Navigation – Plan du site

Fabien Hein et Dom Blake, Écopunks. Les punks, de la cause animale à l’écologie radicale

Delphine Corteel
Écopunk
Fabien Hein, Dom Blake, Écopunk. Les punks, de la cause animale à l’écologie radicale, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, 2016, 228 p., ISBN : 9782369350361.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fabien Hein, Do it yourself! Autodétermination et culture punk, Neuvy-en-Champagne, Le Passager cla (...)

1Après Do It Youself! Autodétermination et culture punk1, le nouvel ouvrage que Fabien Hein publie, cette fois avec l’éditeur Dom Blake, nous replonge dans le monde des punks. Ils explorent le rapport à l’écologie de ces individus que l’on associe habituellement au slogan « no future » et à une attitude nihiliste, étrangère à toute volonté de préservation de l’environnement. A contrario de cette vision, les auteurs montrent que les punks sont non seulement préoccupés par l’écologie mais qu’ils ont été précurseurs en la matière. L’ouvrage traite essentiellement des scènes punk britannique et états-unienne car, nous disent Fabien Hein et Dom Blake, à la différence de ce qui s’est passé en France, « la contre-culture punk y a joué le rôle de véritable mouvement social de type révolutionnaire » (p. 8). L’ouvrage se découpe en deux parties qui, parfois, se recoupent. Il s’intéresse d’abord à l’émergence des idées écologiques chez les punks puis à la manière dont une fraction du mouvement punk a contribué au développement de l’écologie radicale.

2Dans la première partie, les auteurs croisent l’analyse de sources variées mêlant textes de chansons, fanzines et interviews et révèlent l’intérêt de certains punks pour des thématiques écologiques, dès les années 1980. Sont tour à tour abordés : la cause animale, les régimes alimentaires, la menace techno-industrielle et la critique de la voiture. Chaque cause est initialement investie pour son potentiel subversif et imbriquée dans une critique radicale qui ne dissocie pas « les problèmes environnementaux de l’ensemble des logiques économiques, sociales et politiques qui président à leur manifestation » (p. 18). La diffusion de chacune de ces idées prend alors des itinéraires très différents et peut perdre, en chemin, une bonne partie de son potentiel subversif. Par exemple, la défense de la cause animale donne lieu, chez certains, à un militantisme radical en faveur des droits des animaux allant jusqu’à l’écosabotage. Mais elle trouve aussi son prolongement dans la critique de la consommation de viande, identifiée comme une forme de cruauté humaine, et l’adoption d’un régime végétarien puis végan (refus de consommer tout produit d’origine animale). Si certains punks cherchent à adopter un style de vie en cohérence avec leur éthique et à s’affranchir de l’industrie agro-alimentaire, d’autres se laissent tenter par les sirènes de la mode du véganisme et de sa « récupération », allant jusqu’à saluer la mise en vente du « BK Veggie » de la chaîne de fast-food Burger King. Comme Fabien Hein l’avait fait dans ses ouvrages précédents, les auteurs prennent soin de montrer, sans complaisance, les tensions et les contradictions propres à la scène punk : entre choix individuels et luttes collectives ; entre critique radicale et dilution dans le capitalisme.

3Dans la deuxième partie, les auteurs changent de perspective pour se concentrer sur les plus radicaux des anarcho-punks et montrer la manière dont ils ont participé et participent encore au développement de l’écologie radicale. Selon eux, l’identité éco-punk « s’articule autour de trois idées-forces : la critique radicale et précoce du néo-libéralisme, une forte prédilection pour l’action directe et un besoin de se réapproprier par l’expérimentation concrète des pratiques et savoir-faire permettant la conquête d’espaces où l’autonomie passerait par un souci affirmé de la terre et de la nature » (p. 149). Ils présentent et analysent, notamment, les expériences de « retour à la terre » de figures importantes de la scène punk, l’une en Angleterre autour du groupe Crass et deux autres en Californie. Ce faisant, ils dévoilent les liens de filiation entre écopunks et contre-culture hippie, dépassant les antagonismes (sur)joués par certaines figures de la scène punk. Les pages consacrées aux liens entre autosuffisance et néoruralisme montrent comment l’éthique du « do it yourself » (DIY), au fondement de l’imaginaire et des pratiques punks, permet à ses partisans de découvrir les moyens d’une autonomie et de s’approprier des manières de faire émancipatrices dans divers domaines, qu’il s’agisse de pratiques musicales, de modes de consommation ou encore de maraîchage et de jardinage, y compris en milieu urbain. Sur ce point, les auteurs s’appuient manifestement sur des sources de seconde main : ouvrages anglo-saxons, revues, fanzines qui témoignent de ces expériences, qu’ils rendent accessibles aux lecteurs francophones peu familiers de cet univers.

4Le grand mérite de l’ouvrage est d’appréhender le mouvement punk en prenant au sérieux la particularité de son imaginaire et de ses pratiques, tout en soulignant les liens qui l’unissent aux courants contestataires qui l’ont précédé comme aux mouvements contemporains, plus ou moins critiques. Le jardinage urbain, par exemple, comprend une constellation de pratiques. À un bout du spectre, on trouve le « guerilla gardening », inspiré de l’expérience des squats. Les guérilleros jardiniers les plus radicaux investissent des friches pour y cultiver de quoi se nourrir et s’extraire ainsi du monde de la marchandise. À l’autre extrémité, se développent des jardins partagés tout à fait légaux, parfois même impulsés par les municipalités, où le jardinage s’apparente plus à un loisir d’agrément qui soutient des formes de sociabilité de quartier mais ne se substitue pas aux pratiques dominantes en matière de consommation. Cette approche permet de montrer le caractère entraînant de la scène punk et son influence sur les écologistes les plus radicaux mais aussi sur les autres. L’épilogue du livre qui ouvre sur les mouvements de (ré)appropriation de l’espace public en ville, de (ré)appropriation des terres en milieu rural et de contestation des grands projets d’infrastructure qui ont essaimé aux États-Unis et en Europe depuis les années 1990, dessine des pistes de recherches possibles, des terrains à explorer. Celles et ceux qui commencent à enquêter dans ces milieux y croisent les punks qui, avec d’autres, s’y investissent, y vivent, y donnent des concerts de soutien… Pour tous ces chercheurs de terrain qui s’intéressent aux formes contemporaines de la critique du néo-libéralisme, l’ouvrage de Fabien Hein et Dom Blake est un livre précieux.

Haut de page

Notes

1 Fabien Hein, Do it yourself! Autodétermination et culture punk, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, 2012 ; compte rendu de Benjamin Caraco pour Lectures : https://lectures.revues.org/9079.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Corteel, « Fabien Hein et Dom Blake, Écopunks. Les punks, de la cause animale à l’écologie radicale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 02 février 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/22234

Haut de page

Rédacteur

Delphine Corteel

Delphine Corteel est maître de conférences à l’université de Reims Champagne-Ardenne. Elle s’intéresse aux pratiques de récupération et au travail aux abords des déchets. Elle a notamment publié Les travailleurs des déchets, en collaboration avec Stéphane Le Lay, paru chez Érès en 2011 et Que faire des restes ? Le réemploi dans les sociétés d’accumulation, en collaboration avec Natalie Benelli, Octave Debary, Bénédicte Florin, Stéphane Le Lay et Sophie Rétif, paru en 2017 aux Presses de SciencesPo.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page