Navigation – Plan du site

Norbert Elias, La dynamique sociale de la conscience. Sociologie de la connaissance et des sciences

Jean Frances
La dynamique sociale de la conscience
Norbert Elias, La dynamique sociale de la conscience. Sociologie de la connaissance et des sciences, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2016, 332 p., trad. Marc Joly, Delphine Moraldo, Marianne Woollven et Hélène Leclerc, préface de Bernard Lahire, présentation de Marc Joly, ISBN : 9782707176325.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage, signé par Norbert Elias, résulte d’un important travail d’édition et de traduction mené par Hélène Leclerc, Delphine Moraldo, Marianne Woolven et Marc Joly (MJ). Ce dernier propose d’ailleurs une présentation détaillée des articles du sociologue allemand ici compilés, et du projet sociologique qui y est exposé (p. 38-65). Le volume s’ouvre sur une substantielle préface de Bernard Lahire (BL), et rassemble six textes de Norbert Elias rédigés entre les années 1970 et 1980, chacun apportant « une série de contributions majeures à ce que l’on peut appeler une sociologie de la connaissance et des sciences » (BL, p. 5). Ces contributions visent deux principaux objectifs – lesquels sont intimement liés et sont d’ailleurs poursuivis simultanément tout au long des textes. Le premier est un objectif de connaissance. L’enjeu consistant pour Elias, à mettre au jour les conditions historiques et sociales d’élaboration des sciences et d’analyser leur processus d’intégration à l’esprit humain. Il s’agit, par-là, de saisir en quoi elles relèvent d’une « instance de mise en ordre de et de parachèvement de nouvelles manières de penser et de parler » le monde (MJ, p. 38), concourant, à l’échelle de la dynamique des consciences, au processus de civilisation. Le second est disciplinaire. Norbert Elias souhaite équiper la sociologie d’une théorie des sciences et de méthode d’enquête lui permettant de s’extraire de la domination de la philosophie.

  • 1 Bernard Lahire, note en préface que « Elias n’est ni relativiste (il considère que les sciences per (...)
  • 2 Boris Hessen, Les racines sociales et économiques des "Principia" de Newton : une rencontre entre N (...)

2Premièrement donc, Norbert Elias entreprend la construction « la plus solide possible d’une théorie proprement sociologique du développement des sciences et des savoirs » (MJ, p. 43). Il s’agit là de bâtir une approche contribuant de manière décisive à la compréhension et à l’explication des conditions d’émergence, de production et de diffusion des sciences au travers des siècles et des sociétés. Pareille ambition fait suite à un constat sévère adressé aux autres chercheurs des sciences humaines et sociales intéressés par les questions de la recherche, du travail scientifique et de leurs contributions à l’élévation des savoirs que les civilisations ont d’elle-même et de leur environnement. S’il s’avère urgent de (re)bâtir une sociologie des sciences et de la connaissance qui soit solide (ou, encore, d’une portée qui ne soit pas juste « moyenne »), c’est que les essais sociologiques passés et contemporains restaient et restent empreints d’un relativisme1 à la texture théorique trop molle. Elias – au prix d’une lecture pour le moins partiale des travaux de Boris Hessen2 – conteste, par exemple, les analyses selon lesquelles « les lois de Newton […] ne seraient qu’un reflet du capitalisme naissant » (p. 221). Si, dit-il, ces lois sont nées dans un contexte social singulier et que leur énonciation en est empreinte, « elles marquent un progrès de la connaissance » (Ibid.). Et, continue-t-il, les sciences, en tant qu’« ensembles de représentations symboliques » entretenant « la plus grande adéquation […] avec ce qu’elles sont censées représenter » (p. 222) peuvent gagner « une autonomie relative » par rapport aux groupes d’individus les ayant produites (p. 223). Ainsi, elles sont susceptibles de s’inscrire « dans le savoir humain » et d’y prendre la forme de ressources cognitives capables de servir rationnellement à l’orientation des individus et des sociétés.

  • 3 Point sur lesquels insistèrent nombre d’intervenants lors des journées d’étude Norbert Elias : soci (...)

3Venons-en à l’objectif disciplinaire poursuivi par Norbert Elias. Si, dit-il, il revient à la sociologie d’enclencher ce projet consistant à produire une connaissance rationnelle des sciences, c’est que les philosophes ou les historiens notamment auraient les plus grandes peines à proposer des analyses du fait scientifique un tant soit peu robustes. En plus d’un projet de connaissance, les contributions de Norbert Elias rassemblées dans ce livre visent clairement un objectif disciplinaire3 (au sens de discipline académique) : il est question d’élever la légitimité de la sociologie à « parler des sciences » et de la soustraire à la domination des philosophes et, dans une moindre mesure, à celle des historiens.

  • 4 Lettre de N. Elias à I. Lakatos, 18/08/1971, (MJ, p. 42).

4Le cas des historiens est instruit sans ménagement dans le chapitre 2 « Théorie de la science et histoire de la science » (p. 109-131). Elias leur reproche une approche trop centrée sur la description minutieuse de faits circonscrits, autant que leur tendance à l’apologie des « Grands Hommes ». S’il reconnaît à Thomas Kuhn le souci d’appuyer son historiographie sur une « base théorique » (p. 112) capable de rendre compte des processus de développement des connaissances, il voit toutefois dans l’idée de « révolution scientifique » une réhabilitation du concept de génie (p. 119), laquelle mettrait alors à mal l’ambition théoriciste de l’historien. En effet, cette figure géniale et révolutionnaire finirait par masquer ce qu’il s’agirait en fait d’expliquer (p. 123), à savoir les modalités et régularités « de ce processus au long terme » d’accroissement des connaissances humaines (p. 117). Afin d’accroître la légitimité de la sociologie sur le territoire de l’analyse des sciences, Norbert Elias mène également combat contre les historiens en dehors des publications académiques. Marc Joly en donne un aperçu saisissant en reproduisant une correspondance, à la teneur assez cruelle, entretenue entre le sociologue allemand et Imre Lakatos. Le premier écrivant au second : « … sauf à ce que les historiens prennent conscience que leur champ n’est marqué par aucune progression réelle de la connaissance […], ils continueront à écrire leurs livres […] que plus personne ne lira dans une génération ou deux […] à l’instar des livres rédigés il y a trente ans, […] qui ne méritent plus d’être lus étant donné qu’ils n’ont contribué en rien à l’essor du savoir humain »4.

  • 5 Les historiens ne resteront pas sans répondre : comme le note Falk Bretschneider dans sa préface du (...)

5L’histoire des sciences, en tant que discipline, ainsi reléguée5, Norbert Elias peut alors s’attaquer à la philosophie des sciences, appréhendée, là aussi, en tant que discipline.

6Aux yeux du sociologue, cette philosophie des sciences parait toute entière incarnée, voire personnifiée par Karl Popper, ses travaux et ses disciples. Dans l’article, « Les secrets bien gardés de La logique scientifique » (p. 67-108), traduction « d’un texte conçu vers la fin des années 1960 » (MJ, p. 63), Elias revient sur les analyses du Professeur de la London School of Economics. Il montre en quoi leur filiation avec la philosophie des connaissances du XVIIIe siècle en détermine les apories – ici, c’est Kant qui est particulièrement visé. Celle-ci se serait donnée pour objet d’étudier comment « un individu isolé acquiert ou produit une connaissance nouvelle » (p. 95). Or, cela supposerait de considérer le savoir comme quelque-chose de déjà-là, de « statique » écrit Elias, qu’il s’agirait de découvrir, à la manière, par exemple, d’un pirate esseulé qui déterrerait un trésor. Ce faisant, Popper aurait considéré que le sujet connaissant « part de certains axiomes » (la carte de notre pirate, ou les récits glanés en taverne ?) et, qu’au prix d’opérations « hypothético-déductives » (ici, la comparaison est plus difficile à filer !), il réussirait à exhumer des savoirs scientifiques (p. 84). Pour le sociologue allemand, cette façon d’appréhender des modalités de mises au jour de nouvelles connaissances est erronée, elle relèverait même de la « fiction » (p. 107) : « Il n’y a pas une seule avancée scientifique qui ne puisse être reliée, en principe sur plusieurs générations de scientifiques, à une interconnexion constante d’induction et de déduction, de nouvelles conclusions au niveau empirique affectant les développements du niveau théorique et de trouvailles inédites au niveau théorique influant sur les développements de niveau empirique » (p. 93).

  • 6 Publié en allemand en 1939, l’œuvre est traduite en français dans les années 1970 et éditée en deux (...)

7Les critiques des approches philosophiques et historiennes des sciences posées dans les chapitres 1 et 2, respectivement écrits entre la fin des années 1960 et 1972, il est temps pour Elias de proposer une théorie sociologique du fait scientifique : c’est peut-être dans le chapitre « Les établissements scientifiques » (133-209) – écrit en 1980 et publié en 1982 (MJ, p. 64) – qu’elle est le plus clairement énoncée. S’appuyant sur ses travaux antérieurs, notamment ceux relatifs au Processus de civilisation6, il explique combien le développement des sciences est ancré dans des réseaux – lui parle de nexus – de pratiques sociales (l’observation instrumentée des astres, la discussion argumentée, par exemple) et de dynamiques institutionnelles (mouvement de création d’université et de sociétés savantes, notamment). Les reconfigurations successives de ces réseaux soutiennent un processus continu mais non-linéaire d’accroissement des connaissances, d’amélioration de leurs modes de production, de transmission et d’intégration à un fond cognitif partagé par les individus et les sociétés : en un mot, c’est au cœur de ces nexus que la « dynamique sociale de la conscience » prend forme. Ainsi, considère-t-il : les « concepts [scientifiques] se sont développés socialement au fil du temps et participent d’un fond cognitif développemental […], qu’ils ne sont apparus qu’à la faveur d’un processus continu de conceptualisation intergénérationnelle d’expériences […], qu’ils ont été transmis de génération en génération non pas sur un mode génétique, mais via une série d’apprentissages ; et qu’ils ont changé – progressant ou déclinant du point de vue de leur portée, de leur précision et de leur adéquation – conformément à leur double fonction de moyens de communication et de moyens d’orientation, c’est-à-dire dans le sillage des mutations cognitives et des expériences collectives des sociétés concernées » (p. 141).

  • 7 Georges Canguilhem, « L’objet de l’histoire des sciences », in Études d’histoire et de philosophie (...)
  • 8 Morgan Jouvenet, 2016, « Contexte et temporalités dans la sociologie processuelle d’Andrew Abbott, (...)
  • 9 Nathalie Heinich, (2002) 2010, La sociologie de Norbert Elias, Paris, La Découverte, p. 24-25.
  • 10 Nathalie Heinich, op. cit., p. 25.
  • 11 Morgan Jouvenet, op. cit.., p. 610.

8Du point de vue de la démarche de recherche, la sociologie des sciences proposée par Elias est donc « processuelle », en ce qu’elle embrasse d’un même regard l’évolution des méthodes de production des sciences, leurs dynamiques d’organisation et d’institutionnalisation, comme leurs modes de diffusion et d’intégration. Il est inspiré en cela par Auguste Comte à qui il prête le refus de séparer radicalement « la présentation du fond cognitif d’une science […] et, de l’autre, la description de son développement […], de son histoire » (p. 110). Il dénie ainsi toute pertinence aux distinctions entre approches internalistes et approches externalistes des sciences (p. 127) et paraît faire sien le mot de Georges Canguilhem selon lequel « sans référence à l’épistémologie, une théorie de la connaissance [scientifique] serait une médiation sur le vide et sans relation à l’histoire des sciences, une épistémologie serait un doublet parfaitement superflu de la science dont elle prétendrait discourir »7. Et la sociologie des sciences et de la connaissance proposée par Norbert Elias se donne justement pour objet de rendre compte de la logique des configurations successives qui soutiennent l’organisation et le développement des « établissements scientifiques », les manières de produire des savoirs et leur intégration processuelle à « La dynamique [sociale] de la conscience » (p. 221-226). Il esquisse ainsi une « nouvelle sociologie » (p. 227-278) adossée à une approche qualifiée de « multi-scalaire » par Morgan Jouvenet8, à savoir une méthode d’enquête qui implique de recueillir des données empiriques sur plusieurs échelles (ou plans) du social et de temps, et dont l’analyse doit permettre de déterminer (quelque-chose comme) la cohérence dans l’évolution des connaissances que les individus ont d’eux-mêmes, de leur société et de leur environnement9. Si, pour les lecteurs contemporains, la méthode esquissée n’apparaît plus si nouvelle, l’objectif de sa mise en œuvre – dégager « la cohérence globale de l’évolution de l’humanité sur le long terme »10 – semble, lui, vraiment daté : en effet, aux yeux de certains sociologues contemporains, le programme d’Elias entretiendrait « trop d’affinités avec des schèmes développementaux et culturalistes », notamment11.

9Finalement, ce livre, dont la lecture est peut-être moins aisée qu’annoncée par Bernard Lahire, tant les argumentaires sont déployés minutieusement au cours de développements parfois fastidieux, permet aux lecteurs francophones de saisir précisément l’étendue – et les limites, au vue des avancées réalisées par les sociologies des sciences depuis les années 1970-1980 – de la contribution d’Elias à la sociologie des sciences et des connaissances. Et dès lors, pour les lecteurs familiers du domaine, la question peut se poser d’une « découverte » si tardive. Marc Joly, dans sa présentation, apporte une réponse : si Elias mit tant de temps à être considéré en tant que sociologues des sciences, c’est qu’il se considérait lui-même « comme un révolutionnaire, comme un fondateur, comme un sociologue qui élabore depuis des années « un “nouveau paradigme théorique” » et, qu’ainsi il s’exposait, pour un temps au moins, à être réduit au silence (p. 61). Avec cet ouvrage, l’en voilà sorti.

Haut de page

Notes

1 Bernard Lahire, note en préface que « Elias n’est ni relativiste (il considère que les sciences permettent bien d’appréhender de façon toujours plus pertinente un réel structuré), ni naïvement réaliste (il voit bien tout ce qui, dans un état toujours donné des connaissances, relève des propriétés des groupes qui les produisent et des institutions dans lesquelles elles prennent forme) » (BL, p. 31).

2 Boris Hessen, Les racines sociales et économiques des "Principia" de Newton : une rencontre entre Newton et Marx à Londres en 1931 ; traduction et commentaires de Serge Guérout, Paris, Vuibert, 2006.

3 Point sur lesquels insistèrent nombre d’intervenants lors des journées d’étude Norbert Elias : sociologue des sciences et de la connaissance, organisées au Centre Koyré les 19 et 20 janvier 2017.

4 Lettre de N. Elias à I. Lakatos, 18/08/1971, (MJ, p. 42).

5 Les historiens ne resteront pas sans répondre : comme le note Falk Bretschneider dans sa préface du d’Humana Conditio, à l’orée des années 1980, bien des historiens se montraient sceptiques à l’égard des travaux d’Elias « évoquant les difficultés de la documentation historique et les visions […] stéréotypées qu’ [il] avait du Moyen-Âge » : Norbert Elias (préface de Falk Bretschneider), Humana Conditio, Paris, Editions de l’EHESS, 2016, p. 4.

6 Publié en allemand en 1939, l’œuvre est traduite en français dans les années 1970 et éditée en deux volumes : Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973 ; Norbert Elias, La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1973 

7 Georges Canguilhem, « L’objet de l’histoire des sciences », in Études d’histoire et de philosophie des sciences, 1968, p. 12

8 Morgan Jouvenet, 2016, « Contexte et temporalités dans la sociologie processuelle d’Andrew Abbott, Annales, Sciences Sociales, vol. 71, no 32, p. 597-630, (p. 610).

9 Nathalie Heinich, (2002) 2010, La sociologie de Norbert Elias, Paris, La Découverte, p. 24-25.

10 Nathalie Heinich, op. cit., p. 25.

11 Morgan Jouvenet, op. cit.., p. 610.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Frances, « Norbert Elias, La dynamique sociale de la conscience. Sociologie de la connaissance et des sciences », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 02 février 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/22237

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page