visuelle en développant des compétences propres au « regard sociologique ». La sociologie visuelle s’avère à cet égard un merveilleux instrument d’investigation sociologique qui se double d’une pédagogie du regard.

Haut de page

Auteur

Daniel Vander Gucht

Daniel Vander Gucht, docteur en sociologie, est chef de travaux à l’Université libre de Bruxelles. Il dirige le groupe de recherche en sociologie de l’art et de la culture (GRESAC) ainsi que la Revue de l’Institut de sociologie. Il est également responsable des éditions La Lettre volée. Il a dirigé un grand nombre d’ouvrages collectifs, dont Art et société (Les Éperonniers, 1989), La Mise en scène de l’art contemporain (Les Éperonniers, 1990, avec Nathalie Heinich et André Ducret) et Le Paysage à la croisée des regards (La Lettre volée, 2006, avec Frédéric Varone). Il est par ailleurs l’auteur de L’Art contemporain au miroir du musée (La Lettre volée, 1999) ; Art et politique (Labor, 2004) ; La Jalousie débarbouillée (Labor, 2005) ; Ecce homo touristicus (Labor, 2006) et L’An passé à Jérusalem (La Lettre volée, 2009).

Haut de page