Navigation – Plan du site

Branko Milanovic, Global Inequality. A New Approach for the Age of Globalization

Marie Duru-Bellat
Global Inequality
Branko Milanovic, Global Inequality. A New Approach for the Age of Globalization, Cambridge, Harvard University Press, 2016, 320 p., ISBN : 9780674737136.
Haut de page

Texte intégral

1Branko Milanovic est un auteur bien connu des spécialistes des inégalités mondiales et de la pauvreté. Longtemps économiste de la Banque Mondiale et actuellement universitaire au Graduate Center de la City University de New York, il s’est fait remarquer par son ouvrage Worlds Apart. Measuring international and global inequality (Princeton University Press, 2005). Ce travail était novateur en ce qu’il introduisait une mesure des inégalités mondiales entre individus de la planète à partir de données articulant les revenus moyens des pays et les revenus au sein des pays. Il mettait ainsi en œuvre un raisonnement « trans-pays » (on pourrait dire « sans frontières »), permettant d’estimer comment se situent les personnes les plus riches des pays pauvres par rapport aux personnes les plus pauvres des pays riches. La conclusion était sans appel : il y a très peu de recouvrement entre pays en ce sens que les plus riches des pays les plus pauvres restent plus pauvres que les plus pauvres des pays les plus riches. Dans ce nouvel ouvrage, la problématique est la même – les inégalités mondiales sont analysées comme la somme des inégalités au sein des pays et des inégalités entre pays –, mais la perspective historique est plus développée (et elle couvre les 25 dernières années), de même que les focus sur certains pays, et surtout les incidences politiques des inégalités constatées sont davantage discutées.

2Le livre s’ouvre sur deux chapitres présentant l’ampleur et l’évolution des inégalités, avec la mise en évidence de cycles. L’auteur s’arrête sur les facteurs faisant, sur le long terme, baiser les inégalités, qu’il s’agisse d’événements comme les guerres ou les catastrophes naturelles, ou du résultat de politiques comme l’élévation du niveau d’éducation ou certaines politiques fiscales ou de transfert sociaux. Alors que se resserrent les inégalités entre pays, et même si le fait de naître dans un pays plutôt qu’un autre continue à engendrer une « prime à la naissance » (« a citizen premium ») très conséquente, Milanovic note que la composante des inégalités interne aux pays est en train de prendre davantage de poids dans les inégalités globales, par rapport aux inégalités entre pays. Ceci rapprocherait notre monde de la situation qui prévalait à l’ère de la révolution industrielle, quand l’essentiel des inégalités se situait entre les riches et les pauvres des pays, qu’ils soient britanniques, russes ou chinois.

3D’ores et déjà, l’analyse précise de l’évolution des inégalités entre 1998 et 2008 débouche sur deux constats majeurs : d’une part, au sein de pays les plus avancés, un enrichissement (plus ou moins marqué selon les pays) des plus riches et une quasi-stagnation des couches moyennes et populaires ; d’autre part, dans les pays émergents, notamment asiatiques, un fort développement des couches moyennes et même pauvres, même si ces pays ont vu aussi apparaître des « super-riches ». Milanovic prend soin, perspective globale oblige, de noter qu’en termes absolus, les revenus de ces nouvelles couches moyennes restent bien inférieurs à ceux des personnes les moins bien loties des pays riches : le revenu médian dans des pays comme l’Inde ou l’Indonésie est inférieur de moitié aux minima sociaux garantis dans nombre de pays économiquement avancés. Ou encore, le plus riche des Congolais est plus pauvre que le plus pauvre des Suédois. L’originalité de son travail est de s’appuyer sur des enquêtes de ménage (présentées et discutées en détail) donnant de manière raisonnablement comparable les revenus disponibles de tous ordres dans 120 pays couvrant 90 % de la population mondiale, exploitées en découpant cette distribution globale en percentiles de revenus. Ce qui lui permet de conclure qu’aujourd’hui encore, le fait d’être né dans un pays riche compte plus que le fait d’être né dans un milieu favorisé (l’effet pays l’emporte sur l’effet classe). Néanmoins, vu le rythme de croissance de pays émergents comme la Chine, cette césure entre monde riche monde pauvre est appelée à s’estomper : d’ores et déjà, un Chinois vivant en ville dispose d’un revenu réel plus élevé qu’un Roumain, par exemple. Il reste que les personnes évaluent leur revenu en termes relatifs, par rapport à ceux qui les entourent ou à la génération précédente, et non au niveau de la planète. Et donc, au total, les habitants des couches moyennes et populaires des pays dits riches ont un réel sentiment de stagnation alors que les habitants des catégories moyennes (et urbaines) des pays dits émergents ont un sentiment de progression…

4Pour Milanovic, la mondialisation est bien si ce n’est la clé, du moins une clé importante pour comprendre ces évolutions : nous avons voulu favoriser les échanges économiques et augmenter notre pouvoir d’achat, et pour cela nous avons fait fabriquer nombre de nos produits dans des pays plus pauvres où la main d’œuvre était moins chère, tirant ainsi parti des inégalités entre pays. Cela a dégradé l’emploi chez nous mais nous avons pu disposer d’habits ou de téléphones bon marché ; quant aux travailleurs des pays auparavant pauvres, ils finissent par s’enrichir et par voir leur pouvoir d’achat augmenter. Ce sont les « gagnants » de la mondialisation, alors que les couches populaires des pays riches en sont clairement les perdantes. Si, comme spécialiste de la pauvreté, l’auteur se réjouit que tant de personnes pauvres aient pu sortir de la pauvreté, il est loin de prendre un parti tranché sur le caractère positif ou non de la mondialisation. Il souligne en particulier qu’elle est largement à la racine de l’explosion des super-riches, notamment dans les pays comme les États-Unis, la Suisse ou Singapour. Ces « top 1 percent » se partageraient aujourd’hui 46 % de la richesse globale (estimation tenant compte des richesses dissimulées ou sous-estimées).

5Cette croissance des super-riches a tiré les inégalités vers le haut dans tous les pays, infirmant certaines théories économiques classiques illustrées par la courbe dite de Kuznets sur l’évolution des inégalités. Celle-ci prévoit que le niveau des inégalités évolue selon la richesse des sociétés, croissant dans une première phase d’enrichissement, puis décroissant. Étudiant avec précision les hauts et les bas de cette courbe par groupes de pays et au fil de l’histoire récente, Milanovic montre que la décroissance attendue ne s’est pas produite jusqu’alors. Il explique ce constat notamment par l’apparition des nouvelles technologies de l’information et la polarisation des emplois qu’elles ont contribué à diffuser, au sein des pays et aussi au niveau mondial, du fait précisément de la mondialisation. De plus, dans certains pays, des politiques favorisant délibérément les plus riches sont venues contrer toute réduction des inégalités. Ce tiercé des facteurs impliqués dans cet accroissement des inégalités – les évolutions technologiques, l’ouverture des marchés et les politiques suivies – l’incline à parier sur la continuation de ce mouvement, notamment dans des pays comme les États-Unis. Mais Milanovc note qu’il n’est pas exclu qu’à l’avenir certains progrès technologiques puisse venir renforcer la productivité de la main d’œuvre la moins qualifiée, contribuant ainsi à réduire l’éventail des inégalités. D’autres facteurs seraient également à même de contrarier cette évolution : des politiques de redistribution (certes difficiles à mettre en œuvre vu la mobilité des capitaux), des améliorations non pas tant de la quantité mais de la qualité de l’éducation, la diffusion des innovations, grignotant les rentes initiales, et surtout la convergence globale du niveau de richesse des pays.

6En attendant cette hypothétique réduction, l’auteur insiste sur le caractère prévisible de mouvements migratoires importants, de la part des pays les plus pauvres. Des migrations parfaitement rationnelles puisque émigrer, notamment quand les personnes le font vers de pays relativement égalitaires comme les pays de l’Europe du Nord (où la situation des plus pauvres, qui préfigure leur situation, est moins mauvaise que dans les pays riches plus inégalitaires), est la meilleure façon aujourd’hui d’accroître leur sort. Milanovic cite une enquête montrant que 10 % de la population mondiale (soit 700 000 millions de personnes) souhaiterait émigrer… Au passage, il souligne que la notion d’égalité des chances n’a pas de sens au niveau global, et critique certains théoriciens de la justice tels que Rawls qui ont complètement laissé dans l’ombre cette perspective. Dans ce qui est sans doute la partie la plus originale du livre, il insiste avec force sur l’actualité de cette question des migrations internationales et les tensions qu’elles entraînent dans un monde qui à la fois se dit ouvert, qui estime légitime que tout individu cherche à maximiser son revenu, mais qui privilégie toujours le développement économique dans son espace national et par ailleurs estime normal de traiter différemment natifs et étrangers…

7Si Milanovic estime impossible de revenir sur la mondialisation, d’autant plus que dans les 20 prochaines années, elle devrait contribuer à réduire l’inégalité globale, à un rythme modéré (d’un cinquième de son niveau actuel), il insiste sur l’enjeu que constitue la réduction des inégalités au sein des pays. En effet, à ses yeux, les inégalités internes aux pays sont celles qui lui semblent avoir les conséquences politiques les plus saillantes… et les plus incertaines. Laissant ouvertes ces questions, il s’interroge sur les conséquences politiques de plusieurs décennies de croissance molle dans les pays riches, du développement d’attentes démocratiques dans des pays en voie d’enrichissement comme la Chine, ou encore de la montée d’une classe de super-riches, tant il est vrai que la démocratie suppose que les citoyens partagent des conditions relativement similaires. Modeste, il souligne que ces réflexions sont de nature spéculative, mais, au terme d’un ouvrage extrêmement riche d’un point de vue strictement économique, elles ouvrent de manière tout aussi passionnante sur des questions d’une actualité brûlante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Branko Milanovic, Global Inequality. A New Approach for the Age of Globalization », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lectures.revues.org/22236

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Observatoire Sociologique du Changement et IREDU).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page