Skip to navigation – Site map

Hugues Draelants, Xavier Dumay (dir.), Les écoles et leur réputation. L’identité des établissements en contexte de marché

Luc Chicoine
Les écoles et leur réputation
Hugues Draelants, Xavier Dumay (dir.), Les écoles et leur réputation. L'identité des établissements en contexte de marché, Bruxelles, De Boeck, series: « Ouvertures sociologiques », 2016, 271 p., ISBN : 978-2-8073-0218-1.
Top of page

Full text

1La fonction intégratrice traditionnelle des institutions d’enseignement semble s’étioler. Les parents, inquiets face aux incertitudes économiques, exigent de plus en plus une école qui « fera la différence » dans l’employabilité future de leurs enfants. L’une des réponses politiques face à cette exigence est de stimuler la compétition entre les établissements scolaires ou universitaires, qui se voient ainsi insérés dans des dynamiques de marché ou de quasi-marché. Ceux-ci doivent alors s’interroger sur l’image qu’ils projettent afin de bonifier le recrutement de leurs étudiants.

2Le livre de Draelants et Dumay tente de répondre à de nombreuses questions relatives à cette situation, plus ou moins nouvelle selon les pays et les segments éducatifs. Qu’est-ce qui constitue la réputation d’une école ? Quelles caractéristiques spécifiques augmentent son attractivité ? Comment se positionne-t-elle face aux autres établissements situés dans le même marché ? Comment peut-elle modeler son identité propre et rehausser sa position au sein d'un marché donné ? Comment les labels distinctifs, les processus d’accréditation internationaux et les rankings viennent-ils modifier les identités d’une institution scolaire et sa dynamique interne ?

3À l’intersection de la sociologie des organisations et des sciences de l’éducation, l’ouvrage poursuit un programme de recherche amorcé par Draelants et Dumay dans leur opus intitulé L’identité des établissements scolaires publié en 20111. Au cœur de leurs investigations se niche une conception de l’identité organisationnelle qui se veut à la fois relationnelle et constructiviste. Ainsi, la focale porte plutôt sur les processus de construction des identités que sur la teneur et le contenu des identités elles-mêmes. Plus empirique que le précédent, cet ouvrage étudie de très nombreux cas d’établissements scolaires de différents niveaux, du primaire au supérieur, placés en situation de marché ou de quasi-marché. Un des intérêts majeurs de cette focale institutionnelle est de permettre d’établir des ponts avec des perspectives à la fois macrosociologiques et microsociologiques, que ce soit au niveau des politiques publiques ou encore dans les stratégies adoptées par les parents afin que leurs enfants accèdent aux meilleurs établissements scolaires, par exemple.

  • 2 Christopher Marquis, Andras Tilcik, « Imprinting: Toward a Multilevel Theory » Academy of Managemen (...)

4L’ouvrage se divise en deux parties. La première, la plus complète à mon avis, s’intéresse directement à la création des identités organisationnelles. S’appuyant sur le modèle d’empreinte institutionnelle développé par Marquis et Tilcik2, le premier chapitre se penche sur le rôle que peuvent jouer les directeurs d’établissements secondaires dans l’évolution de l’identité de leur école. Taymans et Dumay soulignent que la première direction possède beaucoup plus de marge de manœuvre dans la création d’une identité que les subséquentes, qui se voient grandement contraintes par l’identité déjà en place selon une logique de dépendance au sentier. Le second chapitre observe l’évolution identitaire récente de quatre grandes écoles françaises : HEC, Science Po, l’École normale supérieure et Polytechnique. Ces institutions, qui possèdent déjà une excellente réputation nationale, doivent parfois réviser leur image afin d’être mieux perçues par les étudiants étrangers, dans un contexte d’internationalisation du marché de l’éducation supérieure.

  • 3 Vincent Dupriez, Jacques Cornet, La rénovation de l’école primaire. Comprendre les enjeux du change (...)

5Cette problématique résonne directement avec celle du chapitre suivant, qui s’interroge sur l’effet des inégalités de positionnement des établissements scolaires au sein d’un marché sur la production de leur identité organisationnelle. Afin d’asseoir leur démonstration, Draelants et Dumay mobilisent le concept d’identité catégorielle, l’équivalent d’une identité générique permettant de classer grossièrement les écoles entre elles en fonction de grandes catégories (école favorisée ou défavorisée, d’élite ou de relégation, urbaine ou rurale, etc.). Ils comparent un institut bien organisé et performant, mais stigmatisé par ses appartenances catégorielles (milieu défavorisé, enseignement de qualification) et un collège vivant une forte désorganisation. Alors que le premier établissement scolaire peine à faire reconnaître l’excellent travail accompli en interne, le second s’avère préservé des pressions du marché par sa niche catégorielle supérieure, le nombre des demandes d’admission ne cessant jamais d’augmenter. Devant la difficulté de surmonter cette stigmatisation catégorielle, les écoles préfèrent se comparer à d’autres institutions d’enseignement possédant un profil comparable au leur, renvoyant à la notion de niche éducative développée par Dupriez et Cornet3. Le chapitre 4 utilise cette notion afin d’analyser le positionnement de six établissements secondaires belges évoluant dans un même marché et les relations de concurrence qu’ils entretiennent mutuellement. Dupriez et Wattiez démontrent ainsi que la compétition est moins vive qu’on pourrait le croire a priori, laissant même de la place pour une certaine coopération entre écoles n’évoluant pas au sein de la même niche catégorielle.

6Les labels, les classements et rankings, les accréditations internationales et les tests (examens) standardisés sont des outils servant à classer les institutions scolaires. Ils sont donc extérieurs aux marchés, mais ils aident fortement à le structurer. Pour les établissements scolaires, ils peuvent être aussi bien des outils de marketing et de positionnement que des contraintes fortes au développement d’une identité organisationnelle pleinement spécifique. Le chapitre 5 s’intéresse aux réactions de deux écoles primaires anglaises face aux nouveaux rankings nationaux qui classent les établissements en fonction de la réussite relative de leurs élèves à des tests standardisés. Le chapitre suivant étudie l’évolution de trois écoles de gestion française qui ont échoué une première fois à l’obtention de la certification internationale EQUIS, mais qui ont su apporter les modifications exigées afin de se voir accréditées à leur seconde tentative. Nul doute que ces changements radicaux (développement d’un volet « recherche », embauche massive de nouveaux professeurs, modification dans les pratiques de gestion, etc.) altéreront durablement l’identité de ces établissements locaux, qui tentent aujourd’hui de s’inscrire dans un marché mondialisé.

7La question des labels est abordée dans le chapitre de Jadot Theysse et Verhoeven portant sur les très médiatisées « écoles citoyennes » en Belgique francophone. Pour se revendiquer de cette appellation, les établissements scolaires doivent implanter un « dispositif visant le développement des compétences citoyennes des élèves à partir d’un processus collectif d’élaboration et de régulation des règles du vivre ensemble à l’école » (p. 145). L’obtention de ce label ne va pas sans créer certaines tensions au niveau du personnel enseignant des écoles concernées, et de nombreux compromis sont nécessaires à sa pleine implantation. Le chapitre 10 étudie la réception des résultats de l’évaluation externe standardisée en Belgique francophone par les différentes écoles testées. La résistance interne de certains enseignants et directeurs d’école face aux classements générés par ces tests semble augmenter en fonction de la présence d’une identité catégorielle bien définie et s’harmonisant avec la réalité pédagogique interne. Observons qu’il aurait été intéressant de regrouper dans une partie spécifique les différents chapitres consacrés aux classements et aux labels.

8La deuxième section de l’ouvrage, « Les fonctions de l’identité », s’intéresse avant tout aux opportunités que le travail sur leur identité offre l’identité aux différentes écoles étudiées. Son premier chapitre analyse les processus illégaux, mais toujours en vigueur, de sélection des clientèles étudiantes dans les écoles primaires au Chili. De manière complémentaire, le chapitre 11 analyse les stratégies parentales qui visent à contourner le système de régularisation centralisé des inscriptions dans les écoles secondaires belges, un système qui est fortement critiqué par les parents de la classe moyenne depuis son implantation en 2010. Ces deux chapitres démontrent bien les difficultés d’implanter des réformes dans un système scolaire si celles-ci ne concordent pas avec les intérêts des parents et des établissements scolaires.

9Cet ouvrage présente un intérêt certain, à la fois pour le cadre théorique qu’il propose et pour les études de cas spécifiques qui mettent ces théories en application. Les contributions empiriques peuvent aisément se transposer dans d’autres contextes nationaux et éclairer les débats entourant les politiques en éducation. En effet, la tension qui existe entre les volontés politiques et parentales d’établissement de marchés scolaires et la possible « ségrégation » d’étudiants provenant de milieux socio-économiques défavorisés, ou encore possédant des difficultés d’apprentissage, peut être éclairée et précisée grâce aux concepts mobilisés dans le livre.

10Le cadre théorique que propose l’ouvrage est polyvalent ; il est donc aisé de croire qu’il permettra de bonifier d’autres types de recherches que celles ici proposées. Pensons à cet égard aux études portant sur les stratégies de résistance des acteurs de l’éducation (professeurs, étudiants, direction) devant des changements induits par l’insertion marchande des établissements au sein desquels ils évoluent. D’ailleurs, bien que la théorie néo-institutionnelle détienne dans cet ouvrage le haut du pavé, un métissage avec d’autres approches en sociologie des organisations pourrait s’avérer particulièrement fertile.

Top of page

Notes

1 Hugues Draelants, Xavier Dumay, L’identité des établissements scolaires, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Éducation et société », 2011 ; compte rendu de François Garner pour Lectures : https://lectures.revues.org/6515.

2 Christopher Marquis, Andras Tilcik, « Imprinting: Toward a Multilevel Theory » Academy of Management Annals, n° 7, 2013, p. 193-243.

3 Vincent Dupriez, Jacques Cornet, La rénovation de l’école primaire. Comprendre les enjeux du changement pédagogique, Bruxelles, De Boeck, 2005.

Top of page

References

Electronic reference

Luc Chicoine, « Hugues Draelants, Xavier Dumay (dir.), Les écoles et leur réputation. L’identité des établissements en contexte de marché », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 26 January 2017, connection on 23 March 2017. URL : http://lectures.revues.org/22195

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page