Navigation – Plan du site

Nicolas Poirier (dir), Baudrillard, cet attracteur intellectuel étrange

Thibault Scohier
Baudrillard, cet attracteur intellectuel étrange
Nicolas Poirier (dir.), Baudrillard, cet attracteur intellectuel étrange, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « La bibliothèque du MAUSS », 2016, 220 p., ISBN : 978-2-35687-474-0.
Haut de page

Texte intégral

1Un « attracteur intellectuel étrange », le livre dirigé par Nicolas Poirier dans la collection « Bibliothèque du MAUSS », ne pouvait pas mieux porter son titre. Les interventions qui le composent ne sont pas réunies par une approche philosophique ou même une thématique commune, mais par une affinité : l’attraction exercée par l’œuvre de Jean Baudrillard (1929-2007). Sociologue mais présenté généralement comme un philosophe, Baudrillard est surtout connu pour ses travaux sur la société de consommation, son étude de la vie quotidienne et sa critique du marxisme. Il occupe une place particulière dans le champ intellectuel français, entre reconnaissance pour sa participation au débat public et marginalisation au sein de l’université. Plutôt que de construire à son sujet une convergence, chose que lui-même aurait sans doute refusée, l’ouvrage offre un éclatement d’analyses, parfois contradictoires, fidèles en cela à l’esprit et à l’ironie de l’auteur étudié. Seule concession à la cohérence, la structure du plan rassemble les interventions par paires ou trios sur une dimension de l’œuvre de Baudrillard.

  • 1 Notamment son ouvrage : Georges Perec, Les Choses. Une histoire des années soixante, Julliard, 1965

2Après l’introduction très complète de Nicolas Poirier, la première section est consacrée au problème de la société de consommation. Serge Latouche se demande dans quelle mesure la pensée de Baudrillard peut être qualifiée d’écologique et à quel point elle a influencé l’écologie politique ; il note que sa critique du monde marchand et du système des signes ont bel et bien apporté une contribution à la critique de la croissance mais que cet apport n’a jamais été une adhésion ou un accord organique. Cet entre-deux caractérise également le lien de Baudrillard avec l’émergence de la pensée anti-utilitariste (et notamment du MAUSS, Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales) qu’évoque Alain Caillé : Baudrillard a en effet participé à la « redécouverte » de Marcel Mauss, mais son utilisation des concepts de ce-dernier et son analyse générale étaient bien plus ironiques et, d’une certaine manière, bien plus pessimistes ; pour lui, l’effort d’émancipation populaire, notamment dans la tradition socialiste, est une illusion et l’a toujours été. Anne de Rugy conclut cette section avec un article original sur l’étude conjointe de Baudrillard et de l’écrivain Georges Perec1. Les deux auteurs ont en effet étudié la fonction de l’objet et des choses, dans l’espace de significations du quotidien.

3La section suivante s’intéresse au rapport entre Baudrillard et le marxisme. Gérard Briche fait d’abord dialoguer Baudrillard et Marx dans un papier très critique ; à ses yeux, le premier n’avait pas entièrement compris le second ; et même si sa sensibilité pataphysicienne l’a amené à faire une analyse originale du corpus marxiste, il a buté sur le fétichisme de la marchandise, concept qu’il « n’estime pas à sa juste valeur ». Les reproches théoriques de Briche nous semblent illustrer parfaitement le gouffre qui sépare le matérialisme (sous toutes ses nuances) et la pensée de Baudrillard, pour qui le matériel et la réalité ne peuvent nous apparaitre que comme des illusions, construites sur un système de représentations symboliques ou, pire, un système de représentations où le code a triomphé – ce dernier n’étant pas autre chose que la société du spectacle. L’article de Nicolas Poirier est plus nuancé ; s’il tombe d’accord avec Briche sur un certain nombre de points, il met surtout en avant le changement paradigmatique opéré par Baudrillard sur la place du matériel. Plutôt que de rester, comme les courants néo-marxistes, dans le cadre de l’économie politique ou même « d’une » économie politique, Baudrillard rejette l’idée même qu’on puisse baser l’émancipation ou la désaliénation de l’individu ou du peuple dans une société organisée en fonction de la production. Le travailleur est aliéné par le processus de production lui-même, qui n’existe pas hors du cadre capitaliste ; autrement dit, le socialisme productiviste est une illusion qui ne peut conduire à la libération des individus.

4La troisième section s’aventure plus spécifiquement dans le domaine de la philosophie et de la pataphysique. Françoise Gaillard prend la pensée de Baudrillard sous l’angle de la radicalité. Ce qui fait de lui un penseur puissant et périlleux, c’est qu’il décrit la manière dont l’illusion rationaliste est en train de disparaître, donc comment la « Vérité » et le sens disparaissent. Baudrillard ne prétend pas reconstruire la vérité, ou une vérité, il en annonce la mort définitive ; comme le dit Gaillard, « la pensée de Jean Baudrillard s’interdit d’expliquer les choses, et c’est ce qui lui vaut d’être radicale » (p. 123). Elle note pour finir chez l’auteur l’importance des mots, importance que met aussi en avant François Séguret. Son article est autant un exercice de style qu’un exercice intellectuel. Pour parler de pataphysique, il la pratique. Revenant sur l’histoire intellectuelle de Baudrillard, il dresse son portrait philo-pataphysique et retrace ses liens avec Jarry, Bataille, Benjamin, Barthes, etc.

  • 2 Jean Baudrillard, La Gauche divine, Grasset, 1985.

5La quatrième section porte sur le commentaire des polémiques politiques de Baudrillard. Jean-Louis Violeau revient sur la réception accordée à la Gauche divine2, ouvrage reprenant des chroniques de 1978 à 1984 et critiquant violemment le PC (Parti communiste) et le PS (Parti socialiste). Le procès qui a été fait à Baudrillard pour sa critique de l’union des gauches est détaillé par Violeau, qui en profite pour restituer l’atmosphère de faux espoirs et de désillusions qui régnait au sein de l’électorat de gauche en France à l’époque, notamment avec le tournant de la rigueur du gouvernement mitterrandien en 1983. La contribution de Katharina Niemeyer est sans doute la plus faible du recueil, probablement parce que son auteure, comme elle l’explique elle-même, s’est sentie forcée de la réécrire à cause des récents actes de terrorismes survenus en France. Se proposant initialement d’exposer la polémique autour de la position de Baudrillard consécutive au 11 septembre 2001, l’article finit par parler d’avantage des attentats de Paris de 2015 et du contexte médiatique de ceux de 2001. La critique baudrillardienne d’un système impérialiste qui génère ses propres monstres, critique qui a évidemment fait polémique en plein contexte post-attentat, n’est malheureusement pas discutée en profondeur.

  • 3 Jean Baudrillard, Le Complot de l’art, Sens & Tonka, 2005.

6Enfin, la dernière section interroge les rapports théorique et pratique de Baudrillard à l’esthétique, et notamment à la photographie. Jean-Paul Curnier revient sur la polémique du Complot de l’art3, série de textes où Baudrillard analyse et critique l’évolution de l’art et le concept d’art contemporain en particulier. Il dénonce à son propos « un aveu d’inoriginalité, de banalité et de nullité, érigé en valeur » (cité par Curnier p. 177). Au-delà de sa critique de ce que sont l’art et l’objet d’art contemporain, Baudrillard considère que le « nouvel art » est devenu incapable de porter « la présence de la réalité » (p. 188), c’est-à-dire un reflet du réel chargé de quelque chose au-delà du réel (sens, grandeur, beauté), explique Curnier. Clara Schmelck se concentre quant à elle sur les théories baudrillardiennes de la photographie, et plus spécifiquement sur leur application à la photo de presse ou d’information ; l’apparition de technologies virtualisant le rapport du spectateur à l’information (la Virtual Reality) ouvre selon elle un nouveau degré de compréhension des événements, que Baudrillard avait anticipé. Lin Chi-Ming, pour sa part, revient sur le Baudrillard photographe, et sur ses déclarations concernant sa pratique de la photographie et son lien avec ses textes philosophiques et sociologiques, notamment la dimension « magique » de la photographie qui lui permet de modifier le rapport du sujet à l’objet, en dépouillant celui-ci de ses attributs physiques et en le « contractant » pour le seul sens visuel.

  • 4 Comme avec leur ouvrage sur Castoriadis et Lefort, Nicolas Poirier (dir), Cornelius Castoriadis et (...)

7L’intérêt de ce recueil n’est pas la synthèse, c’est le défrichement. La maison d’édition du Bord de l’eau et la collection « Bibliothèque du Mauss » continuent d’explorer les pensées marginales et inclassables de la philosophie française4 ; les lecteurs qui découvrent Baudrillard apprendront qu’il n’existe pas au singulier (et au sérieux) ; quand à ceux qui le lisent et jonglent déjà avec ses idées, ils découvriront forcément des territoires intellectuels inconnus, des zones nouvelles d’ironie créatrice, à l’ombre de la figure si complexe de Baudrillard.

Haut de page

Notes

1 Notamment son ouvrage : Georges Perec, Les Choses. Une histoire des années soixante, Julliard, 1965.

2 Jean Baudrillard, La Gauche divine, Grasset, 1985.

3 Jean Baudrillard, Le Complot de l’art, Sens & Tonka, 2005.

4 Comme avec leur ouvrage sur Castoriadis et Lefort, Nicolas Poirier (dir), Cornelius Castoriadis et Claude Lefort : l’expérience démocratique », Le Bord de l’eau, 2015 ; notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/17529.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Scohier, « Nicolas Poirier (dir), Baudrillard, cet attracteur intellectuel étrange », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 31 janvier 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/22216

Haut de page

Rédacteur

Thibault Scohier

Diplômé d’un master en sciences politiques à l’Université libre de Bruxelles (ULB).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page