Navigation – Plan du site

Isabelle Garabuau-Moussaoui, Magali Pierre (dir.), Pratiques sociales et usages de l'énergie

Nathalie Ortar
Pratiques sociales et usages de l'énergie
Isabelle Garabuau-Moussaoui, Magali Pierre (dir.), Pratiques sociales et usages de l'énergie, Paris, Lavoisier, Editions Tec & Doc, coll. « Socio-économie de l'énergie », 2016, 253 p., ISBN : 978-2-7430-2021-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Heather Chappells et Elizabeth Shove, « Debating the future of comfort : environment (...)
  • 2 Voir l’article de Sophie Dubuisson-Quéllier et Marie Plessz, « La théorie des pratiques », Sociolog (...)
  • 3 Jukka Gronow et Alan Warde (dir.), Ordinary Consumption, Londres, Routledge, 2013 [2001].
  • 4 Isabelle Garabuau-Moussaoui, « De la société de consommation à la société de modération. Ce que les (...)

1L’ouvrage rend compte de recherches appliquées réalisées par EDF R&D ou financées par EDF autour des pratiques sociales et usages de l’énergie, deux thématiques connexes mais fortement liées dans les faits depuis qu’Elizabeth Shove1 a commencé à utiliser la théorie des pratiques pour appréhender la façon dont changent les comportements de consommation. Le propos de cette chercheuse était de montrer que les pratiques sociales ne relèvent pas d’une seule rationalité économique2 ou d’une réaction à un stimulus, mais sont un effet de pratiques sociales complexes issues d’usages, d’évolutions technologiques, de régulations économiques et de politiques publiques. Appréhender la consommation d’énergie est en outre d’autant plus complexe qu’il ne s’agit pas d’une activité en soi mais d’un moyen d’accéder à des activités, comme l’ont montré notamment les travaux de Jukka Gonow et Alan Warde3 sur la consommation ordinaire ou encore d’Isabelle Garabuau-Moussaoui4 sur l’évolution des pratiques de consommation énergétique des Français. Les directrices de l’ouvrage, Isabelle Garabuau-Moussaoui, une anthropologue, et Magali Pierre, une sociologue, travaillent toutes les deux au sein du GRETS, un groupe de recherche rattaché à la R&D d’EDF. Elles ont retenu de la théorie des pratiques l’importance de prendre en compte ces dernières car elles sont partagées et constitutives du lieu du social. Ce sont également des catégories indigènes construites à la fois par les acteurs sociaux et par les chercheurs. Les directrices proposent d’infléchir la réflexion sur les ressorts de l’action en montrant comment les groupes sociaux sont acteurs de l’émergence de nouvelles pratiques et des processus de décision, mais aussi en analysant les rapports de pouvoir et les liens et écarts entre normes et pratiques. L’ouvrage est ainsi présenté comme une réflexion théorique inspirée par les travaux empiriques réalisés au sein des départements R&D d’EDF. L’autre objectif des directrices de l’ouvrage est de dresser un état de la recherche en sciences sociales réalisée au sein de ces mêmes départements. Les dix-neuf chapitres de l’ouvrage se déclinent en trois parties qui constituent trois axes de recherche venant nourrir la réflexion sur les pratiques. Ces parties abordent successivement les logiques d’action, les acteurs, les filières et dispositifs ainsi que l’évolution des normes de transition énergétique et de confort.

2La partie sur les logiques d’action interroge des dispositifs techniques et réglementaires, et la façon dont des utilisateurs se les approprient. Sont ainsi questionnées les logiques sous-tendant la production d’énergie photovoltaïque (Véronique Beillan), l’achat des appareils ménagers (Caroline Escoffier), les pratiques énergétiques des précaires en milieu rural (Dominique Le Roux), l’« effacement », c’est-à-dire la suppression de la consommation de chauffage pendant les périodes de forte demande d’électricité (Cécile Caron et Mathieu Durand-Aubin), l’expérimentation d’une voiture hybride (Magali Pierre) ou enfin le quotidien de salariés travaillant dans des bâtiments à haute performance énergétique (Isabelle Garabuau-Moussaoui).

3La deuxième partie porte autant sur les instruments des politiques publiques (Arthur Jobert) que sur l’appropriation par les milieux professionnels de nouveaux outils de mesure de la consommation, en l’occurrence les compteurs d’électricité communiquant Linky (Aude Danieli). Rachel Guyet, Ferenc Fodor et Dominique Le Roux effectuent quant à eux une comparaison des dépenses énergétiques des ménages en Europe. Les trois articles suivants s’attachent à appréhender les changements survenant dans les pratiques de consommation lorsque le quotidien est modifié comme dans le cadre d’une école « zéro énergie » (Isabelle Garabuau-Moussaoui). Ce dernier cas entre en écho avec celui sur les apports de l’analyse ergonomique développée dans l’article sur les activités domestiques (Myriam Fréjus). Enfin, Thierry Brincourt et Magali Pierre démontrent l’intérêt d’approches multidisciplinaires pour appréhender de nouveaux objets comme les véhicules électriques.

4La troisième partie est aussi diverse dans ses approches que les deux précédentes. Jérémy Bouillet y propose une étude des pratiques discursives pour exposer les ressorts sociaux-économiques de l’adhésion aux normes de sobriété énergétique instaurées par les pouvoirs publics. Cette analyse est prolongée par Béatrice Hammer et Monique Wach qui abordent les liens entre les valeurs – définies par les auteurs comme des « buts qui guident la vie » des individus (p. 187) – et les pratiques d’économie d’énergie adoptées. Le chapitre rédigé par Ferenc Fodor et Patrick Couton-Wyporek aborde lui le rôle des médias dans l’élaboration de nouvelles normes. Les quatre textes suivants portent sur la consommation énergétique : Sophie Bouly de Lesdain analyse des usages de la climatisation, Christiane Legris-Desportes et Nina Testut examinent les effets socialement différenciés de la crise économique actuelle, Mathieu Brugidou suit l’évolution des attitudes vis-à-vis de l’énergie, et Jérôme Cubillé enquête sur les températures moyennes déclarées des pièces de vie dans trois pays.

5Le lecteur sort un peu dérouté de la lecture de l’ouvrage. L’introduction résolument théorique laissait penser que les chapitres aborderaient ces aspects ou les illustreraient de façon argumentée. Or l’ouvrage semble plutôt être destiné à diffuser auprès d’un large public des résultats de recherche-action. Le sentiment d’insatisfaction est essentiellement nourri par l’alternance de courtes notes de synthèse, au statut non défini, qui ne précisent pas où des analyses plus développées pourraient être consultées, et de chapitres donnant à voir des résultats de recherche plus argumentés.

6Plutôt que pour sa lecture linéaire, l’ouvrage nous semble intéressant pour les éclairages transversaux apportés. La précarité énergétique est une de ces thématiques. Elle est présente dans les passages auxquels contribue Dominique Le Roux, mais aussi dans le chapitre rédigé par Christiane Legris-Desportes et Nina Testut sur les effets socialement différenciés de la crise économique de 2008. Ces textes sur la précarité rendent également compte de l’importance du territoire pour appréhender cette question de l’énergie, les ruraux, les périurbains et les insulaires étant comparativement plus exposés à la précarité que les urbains, ainsi que le rappelle la trop courte note de synthèse rédigée par Sophie Bouly de Lesdain. Cette auteure soulève également la question de la prise en compte des rythmes de vie dans la mise en œuvre de politiques tarifaires. Cette problématique est également abordée par Cécile Caron et Mathieu Durand-Daubin dans leur chapitre sur les familles qui acceptent de ne pas faire fonctionner leur chauffage dans les périodes de forte consommation. Le lecteur s’intéressant à la sociologie de l’innovation lira lui avec intérêt les chapitres portant sur les changements dans les pratiques induites par de nouveaux objets, qu’il s’agisse de bâtiments (voir les deux articles d’Isabelle Garabuau-Moussaoui) ou d’objets techniques (Véronique Beillan, Aude Danielli, Magali Pierre, Thierry Brincourt).

7En somme, si l’ouvrage ne répond pas, de notre point de vue, au contrat établi par ses directrices, il n’en demeure pas moins une excellente opportunité d’avoir un aperçu de la diversité et de la qualité des recherches menées au sein d’EDF. Il permet aussi, en creux, d’envisager de nouvelles recherches, comme par exemple sur le choix des infrastructures d’acheminement de l’énergie et ses effets sur la consommation d’énergie – une question effleurée par Véronique Beillan mais qui mériterait une place plus centrale pour qui travaille sur les pratiques sociales entourant la consommation.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Heather Chappells et Elizabeth Shove, « Debating the future of comfort : environmental sustainability, energy consumption and the indoor environment », Building Research & Information, vol. 33, no 1, 2005, p. 32–40 et l’ouvrage d’Elizabeth Shove, Comfort, Cleanliness and Convenience : The Social Organization of Normality, Oxford ; New York, Berg, 2003.

2 Voir l’article de Sophie Dubuisson-Quéllier et Marie Plessz, « La théorie des pratiques », Sociologie, [en ligne], no 4, vol. 4, 2013, http://sociologie.revues.org/2030 (page consultée le 26 janvier 2016) pour une présentation en français de la théorie des pratiques, ainsi que le compte rendu réalisé à propos de l’ouvrage d’Elizabeth Shove, Mika Pantzar et Matt Watson, The Dynamics of Social Practice. Everyday Life and how it Changes », Lectures [En ligne], Les compte rendus, 2012, mis en ligne le 16 octobre 2012, consulté le 13 janvier 2017.

3 Jukka Gronow et Alan Warde (dir.), Ordinary Consumption, Londres, Routledge, 2013 [2001].

4 Isabelle Garabuau-Moussaoui, « De la société de consommation à la société de modération. Ce que les Français disent, pensent et font en matière de maîtrise de l'énergie », Les Annales de la Recherche urbaine, n° 103, 2007, p. 114-121.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Ortar, « Isabelle Garabuau-Moussaoui, Magali Pierre (dir.), Pratiques sociales et usages de l'énergie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 février 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/22248

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page