Navigation – Plan du site

Sandra Bornand, Alice Degorce, Cécile Leguy (dir.), « Parler pour dominer ? Pratiques langagières et rapports de pouvoir », Autrepart, n° 73, 2015

Abigail Bourguignon
Parler pour dominer ?
Sandra Bornand, Alice Degorce, Cécile Leguy (dir.), « Parler pour dominer ? Pratiques langagières et rapports de pouvoirs », Autrepart. Revue de sciences sociales au Sud, n° 73, 2015, 214 p., Paris, IRD Éditions, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 9782724633924.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Favret-Saada Jeanne, Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard, 1977.
  • 2 Bourdieu Pierre, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 198 (...)

1Jeanne Favret-Saada écrivait en 1977 à propos de son enquête sur la sorcellerie dans le bocage, « l’acte, c’est le verbe »1. C’est à ce travail, mais aussi à celui de Pierre Bourdieu2, que semble faire écho le titre de ce numéro, « Parler pour dominer ? Pratiques langagières et rapports de pouvoir ». Comment la parole participe-t-elle à la construction, au maintien ou encore à la remise en question des rapports de pouvoir (en en faisant advenir de nouveaux) ? Cette question traverse, plus ou moins directement, l’ensemble des articles qui se penchent pourtant sur des objets différents, des espaces géographiques variés et adoptent des approches anthropologiques, sociologiques, ou encore anthropolinguistiques. En revanche, les auteurs se saisissent de façon différente – tant sur le plan conceptuel que méthodologique – des pratiques langagières.

  • 3 Celle-ci est composée d’Hervé Rakoto Ramiarantsoa, Marie Mellac, Véronique André-Lamat et Xavier Am (...)

2Les contributions rassemblées au sein de ce numéro 73 de la revue Autrepart pensent l’articulation entre langage et rapports de pouvoir dans les « sociétés des Suds » et s’interrogent sur ce qui se joue lorsque certains individus prennent la parole, qu’il s’agisse des salutations de rencontre interindividuelles à Wallis, dont Sophie Chave-Dartoen montre qu’il s’agit de relations codifiées et ritualisées entre deux personnes, des discours du président malien Ibrahim Boubacar Keita étudiés par Laure Traoré, des chants zouglou en Côte d’Ivoire que Marie-Clémence Adom analyse, des récits d’ex-guérilleros à destination des touristes au Guatemala qui font l’objet du travail de Clara Duterme, des récits recueillis au cours d’entretiens avec des gestionnaires de l’environnement réunionnais (sur la nature) réalisés par une équipe de recherche3, ou encore de ceux que mène Ismaël Moya sur l’économie domestique à Dakar. Le dossier regroupe également des travaux qui traitent des prises de parole « institutionnelles ». Ces institutions sont de nature variée : l’institution scolaire pour Nathaniel Gernez, l’institution judiciaire pour Fabien Le Bonniec, ou des institutions liées à l’organisation de la vie politique locale pour Ingrid Hall et Laurent Fontaine, qui analysent respectivement l’organisation de la parole au sein d’assemblées de communes rurales andines (du Sud du Pérou) et de réunions de Yucuna d’Amazonie colombienne. En quoi une analyse sociologique ou anthropologique de la parole constitue-t-elle une voie pertinente pour rendre compte des rapports de pouvoir ou de domination ? Telle est la question que se posent les coordinatrices, Sandra Bornand, Alice Degorce et Cécile Leguy.

3Dans leur article introductif, les coordinatrices de ce numéro proposent de considérer « la parole comme [une] pratique sociale ». Que ce soit en Europe (suite aux travaux de Marcel Mauss et au tournant initié par l’ethnolinguistique dans les années 1960), ou aux États-Unis (avec l’essor du courant de l’Ethnography of speaking), le XXe siècle est marqué par une approche anthropologique du langage qui considère les actes de parole ou de discours comme des faits sociaux, approche dans la continuité de laquelle ce numéro s’inscrit. Considérant que les pratiques langagières s’actualisent au sein de rapports sociaux, les contributions questionnent « l’épaisseur sociale » du langage en accordant une attention au contexte social d’énonciation des paroles et de production in situ des discours. Ainsi, l’analyse des salutations à Wallis, celle des interventions des facilitateurs interculturels dans la justice chilienne, ou encore celle des prises de parole dans les assemblées rurales andines considèrent que le langage joue un rôle majeur dans la construction des rapports de pouvoir au cours de l’interaction, que celle-ci soit codifiée et régie par des règles formelles ou qu’il s’agisse d’interactions plus « ordinaires » (et qui ne sont pourtant pas exemptes de normes).

4Ces contributions sont attentives à rapporter l’analyse des discours aux relations sociales de pouvoir dans lesquelles ils s’inscrivent et aux positions institutionnelles, sociales, de sexe et d’âge de ceux qui prennent la parole – positions relatives au sein du groupe social. La place occupée par les individus à l’égard de la parole (en termes de possibilité, de légitimité et de compétence à prendre la parole) est révélatrice des relations sociales et des rapports de pouvoir. Dans leurs articles, Ingrid Hall et Laurent Fontaine s’emploient à montrer que les « orateurs » de les assemblées andines – en raison de leur « statut » et de compétences spécifiques supposément acquises – occupent les places les plus reconnues dans ces systèmes de prise de parole. Au cours de ces assemblées, les prises de parole répondent à des normes d’usage de certains registres et des normes de circulation de la parole en fonction des statuts des individus. Au-delà des positions institutionnelles qui donnent droit à la parole, cette dernière est socialement distribuée.

5Les actes de parole qui font l’objet de ces articles du dossier sont considérés comme vecteurs de processus de domination : ils sont parfois le moyen d’exprimer la domination, de construire, de réifier ou de négocier des rapports de pouvoir, que la langue soit ou non l’objet de cette domination. En quoi parler constitue-t-il un moyen pour dominer ? Le langage fait l’objet de pratiques différenciées qui participent à la fabrique des rapports de pouvoir. L’analyse d’Ingrid Hall des paroles « off » au cours des assemblées andines témoigne de la différenciation et de la hiérarchisation des manières de parler. Les notions d’efficacité et de performativité du langage sont mobilisées dans ces travaux pour rendre compte de la manière dont la maîtrise de la parole et de la langue renforce la position dominante de ceux qui la détiennent. À Wallis, les salutations permettent aux échanges d’avoir lieu, dans un cadre donné et selon certaines modalités relatives aux positions respectives des participants. Elles ont donc un rôle performatif selon Sophie Chave-Dartoen. Clara Duterme montre que, du fait de leur expérience passée, les ex-guérilleros jouissent d’une légitimité plus grande que le reste de la communauté à occuper la fonction de guide touristique. Cette posture dominante va de pair avec des ressources langagières et la conversion de manières de parler éprouvées dans d’autres contextes. Les compétences langagières supposées ou réelles classent socialement. Ainsi, la maîtrise de l’espagnol par les facilitateurs interculturels leur confère au sein de l’arène judiciaire un pouvoir d’interprétation des distinctions culturelles supposément propres à la culture mapuche, « pouvoir d’influence » pour Fabien Le Bonniec. Les rapports de pouvoir dans les Suds ne sont donc pas seulement le résultat d’actes, d’opérations de catégorisation et de hiérarchisation, mais aussi le fruit d’actes de parole.

  • 4 Cette recension ne doit pas invisibiliser la diversité qui caractérise les situations politiques et (...)

6Si le langage est « le moyen d’exercer un pouvoir et une domination sur autrui », il constitue également, d’après les coordinatrices, « l’objet même des stratégies et manipulations mises en œuvre dans les situations de domination » (p.4). Les contextes plurilingues des « sociétés des Suds », sociétés qui ont connu des transformations politiques, économiques et sociales majeures (décentralisation, changements de régime, luttes syndicales etc.) dont on peut supposer qu’elles ont eu des effets sur l’organisation de la vie politique, les rapports sociaux et de genre, les politiques et les institutions étatiques4, offrent un cadre propice à l’analyse de la langue comme source de rapports de pouvoir.

7L’usage « stratégique » différencié des langues, qui s’inscrivent elles-mêmes dans des rapports de domination et dont certaines ont acquis une nouvelle (et relative) légitimité, représente un moyen de construire de nouveaux rapports de pouvoir. À cet égard, Laure Traoré étudie les « stratégies mises en place “en parole” [par le président malien] pour légitimer son pouvoir », via l’usage différencié de plusieurs langues (le français, le bambara et l’arabe) dans ses discours officiels. De même, Nathaniel Gernez montre comment l’usage du code-switching, soit l’usage de plusieurs langues combinées lors d’un même échange langagier, ici le swahili et le hehe, participe de la construction de l’ordre social dominant au sein de l’institution scolaire. La parole peut également constituer un « acte de subversion » à l’égard de rapports de pouvoir. C’est la perspective de Marie-Clémence Adom dans son étude du zouglou, comme forme de chant protestataire et voie de contestation publique de rapports de pouvoir en Côte d’Ivoire.

8Chercher à qualifier, à observer des pratiques langagières et à objectiver différentes manières de parler constitue un défi méthodologique. Cependant, la relative rareté des réflexions méthodologiques (cuisine interne, enjeux de traduction etc.) nuit parfois à la force de conviction du propos. On regrette aussi que certains articles, s’ils ambitionnent d’interroger le processus de production du discours, ne se concentrent en réalité que sur les discours eux-mêmes, n’échappant pas ainsi aux écueils d’une analyse qui fait peu de cas des pratiques. De ce fait, bien que la réunion de ces articles ne permette pas toujours de remplir l’objectif du numéro de considérer les paroles comme des pratiques, elle constitue toutefois une avancée certaine dans cette direction.

Haut de page

Notes

1 Favret-Saada Jeanne, Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard, 1977.

2 Bourdieu Pierre, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.

3 Celle-ci est composée d’Hervé Rakoto Ramiarantsoa, Marie Mellac, Véronique André-Lamat et Xavier Amelot.

4 Cette recension ne doit pas invisibiliser la diversité qui caractérise les situations politiques et sociales et les transformations propres aux politiques linguistiques et à la place institutionnelle des langues dans ces pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abigail Bourguignon, « Sandra Bornand, Alice Degorce, Cécile Leguy (dir.), « Parler pour dominer ? Pratiques langagières et rapports de pouvoir », Autrepart, n° 73, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 30 janvier 2017, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/22200

Haut de page

Lieu

Wallis

Guatemala

Chili

Madagascar

Pérou

Côte d'Ivoire

Colombie

Haut de page

Rédacteur

Abigail Bourguignon

Abigail Bourguignon est doctorante en sociologie au sein du Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP) et du Centre de recherche sur l’action politique en Europe (CRAPE-Arènes).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page